Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 décembre 2010 4 02 /12 /décembre /2010 14:14

This speech was delivered before the General Conference of the National Alliance in Arlington, Virginia on Sunday, September 4, 1983. A little over a year later, December 8, 1984, Robert Jay Mathews was burned to death by a secret police task force on Whidbey Island, Washington.

 

 

      “My brothers, my sisters. From the mist shrouded forest valleys and mountains of the Pacific Northwest, I bring you a message of solidarity, a call to action and a DEMAND for adherence to duty as members of the vanguard of an Aryan resurgence and ultimately total Aryan victory.

 
      The signs of awakening are sprouting up across the Northwest and no more so than amongst the two-fisted farmers and ranchers – a class of our people who have been hit especially hard by the filthy lying Jews and their parasitical usury system. From the beginning of this Nation to the present, the yeoman farmer has been a symbol of the Aryan work ethic and living monument to masculinity.

      Whenever I think of the First American Revolution, I often remember that stirring poem about Concord and Lexington:

 

By the rude bridge that arched the flood,
Their flag to April’s breeze unfurled,
Here the embattled farmers stood,
And fired the shot heard round the world.

 

      Unfortunately, comrades, that poem glorifies a fratricidal conflict. How I dream of a new poem, a poem for today:


Out of the valleys, out of the fields, poured the Aryan yeoman hoard,
Their flag to April’s breeze unfurled,
Thence the Aryan farmer came,
And removed the Jew forever, forever from this world.

 

[Audience applause]



      Let us not forget, however, that the Levantine vermin are well aware of the dangers that an aroused and angered yeomanry represent to them. The tillers of the soil have always been something of a mystery to the Jews. Cities corrupt. Cities corrupt while the soil, the valley, the field, the farm – they revitalize and replenish a weakened and drained mind and body. How the weasely little city dwelling Jew fears and suspicions the Aryan farmer. What a contrast! What a contrast in mind and body between the two!

      I think that deep within the breast of our Aryan yeomanry lies a long-dormant seed. The seed of a racial awakening. The seed of resurgence, the seed of anger, and the seed of the will to act. We MUST radicalize the American yeomanry. We must bring as many of them as possible into our vanguard for victory.


      The task is not going to be easy. TV satellite dishes are springing up like poisonous mushrooms across the domain of the tillers of the soil. The electronic Jew is slithering into the living rooms of even the most remote farms and ranches. The race-destroying domes are everywhere. Allied with the Jews in their attempt to neutralize the Aryan farmer is the ever present local rural pastor or minister. My personal experience has shown that usually the only organized opposition we will encounter when organizing in a farming or ranching community is from some local pastor.



      However, the stranglehold that the churches have upon rural America is fast eroding. That stranglehold is fast eroding because the average American farmer and rancher is in extreme financial difficulty. When a man is on the verge of losing his second generation farm, his livelihood, in essence, his whole life, due mostly to the Jew usury system, he finds little solace in theological baggage from the Levin.


      I’m particularly encouraged by the success of Texas Klan leader Louis Beam has had in organizing amongst the farmers and independent truckers. He’s shown us the way, now we must do it for the Alliance. The potential is there.


      Working out of a base in northern Idaho, he created an organization called NOFIT, National Organization of Farmers and Independent Truckers. Their slogan is, “Don’t throw a fit – throw a bureaucrat.” [Laughter] Beam working with actual farmers and truckers from the northwest has managed within a few months to reach out and radicalize thousands of these kinsmen.

 

      I was talking to a young lady recently who works as a waitress in a large truck stop at Rock Springs, Wyoming. Every time NOFIT puts out a new newsletter they send her 500 copies. She said they are all gone within a few days with many of the truckers either joining on the spot or subscribing to the newsletter.

 

 

      The regime in Washington, D.C. is extremely worried about the further radicalization of the American farmer. Fortunately, instead of implementing a program that will genuinely help the farmer, they’re responding with massive shows of force and repression. So much the better.


      Sixty miles south of Spokane, Washington, along the Idaho border is a farming area we refer to as the Palouse. It’s one of the richest farming areas in the world. In many places the Palouse has topsoil that is an incredible 18 feet deep. Along with wonderful soil the Palouse has a very favorable growing climate. Even so, comrades, many farmers in the Palouse are being foreclosed upon. I have met and talked with one of these unfortunate farmers, a kinsman by the name of Ray Smith. Mr. Smith is a large-framed, ruddy-faced man who likes to refer to himself as “a Snake River cowboy and damn proud of it!”


      His father farmed the land he lives upon and Mr. Smith was recently planning to retire and let his son take over the farm. Mr. Smith’s dreams have been shattered and he’s on the verge of losing his two-thousand-plus acres, his home, and his son’s future livelihood.

Mr. Smith, to his credit, took a long good look at his problem and how he arrived at so sorry a state. Now take heart, kinsmen, for what did Mr. Smith say when he came to the root cause of his problem? Mr. Smith said, “JEW! JEW! JEW!” Not only did Mr. Smith say “JEW!” he yelled “JEW!” His neighbors started yelling “JEW!”


      And how did the system react? By sending a plane, a helicopter, a bulldozer, SWAT teams from all over the state of Washington, and sixty very heavily armed deputies to the foreclosure on Mr. Smith’s farm.


      Needless to say, Mr. Smith is now a member of NOFIT and so are his neighbors. Mr. Smith also travels all over the states of Washington, Oregon, and Idaho speaking out about the Jews and handing out copies of the Protocols of Zion. We need this man in the Alliance.


      Radicalization of the American farm movement is also taking place in the Dakotas and Colorado. Last week I talked at length to a Colorado based racialist/activist who had extensive personal experience dealing with the Colorado farmers. Several years ago this gentleman distributed huge amounts of WRAs and other literature to farmers and ranchers around Fort Collins, Colorado. His efforts bore fruit, for soon after his initial literature distribution he witnessed the birth of the anti-Jewish, pro-White Farmer’s Liberation Army. The Feds are extremely panicked about this outfit. The same gentleman also gave me copies of the Primrose and Cattlemen’s Gazette, published in Fort Lupton, Colorado. This is an EXCELLENT little rural newspaper with a considerable circulation which is geared toward the needs and interest of the farmer and rancher.


      What’s interesting about this newspaper, in this issue is an excellent little article on the Protocols of Zion. In this issue here, is a full page advertisement for a very anti-Jewish, pro-White racialist organization. The Jews are coming down hard on this brave little newspaper like chickens on a june bug and it appears that it might eventually fold-up but the seeds have been sown.


      So, comrades, I have briefly informed you of the potential for our movement which lies within the farming communities across this nation. We must – it is our duty to – take advantage of the ever increasing radicalization of the American farmer. The fate of every last white man, woman, and child on this planet lies squarely on the shoulders of us here in this room today.


      Out of all of the White racialist organizations in this Nation, the Alliance and only the Alliance has the potential to bring us to victory. Through the Alliance lies the salvation for our entire race – we can not fail. Therefore, let us not only preach, let us live racial economics. In Metaline Falls we are not only eating, breathing, and sleeping; we are growing together as one mind and one body.


      We have broken the chains of Jewish thought. In Metaline Falls, we know not the meaning of the word “mine,” it is “ours,” — our race, the totality of our people. Ten hearts, one beat. One hundred hearts, one beat. Ten thousand hearts, one beat. We are born to fight and to die and to continue the flow – the flow of our people. Onward we will go, onward to the stars high above the mud, the mud of yellow, black, and brown.



      So kinsmen, duty calls. The future is now. If a month from now, you have not yet fully committed yourself to the Alliance and the responsibilities thereof, then you have, in effect, not only betrayed your race, you have betrayed yourself. So stand up like men! and drive the enemy into the sea. Stand up like men! and swear a sacred oath upon the green graze of our sires that you will reclaim what our forefathers discovered, explored, conquered, settled, built, and died for. Stand up like men! and reclaim our soil.


      Kinsmen arise! Look toward the stars and proclaim our destiny.


      In Metaline Falls we have a saying, “Defeat never. Victory forever!”


      Thank you.

 

 


L'appel de Robert Jay Matthews (en anglais, audio uniquement) :

 

Repost 0
Published by Brice Duqueyroux - dans Théoriciens politiques
commenter cet article
1 décembre 2010 3 01 /12 /décembre /2010 14:14

      Nous vous proposons à titre historique ce discours a été prononcé devant la Conférence générale de l'Alliance nationale (1), à Arlington, en Virginie, le dimanche 4 septembre 1983. Moins d'un an plus tard, le 8 décembre 1984, Robert Jay Mathews qui avait pris la tête de l'organisation de lutte armée connue sous le nom de The Order ou Brüder Schweigen, était brûlé vif a Whidbey Island (État de Washington) par les agents fédéraux.
      La traduction de ce texte a été réalisée en commun par des membres du Forum nationaliste ; qu'ils en soient ici remerciés.




      Mes frères, mes sœurs. Des vallées forestières embrumées et des montagnes du Nord-Ouest Pacifique, je vous apporte un message de solidarité, un appel à l'action et je viens vous demander d'accepter votre devoir, en tant que membre de l'avant-garde d'une renaissance aryenne et finalement pour la victoire aryenne totale.

      Les signes du réveil apparaissent dans le Nord-Ouest et surtout parmi ces deux forces que sont les agriculteurs et les éleveurs – une part de notre peuple qui a été particulièrement frappée par les sales menteurs de juifs et leur système parasitaire d'usure. Depuis les premiers jours de la nation jusqu'à aujourd'hui, les paysans libres (2) ont représenté le symbole de l'éthique du travail aryen et l'exemple de la virilité.

      Je repense souvent à la Première Révolution américaine, et je me remémore l'émouvant poème (3) évoquant la Bataille de Lexington et Concord:

 

By the rude bridge that arched the flood,
Their flag to April's breeze unfurled,
Here the embattled farmers stood,
And fired the shot heard round the world.

(Sur le rude pont que la crue déforme,
Leur drapeau déployé dans la brise d'avril,
Ici, les fermiers résolus se tiennent,
Et retenti le coup de feu qui résonnera autour du monde.)



      Malheureusement, camarades, ce poème glorifie un conflit fratricide. Combien je rêve d'un nouveau poème, un poème d'aujourd'hui :

 

Out of the valleys, out of the fields, poured the Aryan yeoman hoard,
Their flag to April's breeze unfurled,
Thence the Aryan farmer came,
And removed the Jew forever, forever from this world.

(Par les vallées, par les champs, le yeoman aryen a versé le tribu,
Leur drapeau déployé dans la brise d'avril,
Puis est venu l'agriculteur aryen,
Qui a expulsé pour toujours le Juif, mis hors de ce monde à jamais.)



[Applaudissements du public]


      N'oublions pas, toutefois, que la vermine levantine est bien consciente des dangers que représente pour elle la colère de la milice (4). Les travailleurs de la terre ont toujours représenté un grand mystère pour les Juifs. Les villes corrompent. Les villes corrompent quand la terre, la vallée, le champ, la ferme revitalise et remplit l'âme affaiblie et le corps épuisé. Combien le petit fouineur Juif des villes craint et soupçonne l'agriculteur aryen. Quel contraste ! Quel contraste de corps et d'esprit entre les deux !

      Je pense que profondément au sein de notre milice aryenne sommeille la semence. La semence du réveil racial. La semence de la renaissance, la semence de la colère, et la semence de la volonté d'agir. Nous devons radicaliser la chevalerie américaine. Nous devons rallier le plus grand nombre à notre avant-garde, pour la victoire.

      La tâche ne sera pas facile. Les antennes des télévisions par satellite poussent comme des champignons vénéneux sur le sol de notre domaine. La propagande juive s'infiltre dans les salons, jusque dans les fermes et les ranchs les plus éloignés. Les attaques contre la race sont partout. Alliés aux Juifs dans leur tentative de neutraliser les agriculteurs aryens, on retrouve toujours le pasteur ou le ministre du culte local. Mon expérience personnelle a montré que la seule opposition organisée que nous rencontrons quand nous organisons une communauté de fermiers ou d'éleveurs vient du pasteur local.

      Toutefois, l'étau que maintiennent les églises sur l'Amérique rurale se desserre rapidement. L'étau se desserre rapidement parce que les agriculteurs et les éleveurs américains moyens sont dans une extrême difficulté financière. Quand un homme est sur le point de perdre la ferme paternelle, ses moyens de subsistance, toute sa vie en fait, principalement par la faute du système juif de l'usure, il trouve peu de réconfort dans la théologie de Lévy.

      Je suis particulièrement encouragé par le succès du leader texan du Klan Louis Beam (5) qui a su organiser les agriculteurs et les camionneurs indépendants. Il nous montre le chemin, nous devons maintenant le faire pour l'Alliance. Le potentiel est là.

      Travaillant à partir du nord de l'Idaho, il a créé une organisation appelée NOFIT (National Organization of Farmers and Independent Truckers : Organisation nationale des agriculteurs et des camionneurs indépendants). Son slogan est : « Don't throw a fit – throw a bureaucrat. » (6). Grâce à ce travail avec les fermiers et les chauffeurs dans le nord-ouest, Beam a réussi en quelques mois à toucher et radicaliser des milliers de Blancs.


     
Je parlais à une jeune fille récemment qui travaille comme serveuse dans un routier à Rock Springs (Wyoming). A chaque fois que la NOFIT publie une nouvelle lettre d'information, 500 copies lui sont envoyées. Elle m'a dit qu'elles partent toutes en quelques jours, récupérées par les camionneurs, qui rejoignent l'organisation ou s'abonnent à la lettre d'information.

      Le régime de Washington, DC, est extrêmement préoccupée par la poursuite de la radicalisation de l'agriculteur américain. Heureusement : au lieu de mettre en œuvre un programme pour aider réellement les agriculteurs, ils ont répondu en utilisant massivement la force et la répression. Tant mieux.

      À une centaine de kilomètres au sud de Spokane (Washington), le long de la frontière avec l'Idaho se trouve une zone agricole que nous appelons Palouse. C'est l'une des plus riches zones agricoles du monde. En de nombreux endroits, la couche arable à Palouse est d'une incroyable profondeur de 5 mètres. Avec ce magnifique sol, Palouse possède un climat très favorable. Malgré cela, camarades, de nombreuses fermes de Palouse ont fermé. J'ai rencontré et discuté avec l'un de ces malheureux paysans, un homme du nom de Ray Smith. M. Smith a une tête carrée, un homme au teint vermeil qui aime se définir comme « cowboy semblable à un serpent de rivière et sacrément fier de l'être ! ».

      Son père a cultivé la terre sur laquelle il vit et M. Smith a récemment envisagé de partir à la retraite et laisser sa ferme à son fils. Les rêves de M. Smith ont été brisés et il est sur le point de perdre ses 8 km² de terre, sa maison, et ce qui aurait dû être le moyen subsistance de son fils.

      Mr. Smith, concernant son crédit, s'est remémoré toute l'histoire de ce problème et comment il en était arrivé à un si triste état. Écoutez, mes frères, ce que révéla M. Smith, quand il évoqua la cause de son problème. M. Smith a dit : « JUIF ! JUIF! ». Non seulement il l'a dit, mais il l'a crié. Et son voisin a commencé à crier : « JUIF ! »

      Et comment le système a réagi ? Par l'envoi d'un avion, d'un hélicoptère, d'un bulldozer, d'équipes de SWAT (7) de tout l'État de Washington et de soixante adjoints très lourdement armés pour expulser M. Smith de sa ferme.

      Inutile de dire que M. Smith est désormais membre du NOFIT ainsi que ses voisins. M. Smith voyage également à travers les Etats de Washington, de l'Oregon et de l'Idaho pour parler franchement des Juifs et distribuer des copies des Protocoles de Sion. Nous avons besoin de cet homme dans l'Alliance.


      Le mouvement fermier américain se radicalise également dans le Dakota et dans le Colorado. La semaine dernière, j'ai parlé longuement avec un activiste racialiste du Colorado qui entretient d'importants contacts avec les agriculteurs du Colorado. Il y a plusieurs années, cet homme a distribué d'énormes quantités de propagande et de documents pour les agriculteurs et les éleveurs autour de Fort Collins (Colorado). Ses efforts ont porté leurs fruits : peu de temps après ses premières distributions, il a pu assister à la naissance de l'Armée de libération des fermiers (8), pro-Blanc et anti-Juif. Les fédéraux sont extrêmement inquiets à ce sujet. Le même homme m'a également fourni des copies de la Primrose et Cattlemen's Gazette, publiée à Fort Lupton (Colorado). C'est un excellent petit journal rural diffusé de manière considérable, orienté vers les besoins et les intérêts des fermiers et des éleveurs.

      Ce qui est intéressant au sujet de ce journal, dans ce numéro, c'est un excellent petit article sur les Protocoles des sages de Sion. On y trouve sur une page entière une publicité pour une organisation très anti-Juif et pro-Blanc. Les juifs tombent violemment sur ce brave petit journal comme la misère sur le monde. Il semble qu'il pourrait éventuellement s'arrêter, mais les graines ont été semées.

