Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 18:18
       C'est le poète allemand Ludwig Uhland qui est l'auteur des paroles originales.

      Né le 26 avril 1787 et mort le 13 novembre 1862, dans la ville de Tübingen, Ludwig Uhland (ici à gauche, peint par Wilhelm Morff en 1818) étudia le droit et la philologie à Tübingen entre 1801 et 1811. Cela lui permit de travailler au sein du ministère de la justice, avant de devenir avocat. Il obtint en 1829 une chaire de professeur de langue et de littérature allemande à l’université de Tübingen. Cultivé et brillant, il partageait le goût des romantiques allemands de cette époque pour la période et la littérature du Moyen Âge.

      Il demeure comme l’un des chefs de file les plus importants des romantiques Souabes, avec son ami Justinus Kerner et Eduard Mörike. Il est l’auteur de Ballades, des drames historiques (Ernst de Souabe, 1818), ainsi que d’essais, dont une monographie consacrée à Walther von der Vogelweide.
       Son poème Der Gute Kamarad date de 1812, a été mis en musique par Friedrich Silcher en 1825 et le chant est devenu aujourd’hui très célèbre. Il accompagne encore aujourd'hui des enterrements militaires en Allemagne.

      Comme la plupart des chants allemands, il a intégré le répertoire militaire français par l’intermédiaire de la Légion étrangère. A noter la proximité avec le chant que Jean de Brem a créé sur cet air,
La Cavalcade. Les deux chants sont d’ailleurs parfois mélangés.
       La version du capitaine Selosse présente pour unique variante le fait d’indiquer "Nous allions comme deux frères" au lieu de "comme des frères" (couplet 1, ligne 4) et des reprises de fin de phrases. On trouve parfois à a dernière ligne du dernier couplet « Restons toujours unis ».
      Ce chant a connu diverses adaptations à travers le monde.
      Le groupe Panzerjäger a repris
J'avais un camarade dans son premier album.




J'avais un camarade

I. J’avais un camarade

De meilleur il n’en est pas
Dans la Paix et dans la Guerre
Nous allions comme des frères
{Marchant d’un même pas.

II. Mais une balle siffle
Qui de nous sera frappé ?
Le voilà qui tombe à terre
Il est là dans la poussière
{Mon cœur est déchiré.

III. La main, il veut me prendre,
Mais je charge mon fusil
Adieu donc adieu mon frère
Dans le ciel et sur la terre
{Soyons toujours unis.




Ecouter le chant ci-dessous :



ou là : Ecouter ici la version française.





Ich hatte einen Kameraden


I.Ich hatte einen Kameraden
Einen bessern findst du nicht
Die Trommel Schlug zum Streite
Er ging an meiner Seite
{In gleichem Schritt und Tritt.

II. Eine Kugel kam geflogen
Gilt sie mir oder gilt sie dir
Ihn hat ihn es weggerissen
Er liegt zu meinen Füssen
{Als wär’s ein Stück von mir.

III. Will mir die Hand noch reichen
Derweil ich eben lad :
Kann dir die Hand nicht geben
Bleib du im ewgen Leben
{Mein guter Kamerad...



Ecouter ici la version allemande.

ou ci-dessous :










Der Tod fürs Vaterland ist ewiger Verehrung wert par 
Georg Sluyterman von Langeweyde

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Club Acacia

Rédacteur en chef :
  -Eric Adelofz

Secrétaire de la rédaction :
  -Marie Mansard

Rédaction :
  -Brice Duqueyroux
  -Jérôme Deseille
  -Alexandre Janois

Chroniqueurs :
  -Philippe Régniez
  -Pieter Kierstens


Nous contacter, rejoindre la rédaction, proposer un article, participer aux relectures, faire part de vos idées, de vos suggestions :
  -clubacacia[at]gmail.com.

 

Nos articles sont librement reproductibles, sans possibilité de modification, avec mention de la source (voir la licence complète).

 

Syndication :

  -Flux RSS

  Free counter and web stats

(Droits : Club Acacia 2006-2010)