Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2012 6 15 /12 /décembre /2012 14:14

Algérie 1957, secteur d’El Milia, nord-constantinois.

 

Début 1957, j’étais alors artilleur au 2/4e RA, 3e batterie, qui appuyait le 3e Régiment étranger d’infanterie qui tenait le secteur d’El Milia. J’accompagnais en opérations ce glorieux régiment comme observateur d’artillerie. De mon affectation précédente en Allemagne, je m’étais porté volontaire pour l’Algérie. J’étais venu pour en découdre et j’allais être servi.

Le 15 avril, le secteur nous informe que deux sections de la 3e compagnie sont fortement accrochées une dizaine de kilomètres au nord d’El Milia. Des renforts vont partir et il faut y adjoindre un DLO, observateur d’artillerie. Je suis désigné par notre commandant de batterie, le capitaine Buchet, et je fonce avec mon équipe radio sur la route rejoindre le 18e RCP qui, providentiellement, arrivait à ce moment même, pour participer à une opération prévue pour le lendemain.

Je me présente à son patron, le lieutenant-colonel de Beaugrenier, grand gaillard tonitruant, qui porte ses jumelles suspendues avec une ficelle autour du cou. « Comme vous connaissez le secteur, vous passez en tête, nous irons plus vite », m’intime-t-il. Je suis évidemment flatté de cet honneur, mais je pense que si les fells ont monté une embuscade pour intercepter les renforts, nous serons, avec mon équipe, aux premières loges. Mais comme le colonel est en tête lui aussi, alors on y va.

 

Il pleut depuis plusieurs jours, l’atmosphère est maussade et l’ambiance dramatique, nous roulons à tombeau ouvert, les nouvelles ne sont pas bonnes, il faut faire vite.

Nous arrivons bientôt au pied des montagnes boisées ou a lieu l’accrochage. La compagnie portée du 3e REI, capitaine Jaluzot, rapide comme la foudre, est déjà là, et les compagnies du 18e RCP s’infiltrent rapidement dans les bois. Le PC opérationnel s’installe immédiatement. Avec beaucoup de radios, il y là un hélicoptère Bell et le lieutenant-colonel de Vaugrigneuse commandant du 3e REI.

Le lieutenent-colonel de Beaugrenier m’appelle auprès de lui et me dit textuellement : « L’artilleur, faites moi un peu de bruit dans le paysage ! ». Du bruit, je trouve qu’il y en a déjà beaucoup, et de plus, je ne connais rien des positions amies, ce que je lui fais observer. « Débrouillez-vous... ». Comme je ne veux pas contrarier ce grand soldat, je m’informe rapidement auprès de l’adjoint qui me donne quelques vagues indications, car la situation est des plus fluides.

Ne voulant pas prendre de risques, je consulte ma carte, essayant de deviner en fonction du relief les itinéraires de replis des fells, carrefours de pistes etc. et mets rapidement quelques tirs en place. Dans ce contexte difficile, j’ai toute confiance en notre batterie que j’ai vu souvent réussir des tirs délicats, et qui est installée à côté de la piste d’El MIlia, d’où décollent les Pipers L18 du PA 14e DI détachés sur le secteur.

Le colonel semble satisfait, mais nous recevons bientôt un message furieux : c’est l’observateur (probablement le lieutenant Messier) du Piper qui est sur l’opération, ce que j’ignorais, et qui nous reproche de déclencher des tirs sans le prévenir. Je m’en excuse, tout en m’étonnant du manque de liaison entre lui et notre batterie…Mais je ne lui jette pas la pierre, et il m’arrivera deux ans après une aventure semblable lorsque, étant à mon tour observateur ALAT, nous nous retrouvâmes avec mon pilote au beau milieu d’un tir de mortier de 120m/m du 35 ème RALP, un peu par ma faute, il est vrai.

Mais les événements se précipitent : les pertes du 3e REI semblent sévères, la situation est difficile, et le lieutenant-colonel de Vaugrigneuse décide de reconnaître le terrain par lui-même en hélicoptère pour se porter au secours de ses hommes. La tragédie qui se noue sous la pluie au milieu des chênes-lièges va bientôt connaître son point d’orgue…

Le lieutenant-colonel décolle donc à bord du Bell, qui se perd bientôt dans la pluie.

Les rafales toutes proches redoublent, le 18e RCP a sans doute trouvé le contact, et accentue sa pression sur les fells, qui semblent s’accrocher sur le terrain pour consolider leur bilan.

Bientôt, nous voyons l’hélicoptère surgir de la mélasse et se poser à côté du PC. Le lieutenant-colonel semble prostré, et le pilote, très pâle, sors rapidement de l’hélicoptère pour réclamer le toubib : de Vaugrigneuse est gravement touché, et reprends tout à coup conscience pour se plaindre dramatiquement. Après une piqûre de morphine, il est évacué aussitôt sur l’antenne chirurgicale d’El MIlia, ou il décédera peu après.