      Alors, camarades, j'ai brièvement évoqué devant vous le potentiel de notre mouvement qui s'inscrit dans les communautés paysannes à travers cette nation. Nous devons – et c'est notre devoir – prendre avantage de la radicalisation toujours plus grande de l'agriculteur américain. Le sort des derniers hommes, femmes et enfants blancs sur cette planète repose sur les épaules de chacun d'entre nous, dans cette salle aujourd'hui.

      Parmi toutes les organisations racistes blanches de cette nation, l'Alliance et l'Alliance seule possède le potentiel pour nous conduire à la victoire. Par l'Alliance se trouve le salut pour l'ensemble de notre race ; nous ne pouvons pas échouer. Par conséquent, nous ne devons pas seulement prêcher mais vivre une économie fondée sur la race. À Metaline Falls (9) nous ne faisons pas que manger, respirer ou dormir : nous grandissons ensemble comme une seule âme et un seul corps.

      Nous avons brisé les chaînes de la pensée juive. A Metaline Falls, nous ne connaissons pas le sens du mot « mien », c'est «nôtre» : notre race, l'ensemble de notre peuple. Dix cœurs, un battement. Cent cœurs, un battement. Dix mille cœurs, un battement. Nous sommes nés pour combattre et mourir et pour poursuivre le flot – le flot de notre peuple. En avant nous irons, en avant jusqu'aux étoiles loin au-dessus de la boue, de la boue jaune, noire et brune.

      Ainsi, mes frères, le devoir vous appelle. L'avenir, c'est aujourd'hui. Si dans un mois vous n'avez pas pleinement adhéré à l'Alliance et pris des responsabilités dans le mouvement, vous aurez non seulement trahi votre race, mais vous vous serez trahis vous-même. Alors agissez comme des hommes ! Et repoussez l'ennemi jusqu'à la mer. Levez-vous comme des hommes ! Et prêtez serment, sur le vert pâturage de nos pères, le serment sacré que vous réclamerez ce que nos ancêtres ont découvert, exploré, conquis, bâti et pour quoi ils sont morts. Levez-vous comme des hommes ! Et récupérons notre terre.

      Les hommes Blancs se relèvent ! Levez les yeux vers les étoiles et proclamons notre destinée.

      A Metaline Falls, nous avons une devise : « Defeat never. Victory forever! » (12)

      Merci.

 

 

http://img713.imageshack.us/img713/6876/theorder1.jpg

 



 


 

(1) L'Alliance nationale (National alliance) est un mouvement américain fondé en 1974 par le docteur William Luther Pierce. Professeur de physique, ce dernier est connu pour avoir écrit les Carnets de Turner (Turner Diaries et Chasseur(Hunter). Radicale et agissant pour obtenir une séparation entre les Blancs, l'Alliance nationale connaît divers problèmes depuis la mort de son fondateur en 2002.

(2) Dans ce texte, « paysan libre » est la traduction de yeoman. Ce terme désignait, en Angleterre, des paysans qui possédaient leurs terres, étaient libres et qui par ailleurs combattaient auprès de leurs seigneurs. A l'époque moderne, ils constituèrent la yeomanry (voir note 4).

(3) Il s'agit d'un poème de Ralph Waldo Emerson, célèbre outre-atlantique. C'est près des villes de Lexigton et Concord, dans les environ de Boston, qu'à commencé la Révolution américaine le 19 avril 1775. Cet hymne a été écrit en 1836 pour l'obélisque dressé pour commémorer cette bataille et les combattants. L'auteur a par la suite modifié un peu la version originale.

 

By the rude bridge that arched the flood,
Their flag to April’s breeze unfurled,
Here once the embattled farmers stood,
And fired the shot heard round the world.

The foe long since in silence slept;
Alike the conqueror silent sleeps;
And Time the ruined bridge has swept
Down the dark stream which seaward creeps.

On this green bank, by this soft stream,
We set to-day a votive stone;
That memory may their deed redeem,
When, like our sires, our sons are gone.

Spirit, that made those heroes dare,
To die, and leave their children free,
Bid Time and Nature gently spare
The shaft we raise to them and thee.



(4) La "yeomanry" étaient des unités de l'armée de terre britannique, héritières de l'ancienne milice à cheval ; elles furent constituées en Angleterre pour se protéger notamment d'une invasion française après la révolution de 1789. Nous l'avons traduit ici par "milice" et "chevalerie".

(5) Louis Beam est un militant nationaliste blanc, ancien dirigeant du Klu Klux Klan célèbre pour ses essais, et notamment celui sur le concept de « résistance sans chef ».

(6) Que l'on pourrait traduire par « Arrête de te plaindre et agis : jette un fonctionnaire par la fenêtre », le slogan original contenant un jeu de mot intraduisible en lien avec le sigle du syndicat NOFIT.

(7) Le SWAT (Special Weapons and Tactics) est une unité de police spécialisée dans les opérations paramilitaires contre les criminels, souvent comparé en France au GIGN ou au RAID.

(8) Farmer’s Liberation Army, mouvement fondé par Keith Shive, un homme politique du Kansas.

(9) Robert Jay Mathews s'était installé à Metaline Fall avec sa famille ; c'est là qu'il avait fondé une communauté militante. Ces terres étaient parmi les premières sur lesquelles l'homme blanc était (re)venu, dans le comté le plus au nord-est de l'Etat de Washington, lui-même le plus au nord-ouest des Etats-Unis, près de l'océan Atlantique et de la frontière avec le Canada.

(10) « La défaite, jamais. La victoire pour toujours »

(Note : il ne s'agit que d'une traduction donnée à titre indicatif. Merci aux trois personnes qui ont aidé à la traduction et corrigé le texte).

Repost 0
Published by Brice Duqueyroux - dans Théoriciens politiques
commenter cet article
25 novembre 2008 2 25 /11 /novembre /2008 19:42

[Voici la seconde partie de l'article d'Antonio Gibello, "José-Antonio une pensée vivante" ; voir également : première partie ; seconde partie]


La constitution de 1978.
   
    En 1978, des Cortes qui n'avaient pas à l'origine de caractère constituant, se dépêchèrent d'approuver la constitution en vigueur.
   
    Comme la constitution de 1931, celle de 1978 fut la conséquence d'un pacte. Ce ne fut pas le pacte de San sébastian qui renversa la monarchie de Sagonte.
    Ce fut le pacte de Paris qui contribua, avec l'appui de quelques uns de ses principaux bénéficiaires, à la chute du régime de Franco, parce que le régime de Franco aurait pu se prolonger en une monarchie sociale, catholique et représentative, telle que le prévoyaient les Lois fondamentales.
    A sa place, la constitution de 1978,,dans son article 1er, proclame que « La forme politique de l'Etat espagnol est la monarchie parlementaire », pour dans son article deuxième, tomber dans la flagrante contradiction d'affirmer d'une part, que « la constitution se fonde sur l'indissoluble unité de la nation espagnole, patrie commune et indivisible de tous les Espagnols » et puis admettre d'autre part, que cette même constitution « reconnaît et garantit le droit à l'autonomie des nationalités et la composent et la solidarité entre elles toutes ».
   
    Or si l'on reconnaît l'existence des « nationalités » et si l'on garantit « le droit à l'autonomie » où reste « l'indissoluble unité de la Nation espagnole » ?
    La constitution de la République ne s'était pas risquée jusque là. Et c'est pour cela qu'elle peut répondre par le caractère meurtrier des armes à la tentative de sécession de la généralité de Catalogne. La Monarchie pourrait-elle le faire aujourd'hui si une semblable tentative était consommée, quand déjà Monsieur Pujol intervient dans des forums internationaux ou assiste à des réunions de la section espagnole de la Trilatérale, ou au nom d'une Catalogne expressément différenciée de l'Espagne ?
   
   
La préoccupation de l'unité de l'Espagne peine certains hommes politiques.
   
    Vous connaissez tous par les moyens d'informations quelques cris d'alarme exprimés dans des biographies politiques significatives.
    A propos de la grave polémique suscitée par l'exclusion du castillan dans de nombreux centres scolaires de Catalogne, victime de ce que depuis les tribunes du nationalisme catalan subtilement séparatiste l'on appelle « bain linguistique » , un journaliste, Julian Barriga rappelait que la deuxième préoccupation du Comte de Barcelone fut celle de l'unité de l'Espagne et que la préoccupation pour l'unité de l'Espagne peine certains hommes politiques qui ont un sens spécial de l'Etat.
    La gravité de la situation (plus lourde de conséquences que le problème économique que nous subissons et que nous pourrions surmonter) est telle, qu'il y a exactement un mois, le Général Sabino Fernancez Campo, ancien Chef de la Maison du Roi, faisait cette déclaration : « Nous devons lutter contre le danger de désagrégation de l'Espagne, parce que pour moi, avec tout le respect que m'inspirent les autonomies et leurs systèmes, l'unité de l'Espagne prime tout. Cela me préoccupe non par ce que l'on est train de voir, mais par ce qui peut se passer. »
    Et que peut-il se passer ?
    Et bien, tout peut arriver. Il peut arriver que les Forces Armées, dont le gouvernement socialiste a rogné les effectifs, les laissant désarmées, dans des conditions si précaires qu'elles consomment pour leurs exercices les réserves de munitions prévues en cas de guerre, et dont les unités d'élite ont été éloignées d'Espagne, ne puissent exécuter ce qu'exige d'elles la Constitution dans son article huit, entre autre causes, par manque de moyens et d'instruction, et surtout de moral, les partis politiques de gauche les incitant à l'insoumission.
   
    Nous avons parlé de la Catalogne, où le nationalisme du parti qui dirige la Généralité, maintient encore dialectiquement ses aspirations « à l'unité de l'Etat espagnol », comme l'a dit Don Jorge pujol.
    Et au pays basque ?
    Au Pays Basque, monsieur Arzallus, ce jésuite irrité, déserteur du sacerdoce, qui dirige le Parti nationaliste Basque, n'a pas usé des subtilités de Pujol et a souvent répété que lui-même ne se sent pas espagnol et que son parti, sans la violence de l'ETA mais dans le même but, aspire à l'indépendance de l'Espagne.
    Voici donc, en partie, le panorama espagnol de nos jouis. Ce sont là les conséquences de la Constitution.
   
    Et c'est là que réside radicalement le véritable problème de l'Espagne : être ou ne pas être une Patrie unie irrévocablement.
   
    Devant une telle situation, je ne réaliserais pas le but que je me suis proposé en acceptant votre invitation, si je ne réaffirmais pas, comme tant d'autres Espagnols, spécialement en ces jours de commémoration de la mort de José-Antonio, ma fidélité à sa doctrine, non seulement pour des raisons dues au passé, mais fondamentalement pour ma foi résolue en une proche renaissance de l'Espagne, dans la paix et la justice.
   
    Aujourd'hui comme il y a cinquante sept ans, il faut mobiliser la conscience des Espagnols, en particulier celle des jeunes générations, des travailleurs et des universitaires, que les groupuscules plus ou moins nombreux, plus ou moins radicaux, plus ou moins activistes, de gauche et de droite, essayent de harceler avec leur démagogie.
   
    Dans cette conviction, je vous invite à reprendre courage, à vous fortifier par l'étude, le dialogue et la réflexion, à vous répandre sur tout le campus soulevant une vague de foi et d'espérance sur la réalité suprême de l'Espagne.
   
    Aujourd'hui, l'Espagne est plongée dans une crise totale. L'y ont conduite l'incapacité et la corruption de la gauche au gouvernement, et l'égoïsme, la complicité et également la corruption, à quelque degré que ce soit de la droite.
   
    Dans une telle situation, José-Antonio s'adresse à la jeunesse en prononçant des paroles exigeantes. A l'occasion de son discours du 17 novembre 1935, il affirmait :
   

    « Il faut proposer une tâche positive. Celle de donner à l'Espagne ces deux choses perdues : d'abord une base matérielle d'existence qui élève les Espagnols au rang d'êtres humains, puis la foi en un destin national collectif et la volonté résolue de renaissance »...

 

   
    Que personne ne se dérobe aujourd'hui à cette mission qui est à nouveau celle de la relance physique, économique, sociale et morale de l'Espagne.
   


   
    Cette tâche vous revient essentiellement à vous, universitaires, et spécialement à vous qui instruisez votre intelligence grâce au savoir et à l'éthique du droit. «L'Espagne, disait José-Antonio en 1935, dans un cours adressé aux étudiants de cette faculté, a besoin d'urgence d'un niveau élevé de la moyenne intellectuelle ; étudier c'est déjà servir l'Espagne »... Et il ajoutait : « mais personne, même s'il se spécialise dans un travail, ne peut se soustraire à l'effort commun de la politique. »
   
    Je pourrais continuer avec d'autres références fondamentales. Mais le temps est épuisé. Accourez si vous sentez l'appel du devoir, si vous aspirez à construire l'avenir de vos propres mains, à la fontaine inépuisable de l'inspiration droite qui est celle de la pensée de José-Antonio.
   
    La chute du communisme a plongé l'Europe et le monde dans la perplexité. Commentant cette crise, Peter Drucker a écrit récemment un livre intitulé : La fin du capitalisme, dans lequel il analyse et sonde l'avenir de la société post-capitaliste. Dans ce livre nombreuses sont les coïncidences qui se profilent avec l'essence de la pensée de José-Antonio, tout comme on perçoit des exigences identiques dans le magistère social des derniers papes, spécialement en ce qui concerne le caractère de participation du facteur travail dans les résultats de la production économique.
   
    D'autre part, Alain Touraine, dans sa Critique de la modernité, médite également sur l'avenir après le renversement des systèmes communistes en Europe et, bien qu'il se montre partisan décidé du libéralisme politique fondé sur les partis politiques, il critique vivement ceux qui croient « que l'économie de marché peut être un instrument pour construire la société de l'avenir, au seuil du vingt-et-unième siècle, s'ils oublient d'autres conditions requises fondamentales pour l'homme. »
   
    Or, ces autres conditions requises fondamentales pour l'homme, qui affectent sa propre   dignité, sa liberté essentielle, son droit à participer au destin commun de la Patrie, en apportant son travail et son savoir, sont définis méthodiquement et avec une claire évidence dans la pensée de José-Antonio.
   
    Suivons le chemin qu'il nous a tracé, assumons son exemple, et nous recouvrerons l'Espagne.
   


   
   

 

 


 

INDICATIONS CHRONOLOGIQUES 


-1873 : La première République dure onze mois.
-1874 : Début du règne d'Alphonse XII.
-1898 : Guerre à Cuba contre les Etats-Unis L'Espagne perd ses dernières colonies : Cuba, Porto-Rico, les Philippines.
-1902 : Début du règne d'Alphonse XIII.
-1903 : Naissance de José-Antonio Primo de Rivera, fils du général Primo de Rivera, Marquis d'Estella et Grand d'Espagne.
-1923 : Avènement de la dictature du général Primo de Rivera *.
-1930 : Le général Primo de Rivera rend ses pouvoirs et quitte l'Espagne. Il meurt un mois et demi plus tard, à Paris.
Le 17 aout, pacte de San Sébastien qui réunit en « un comité révolutionnaire permanent » toutes les tendances anti-monarchistes. Parmi les signataires figurent Eduardo Ortega y Gasset* et Manuel Azana *.
-1931: Victoire des Républicains aux élections municipales.
«La République du 14 avril» donne la majorité aux monarchistes mais choisit des conseillers républicains dans les grandes villes. Le Roi choisit l'exil. Cette République manifeste son anticléricalisme et son anti-militarisme au lieu de prendre les mesures économiques urgentes.)
Les élections du 28 juin 1931 amènent une majorité écrasante du centre-gauche.
En septembre, José-Antonio se présente comme candidat aux Cortès, à Madrid. Il n'est pas élu. En décembre, démarrent les séries de grèves, les désordres, les incendies, les assassinats...
-1932 : Le 20 janvier, à Barcelone, la Confédération Nationale des travailleurs publie un manifeste déclarant la déception des travailleurs. «... l'Etat est le premier ennemi du peuple...» Le gouvernement d'Azana fait immédiatement intervenir l'armée et la garde civile qui étoffent la rébellion en trois jours. Des centaines d'anarcho-syndicalistes sont jetés en prison. Le « Groupement au service de la République » fondé par Ortéga y Gasset et qui avait largement contribué à la venue de la IIe République, dissout son mouvement. Déçu par cette République, il ne cesse de répéter « Ce n'est pas çà ! Ce n'est pas çà ! »*.
-1933 : L'un des maux du pays est la catastrophique organisation économique, sociale et juridique des terres cultivables que l'Etat ne peut racheter. La noblesse n'en possédait que 10%, l'expropriation toucherait donc la petite et moyenne bourgeoisie possédant. Les paysans s'impatientent. Le 10 janvier, les anarchistes proclament le communisme libertaire au village de Casa Viejas*. La situation se gate. Azana fait dire au capitaine Rojas « Pas de prisonniers, pas de détenus. Après il n'y a que des innocents. Tirez au ventre, tirez au ventre ! ».
Le 29 octobre, meeting au « théâtre de la Comédie », fondation de la Phalange.
Le 3 décembre, après la dissolution aux Cortès, la droite et le centre obtiennent plus de 5 millions de voies ; la gauche, moins de 3 millions.
José-Antonio est élu député aux Cortès pour la province de Cadix.
-1934 : Fusion de la Phalange et des « Juntas Offensiva Nacional syndicalistas » (JONS). Les chefs de la FE de las JONS sont José-Antonio Primo de Rivera, Onésimo Redondo, Ruiz de Alda et Ledesma Ramos. Création de la « Section féminine » avec Pilar Primo de Rivera à sa tête.
Socialistes et anarcho-syndicalistes préparent la révolution. Le 1er octobre, Gil Robles, président de la CEDA, renverse le gouvernement. Le 4 octobre, nouveau gouvernement. Le Parti Socialiste Espagnol (PSOE) et l'Union Générale des Travailleurs (UGT) se réunissent et décident le soulèvement.
-1936 : Victoire du Front Populaire aux élections de février. Le 14 mars, la direction générale de la sureté ordonne la fermeture de tous les centres de la FE de las JONS et l'arrestation des principaux chefs. José-Antonio est arrêté à son domicile et mis à la prison Modèle de Madrid.
Le 6 juin, après l'échec de plusieurs tentatives d'évasion, il est transféré à la prison d'Alicante. De là, il donne l'ordre aux Phalangistes de toute l'Espagne de collaborer au soulèvement militaire qui se prépare. Le 20 novembre, José-Antonio est fusillé avec quatre autres jeunes, deux militants phalangistes et deux réquetés qu'il encourage en disant : « Courage garçons, il ne s'agit que d'un moment. Nous obtiendrons une vie meilleure ! »
-1937 : Décret d'unification entre la CTC (Communion Traditionaliste Carliste) et la FE de las JONS. Naissance de la FET (Falange Espanola Tradicionalista y de las JONS)
-1939 : Victoire des Nationalistes.
-1955 : L'Espagne entre à l'ONU. Début de l'industrialisation, du tourisme (6 millions de visiteurs en 1960, 24 millions en 1970).
-1966 : Référendum sur les nouvelles lois organiques du Régime. Dissolution « de facto » de la FET y de las JONS. Apparition au sein du « Movimiento Nacional » et hors du « Movimiento » (c'est à dire dans la clandestinité) d'organisations de contestation phalangiste.
-1969 : Juan Carlos est désigné comme successeur.
-1975 : Mort du général Franco.
-1978 : La Constitution. Légalisation des partis politiques. Reconstitution de la FE de las JONS. Raimundo Fernandez Cuesta légataire testamentaire de José-Antonio en devient le troisième chef national ( après José-Antonio et Hédilla).
-1981 : Le 23 février, tentative de coup d'Etat militaire par le colonel Tejero.
-1982 : Victoire du PSOE.

(* renvoi dans le texte)

 

 

 



Plus :

- Discours prononcé par José Antonio Primo de Rivera le 29 octobre 1933 au Théâtre de la Comédie de Madrid.
- La marche de Los Caïdos 2007.
- Jose Antonio, présent ! suivi de Cara al Sol.

Repost 0
23 novembre 2008 7 23 /11 /novembre /2008 19:44

[Voici la seconde partie de l'article d'Antonio Gibello, "José-Antonio une pensée vivante" ; voir également : première partietroisième partie]



Y a t-il vraiment un renforcement indiscutable et indiscuté du système démocratique ?
   
    Sans quelque intention offensive que ce soit envers la Haute magistrature du Roi, il y a lieu de se demander si ce système, (auquel il fait allusion avec un tel enthousiasme) est le système démocratique actuellement en vigueur, ou s'il s'agit du système démocratique idéal et utopique. Si c'est celui fondé sur les partis politiques dans leurs structures actuelles et les lois électorales en vigueur, ou s'il s'agit d'une aspiration idéale, académiquement irréprochable, qui ne ressemble en rien aux démocraties en vigueur dans le monde occidental auquel nous appartenons et moins encore au régime qui survit, sous le signe de la terreur et du crime d'Etat, dans les « démocraties dites populaires ».
   
    Parce que si l'exemple auquel nous faisons allusion est celui qui se débat dans les contradictions de l'Europe atomisée, de l'Europe qui s'affronte, celle dans laquelle nous vivons, et dont la réalité la plus profonde est occultée par les centres du pouvoir politique et économique et leur information intoxiquée, non seulement il n'est pas indiscutable; mais plus encore, il a déjà été « discuté » , et chaque fois avec plus d'intensité, par d'importants intellectuels clairvoyants et par des secteurs grandissants de citoyens européens et espagnols.
   
   
Quelques exemples :
   
    Franco Battiato, musicien italien très populaire, disait récemment que « les démocraties actuelles sont une farce ». Il contemplait sans doute la réalité immédiate de son pays où la corruption est générale, aussi bien parmi les hommes politiques de gauche que de droite, aussi bien dans la banque que dans l'industrie, avec peut être une seule exception : c'est bien le hasard qui est celle du Mouvement Social Italien : les juges n'ont rien pu y trouver de malhonnête.
   
    Continuons cette foi-ci avec quelques références espagnoles, qui ne seront pas les affaires les plus significatives des scandales économiques du Parti Socialiste et de ses compères au pouvoir, mais d'autres plus sérieuses et alarmantes. Il faudra y répondre rapidement si nous ne voulons pas périr en tant que nation.
    A l' occasion de la crise dont souffre le journal Ya,( peu distincte de la persécution subie par le journal El Alcazar ou par El Independiante, (pour signaler seulement les cas de journaux qui n'ont pas transigé avec la docilité exigée par le pouvoir) un journaliste connu affirmait que « il s'est produit un travestissement de la démocratie par le pouvoir, comme si un système électoral, que je soutiens ne pas être démocratique (affirmait l'orateur) pouvait tout légitimer. » Et en référence au même thème, un professeur de l'université d'Alcala de Henares, ajoutait que « les processus de détérioration du droit à l'information supposent une involution démocratique. »
   
    Il y a mieux encore.
    Julian Marias (penseur dont personne n'osera mettre en doute les ferveurs libérales) dans un article récent, publié dans «A.B.C.» le 23 septembre 1993, affirmait : « J'ai l'impression que nous sommes enveloppés dans un filet de fausseté, chaque fois plus serré, il en peut être asphyxiant... » Et il ajoutait, en se référant toujours à l'Espagne :
   

« la démocratie est faussée. Le seul système qui, à notre époque, peut avoir une légitimité – par des listes électorales closes et bloquées, c' est à dire, dépersonnalisées et irresponsables, par l'assujettissement à des ordres de parti qui annulent la liberté des représentants du peuple, par la lecture des discours dans un parlement où on ne parle pas contradictoirement, par l'appropriation indue qui fait ce Parlement de fonctions qui correspondent à d'autres pouvoirs de l'Etat, en même temps qu'il renonce aux fonctions qui lui appartiennent... »

 

   
   
    Alors, pourquoi nous donner maintenant comme exemple « indiscutable », le système démocratique en vigueur ? Sera-ce parce que son implantation globale favorise l'aspiration mondialiste de ses protecteurs de la commission Trilatérale, infiltrée dans tous les centres du pouvoir, même en Espagne ?
   


   
        Un dernier apport documentaire, pour qu'il soit bien clair que la critique faite par José-Antonio du système démocratique libéral, ne constitue pas une excentricité intellectuelle ni, tant s'en faut, un cas insolite manquant de vigueur actuelle.
    Maurice Duverger, professeur à l'université de Paris et spécialiste de l'étude des partis politiques, affirmait déjà en 1950, que « l'organisation des partis n'est certainement pas en accord avec l'orthodoxie démocratique... » et que « les parlementaires eux mêmes sont soumis à cette obéissance : la discipline du parti. »
    Il ajoutait encore : « Nous vivons avec une notion totalement irréelle de la démocratie. »
   

    « "Gouvernement du peuple par le peuple", " gouvernement de la Nation par ses représentants" :  [...] belles formules qui ne signifient rien. On n'a jamais vu un peuple se gouverner lui même, et on ne le verra jamais. »

 

   
    Rousseau lui même l'a dit ; (il est l'auteur du Contrat Social et le père de la démocratie libérale) : « En prenant le terme dans la rigueur de son acception, une véritable démocratie n'a jamais. existé et n'existera jamais ».
    Nous nous trouvons alors devant un problème sans solution ? Je ne le crois pas.
   
   
Renoncement au système démocratique.
   
    Déjà en 1931, José-Antonio dans une conférence sur la forme et le contenu de la démocratie, prononcée dans le local de l'Union Patriotique, au moment même où il reconnaissait que « l'aspiration à une vie démocratique, libre et paisible, sera toujours le point de mire de la science politique, par dessus toute mode », faisait remarquer que si « la démocratie a échoué comme forme c'est parce qu'elle n'a pas su nous procurer une vie vraiment démocratique dans son contenu.»
   


   
    Il n'est donc pas contradictoire que, des années plus tard, quand sa maturité intellectuelle et politique est entière, José-Antonio renonce à la forme démocratique du système des partis et favorise sa substitution, par la représentation familiale, municipale, syndicale, qui est une démocratie d'un contenu que ni les hommes politiques, ni les intellectuels de nos jours osent même proposer, en raison de ce qu'elle présente comme modification révolutionnaire du système juridico-politique.
   
    Et, même si pour les seuls effets dialectiques, nous admettons l'hypothétique virtualité politique du système démocratique libéral, tel que nous le connaissons dans la pratique en Espagne et tel qu'il existe dans l'environnement européen et américain (qui encadre le monde occidental), c'est-à dire, tel que le Roi l'exaltait devant l'Assemblée Française, on ne pourrait dire de ce système qu'il soit juste dans sa dimension économique ni dans la mise au point des relations sociales du travail qui dérivent de l'économie.
   
    Un système démocratique, pour être parfait, même dans ses limites humaines, devrait être efficace autant au niveau de la politique (où à évidence il ne l'est pas) que dans le tissu de la structure sociale et économique des peuples. Et même ceux qui le défendent avec le plus de ferveur, n'osent pas dire que les structures économiques et sociales, aussi bien celles de la Communauté Européenne que celles des Etats-Unis d'Amérique du Nord (pour ne citer que deux zones d'influence qui font pression sur notre réalité sociale actuelle), soient économiquement démocratiques.
   
    Or, en suivant la pensée de José-Antonio, nous devons affirmer qu'il ne peut y avoir, qu'il n'y a pas, de démocratie politique possible sans convergence démocratique économique et sociale, qui en aucun cas ne peut être égalitaire : ceci est un autre mythe antinaturel cultivé avec délectation par le sophisme libéral et par la démagogie marxiste. Cette convergence démocratique économique et sociale doit être fortement solidaire et procurer à l'homme, à tous les hommes, par le fait même de l'être, « la manière de gagner avec son travail, une vie humaine juste et digne », telle que la défendait José-Antonio et telle que nous, ses disciples, la défendons encore.
   


   
   

Le socialisme, réaction contre les abus du capitalisme.
   
    José-Antonio reconnut, par pure cohérence intellectuelle et sens de la réalité politique, la légitimité de la naissance du socialisme comme réaction contre les abus du capitalisme. Mais le socialisme enseigné par Karl Marx proclame la lutte des classes, qualifiée par José-Antonio de « dogme monstrueux » et propose comme scientifique, l'interprétation matérialiste de l'histoire, qui apporte (nous l'avons déjà trop vu dans les dernières décades, dans les pays communistes), « comme le libéralisme économique : la désagrégation, la haine, la séparation, l'oubli de tout lien de fraternité et de solidarité entre les hommes. »
   
    Ce sont les paroles du Fondateur, dans son discours du 29 octobre 1933. Mais n'importe lequel d'entre nous pourrait ajouter à ces paroles (spécialement depuis l'écroulement du socialisme réel, imposé par le Parti Communiste en Union Soviétique et dans les pays de l'Est de l'Europe, et survivant dans la Cuba de Fidel Castro, dans la Chine de Li Peng, en Angola, Mozambique, Erythrée, Soudan, Abyssinie et une multitude de pays du Tiers Monde, en Asie, Afrique, Amérique et quelque peu en Europe) que, outre ce manque de solidarité et cette haine, le socialisme, même dans sa version « sociale démocrate », a apporté aux peuples la pauvreté, l'injustice sociale, le viol des droits au travail des travailleurs, l'inégalité devant la loi, la corruption , la fraude et la faillite morale et économique de l'Etat lui même et de ses institutions essentielles. Voyez la situation dans laquelle se trouve l'Espagne sous le gouvernement socialiste.
   
    Comme vous le voyez, presque sans en avoir l'intention, conduit par le fil de la pensée vivante de José-Antonio, nous sommes allés par étapes entre le passé et le présent, comme très rapidement, nous le ferons vers le futur.
   
   
Face au libéralisme et socialisme, José-Antonio propose un faisceau d'actions.
   
    José-Antonio ne se limite pas, cependant, à formuler une critique du libéralisme et du socialisme qui, à son époque, conduisirent à la désagrégation et à la perte de la conscience nationale et de la conscience sociale, de la même manière qu'ils nous ont plongé aujourd'hui, nous, Espagnols, dans une impasse.
   


   
    Mais devant la crise des valeurs, devant la perte de l'Etre de l'Espagne et du peuple espagnol, José-Antonio propose un faisceau d'actions qui synthétisent les aspirations les plus décisives et les plus chères du peuple espagnol, et qui conjuguent tout ce qu'il y a de bon à droite et tout ce qu'il a de bon nourrit également les racines les plus nobles de la gauche.
   
    Et, tout est fait en fonction et au service de l'Homme, de la Patrie et de la Justice sociale, qui forment la trilogie vers laquelle se fonde tout l'ensemble des idées essentielles de José-Antonio, parce que, en plus de la valeur permanente de ses entités essentielles respectives, elles étaient dans les années trente – et le redeviennent dans cette décade des années quatre vingt dix – sous le même système pseudo-démocratique, stérile et contradictoire, les concepts les plus menacés et ceux auxquels ils convient d'apporter les solutions les plus urgentes.
   
    Remarquez comment José-Antonio comprend l'homme. Déjà, dans les fameux « nous voulons » du discours de fondation, José-Antonio proclame :
   

    « Nous voulons moins de verbiage libéral et plus de respect pour la liberté profonde de l'homme. Parce que l'on respecte seulement la liberté de l'homme quand on l'estime, comme nous l'estimons, porteur de valeurs éternelles ; quand on l'estime enveloppe corporelle d'une âme capable d'être condamnée et d'être sauvée. C'est seulement quand on considère l'homme ainsi, que l'on peut dire que l'on respecte vraiment sa liberté, et plus encore, si cette liberté se conjugue, comme nous le prétendons, avec un système d'autorité, de hiérarchie et d'ordre. »

 

   


   
   

Le programme de José-Antonio.
   
    Et, qu'est ce qui est défendu dans le programme normatif rédigé par José-Antonio lui-même (c'était la synthèse des travaux présentés par le 1er Conseil National de l'indissoluble unité de la Falange Espanola de las JONS) ?
    Son septième point définit sans équivoque :
   

    « la dignité humaine, l'intégrité de l'homme et sa liberté qui sont des valeurs éternelles et intangibles. Mais seul est libre celui qui fait partie d'une Nation forte et libre. Il n'est licite pour personne d'user de sa liberté contre l'union, la force et la liberté de la Patrie. Une discipline rigoureuse empêchera toute tentative d'empoisonner les relations, de désunir les Espagnols ou de les pousser contre le destin de la Patrie.»

 

   
    Je veux ouvrir ici une brève parenthèse. En jugeant ces affirmations, il y eût alors (et il y a encore maintenant) ceux qui comprennent que José-Antonio proposa un système dictatorial, « un Etat absorbant qui annule l'individualité ». José-Antonio répondit à cela avec des paroles qui prennent aujourd'hui, à nouveau, leur pleine signification et plus encore, quand on reparle, maintenant depuis le sanhédrin du libéralisme capitaliste nord-américain, d'un nouvel ordre mondial sur la base de l'implantation universelle des lois économiques du marché. A ce « nouvel ordre » capitaliste qui essaye d'imposer au monde la puissance militaire des Etats-Unis, doit s'opposer, l'Espagne et l'Europe. L'Espagne et l'Europe peuvent opposer dans le domaine éthique et moral des idées et de la justice, un « nouvel ordre chrétien », et comme le disait José-Antonio « il faut commencer par l'homme, par l'individu, comme occidentaux, comme Espagnols, et comme chrétiens » .Commencer par l'homme et passer par ses unités organiques, et ainsi nous passerons de l'homme à la famille et de la famille à la commune et d'autre part au syndicat, pour parvenir à l'Etat, qui formera un tout harmonieux. Et il ajoutait :
   

    « Dans cette conception politico-historico-morale avec laquelle nous contemplons le monde, la solution économique est implicite ; nous démolirons l'appareil économique de la propriété capitaliste qui engloutit tous les bénéfices pour lui substituer la propriété familiale, la propriété communale et la propriété syndicale. »

 

   
    Et pour qu'il n'y ait pas d'équivoque au sujet de la finalité du mouvement, en un moment de profond pessimisme historique et de décadence matérielle et morale, José-Antonio lance cette autre affirmation importante : « Nous ne satisfaisons pas nos aspirations en configurant l'Etat d'une autre manière. Ce que nous voulons c'est rendre à l'Espagne un optimisme, une foi en elle-même, une ligne claire et énergique de vie en commun ».
   