La Légion perd un magnifique officier, un « chevalier et un preux », comme le déclarera l’aumônier lors de l’oraison funèbre.

Il semble que dans la confusion du combat, un fell aurait agité un chiffon blanc pour attirer l’hélicoptère qui, s’approchant au plus près, a été cueilli par de sévères rafales. Ce fût le sort de bien des hélicoptères et avions de l’ALAT, dont la lenteur et l’absence totale de protection, en faisaient une cible idéale, surtout lorsqu’ils leur arrivaient de se trouver face à une mitrailleuse allemande MG 42, dont la cadence de tir avoisinait les 1 200 coups/minutes.

Nous ne connaissons pas encore le bilan exact de l’accrochage, que nous devinons cependant sévère, mais cette nouvelle perte achève de transformer les événements en tragédie.

La pluie ne faiblit pas, circonstance aggravante, car la chasse ne peut intervenir. Les fells ont bien goupillé leur affaire. Mais l’après-midi s’avance, il faut conclure avant la nuit, la meilleure complice des rebelles, et le 18e RCP redouble d’efforts pour dégager nos camarades. Bientôt, il sera maître du terrain, et c’est l´heure du bilan, qui est lourd, très lourd : 11 légionnaires tués, et 12 blessés. Les morts sont alignés sur le plancher d’un camion et abrités par une bâche, fraternellement unis dans la mort comme ils l’ont été dans le combat.

Les fells sont en plein décrochage, et je demande au lieutenant-colonel de Beaugrenier l’autorisation d’effectuer quelques tirs sur leurs itinéraires probables de repli dans l’espoir de les châtier si possible, autorisation qui m’est accordée. Mais le cœur n’y est pas, et ces tirs presque à l’aveugle sont plutôt l’expression de notre douloureuse colère.

Le 18e RCP, dont l’intervention éclair a permis d’éviter le pire, s’en tire sans pertes. Mais il en sera autrement le 11 juin 1957, lorsque un peloton-jeep de reconnaissance du 18e RCP, commandé par le sous-lieutenant Manceau depuis le 31 mai tombe dans une embuscade dans la region de Taher, à l’est de Djidjelli. Le sous-lieutenant est tué, avec dix de ses hommes, un important armement perdu. Mon ami Pascal Franchi, qui commandait ce peloton jusqu’au 31 mai, avait été démobilisé à cette date. Cadeau du destin.

Le démontage de l’opération s’organise sous la pluie, à la nuit tombante, dans un morne silence de veillée d’armes.

Nous rentrons à El Milia.

 

Gérard Contard.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Contard - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

Priska 04/06/2017 16:47

Sono un uomo che offre prestiti di denaro alle persone nella necessità e capace di rimborsare entro un termine ragionevole. Di 10.000€ fino a 7.000.000€ ad ogni persona nella necessità urgente. Per ulteriori informazioni, ecco la mia mail: ( priskaagnes@outlook.com )

Priska 04/06/2017 16:47

Offerta di prestito di denaro in tutta sicurezza alle persone nella necessità urgente. Di 10.000€ a 7.000.000€ ad ogni persona capace di rimborsare in tempi brevi. Per più info, ecco il mio e-mail: ( priskaagnes@outlook.com )

Priska 04/06/2017 16:46

Offerta di prestito di denaro alle persone nella necessità urgente. Di 5000 euro a 6.000.000 euro. Per ulteriori informazioni, contatta con il mio indirizzo mail: ( priskaagnes@outlook.com )

Priska 04/06/2017 16:45

Buongiorno a tutti,
Siete nel fabbisogno finanziario per realizzare i vostri progetti di vita. Non avete i mezzi per questi progetti allora io vi offre l'opportunità di venire a prestare denaro per realizzare questi progetti. Di 10.000€ a 7.000.000€ alle persone capace di rimborsare comprese le imprese in fallimenti. Ecco la mia mail: ( priskaagnes@outlook.com )

Priska 04/06/2017 16:45

Buongiorno a tutti,
Più preoccupazione da farvi per le vostre necessità di denaro perché metto a vostra disposizione l'opportunità di realizzare la sognati più favolosa. Tutti coloro che sono nella necessità di denaro, dò di 10.000€ fino a 7.000.000€ ad ogni persona nella necessità urgente. Ecco il mio contatto: ( priskaagnes@outlook.com )

Club Acacia

Rédacteur en chef :
  -Eric Adelofz

Secrétaire de la rédaction :
  -Marie Mansard

Rédaction :
  -Brice Duqueyroux
  -Jérôme Deseille
  -Alexandre Janois

Chroniqueurs :
  -Philippe Régniez
  -Pieter Kierstens


Nous contacter, rejoindre la rédaction, proposer un article, participer aux relectures, faire part de vos idées, de vos suggestions :
  -clubacacia[at]gmail.com.

 

Nos articles sont librement reproductibles, sans possibilité de modification, avec mention de la source (voir la licence complète).

 

Syndication :

  -Flux RSS

  Free counter and web stats

(Droits : Club Acacia 2006-2010)