    Idée qu'il confirme et réaffirme en de multiples occasions en insistant sur le fait que notre régime – celui qu'il proposa et celui que nous défendons et proposons face à l'Espagne sans vigueur ni guide de cette fin de siècle sera tout à fait un régime national et sera profondément social, sans démagogie, parce qu'il n'y en aura pas besoin, mais implacablement anticommuniste, de sorte que « il faut relever sur une base matérielle humaine l'existence de notre peuple; mais il faut aussi l'unir par le haut : il faut lui donner une foi collective, il faut en revenir à la suprématie du spirituel. »
   
    Comme vous pouvez le voir, nous aurions beau le vouloir, que nous ne pourrions exposer dans le cours espace de temps d'une conférence plus ou moins étendue, la riche source d'idéaux suscitée par la pensée de ]osé-Antonio.
   
    Malgré tout, l'un de ses concepts fondamentaux requiert aujourd'hui une attention spéciale.
   
    La constitution républicaine de 1931 fut le reflet des engagements pris dans le pacte de San Sébastien, en 1930, d'après Miguel Maura (cf. ses Mémoires) qui fut l'un de ses signataires et le Premier ministre du gouvernement de la deuxième République. Parmi ces engagements, attentatoires à l'unité nationale, figurait la promesse faite aux représentants catalans que, dès qu'elle serait au Pouvoir, la République concèderait à la Catalogne et au Pays Basque, leurs statuts respectifs d'autonomie. Dans les pages les plus tragiques de l'Histoire de notre siècle sont écrites les conséquences que déclenchèrent ces concessions et ce manque de sens historique national.
   


   
   

Pour une unité de destin.
   
    Au sujet du statut de la Catalogne octroyé par la deuxième République, la position de José-Antonio (et seulement la sienne), fut singulièrement énergique et définitive. Dans son discours au cinéma de Madrid, le 19 mai 1935, José-Antonio remarque « quelques unes des trahisons définitives contre la Nation que nous devons à ces premiers hommes du 14 avril ».
    D'abord, le statut de la Catalogne. Nombreux sont ceux parmi vous qui connaissez les idées de la Phalange sur ce sujet. La phalange sait fort bien que l'Espagne est diverse, et peu lui importe. C'est justement pour cela que l'Espagne a eu, depuis ses origines, vocation à être un empire. L'Espagne est diverse et plurielle, mais ses différents peuples, avec leurs coutumes, leurs caractéristiques, sont unis irrévocablement en une unité de destin dans l'universel. Peu importe que les liens administratifs se relâchent, mais à une condition : que cette terre, à laquelle on donne plus de bien être, ait la conscience de l'unité de destin si affermie dans son âme, qu'elle n'aille jamais user de ce bien être pour conspirer contre son unité de destin.
   
    Or la Constitution (avec le consentement des partis de droite qui nous gouvernent maintenant) est comprise dans le sens de la i concession de l'autonomie à ces peuples qui sont arrivés à leur maturité, à leur différenciation ; c'est à dire qu'au lieu de prendre des précautions et de se jeter dans les sondages pour voir si l'unité n'est pas en danger, on donne l'autonomie à ces régions où l'unité a commencé à se briser, pour qu'elles finissent par se briser entièrement.
    Que l'on tienne compte que quand José-Antonio dit ceci, il ne spécule pas sur un risque hypothétique. Il parle après qu'en octobre de l'année antérieure, c'est à dire, en octobre 1934, le Parti Socialiste se fut lancé dans la révolution rouge des Asturies et après que le président de la Généralité, Lhuys Companys, eut proclamé depuis le Palais saint-Georges, la République indépendante de Catalogne.

Repost 0
21 novembre 2008 5 21 /11 /novembre /2008 21:59

José-Antonio une pensée vivante (par Antonio Gibello)





(Texte d'Antoine Gibello (1) publié par le Cercle Franco-Hispanique)



Avertissement

    La publication que vous avez entre les mains s'adresse d'abord à nos adolescents qui découvriront un grand martyr de la jeunesse européenne.
    Elle concerne aussi, pour une fine compréhension, les lecteurs avertis sur l'influence nationale-syndicaliste dans l'édification de l'Espagne moderne. En effet, le « miracle espagnol » dont l'apogée se situe dans les années soixante, coïncida curieusement avec l'éviction progressive des phalangistes, la fin d'une certaine harmonie sociale, les premiers attentats séparatistes et la réapparition progressive de conflits entre les travailleurs – forces vives de la Patrie – et un « patronat » libéral qui redécouvrait les délices du capitalisme sauvage par la grâce d'une nouvelle influence, celle de l'Opus Déi.
   
    « José-Antonio, une pensée vivante », au delà de son aspect historique et biographique, est une sublime projection, dans l'Espagne et l'Europe d'aujourd'hui, des fondements doctrinaux et pragmatiques du Fondateur, tombé sous tes balles partisanes à Alicante, il y a soixante ans.
   
    Cette conférence prononcée en 1993, s'inscrit dans l'actualité et procède de la plus pure méthode nationaliste.
   
    Nous aurions pu ajouter des renvois sur les évènements actuels et les hommes auxquels Antonio Gibello fait parfois référence. Mais cela aurait-il offert au lecteur une meilleure approche de José-Antonio Primo de Rivera ?
   
    L'essentiel de cette étude se trouve en effet, dans sa richesse spirituelle, dans sa précision et sa volonté de convaincre par la simplicité des mots.
   
    Ne s'agissant pas d'un texte écrit, nous avons essayé de ne pas tomber dans le piège facile d'une réécriture ou d'une monture plus « française ». En conséquence, les « lourdeurs » que vous pourriez y déceler sont – sinon volontaires – du moins inévitables.
   
    Que cette lecture puisse vous ouvrir de nouvelles perspectives dans la connaissance et l'action... Telle et notre seule ambition.
   
   
Olivier Grimaldi



   
   
   
   
Conférence prononcée par Antonio Gibello, à la faculté de droit de l'université d'Alcala de Henares,
et organisée par l'Association universitaire : DISPAR.  Novembre 1993.
 

  
   
    Chers amis universitaires : merci beaucoup de m'avoir invité et, plus particulièrement de votre décision d'organiser cette cérémonie quand tant d'hommes qui n'ont pas assumé leurs responsabilités, prétendent plonger dans l'oubli la conscience historique de l'Espagne.
   
    Nous sommes venus réfléchir à voix haute sur un homme et une pensée politique. Je désirerais que nous le fassions dans le meilleur style universitaire. Un homme, qui tout au long de ses trente trois ans de vie, eut un comportement exemplaire au milieu d'un environnement dramatique, peut-être dans une des périodes les plus graves et les plus décisives de l'Espagne et de l'Europe du vingtième siècle. Un homme cohérent avec ses origines et son destin. Il fit sienne la consigne que lui-même avait donnée à la jeunesse qui le suivait : « La vie ne vaut la peine d'être vécue que si on la brûle au service d'une grande cause. » Un homme enfin, qui perfectionna sa vocation professionnelle avec rigueur et exigence et qui sut projeter sa puissance intelligence et la beauté poétique de son verbe ardent, au service amoureux et critique de l'Espagne et de son peuple.
   

   
    Cet homme, vous l'avez déjà deviné, fut José-Antonio Primo de Rivera y Saenz de Hérédia, né à Madrid le 24 avril 1903 et mort, fusillé, à Alicante, le 20 novembre 1936.
   
    Deux documents exceptionnels disent bien quelles furent sa volonté, sa force de caractère et sa foi jusqu'aux derniers instants de son existence : son testament politique et les dernières paroles qu'il adressa au groupe de miliciens de la FAI (Fédération Anarchiste Indépendante), commandés par leur responsable Toscano, alors qu'ils le conduisaient vers la cour de la prison où il devait être fusillé par un peloton de gardes d'assaut.
    De son testament, je vous en rappellerai seulement une pensée :
   

 

    «Plût au Ciel que mon sang soit le dernier sang espagnol versé dans des discordes civiles. Plût au Ciel que je trouve le peuple espagnol en paix ; il est si riche des qualités profondes : la Patrie, le Pain et la Justice. »

 

   
   Et du soliloque adressé au peloton de la FAI, il reste le témoignage de ces paroles émouvantes qui résument son élan vital permanent :
   

    « Mon rêve est celui de la Patrie, du Pain et de la Justice pour tous les Espagnols, et de préférence pour ceux qui ne peuvent gagner les bonnes grâces de la Patrie, parce qu'ils manquent de Pain et de Justice. »

   
    La Patrie, le Pain et la Justice constituent la trilogie des aspirations sur lesquelles José-Antonio édifie toute sa pensée politique, pour un destinataire et un protagoniste unique : l'Homme.

    L'Homme considéré comme porteur de valeurs éternelles, c'est-à-dire, investi de qualités qui sont consubstantielles à sa nature en tant que créature de Dieu et, par cela même, éternelles et intangibles, supérieures et antérieures à tout droit positif, parce qu'elles appartiennent à la sphère des droits naturels. José-Antonio synthétise ces valeurs en trois dimensions qui sont : la Dignité, la Liberté et l'Intégrité de la personne humaine.
    Il est important de considérer clairement cette valorisation de l'homme pour comprendre le pourquoi de la critique que José-Antonio fait aussi bien du système libéral capitaliste que du système socialiste. N'oublions pas que José-Antonio, en s'opposant à l'Espagne de son temps, adopte envers elle, une attitude critique, logique et fondamentale. Il essaie d'analyser intellectuellement un phénomène aussi bien politique, sociologique, économique que scientifique. C'est cet esprit critique qui va éclaircir et définir en ]osé-Antonio les maux qui tenaillent et immobilisent un peuple qui avait accueilli avec allégresse le changement de la monarchie à la république, et qui avait espéré que ce changement de la monarchie apporterait, en fin .de compte, la transformation radicale de la vie espagnole toute entière. Le groupe d'intellectuels qui, avec son manifeste, amena la chute de la monarchie et l'avènement de la seconde république, l'avait poussé à cette joie, à cet espoir. Le manifeste fut signé par Ortéga y Gasset, Perez de Ayala et Maranon. Ils invitèrent les Espagnols à se mobiliser dans l'espoir d'une tâche collective de renaissance nationale, qui marqua le destin de toute une jeunesse qui refusait de continuer à traîner la vie plate, sans envergure et sans horizon, à laquelle l'avait conduit la décadence de la monarchie.
   

   
    Pour comprendre depuis la perspective de notre époque, la pensée et l'ensemble des idées de José-Antonio, il est indispensable de les situer dans l'environnement historique, social et culturel de leur époque.
    D'autre part, ce que nous appelons « doctrine » de José-Antonio ne se limite pas à un programme constitué de définitions et de solutions concrètes, ni à un formulaire hermétique composé de desseins plus ou moins immédiats.
   


   
    Il s'agit d'un faisceau de vecteurs qui partent de l'homme, de la conception spirituelle de l'homme, face aux thèses matérialistes du capitalisme libéral et du capitalisme d'Etat socialiste.
    Et, de l'homme, on passe à son environnement le plus proche : la famille, la commune, le syndicat, pour culminer finalement à l'édification de l'Etat. Je parle de vecteurs d'idées, c'est-à-dire, des axes de direction d'une pensée vivante que l'on peut projeter dans le temps et dans l'espace et, par cela même, d'une pensée dynamique, ouverte et pénétrante dans le futur, comme des flèches lancées à l'infini.
   


   
    C'est ce qui explique l'évolution logique et le développement que subirent les idées de José-Antonio, depuis leurs précoces participations dans les virevoltes politiques de l'union monarchique, jusqu'à leurs mûres réflexions dans les journées déjà révolutionnaires, chargées de dramatisme et de vigueur, des discours prononcés au cours des années 1935 et 1936.
   
   
De l'union monarchique aux journées révolutionnaires.
   
    C'est pour cela que j'insiste sur le fait que sa pensée ne serait pas compréhensible, sans la valorisation des événements qui marquent l'histoire agitée des années pendant lesquelles il lui a été donné de vivre. Années marquées par de dramatiques événements : en 1909, la tragédie de Barranco del Loboa lorsque l'Espagne faisait la guerre en terre marocaine, et la semaine tragique de Barcelone, conséquence directe de ce revers guerrier; 1917, la grève révolutionnaire suscitée par le parti et le syndicat socialiste UGT (Union General del Trabajo) ; 1921, le désastre de Annual et l'ouverture de l'enquête Picasso qui accusait le roi Alphonse XIII d'être responsable de l'hécatombe et qui aurait conduit donc huit ans plus tôt, à la chute de la monarchie si le coup d'Etat du général Primo de Rivera, en 1923, ne s'était pas produit dans l'intervalle.
    Ce fut précisément la dictature et le traitement ingrat qu'il subit de la part du Roi, qui furent directement à l'origine, de l'amour filial blessé et de l'entrée définitive dans le tourbillon de l'action politique de José-Antonio. Quand José-Antonio fait irruption avec son discours fondateur de la Phalange espagnole, l'Espagne se trouve alors en campagne électorale. La deuxième république avait déjà subi de graves crises : d'une part, le feu mis aux églises (en mai 1931) et la désaffection consécutives de ces intellectuels qui, après avoir participé à son avènement, s'avisent de la trajectoire trompeuse de la république en disant : « ce n'est pas cela, ce n'est pas cela... » et d'autre part, le soulèvement militaire dû à la politique de démantèlement de l'armée imposée par Manuel Azana. La tragédie de Casas Viejas, véritable insurrection prolétaire contre la république bourgeoise, pompeusement auto-proclamée, république des « travailleurs de toutes les classes » survient également et de manière non moins significative.
    Cette rébellion prolétaire, soutenue par un groupe d'anarchistes, fut étouffée par la brutale et expéditive méthode des « tirs au ventre » ordonnée par « l'exquis » Manuel Azana lui-même. Cet Azana fut l'un des responsables les plus importants de la guerre civile.
   
    José-Antonio affirme, en analysant la réalité qui l'entoure, (1933 est en Europe l'année où Hitler accède démocratiquement au pouvoir, et où le dixième anniversaire de la Marche sur Rome voit le triomphe du fascisme italien de Mussolini) :
   

    « Quand nous, hommes de notre génération, nous ouvrons les yeux, nous nous trouvons face à un monde moralement en ruines, un monde scindé par toutes sortes de différences ; et en ce qui nous concerne de près, nous nous trouvons dans une Espagne moralement en ruines, une Espagne divisée par toutes les haines et par tous les antagonismes ».

 

   
   
Le système libéral est responsable de la division de l'Espagne.
   
    Quelles sont dans la pensée de José-Antonio les causes de cette division ?
    En premier lieu, la doctrine libérale. La critique que José-Antonio fait du système libéral et de ses conséquences, garde aujourd'hui toute sa fraîcheur. Par le principe du « laissez faire », du « laissez passer », l'Etat libéral se constitue « en simple spectateur des luttes électorales ». Dans le monde politique tout cède devant la pratique du suffrage « cette farce des bulletins dans une urne en cristal ». Et dans le domaine économique, il abandonne le devoir de diriger qui lui échoit et laisse les lois du marché déterminer la marche de l'économie.
   


   
    Peu importe à l'Etat libéral fondé sur le système des partis politiques, (et nous sommes en train de constater le fait à nouveau en Espagne), que la lutte électorale débouche irrémédiablement sur une lutte acharnée pour le pouvoir, en utilisant toutes les querelles bruyantes, tous les mensonges, tous les pactes, tous les dessous de table et toutes les tractations, en marge de la volonté des électeurs et que, comme José-Antonio le déclara, le change en « système le plus ruineux de gaspillage d'énergies ». Peu importe à l'Etat libéral que les partis « soient pleins d'ordures ». Comme rien ne l'affecte, mais au contraire paraît le réconforter, à savoir que le système capitaliste, version économique du libéralisme, consente à ce que les lois du marché soient conditionnées et perverties, en les contrôlant, en les manipulant, en les prostituant moyennant la concentration financière et industrielle et l'oligopole des canaux commerciaux de distribution. Ils ruinent le petit et le moyen chef d'entreprise, le travailleur autonome, le commerçant indépendant et, même les grandes entreprises de création nationale que l'on voit soumises à la persécution et à la démolition par l'internationale de l'argent complice de ses cipayes intérieurs, souvent installés aux commandes.
   


   
    Nous ne parlons pas seulement du passé. Cette réalité n'est pas uniquement celle d'hier, comme nous le verrons à présent.
    En faisant cette critique du système libéral et capitaliste, José-Antonio ne se contente pas de le dénoncer dans son discours fondateur (considéré par lui-même comme un prélude), mais il insiste lors de toutes ses interventions et écrits postérieurs, avec une précision et une rigueur intellectuelle croissante.
    Dans ses discours à Valladolid (en José-Antonio mars 1934 et en mars 1935), dans la conférence du Cercle de l'Union Commerciale devant un auditoire de personnalités de la vie économique, dans les deux meetings populaires du cinéma de Madrid en mai et novembre 1935, et finalement dans celle qui devait être sa dernière grande comparution publique dans la capitale de l'Espagne : le discours du cinéma Europa, prononcé le 2 février 1936 en liaison radiophonique avec le cinéma Padilla, où il définit la position de la phalange avant les élections qui devaient voir le triomphe du Front Populaire.
    Une fois connue, l'impeccable rigueur de l'analyse de José-Antonio et spécialement les événements, et les diagnostics des intellectuels les plus rigoureux de notre époque (et qui osent encore l'être), on est stupéfait par l'acharnement qui, à nouveau, se manifeste dans la défense et l'exaltation du libéralisme partisan et de l'économie de marché (instrument du capitalisme international) comme unique débouché pour l'Europe et le monde après l'apparent écroulement du socialisme soviétique ; sans vouloir remarquer par myopie ou intérêt abâtardie, étranger à l'intérêt des peuples européens et aux principes mêmes de notre culture et de notre civilisation, l'immense échec vécu aujourd'hui avec acuité par le système démocratique partisan et, plus encore la crise profonde dans laquelle se débat dans le monde entier, l'économie capitaliste dont la perversité essentielle réside dans son injustice distributive.
   
    Comme preuve de cette erreur de perception, je fais part curieusement d'un fait récent qui nous concerne, spécialement nous,  Espagnols. Le 7 octobre dernier, dans son discours devant l'Assemblée française ( significatif sans aucun doute non parce qu'on a mis en avant qu'il était le premier que prononçait un chef d'Etat espagnol, mais, selon mon jugement, il est significatif parce qu'il exprime la subordination dont souffre l'Espagne, à l'égard de la politique française), le roi Juan Carlos fit ressortir « le rôle décisif des institutions démocratiques dans l'idée européenne » et évoqua « l'originalité de la période actuelle de notre histoire » par deux remarques : « le renforcement indiscutable et désormais indiscuté au moins de manière globale et radicale, du système démocratique et en second lieu, par l'existence de la Communauté Européenne ».
   



[seconde partie ; troisième partie]






(1)
Antonio Gibello est né à Madrid en 1932 et fera toute sa carrière dans la capitale.
    Bachelier à l'age de seize ans, « il entre en politique » l'année suivante en participant à la campagne organisée par le « Frente de la Juventud » contre l'analphabétisme.
    Quelques mois plus tard, il est nommé chef de Centurie des « Falanges Juveniles de Franco ». Parallèlement à ses activités syndicales, il suivra des études de journalisme et sera promu en 1968 dans la promotion «Europe».
    Ayant suivi les cours universitaires de ce qui équivaut en France à « Sciences-Po », il entre au quotidien « Arriba » comme chroniqueur politique. Il y restera jusqu'en 1968, tournant de sa vie militante et personnelle.
    Rédacteur en Chef de l'agence de presse Pyresa, il entre à la rédaction du quotidien de la Confédération nationale des Combattants : « El Alcazan ».
    Trois ans plus tard, il dirigera ce journal jusqu'en 1977.
    Elu par ses pères à deux reprises, « meilleur journaliste », Antonio Gibello a écrit plusieurs ouvrages dont « José-Antonio, cet inconnu ». Trois éditions consacrèrent ce travail. L'édition de 1985 est aujourd'hui considérée comme la meilleure biographie au monde, sur le fondateur de la Phalange.
    A 63 ans, Antonio Gibello dirige plusieurs revues professionnelles dont celle de la Guardia Civil.
   
    Il n'a pas pour autant quitté sa chemise bleue. En 1994, avec notre camarade Alberto Torresano, il a crée un mensuel national syndicaliste, à vocation européenne. MENS recueille aujourd'hui les plus prestigieuses signatures phalangistes. Français et Italiens y collaborent.

Repost 0
28 juillet 2008 1 28 /07 /juillet /2008 20:13
[Article - qui n'engage que son auteur - de Dominique Venner consacré à Julius Evola dans le dernier numéro de la NRH (n°37, juillet-août 2008) dans un dossier consacré aux mystères du postfascisme]


Evola. Philosophie et action directe


        Considéré par certains comme « le plus grand penseur traditionaliste d'Occident », Julius Evola (1898-1974) eut toujours des rapports difficiles avec le MSI tout en exerçant une influence certaine sur les cercles plus radicaux, les FAR en leur temps puis Ordine Nuovo ou Avanguardia Nazionale. Evola s'était tenu en marge du fascisme durant le Ventennio (1922-1943). Malgré ses critiques, il se voulut cependant solidaire de la RSI après 1943. Tenant à la fois de Nietzsche et de Guénon, il cultivait à la façon du premier le mépris de la plèbe et l'éloge du surhomme autoconstruit. Mais il rejoignait René Guénon dans son interprétation de l'histoire comme un processus de décadence et d'involution conduisant, selon la tradition hindoue, au Kali-Yuga, l'âge démoniaque précédant le retour au chaos originel (1). Il était prêt cependant à reconnaître que certaines formes politiques, plus ou moins en accord avec son idée hiératique de la Tradition, pouvaient ralentir le déclin. Telle était son interprétation du fascisme, dans la mesure où celui-ci, par sa tentative de réhabilitation des valeurs héroïques, constituait un défi aux sociétés modernes et à l'homme-masse sans visage.

        Aux yeux des militants ou des intellectuels de la jeune génération post-fasciste, Evola présentait l'avantage de procéder à une critique interne vigoureuse du fascisme sans céder à l'antifascisme. Il offrait une « vision du monde » cohérente et sophistiquée, impitoyable pour la modernité, à laquelle il opposait une construction beaucoup plus radicale et absolue que celle du fascisme (2). Condamnait par exemple le nationalisme pour son inspiration « naturaliste », Evola lui opposait « la race de l'esprit » et « l'idée, notre vraie patrie ». Ce qui compte, disait-il, « ce n'est pas d'appartenir à une même terre ou de parler une même langue, c'est de partager la même idée (3) ». Quelle idée ? Celle d'un ordre supérieur, dont la Rome antique, une chevalerie médiévale ou la Prusse avaient été l'expression. Il proposait un style de vie fait de sévérité, de discipline, de dureté, de sacrifice, pratiqué comme une ascèse. Evola n'était pas un pur esprit. Il avait servi dans l'artillerie au cours de la Première Guerre mondiale, et avait été, dans sa jeunesse, un alpiniste émérite, auteur d'admirables Méditations du haut des Cimes. À sa mort, ses cendres furent déposées au sommet du Monte Rosa.

        Vers 1950, croyant alors aux chances du MSI, Evola voulut donner une « bible » guerrière aux jeunes militants de ce mouvement : ce fut Les Hommes au milieu des Ruines (*), essai préfacé par le prince Borghese (4). Ses espoirs ayant été déçus, il s'éloigna du MSI et de toute action politique à partir de 1957. Il publia un peu plus tard Chevaucher le Tigre (1961), (**) ouvrage difficile qui contredisait le précédent (5). Il déclarait en substance que dans un monde courant à sa ruine, rien ne valait d'être sauvé, le seul impératif catégorique étant de suivre sa voie intérieure avec un parfait détachement pour tout ce qui nous entoure, mais en assumant ce que la vie offre de tragique et de douloureux. Ce message souleva de vives controverses dans la secte de ceux que l'on qualifiait ironiquement de « Témoins d'Evola ». Les uns le comprirent comme une invitation à se retirer du monde, et les autres comme une incitation à dynamiter la société décadente. C'est cette part du message qu'entendront les adeptes italiens de l'activisme brutal qui se manifestera au cours des « années de plomb ».

        Ce qu'exprimait Chevaucher le Tigre reflétait le dégoût que pouvait inspirer aux plus idéalistes le marais de la petite politique parlementaire dans lequel s'enfonçait le MSI. Mais, au-delà, était en cause l'évolution  d'une société italienne et occidentale soumise à l'emprise du consumérisme et du matérialisme.
Au cours des décennies suivantes, la généralisation de la violence et du terrorisme de gauche eut des effets importants au sein de la droite radicale qu'influençait le philosophe. Les deux principales organisations extra-parlementaires, Ordine Nuovo et Avanguardia Nazionale, avaient été dissoutes en 1973, ce qui poussait à l'illégalité. Mais cette stratégie fut brisée net par la répression.

        Cependant, une nouvelle génération était à l'oeuvre qui avait fait d'Evola une lecture superficielle. Née après 1950, étrangère à la mémoire historique du fascisme, elle critiquait volontiers les « vieux » du MSI, et tout autant les monstres sacrés de la droite activiste, genre Borghèse, et leur stratégie désuète du coup d'Etat. On proclama avec emphase la fin des idélogies et la primauté de l'action. Pour cette génération de très jeunes militants, devant le vide des anciennes valeurs mortes, subsistait le combat comme valeur existentielle. « Ce n'est pas au pouvoir que nous aspirons, ni à la création d'un ordre nouveau », lit-on en 1980 dans Qex, bulletin de liaison des détenus politiques de la droite radicale. « C'est la lutte qui nous intéresse, c'est l'action en soi, l'affirmation de notre propre nature ». L'influence de Chevaucher le Tigre était évidente. Mais ce qui, chez Evola, devait résulter d'une ascèse intérieure, était réduit ici à sa lettre la plus brutale, par l'identification au mythe simpliste du « guerrier ». cette dérive conduisait à la théorisation sommaire du « spontanéisme armé », autant qu'au retrait dans une tour d'ivoire ésotérique.

Dominique Venner.


1. Julius Evola a rédigé lui-même sa propore biographie intellectuelle, Le Chemin du Cinabre, trad. Philippe Baillet, Arché/ Arktos, 1982.
2. Le principal ouvrage théorique de Julius Evola, Révolte contre le Monde moderne (1934), a fait l'objet d'une traduction par Philippe Baillet, aux Editions de L'Age d'Homme, en 1991.
3. Julius Evola, Orientamenti (1950) (***), Settimo Sigillo, Rome, 1984, p. 42.
4. Julius Evola, Les Hommes au milieu des Ruines (1953), Traduction aux Sept Couleurs par Pierre Pascal en 1972. Nouvelle édition revue par Gérard Boulanger chez Pardès en 1984 et 2005.
5. Julius Evola, Chevaucher le Tigre, traduction par Isabelle Robinet, La Colombe, 1964, et Guy Trédaniel éditeur, 2002.


NDMSR :

* Voir sur
Du Haut des cimes quelques passages sur le racisme et quelques autres.
** Sur le même site,
la préface de Philippe Baillet.
*** Orientations, accessible
ici en français.
Repost 0
10 juillet 2008 4 10 /07 /juillet /2008 20:17
Edmund Burke, premier écrivain de la contre-révolution par Yves Chiron




En 1789, les Rivarol, Royou, Du Rozoi furent les premiers à s'opposer, la plume à la main, à la vague déferlante de l'anarchie et à l'antichristianisme. Ils le firent dans des journaux qui, les uns après les autres, disparurent à mesure que la Terreur se répandait dans Paris, brisant les derniers îlots d'ordre et de vérité. Honneur doit donc leur être rendu. Pourtant c'est de l'étranger, d'Angleterre, qu'est venue la première opposition doctrinale à la Révolution : les Réflexions sur la France. C'était l'oeuvre d'un député whig, Edmund Burke, d'origine irlandaise.


Le 1er novembre 1790, l'ouvrage était publié à Londres, dès le 29, il était traduit en français. 536 pages d'une analyse détaillée des événements survenus en France depuis un peu plus d'une année, mais aussi une réfutation virulente des principes et idées qui animaient cette Révolution. L'ouvrage fit grand bruit. Tiré à 30 000 exemplaires en Angleterre, chiffre énorme pour l'époque, à 10 000 en France, traduit aussi en allemand, en italien. Il a influencé nombre des penseurs contre-révolutionnaires du XIXe siècle. Joseph de Maistre, après avoir lu le livre, écrivait à un ami le 21 janvier 1791 :

« Pour moi j'en ai été ravi, et je ne saurai jamais vous exprimer combien il a renforcé mes idées anti-démocratiques et anti-gallicanes. Mon aversion pour tout ce qui se fait en France devient de l'horreur ».




La passion révolutionnaire

Edmund Burke connaissait bien notre pays. Il y séjourna à différentes reprises. Lors d'un voyage à Paris, au début de 1773, il fut reçu par Madame du Deffand et fit la connaissance de quelques-uns des « Philosophes » alors à la mode. Par la suite, il entretint une correspondance assidue avec des amis français. Ce sont ces correspondants français qui vont être les informateurs de Burke à partir de 1789.

C'est un député du Tiers-Etat, élu par bailliage de Rouen, J.-B. Decrétot qui, en juin 1789, écrivait à Richard, fils d'Edmund Burke, pour lui faire le récit des premières semaines des Etats Généraux et leur transformation en Assemblée nationale puis constituante. Les informations lues dans les journaux anglais, le texte imprimé des différentes séances de l'Assemblée qu'on lui envoyait, s'ajoutèrent à ces témoignages directs.
Les journées sanglantes de juillet, l'agitation perpétuelle de Paris, le vent de la folie qui semblait souffler sur les meilleurs esprits commencèrent d'inquiéter Burke. Le 9 août 1789, dans une lettre à un ami, le comte de Charlemont, il disait l'inquiétude que suscitait en lui cette « vieille férocité parisienne [qui] a resurgi d'une manière affreuse ».

L'origine des Réflexions est une lettre adressée à un ami français, Charles Jean-François Depont, ex-conseiller au Parlement de Paris. Celui-ci avait demandé son sentiment sur les événements de France. Burke répondit par une première lettre en novembre 1789 puis par une seconde, en janvier 1790, qui, jamais envoyée, deviendra un gros livre.

L'ouvrage n'a pas la charpente d'une réfutation en règle, cartésienne, point par point. On dirait une longue coulée de lave, incandescente, brillant de mille feux (il faut considérer que Burke fut un des plus célèbres orateurs du parlement anglais, parvenant même, en une occasion, à faire s'évanouir certains de ses auditeurs par l'évocation des cruautés anglaises aux Indes !). De ce long fleuve des Réflexions quelques grands thèmes peuvent être tirés qui éclairent sur le processus révolutionnaire

D'abord l'idée que la passion révolutionnaire a eu raison d'un noble et ancien régime parce que le programme révolutionnaire, si l'on peut dire, était aussi fou que séduisant :

« Le petit catéchisme des droits de l'homme est facile à apprendre, et des passions suffisent pour en tirer des conséquences ».


 Ailleurs, burke fera remarquer qu'avec l'Assemblée, les clubs, pour certains (écrivains, hommes de loi, avocats) a commencé une course effrénée pour sortir de leur rang, de leur état : l'ambition politique pour se consoler d'une carrière ratée ou de gains médiocres.



La folie de créer du neuf en politique

Les pages les plus fortes de Burke, peut-être, portent sur la fièvre constitutionnelle qui a atteint les députés à partir de juin 1789 – et qui depuis, soit dit en passant, n'a pas cessé. Des hommes réunis pour proposer et discuter quelques réformes décident tout à coup, sur l'inspiration de clubs et de loges maçonniques, de se proclamer « Assemblée nationale », représentants du peuple français en son entier, puis « Assemblée nationale », représentants du peuple français en son entier, puis « Assemblée constituante », c'est-à-dire délégués pour donner au pays une constitution écrite, de nouvelles institutions. Un Rabaud Saint-Etienne, qui deviendra président de l'Assemblée, déclare du haut de la tribune :

« Tous les établissements en France couronnent le malheur du peuple : pour le rendre heureux, il faut le renouveler ; changer ses idées, changer ses lois, changer les mots, tout détruire ; oui, tout détruire ; presque tout est à recréer ».




Rien ne paraît plus fou à Burke qui cite ce texte. Selon lui, la politique se doit d'être attentive aux leçons du passé, aux leçons de l'Histoire : « l'Histoire est un grand livre ouvert pour notre instruction ; c'est dans toutes les erreurs passées, c'est dans tous les maux qui ont accablé le genre humain qu'elle puise pour l'avenir les leçons de sa sagesse ». Les députés de la Constituante, du moins pour la majorité d'entre eux, n'avaient certes pas cette vision des choses. Leur constitution devait obéir à des principes, ceux des droits de l'homme votés en août 1789 et qui figurent en préambule au premier texte constitutionnel voté. Il s'agissait pour eux de déduire de ces principes nouveaux des institutions politiques nouvelles.


Burke s'élève fortement contre cette prétention de feuille blanche et de table rase :

« Je ne peux concevoir comment aucun homme peut parvenir à un degré aussi élevé de présomption, que son pays ne lui semble plus qu'une carte blanche, sur laquelle il peut griffonner à plaisir. Un homme qu'une bienveillance toute spéculative inspire chaudement, peut désirer que la société dans laquelle il est né soit autrement constituée qu'il ne l'a trouvée. Mais un bon patriote et un vrai politique considérera toujours quel est le meilleur parti que l'on puisse tirer des matériaux existants dans sa patrie. Penchant à conserver, talent d'améliorer, voilà les deux qualités réunies qui me feraient juger de la bonté d'une homme d'Etat. »


Cette dernière sentence est sage. L'abbé Balestrier de Canilhac présentant en 1791, aux lecteurs français l'ouvrage de Burke, louait celui-ci d'avoir rappelé qu'« en politique, il ne faut pas toujours considérer le droit mais l'utile. » La politique n'est pas une science abstraite, dégagée des contingences, des choses, des hommes, des événements comme le voudraient les machiavéliens ou les opportunistes. La politique est un service, service du bien commun, « penchant à conserver, talent d'améliorer » dit Burke. A la fin de sa Politique, Aristote avait déjà défini l'esprit de service : « la mesure, le possible et le convenable ».
Repost 0
24 juin 2008 2 24 /06 /juin /2008 20:16
[Charles Maurras et sa préhistoire par Jean Mabire. Chronique publiée dans National-Hebdo et repris dans les Cahiers de Chiré.]


        En consacrant une minutieuse et laudatrice biographie à son maître, Yves Chiron (1), directeur du Bulletin Charles Maurras, a l'immense mérite de faire connaître un homme et une oeuvre injustement minorisés. À une époque où l'on a célébré à grand fracs le dixième anniversaire de la disparition de Jean-Paul Sartre, penseur engagé s'il en fut, et où le rôle des intellectuels dans la cité est plus que jamais remis en perspective, il est indispensable de connaître Maurras. On peut ne pas partager ses idées : encore faut-il les connaître et aussi savoir quelle en fut la « préhistoire ». Une réflexion sur les rapports de la pensée et de l'action est plus que jamais indispensable, même si elle aboutit à une critique de la démarche de Maurras et surtout des maurrassiens. On peut aussi se poser la question de savoir ce qu'il serait advenu de l'oeuvre littéraire de ce jeune poète provençal s'il n'avait été saisi par le démon de la politique. Quant à l'homme, ce livre prouve que nous le connaissons mal. Il mérite mieux que l'adulation de ses disciples et le mépris de ses adversaires.


       Jamais déterminisme régional ne joua un tel rôle que dans le cas de ce fils du soleil, issu des rivages (Martigues) et des collines (Roquevaire) de la Provence, né en 1868, un 20 avril (quelle ironie pour cet opiniâtre contempteur de la race germanique !)
        Il se sentira toute sa vie enraciné en terre occitane et se voudra héritier de l'antique civilisation gréco-latine, relayée par la discipline catholique romaine. Chez lui, la fidélité à la terre et au ciel de sa jeunesse aixoise domine des choix intellectuels qu'il croit guidés par la raison et qui le sont aussi, malgré lui, par l'instinct.

        S'être voulu avant tout « classique » et apparaître comme le dernier « romantique », quelle dérision, mais aussi quelle richesse, chez ce poète, guide de son peuple !

        Tout fondateur – et Maurras le fut plus que nul autre – n'en est pas moins aussi un héritier. Il ne faut jamais oublier que les maîtres de ce maître furent Mistral pour le meilleur et Barrès pour le pire (bien sûr, il faudrait nuancer, mais la nuance n'est pas maurrassienne).


ECOLE ROMANE

        De l'auteur de Mireille, chantre du peuple provençal, il tire un amour vibrant de la langue maternelle, un patriotisme du sang et du sol, une vision « populaire » dans le meilleur sens du terme, qui le mènera au félibrige et à des idées autonomistes et fédéralistes qui peuvent apparaître comme le meilleur de sa sensibilité et son héritage.
        À l'auteur des Déracinés, il emprunte un chauvinisme étroit et réducteur qui, plus encore que par la haine viscérale de l'Allemagne et du germanisme, se traduira par un paradoxal ralliement à un ultra-nationalisme plus proche qu'on ne le croit du jacobinisme tricolore des républicains tant haïs.

        Dès son arrivée à Paris, l'amitié du poète gréco-parisien Papadiamantopoulos, dit Jean Moréas, le conduit à fonder une Ecole littéraire et politique romane qui transcende sa Provence pour s'étendre à tout le monde méditérranéen.
        Il est faut de dire que Maurras est incapable d'abolir les frontières. Bien au contraire. Le drame est qu'en opposant la « romanité » et la « barbarie », il se sent plus proche d'un « civilisé » de Grenade, de Naples ou d'Athènes que d'un « sauvage » de Quimper, de Dunkerque ou de Strasbourg !
        Son nationalisme français d'origine provinciale (c'est-à-dire d'un « pays vaincu » dans l'ordre romain) s'enferme de surcroît très vite dans un choix royaliste dont il ne se départira jamais, même quand il considérera la venue du Maréchal Pétain comme une « divine surprise ».

        Quand il se lance dans la politique dans les dernières années du XIXe siècle, il aura du mal à convaincre ses amis patriotes de sauter le pas monarchiste. Mais ce petit homme à l'allure de mousquetaire qui domine, à force d'une prodigieuse volonté, le handicap de la surdité, est un opiniâtre.
        Par conviction ou par lassitude, les créateurs de l'Action française  vont, à son image, se complaire dans une querelle monarchie-république qui, pour satisfaire aux exigences d'une séduisante dialectique, ne les enfermera pas moins dans une atmosphère de guerre civile.
        D'où les chahuts estudiantins et les invectives. D'où aussi chez l'auteur du Chemin de Paradis, une passion polémique typiquement méridionale qui le conduira ) être désavoué par le Prince et condamné par l'Eglise.


CATHOLIQUE MAIS NON CHRETIEN

        On peut ne pas aimer Maurras, mais on ne peut qu'être fasciné par l'obstination de cet homme, certain de son intelligence et de sa raison jusqu'à être plus royaliste que le roi et plus catholique que le pape. Catholique mais non chrétien. Le Vatican, dont il révérait la puissance temporelle plus que spirituelle, avait bien discerné le paganisme de ces premiers livres. Il en reste encore, si je ne me trompe, sept inscrits à l'Index ! Là encore, la Provence est reine quand il fait cohabiter les dieux et les nymphes de l'Attique et du Latium avec le culte de la Vierge Mère, dont fut imprégnée sa pieuse enfance et qui patronnera une tardive conversion sur son lit de mort.

        Que Maurras est compris que l'idée précède l'action et qu'il n'y a pas de politique sans idéologie (ce qui ne contredit pas son célèbre « politique d'abord » est sans doute son apport essentiel. L'AF fut une école de pensée qui marqua au moins deux générations.

        Les nombreuses dissidences et les échecs répétés devraient aboutir au paradoxe des paradoxes : le plus tenace des adversaires de l'Allemagne condamné à la réclusion perpétuelle pour « intelligence avec l'ennemi », après un procès qu'il avait affronté, francisque à la boutonnière et dont il s'écria : « C'est la revanche de Dreyfus ! ».

        Après sept ans et sept mois de prison, le vieux lutteur est mort en exil à Saint-Symphorien-lès-Tour, le 16 novembre 1952.

        Même ceux qui ne partagent pas sa doctrine ou qui ne sympathisent guère avec le personnage, doivent le louer d'avoir  d'avoir naguère prononcé la plus intelligente et la plus nécessaire de toutes les maximes :

        « Le désespoir en politique est une sottise absolue ».






Jean Mabire


(1) Yves Chiron, La Vie de Maurras, 504 pages, 15 photos, Perrin. Que ce livre soit hagiographique est normal, qu'il soit dépourvu d'index est fâcheux. On lira aussi le splendide album consacré à Maurras par son fidèle Pierre Pascal (1909-1990), 350 F, paru aux Editions de Chiré, BP 1, 86190 Chiré-en-Montreuil, où l'on trouve de nombreux livres « maurrassiens » dans un sens très large.
Repost 0
13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 20:21
[Seconde partie de l'article de Luc Tirenne sur Donoso Cortes]


DROITE ET GAUCHE

        L'analyse de Donoso n'est jamais superficielle, elle ne s'attarde pas aux faits, mais elle remonte des faits et des opinions contingentes aux options primordiales. Donoso élève le débat au niveau de la métaphysique implicite qui fonde toute pratique politique. Il pose ainsi les vrais termes de la controverse qui oppose en une lutte à mort ce qu'il appelle « la civilisation catholique » et « la civilisation philosophique », opposition qui recouvre, mutatis mutandis, l'antagonisme politique droite-gauche.
Dès que la politique fait intervenir les notions religieuses de bien et de mal, elle se fait, qu'elle le veuille ou non, servante de la théologie. Et il ne suffit pas d'éluder ces termes pour s'affranchir de la théologie. Une pratique politique se détermine d'après des valeurs, et tout système de valeur réintroduit les notions de bien et de mal en leur donnant un nouveau contenu.
        Il est incontestable que la droite, même en dehors de toute référence religieuse, possède une conception pessimiste de l'homme que Donoso Cortes traduit en termes théologiques :

        « La civilisation catholique enseigne que la nature de l'homme est corrompue et déchue, corrompue et déchue d'une manière radicale dans son essence et dans tous les éléments qui la constituent ».


(Lettre à Montalembert, 1849)


        Toute amélioration sociale repose donc avant tout, pour l'homme de droite, sur une transformation interne de l'homme par lui-même, et suppose chez celui-ci une conscience claire de ses limites et de sa responsabilité conformément à la tradition philosophique de l'Antiquité.
        Donoso Cortes dégage très finement la conception implicite de l'homme qui recouvre la théorie de l'aliénation propre à la gauche. Selon celle-ci, l'homme est virtuellement un Dieu encore prisonnier des liens sociaux, religieux et politiques. L'histoire s'interprète alors comme la reconnaissance par l'homme de sa propre divinité grâce à la suppression de toutes les aliénations.

        « La civilisation philosophique enseigne au contraire que la nature de l'homme est une nature parfaite et saine : saine et parfaite dans son essence et dans les éléments qui la constituent. Etant sain, l'entendement de l'homme peut voir la vérité, la discuter, la découvrir. Etant saine, la volonté veut le bien et le fait naturellement. Cela supposé, il est clair que la raison, abandonnée à elle-même, arrivera à connaître la vérité, toute la vérité, et que la volonté, par elle seule, réalisera forcément le bien absolu. Il est également clair que la solution du grand problème social est de rompre les liens qui compriment et assujettissent la raison et le libre-arbitre de l'homme. Le mal n'est que dans ces liens : il n'est ni dans le libre-arbitre, ni dans la raison... S'il en est ainsi, l'humanité sera parfaite quand elle niera Dieu, qui est son lien divin ; quand elle niera le gouvernement, qui est son lien politique ; quand elle niera la propriété qui est son lien social ; quand elle niera la famille, qui est son lien domestique. Quiconque n'accepte pas toutes ces conclusions se met en dehors de la civilisation philosophique ».


(Lettre à Montalembert)


        Si l'école philosophique ou rationaliste prétend libérer l'homme de tout ce qui l'enracine, elle en fait une abstraction, un être suspendu enter ciel et terre, ou plutôt entre le paradis qu'il va construire et l'enfer dont il veut sortir.
        La conception « philosophique » de l'homme suppose une hétéronomie entre l'humain et le social : l'homme virtuel étouffe dans le carcan social. L'émancipation de l'homme passe donc pas l'abolition utopique de toute société organique :

        « Dans leur profonde ignorance de toutes choses, les écoles rationalistes ont fait de la société et de l'homme deux abstractions absurdes. En les considérant séparément, elles laissent l'homme sans atmosphère pour respirer et sans espace pour se mouvoir, et elles laissent également l'espace et l'atmosphère propres à l'humanité privés du seul être qui puisse se mouvoir dans l'un et respirer dans l'autre. »


(Esquisses historico-philosophiques)


        Donoso Cortes affirme au contraire la dimension sociale de l'homme dans une perspective aristotélicienne :

        « La société est la forme de l'homme dans le temps et l'homme est la substance qui soutient cette forme dans le temps ».


        Ce n'est pas le moindre mérite de Donoso que de montrer comment le concept abstrait d'homme, qui détermine apparemment une neutralisation générale des différences qui existent entre les hommes peut engendrer en fait un concept antithétique – celui d'inhumain, ou de sous-homme – chargé d'un véritable potentiel de mort. Aussi, comme le dit Carl Schmitt, le positivisme n'est qu'une manifestation du nihilisme. L'exaltation de l'homme abstrait conduit à l'extermination de l'homme concret, la volonté de libération de l'homme abstrait – affirmée comme fin – aboutit à l'asservissement de l'homme concret – considéré comme moyen.

        « L'abolition légale de la peine de mort est toujours un symptôme précurseur des massacres en masse ».


        C'est au nom des mêmes principes et de la même conception de l'homme que les bourgeois, en février 1848, ont aboli la peine de mort en matière politique et, en juin 48, ont fait tirer sur les ouvriers dans les rues de Paris. La contradiction, réelle au niveau des faits, s'abolit au niveau des principes : une conception erronée de l'homme est souvent à l'origine des grands massacres de l'histoire. « Avec une fulgurante instantanéité, écrit C. Schmitt, Donoso Cortes a vu en même temps que la perfection du commencement : l'abolition de la peine de mort, le résultat final : un monde où le sang paraît sourdre des rochers, parce que les paradis illusoires se transforment en réalités infernales ». Pascal l'avait déjà dit : « Qui veut faire l'ange fait la bête ».



ANALYSE CRITIQUE DU LIBERALISME

        Comme nous l'avons vu, le libéralisme n'est qu'une étape transitoire entre les affirmations souveraines de la « monarchie pure » et les négations absolues du socialisme. Donoso Cortes se montre beaucoup plus acerbe à l'égard de la médiocrité, de l'étroitesse de vue du libéralisme, qu'à l'égard du socialisme. Sa critique de l'idéologie libérale, « position de doute », annonce celle de José Antonio ou, sur un autre plan, celle de Julius Evola (3). Voici comment Donoso Cortes décrit l'école libérale dans son Essai sur le catholicisme, le libéralisme et le socialisme.

        « De toutes les écoles, celle-ci est la plus stérile, parce qu'elle est la plus ignorante et la plus égoïste. Elle ne sait rien de la nature du mal et celle du bien ; elle a à peine une notion de Dieu ; elle n'en a aucune de l'homme. Impuissante pour le bien, parce qu'elle manque de toute affirmation dogmatique ; impuissante pour le mal, parce qu'elle a horreur de toute négation intrépide et absolue ; elle est condamnée sans le savoir à aller se jeter, avec le vaisseau qui porte sa fortune, ou dans le port du catholicisme, ou sur les écueils socialisme. Cette école ne domine que lorsque la société se meurt : la période de sa domination est cette période transitoire et fugitive où le monde ne sait s'il doit aller avec Barrabas ou Jésus, et demeure en suspens entre une affirmation dogmatique et une négation suprême. La société se laisse alors volontiers gouverner par une école qui ne dit jamais J'affirme ni Je nie, mais Je distingue. L'intérêt suprême de cette école est de ne laisser pas arriver le jour des négations radicales et des affirmations souveraines ; et, pour cela, au moyen de la discussion, elle confond toutes les notions et propage le scepticisme, sachant bien qu'un peuple qui entend sans cesse dans la bouche de ses sophistes le pour et le contre de tout, finit par ne pas savoir à quoi s'en tenir, et par se demander à lui-même si la vérité et l'erreur, le juste et l'injuste, le honteux et l'honnête sont réellement contraires entre eux, ou s'ils ne sont qu'une même chose considérée sous des aspects différents. Quelle que soit la durée de cette période, elle est toujours courte. L'homme est né pour agir, et la discussion perpétuelle, ennemie comme elle est des oeuvres, contrarie la nature humaine. Un jour arrive où le peuple, poussé par tous ses instincts, se répand sur les places publiques et dans les rues, demandant résolument Barrabas ou demandant Jésus, et roulant dans la poussière la chaire des sophistes ».


        Une école qui, contradictoirement, fait du scepticisme un dogme, se laisse facilement gagner par la corruption qui menace tous les pouvoirs. Donoso Cortes a bien vu qu'un régime fondé sur l'individualisme, où le pouvoir n'est plus investi d'un caractère sacré, laisse aisément se développer les germes de la corruption dans les gouvernements qui ne sont pas guidés par une idée, un dessin supérieurs, lorsque les intérêts matériels se font prédominants dans une civilisation décadente : « la corruption est le dieu de l'école, et, comme dieu, elle est partout en même temps » (Essai sur le catholicisme, le libéralisme et le socialisme). Là encore, le diagnostic de Donoso n'a été que trop confirmé...
L'école libérale s'incarne essentiellement dans la classe bourgeoise que Donoso appelle classe discutidora, la classe bavarde, qui aime à discuter. En effet, Donoso perçoit les présupposés irrationnels qui guident l'action politique d'une classe qui s'affirme pourtant rationaliste : la vérité jaillit de la discussion comme l'étincelle du silex, tel est le dogme des régimes parlementaires.

        « De l'impuissance radicale des pouvoirs humains à qualifier les erreurs est né le principe de la liberté de discussion, base des institutions modernes. Ce principe ne suppose pas dans la société, comme il pourrait paraître à la première vue, une incompréhensible et coupable impartialité entre la vérité et l'erreur. Il se fonde sur deux autres suppositions, desquelles l'une est vraie et l'autre fausse : la première, que les gouvernements ne sont pas infaillibles, ce qui est parfaitement vrai ; la deuxième, que la discussion est infaillible, ce qui est parfaitement faux. L'infaillibilité ne peut résulter de la discussion, si elle n'est pas auparavant dans ceux qui discutent ; elle ne peut pas être dans ceux ceux qui discutent, si elle n'est pas en même temps dans ceux qui gouvernent. Si l'infaillibilité est un attribut de la nature humaine, elle est dans les premiers comme dans les seconds ; si elle n'est pas dans la nature humaine, elle n'est pas plus dans les seconds que dans les premiers. La question consiste donc à vérifier si la nature humaine est faillible ou infaillible ou, ce qui est nécessairement la même chose, si la nature de l'homme est saine ou déchue ou infirme »


(Essai sur le catholicisme, le libéralisme et le socialisme)


        Cette analyse s'appuie sur l'exemple de la Monarchie de Juillet dont Donoso Cortes a pu apprécier l'impuissance. Une classe qui transfère toute activité politique qui remet toute décision au plan de la discussion, dans la Presse et le Parlement, est incapable de faire face à une époque de tensions sociales. La discussion permet d'éluder la responsabilité et de diluer la vérité métaphysique : ainsi la sanglante et inéluctable bataille décisive est-elle convertie en un débat parlementaire ; les oppositions sont illusoirement résolues sur le plan idéal de la discussion – jusqu'au jour où le conflit latent éclate dans la rue, laissant le Parlement impuissant, au moment où, comme le dit Donoso, le peuple réclame Barrabas ou Jésus – et, pour lui, il est indéniable que Barrabas doive l'emporter.



LE SOCIALISME : « UN SEMI-CATHOLICISME, ET RIEN DE PLUS »

        Donoso Cortes a compris que le libéralisme et le socialisme dont l'affrontement semble aujourd'hui partager le monde, ont en réalité la même source, appartiennent à la même famille idéologue :

        « L'école libérale n'a fait que poser les prémices qui mènent aux conséquences socialistes, et les socialistes n'ont fat que tirer les conséquences renfermées dans les prémices libérales – ces deux écoles ne se distinguent pas entre elles par les idées, mais par la hardiesse »

(Essai sur le catholicisme, le libéralisme et le socialisme)


        Fondamentalement, les deux écoles partagent la même conception de l'homme, la même vision optimiste et progressiste de l'histoire. Mais les penseurs socialistes ont fait preuve de plus de rigueur, de « hardiesse » et d'ampleur de vue que la bourgeoisie sceptique, timorée et bavarde. Donoso ne peut se défendre d'une certaine admiration à l'égard du socialisme en qui le catholicisme a trouvé un adversaire à sa mesure : c'est le combat du Titan contre Zeus, de Lucifer contre Dieu :

        « Les écoles socialistes l'emportent sur l'école libérale, spécialement parce qu'elles vont droit à tous les grands problèmes et à toutes les grandes questions, et parce qu'elles proposent toujours une résolution péremptoire et décisive. Le socialisme n'est fort que parce qu'il est une théologie satanique. »

(Essai sur le catholicisme, le libéralisme et le socialisme)


        Si le libéralisme est le temps du scepticisme, des demi-négations, le socialisme porte à ses extrêmes conséquences le processus de divinisation de l'homme :

        « En supposant la bonté innée et absolue de l'homme, l'homme est en même temps réformateur universel et irréformable , il finit par se changer d'homme en dieu ; son essence cesse d'être humaine pour être divine. Il est en soi absolument bon et il produit hors de lui par ses bouleversements le bien absolu. »

(Essai sur le catholicisme, le libéralisme et le socialisme)


        Le rationalisme philosophique qui anime le socialisme et, plus tard, les prétentions du marxisme à la scientificité, ne sont pas exempts de présupposés théologiques. D'ailleurs, Nieztsche n'a-t-il pas montré que la science était l'ultime refuge de la religion ? Le socialisme, malgré le masque d'objectivité scientifique dont il cherche à se revêtir, n'a pu se passer des catégories théologiques de bien et de mal. Aussi, comme toute religion, il a ses mystères. On peut voir, dans le passage suivant, comment Donoso retourne l'arme de la raison et de la rigueur logique contre ses adversaires, et les enferme dans un dilemme.

        « Ou le mal qui est dans la société est une essence, ou un accident ; si c'est une essence, il ne suffit pas, pour le détruire, de bouleverser les institutions sociales, il faut en outre détruire la société même qui est l'essence qui soutient toutes ces formes. Si le mal social est accidentel, alors vous êtes obligés de faire ce que vous n'avez pas fait... de m'expliquer en quels temps, par quelle cause, de quelle manière et en quelle forme est survenu cet accident, et ensuite par quelle série de déductions vous arrivez à changer l'homme en rédempteur de la société... le rationalisme qui attaque avec fureur tous les mystères catholiques, proclame ensuite, d'une autre manière et dans un autre but, ces mêmes mystères »

(Essai sur le catholicisme, le libéralisme et le socialisme)



        Dans la perspective essentiellement spiritualiste qui anime toute l'oeuvre de Donoso, il va de soi que les révolutions ont des causes beaucoup plus profondes que des revendications matérielles. La crise politique et sociale a des racines spirituelles ; le trouble est dans l'homme avant d'être dans la société ; la crise politique est d'abord une crise religieuse – en ce sens, l'histoire du sentiment religieux en Europe est susceptible de confirmer les thèses de Donoso. Dans son discours sur la dictature, il avait énoncé une proposition qui avait dû alors sembler paradoxale, mais dont l'évidence nous apparaît aujourd'hui clairement :

        « Les révolution sont la maladie des peuples riches. Les révolutions sont la maladie des peuples libres ».


        Lorsque Donoso Cortes critique le socialisme, c'est à Proudhon qu'il pense surtout. Mais en fait, ces attaques s'appliqueraient sans doute à Karl Marx, qui venait de publier son Manifeste communiste, beaucoup mieux qu'à Proudhon, révolté contre les injustices et les abus de la propriété plus que contre la propriété elle-même, et hostile à la dictature des masses comme à l'Etat-Moloch, « dragon aux milles écailles », dira Nieztsche. D'ailleurs, l'analyse qu'il fait du communisme, identifié au panthéisme, s'applique fort bien à la vision marxiste, et en particulier à la conception marxiste de la matière.

        « Il me semble évident que le communisme, de son côté, procède des hérésies panthéistes et de celles qui leur sont parentes. Lorsque tout est Dieu, lorsque Dieu est tout, Dieu est par-dessus tout, démocratie et multitude. Dans ce système, ce qui n'est pas le tout n'est pas Dieu, bien qu'il participe à la divinité, et ce qui n'est pas dieu n'est rien, parce qu'il n'y a rien hors de Dieu qui est tout. De là le superbe mépris des communistes pour l'homme et leur négation insolente de la liberté humaine ; de là ces aspirations immenses à une domination universelle par la future démagogie qui s'étendra sur tous les continents... de là cette fureur insensée qui se propose de brasser toutes les classes, tous les peuples, toutes les races pour les broyer ensemble dans le grand mortier de la Révolution, afin que de ce sombre et sanglant chaos sorte un jour le Dieu unique, vainqueur de tout ce qui est particulier... ce Dieu est la démagogie... La Démagogie est le grand Tout, le vrai Tout, le Dieu vrai, armé d'un seul attribut, l'omnipotence, triomphateur des trois grandes faiblesses du Dieu catholique : la bonté, la miséricorde et l'amour. A ces traits, qui ne reconnaîtrait Lucifer, Dieu de l'orgueil ? »

(Lettre au cardinal Fornari)


        Cette analyse du communisme préfigure et commente le jugement définitif, mais souvent mal compris de Pie XI : « le communisme est intrinsèquement pervers », c'est-à-dire qu'il prend le masque de la religion, exploite et pervertit sa volonté de justice, et prétend même assumer ses fins, pour n'aboutir en fait qu'à l'asservissement de l'homme. Les catholiques de gauche pourraient méditer avec profit ces lignes de Donoso Cortes. Une religion à rebours, tel est le communisme. Ainsi s'explique le caractère religieux, souvent souligné, du socialisme marxiste, et des institutions qui s'en réclament. Ce caractère n'est pas superficiel, mais il tient à l'essence même du communisme. La grande leçon de la théologie politique donosienne, c'est qu'une religion sans transcendance engendre nécessairement la tyrannie.



VERS LA DICTATURE MONDIALE

        Au moment où Donoso Cortes prononçait son discours sur la dictature, l'optimisme semblait de rigueur dans les milieux politiques et intellectuels. Aussi passera-t-il pour un exalté, d'un fanatisme médiéval. En effet, la crise de 1848 semblait apaisée, et rares furent ceux qui comprirent l'ampleur des forces et des problèmes apparus lors de cette révolution européenne. La prospérité économique , le progrès technique et l'optimisme progressiste ont fait oublier la « grande peur » de 48. Mais la révolution bolchevique devait confirmer de façon hallucinante les plus noires prédictions de Donoso Cortes.
        Pour lui, la dictature est désormais inévitable. Il n'est que de savoir quelle sorte de dictature l'emportera : la dictature d'en-haut, celle de l'autorité et de la légitimité, ou la dictature révolutionnaire, celle des masses. Le totalitarisme est une conséquence logique sur le plan politique, de la mort de Dieu : ce sont les Etats qui vont à présent assumer les vidées messianiques de la religion. Donoso Cortes figure le déterminisme de cette loi historique par une image empruntée au monde de la physique :

        « Le monde marche à grands pas à la constitution d'un despotisme, le plus gigantesque et le plus terrible que les hommes aient jamais vu... Il n'y a que deux sortes de répression possibles : l'une intérieure, l'autre extérieure, l'une religieuse, l'autre politique. Elles sont de nature telle que, quand le thermomètre religieux est élevé, le thermomètre politique est bas, et quand le thermomètre religieux est bas, le thermomètre politique, la répression politique, la tyrannie s'élève. Cela est une loi de l'humanité, une loi de l'histoire ».



        L'homme mutilé, l'homme abstrait produit par cette « folie de l'unité » rationalisante que dénonce Donoso, conduit à la dictature. Le progrès technique, loin d'être un facteur de libération, comme le croyait l'école saint-simonienne qui pose les bases de l'idéologie technocratique, prépare en fait l'asservissement de l'homme. Là encore, le paradoxe de cette vision s'est aujourd'hui estompé, et l'idée paraît presque banale. Donoso Cortes, à l'aube même du socialisme et du développement technique, a prévu que communisme et technocratie allaient dans la même voie, parce qu'ils partagent au fond la même conception progressiste et matérialiste de l'homme et de l'histoire ; tous deux contribuent à faire du monde « une grande usine » selon l'expression de Max Weber, quelque que soit la structure de cette usine.

        « Les voies sont préparées pour un tyran gigantesque, colossal, universel ; tout est préparé pour cela. Veuillez y réfléchir : il n'y a plus maintenant de résistance soit matérielles, soit morales. Il n'y a plus de résistances matérielles, parce que avec les bateaux à vapeur et les chemins de fer, il n'y a plus de frontières et parce que, avec le télégraphe électrique, il n'y a plus de distances , et il n'y a plus de résistances morales, parce que tous les esprits sont divisés et tous les patriotismes sont morts. »


        Bien plus, au moment même où Marx mettait tous ses espoirs révolutionnaires dans les Etats-Unis et voyait dans la Russie absolutiste le dernier rempart à la révolution européenne (in New York Times, 31 décembre 1853), Donoso Cortes voyait clairement dans le despotisme russe un allié potentiel du socialisme. Il a prévu le déclin de l'Europe, la montée des colosses à l'est à l'ouest, et le regroupement des slaves par l'expansionnisme russe. Il a le sentiment que l'humanité est en marche vers la centralisation et la bureaucratie, après les destructions successives des corps intermédiaires. Voici comment Louis Veuillot, dans son introduction aux oeuvres de Donoso Cortes, résume la prophétie contenue dans le Discours sur la situation générale de l'Europe :

        « Quand d'une part le socialisme aura détruit ce qu'il doit naturellement détruire, c'est-à-dire les armées permanentes par la guerre civile, la propriété par les confiscations, la famille par les moeurs et par les lois ; et quand d'autre part le despotisme moscovite aura grandi et se sera fortifié comme il doit naturellement se fortifier et grandir, alors le despotisme absorbera le socialisme et le socialisme s'incarnera dans le Czar ; ces deux effrayantes créations du génie du mal se compléteront l'une par l'autre. »


*
**

        Donoso Cortes fut encore moins prophète en Europe que dans son propre pays. Ses avertissements dont l'actualité reste brûlante se sont perdus. N'est-ce pas le destin de Cassandre ? A vrai dire, nulle pensée ne fut plus « inactuelle » au sens où l'entend Nietzsche, c'est-à-dire à la fois si pertinente et si contraire aux idéologies montantes.
        Aux Cortes, son Discours sur la dictature provoqua rires et huées et ne trouva qu'une minorité pour l'approuver. Plusieurs études lui ont été consacrées en Espagne et, en Italie, un article de la revue Destra (4) vient de lui rendre hommage ; mais il est significatif que le livre écrit par Thomas Molnar sur la Contrerévolution, ne cite que fois Donoso pour le confondre avec de Maistre et de Bonald. L'étude la plus pénétrante sur Donoso Cortes reste assurément celle de Carl Schmitt qui a bien souligné l'intuition fondamentale de toute la philosophie donosienne et son originalité au sein du courant contrerévolutionnaire : cette intuition fondamentale, « c'est d'avoir pensé de façon exacte que la pseudo-religion de l'Humanité absolue est le début d'un chemin qui conduit à une terreur inhumaine. Conclusion neuve, mais plus profonde que les nombeux et grandiloquents jugements que de Maister a formulés sur la révolution, la guerre et le sang. Comparé à l'espagnol qui a admirablement sondé les abîmes de terreur de 1848, de Maistre est encore un aristocrate de la restauration de l'ancien régime un continuateur et un approfondisseur du XVIIIe siècle ».


Luc Tirenne,

 "Donoso Cortes : une philosophie contre-révolutionnaire de l'histoire", Défense de l'Occident, n°117, février 1974, pages 53 à 73.




(3) Julius Evola, L'Homme parmi les ruines, Les Sept Couleurs [réédition, Les Hommes au milieu des ruines, Pardès, 2005]
(4) Rivoluzionne, tradizione e reazione, par G. Allegra, in Destra, juillet-août 1973.
Repost 0
8 juin 2008 7 08 /06 /juin /2008 20:24
[Première partie (sur quatre) d'un article de sur "Donoso Cortes : une philosophie contre-révolutionnaire de l'histoire" par Luc Tirenne, publié par dans la revue Défense de l'Occident en février 1974]



        Tout avait été dit, le 4 janvier 1849, à la tribune du parlement espagnol, lorsqu'un député s'avança pour donner son avis dans le débat de politique générale. L'opposition progressiste venait de protester contre les mesures autoritaires prises par le gouvernement du général Narvaez lors des troubles consécutifs aux révolutions européennes de 48. La majorité conservatrice dont faisait partie ce député, avait affirmé son libéralisme et sa bienveillance à l'égard des progressistes, en se cantonnant dans les questions de fait et en se gardant bien d'attaquer de front les positions doctrinales de ses adversaires, comme il est de règle dans les assemblées. L'orateur, avec une éloquence à la fois riche et fougueuse, commença par déclarer qu'il venait enterrer au pied de la tribune, leur sépulture légitime, toutes les idées de l'opposition, c'est-à-dire les idées libérales, « idées stériles et désastreuses, dans lesquelles se résument les erreurs inventées depuis trois siècles pour troubler et dissoudre les sociétés humaines ». La publication de ce Discours sur la dictature où Juan Donoso Cortes annonçait l'avènement mondiale de la dictature et proclamait la légitimité de la « dictature d'en haut » contre la « dictature révolutionnaire », valu à son auteur une immense renommée dans toute l'Europe.

        Renommée de courte durée. Donoso cortes mourut quatre ans plus tard, après avoir publié en 1851, simultanément à Paris et à Madrid, l'oeuvre qui résume sa pensée, l'Essai sur le catholicisme, le libéralisme et le socialisme. Il avait prévu avec une exactitude stupéfiante les conséquences de la Révolution européenne de 48 où étaient apparues les prémices idéologiques du monde contemporain. Au milieu de l'optimisme qui régnait alors chez les libéraux et les prophètes du socialisme et de la technocratie, il avait annoncé, 80 ans avant Spengler, la décadence de la civilisation de l'Europe, l'apparition sur la scène mondiale des géants russes et américains, et l'instauration d'une dictature telle que le monde n'en avait jamais connue, issue paradoxalement de la mort de Dieu et du nouveau culte de l'Homme. Car c'est une vision théologique de l'histoire que nous offre Donoso Cortes, une vision où les faits s'ordonnent sur un plan supérieur, s'éclairent par l'action de la Providence divine.

        Mais l'homme n'en reste pas moins l'instrument de sa déchéance : c'est par ses actes que Prométhée s'expose aux foudres de Zeus. Donoso cortes n'est pas un visionnaire. Avec une parfaite logique, il tire simplement les conséquences politiques, avec la conviction, selon le titre du premier chapitre de son Essai, que « dans toute grande question politique se trouve toujours une grande question théologique » et que, comme il le dit ailleurs, « la théologie est la clé mystique de l'histoire ».

        Même si l'on adopte pas la vision providentialiste de Donoso Cortes, on ne peut nier la dimension religieuse qui s'attache au politique. Proudhon le reconnaissait dans ses Confessions d'un révolutionnaire : « Il est surprenant qu'au fond de notre politique nous trouvions toujours la théologie ». Il faut aujourd'hui rendre hommage à la lucidité de Donoso dont nous ne cessons de voir les preuves, et réentendre la voix de ce Cassandre trop longtemps méconnu.




HONNEUR ET FIDELITE

        Descendant du grand conquistador, Donoso Cortes est né en 1809 lorsque ses parents fuyaient l'avance des troupes napoléoniennes, à ce sombre moment de l'histoire espagnole qu'a illustré Goya, en un temps où les fondements du pouvoir légitime se trouvaient ébranlés. La double fidélité qui caractérise Donoso Cortes, fidélité à la couronne, fidélité à la religion, s'affirme peu à peu et s'approfondit à travers les épreuves de sa vie et celles de l'Espagne. D'abord imprégné des idées philosophiques du XVIIIe siècle sous l'influence du poète libéral Quitana, il étudie l'histoire, la philosophie et la littérature ; très jeune, il écrit une tragédie, aujourd'hui perdue. Il suit les cours de jurisprudence à Séville et achève ses études à 19 ans, avant l'âge requis pour être avocat.
        Donoso Cortes se consacre alors à la littérature. Il est nommé à la chaire de littérature de Cacerès, et, plus tard, il publiera une étude sur Classicisme et Romantisme, dont il cherche à concilier les aspirations. Il compte sur son esprit pour avancer dans le monde. « J'ai eu le fanatisme littéraire, le fanatisme de l'expression, le fanatisme de la beauté dans les formes », écrira-t-il à Montalembert. La langue parfaite de ses écrits politiques confirme en effet ce souci de la forme. Mais le destin le frappe une première fois. Marié en 1830, il perd une petite fille, puis sa femme en 1833. Il affronte aussi les orages politiques : au moment où se dessine une crise de succession dynasstique qui suscite une crise politique, il envoie au vieux Ferdinand VII un Mémoire sur la situation actuelle de la monarchie où il conseille au roi de s'appuyer sur les classes intermédiaires afin d'éviter à la fois l'anarchie et le despotisme. A ce moment, Donoso Cortes est encore un libéral, de la fraction modérée, et admirateur de la raison. Le roi le nomme officier du ministère public à l'Athénée de Madrid qui, en 1839, le nomme président de la section des sciences morales  et politiques.
        Elu député de la province de Cadix, il s'écarte de plus en plus des libéraux et de la philosophie rationaliste, comme en témoigne un article paru en 1839 sur l'Etat des relations diplomatiques entre la France et l'Espagne :

        « La philosophie se sépare de Dieu, nie Dieu, se fait Dieu... Mais de même que Dieu fit l'homme à son image et à sa ressemblance, la philosophie voulut faire la société à sa ressemblance et à son image. À l'imitation de Jésus-Christ qui donne son évangile au monde, elle voulut donner son évangile aux sociétés, leur montrant, au milieu des tempêtes de la révolution, comme Moïse couronné d'éclairs sur la cime orageuse du Sinaï, les nouvelles tables de la loi sur lesquelles étaient écrits les droits imprescriptibles de l'homme. Ainsi la Révolution française devait être logiquement le sanglant commentaire et le terme providentiel de l'émancipation de la raison humaine, comme aussi le dernier de ses égarements ».


       
De plus en plus hostile aux factions, Donoso Cortes affirme son attachement à la monarchie. Et lorsqu'en 1840, la régente Marie-Christine et contrainte à l'exil, Donoso la précède à Paris. Lorsqu'en 1842, les modérés reprennent le pouvoir, sa fidélité est récompensée. Secrétaire particulier de la très jeune Isabelle II, il joue auprès d'elle le rôle d'un précepteur ; nommé duc de Valdegamas, il est à nouveau élu aux Cortes comme député de Cadix. Il va négocier avec la France les mariages de la Reine et de sa soeur.
        Encore une fois, les épreuves personnelles s'ajoutent aux épreuves civiles : la mort de son frère provoque chez Donoso un approfondissement de la foi ; on peut alors parler d'une conversion dans la foi qui va désormais illuminer et ordonner sa pensée. À partir de cette époque, Donoso Cortes va jouer un rôle de premier ordre dans la diplomatie espagnole à Paris et à Berlin ; en particulier, il s'occupera des modalités du mariage de Napoléon III avec Eugénie de Montijo dont il sera le témoin.
        Ses notes diplomatiques, ses essais sur la situation de la Prusse et de la France, ses portraits d'hommes politiques, sont un modèle de lucidité, de concision, et il y fait preuve, comme dans toute son oeuvre, de l'alliance rare de l'esprit de finesse avec l'esprit de géométrie. Ses écrits diplomatiques montrent par ailleurs que Donoso Cortes n'avait rien d'un rêveur : son portrait fort pénétrant de Talleyrand trahit une admiration certaine envers l'intelligence politique de cet intriguant génial. Menant une vie d'aumône et de mortification, il est terrassé en 1853 par une maladie de coeur, dans sa quarante quatrième année. Il avait eu, dans son fameux discours du 4 janvier 1849, uen vision aussi forte de son destin personnel que de l'avenir de la civilisation lorsqu'il avait déclaré :

        « Lorsque arrivera le terme de mes jours, je n'emporterai pas avec moi le remords d'avoir laissé sans défense la société barbarement attaquér, ni l'amère et insupportable douleur d'avoir jamais fait aucun mal à un seul homme ».





Portrait de Donoso Cortes




UNE CONCEPTION THEOLOGIQUE DE L'HISTOIRE.

        Donoso Cortes se situe dans la lignée de Saint Augustin et de Bossuet ; mais aussi de Vico qui, au début du XVIIIe siècle, posa les principes d'une « science nouvelle » qui préfigure l'historiographie et la sociologie moderne. Comme Vico, Donoso souligne l'étroite liaison qui existe entre la religion d'une part, et les coutumes, les moeurs, les institutions d'autre part (1). La religion est « l'institution primaire » qui fonde toute civilisation :

        « Dans la manière de prononcer le nom (de Dieu) se trouve la solution des plus redoutables énigmes : la vocation des races, la mission providentielle des peuples, les grandes vicissitudes de l'histoire, l'élévation et la chute des empires les plus fameux, les conquêtes et les guerres, les différents caractères des peuples, la physionomie des nations et jusqu'à leur fortune diverse ».


        Sous l'influence de Vico, la vision du théologien inspiré par Bossuet s'appuie sur une analyse précise des lois historiques, des arcanes des peuples et des civilisations. Vico s'interroge sur les origines de l'inégalité et pose les fondements d'une lutte des classes. La religion, la pratique des mariages solennels et l'ensevelissement des morts constituent le patrimoine spirituel d'où naît la civilisation et permettent de distinguer les héros marqués du sceau divin des bestioni, les vagabonds qui n'ont point accès aux mystères. L'histoire ne sera plus que l'effort tenté par les plébéiens pour accéder aux actes de la vie religieuse et se voir reconnaître une nature humaine. Les sociétés, selon Vico, reflètent les « modifications de l'esprit humain », la prépondérance d'une fonction sur les autres : la fonction « poétique » ou inventive, la fonction organisatrice et agissante, enfin la rationalisation et l'esprit critique. Chaque fonction s'incarne dans une classe, et chaque classe dans une élite. Ainsi les anciennes élites sont-elles successivement remplacées par de nouvelles (cf. la théorie de Vilfredo Pareto sur la « circulation des élites »). Mais le remplacement d'une élite par une autre provoque des ébranlements, la ruine progressive des traditions, et l'individualisme anarchique précipite la ruine des sociétés.
        C'est la nécessité d'une expiation divine, pour Donoso Cortes, qui fait passer à chaque cycle les sociétés de la barbarie primitive à une nouvelle barbarie, issue d'un excès de rationalisation et d'esprit critique. A cet égard, il est certain que Donoso a subi, tout comme le catholique allemand Schlegel, et plus tard Gobineau, l'attrait romantique du barbare primitif, de l'arien blond qui vient régénérer les peuples vieillis.
        Donoso Cortes examine l'histoire des peuples à la lumière de leurs sentiments religieux avec une puissance de synthèse et d'intuition qui fait oublier les généralisations et les simplifications parfois abusives que lui reproche son ami Montalembert. Voici par exemple comment le providentialisme donosien analyse les rapports de la puissance politique et de la religion romaine.

        « Ses principaux dieux, de famille étrusque, étaient grecs en ce qu'ils avaient de divin, orientaux, en ce qu'ils avaient d'étrusques : ils étaient nombreux, comme ceux des Grecs, ils étaient sombres et austères, comme ceux des Orientaux. En politique comme en religion, Rome est en même temps l'Orient et l'Occident. C'est une ville comme celle de Thésée et un empire comme celui de Cyrus. Rome représente Janus : dans sa tête, il y a deux têtes, et chacune son visage : l'un est le symbole de la durée orientale l'autre le symbole de la mobilité grecque. Sa mobilité est si grande qu'elle la porte jusqu'au bornes du monde, et sa durée est telle que le monde la proclame éternelle. Choisie dans les desseins de dieu pour préparer les voies à Celui qui devait venir, sa mission providentielle fut de s'assimiler toutes les théologies et de dominer toutes les nations. Obéissant à un appel mystérieux, tous les dieux montent au Capitole romain ; tous les peuples frappés d'une terreur subite baissent la tête. Les villes, les unes après les autres, se voient dépouillées de leurs temples et de leurs villes. Le gigantesque empire a pour lui la légitimité orientale : la multitude et la force ; et la légitimité occidentale : l'intelligence et la discipline ; aussi envahit-il tout et rien ne lui résiste ; aussi brise-t-il tout, et personne ne se plaint. De même que sa théologie a tout à la fois quelque chose de différent de toutes les théologies et quelque chose de commun avec elles, Rome a quelque chose qui lui est propre et beaucoup de choses qui lui sont communes avec les villes qu'elle a vaincues par ses armes ou éclipsées par sa gloire : elle a la sérénité de Sparte, le poli d'Athènes, la pompe de Memphis, la grandeur de Babylone et de Ninive. Pour tout dire en un mot, l'orient est la thèse, l'Occident l'antithèse, Rome la synthèse ; et l'empire romain ne veut pas dire autre chose, sinon que la thèse orientale et l'antithèse occidentale sont allées se confondre et se perdre dans la synthèse romaine. Qu'on décompose maintenant en ses éléments constitutifs cette puissante synthèse, et l'on verra qu'il n'y a synthèse dans l'ordre politique et social que parce qu'il y a synthèse dans l'ordre l'ordre religieux. Chez les peuples d'orient comme chez les républiques grecques, et dans l'empire romain comme chez ces républiques et chez ces peuples, les systèmes théologiques servent à expliquer les systèmes politiques : la théologie est la lumière de l'histoire ».

( Essai sur le catholicisme, le libéralisme et le socialisme)


        La vision providentialiste se fond ici avec l'analyse proprement historique. La philosophie trouve son accomplissement dans l'histoire, « science qui prime toutes les autres », écrit-il à la jeune souveraine Isabelle II. Comme celle de Vico, la philosophie de Donoso s'insère dans l'histoire :

        « Vico ne peut accepter le divorce entre les idées et les faits, entre les lois providentielles et les phénomènes contingents, entre la vérité et la réalité, entre la philosophie et l'histoire. La philosophie et l'histoire, selon le dogme que pose Vico, au seuil de la Science nouvelle, sont soeurs jumelles »

(article sur la Science nouvelle, 1938).


        La philosophie de Donoso Cortes est une interrogation chrétienne de l'histoire. La crise du monde moderne est interprétée comme une crise religieuse ressentie à travers la philosophie et la politique. L'homme des temps modernes a été déraciné par le christianisme de ses attaches qu'il juge désormais trompeuses. Dans un monde qui n'est qu'illusion, instabilité et chaos, l'homme s'est replié sur lui-même à la recherche de ce qui l'anime en une démarche intériorisante dont le cartésianisme constitue le moment philosophique : Descartes, doutant un instant de l'existence du monde, instaure l'ego comme critère de toute vérité, tandis que Kant confirmera la raison comme faculté de l'universel.
        Si l'homme enivré de son pouvoir prétend se passer de Dieu dont Descartes, au dire de Pascal, aurait bien voulu pouvoir se passer, alor s l'esprit critique sape toutes les traditions, la raison universelle elle-même se subdivise en une multiplicité de raisons individuelles, avant de se ressaisir brutalement au sein d'une raison absolue qui serait l'expression d'une volonté unique et tyrannique. Quand la religion meurt, c'est l'homme qui se divinise puis l'Etat.
        Ces avatars du sentiment religieux transparaissent dans l'univers politique du siècle dernier comme dans le nôtre. Pour Donoso Cortes, les idéologies politiques ne sont que des ruses de la religion. Comme Saint-Simon et Spengler, il a le sentiment que l'ère chrétienne touche à sa fin, que socialisme et communisme s'instaurent en une religion nouvelle. Les affirmations ou les négations politiques procèdent des négations et des affirmations religieuses. Donoso a d'ailleurs pris chez de Bonald le parallèle fécond entre métaphysique et théorie de l'Etat qu'il expose ainsi dans une lettre à Montalembert.

        A ces trois affirmations religieuses : un Dieu personnel existe ; Ce Dieu personnel règne sur la terre et au ciel ; ce dieu gouverne absolument les choses divines et humaines, correspondent trois affirmations politiques : il y a un roi présent par le moyen de ses agents ; le roi règne sur les sujets ; ce roi gouverne ses sujets. Nous sommes ici dans le système politique de la « monarchie pure ».
        A la négation religieuse : Dieu existe, règne, mais il est trop élevé pour gouverner les choses humaines qui caractérise le déisme, correspond la monarchie constitutionnelle progressiste où le roi existe, règne, mais ne gouverne pas.
        Le panthèisme où Dieu existe, mais n'a pas d'existence personnelle, ne règne ni ne gouverne, identifie Dieu à l'Humanité et correspond au système républicain dans lequel le pouvoir existe sans être une personne ; le pouvoir est tout ce qui existe, c'est-à-dire la multitude qui s'exprime par le biais du suffrage universel.
        L'athéisme qui pour Donoso Cortes s'incarne en Proudhon, est la négation absolue : Dieu n'existe pas, et l'anarchisme sera sur le plan politique l'expression de cet athéisme.

        Ce passage de l'affirmation à la négation pure figure le mouvement de la décadence qui emporte les civilisations. La dégradation du pouvoir politique, la lente agonie de la légitimité qui reflètent les progrès de l'irreligion semblent irréversibles dans la philosophie profondément pessimiste de Donoso Cortes. Pour lui, le mal triomphe naturellement du bien, le triomphe de Dieu sur le mal ne peut qu'être surnaturel. Il faut reconnaître que l'histoire a davantage confirmé le diagnostic de Donoso Cortes que l'optimisme utopique des socialistes et des technocrates. Comme le dit Carl Schmitt (2), « Donoso Cortes porte un coup mortel à la philosophie progressiste de l'Histoire avec une force qui procède d'une image vigoureuse et personnelle de l'Histoire ».


[suite de l'article (a venir)]





(1) Nous suivons ici le parallèle établi entre Vico et Donoso Cortes par J. Chaix-Ruy dans Donoso Cortes, théologien de l'histoire et prophète (1956)

(2) Interpretacion europea de Donoso Cortes, Biblioteca del pensamiento actual, Madrid, 1963.
Repost 0

Club Acacia

Rédacteur en chef :
  -Eric Adelofz

Secrétaire de la rédaction :
  -Marie Mansard

Rédaction :
  -Brice Duqueyroux
  -Jérôme Deseille
  -Alexandre Janois

Chroniqueurs :
  -Philippe Régniez
  -Pieter Kierstens


Nous contacter, rejoindre la rédaction, proposer un article, participer aux relectures, faire part de vos idées, de vos suggestions :
  -clubacacia[at]gmail.com.

 

Nos articles sont librement reproductibles, sans possibilité de modification, avec mention de la source (voir la licence complète).

 

Syndication :

  -Flux RSS

  Free counter and web stats

(Droits : Club Acacia 2006-2010)