Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 16:16

         C’était dimanche dernier, jour de repos pour quelques exilés vivant sous les tropiques à 12 000 kms de la métropole.

         C’était la fin de l’après-midi, un ami m’avait convié à voir un film sur une cassette vidéo rapportée de France – cet ami a d’ailleurs la bonne idée d’acheter à bas prix de grandes quantités de cassettes vidéos sur les marchés aux puces de France, de se les faire expédier et de se constituer ainsi une impressionnante filmothèque des films de la France d’avant.

         La cassette contenait deux films. C’était le premier qui nous intéressait : La légion saute sur Kolwezi.


         Que dire du film si ce n’est que c’est un mauvais travail réalisé par le caméraman gauchiste Raoul Coutard – lequel travailla beaucoup avec Jean-Luc Godard à semer un peu de révolution sur les fauteuils en velours des cinémas et dans les coupes de champagne des festivals. Coutard essaya de traiter le sujet avec la manière et le recul de Pierre Schoendoerffer, mais ni le talent ni - sans même parler d’empathie - la compréhension de la chose militaire et humaine ne s’inventent. Ce visionnage avait un intérêt particulier pour nous deux, mon ami étant à Kolwezi à la période des faits, et nous connaissions tous deux des parents des hommes de la légion impliqués dans les combats.


         Perplexes après ce non-événement, nous laissâmes débuter le second film, un chef d’œuvre celui-là, intitulé : Les bidasses en folie. Inutile de préciser que nous mîmes fin au supplice au bout d’une dizaine de minutes.

         Cependant la leçon avait été grande. Ces deux films quasi contemporains – 1980 pour le premier traitant d’événements de 1978 ; 1971 pour le second – offraient un raccourci saisissant de l’histoire de France récente. Dans le premier, des gens travaillaient à créer des richesses et à développer des contrées, d’autres venaient et remplissaient leur mission au péril de leur vie pour venir les sauver des massacreurs, alors même que, loin de tout cela en France, et c’est le sujet du second film, des abrutis s’amusaient à ne rien respecter, à se laisser vivre, à profiter du labeur des générations passées, à tourner tout en dérision, et, disons le carrément, à détruire tout avec mépris.

         Trente à quarante ans après, que reste-t-il de tout cela. La mission sur Kolwezi est considérée par les états-majors du monde entier comme une opération modèle. La plupart de ceux qui y participèrent moururent dans d’étranges circonstances, ceux qui travaillaient à Kolwezi n’y sont plus, et il est permis de penser que les Katanguais sont maintenant en France. Mais et surtout, caprice du grand aiguillage historique, la France semble aujourd’hui principalement peuplée par les descendants des bidasses en folie – on peut se demander s’il faut s’en réjouir.

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe Régniez - dans Chroniques de Philippe Régniez
commenter cet article

commentaires

dérision 06/03/2011 03:33



"Rien de plus agaçant que de converser avec des anonymes ou des "pseudos"." (M. Regniez)


Vous écrivez de la "dérision" - celle-ci est du quel dégré !!!Qu'est-ce qui vous "agaçe", Monsieur, si je puis demander ?


 


 


 


 



AHAE 05/03/2011 22:08



Par les temps qui courent, pour le commun dont je fais partie donc qui n'a pas pignon sur rue, il me paraît être de la plus élémentaire évidence que  signer de son vrai nom tant les articles
que les commentaires d'un blog politique, surtout de ce type (politiquement incorrect), est un acte des plus suicidaires qu'il soit.


Je ne pense pas qu'il me soit nécessaire de "faire un dessin" sur le pourquoi. 


Alors, ne poussez pas au suicide. 


Qui plus est, dire que je m'appelle Arthur Dupont ne vous apportera personnellement rien de plus que mon pseudo puisque nous nous connaissons pas.


 



Philippe Régniez 05/03/2011 13:45



Parfaitement d'accord avec le signataire du dernier commentaire. Rien de plus agaçant que de converser avec des anonymes ou des "pseudos". Très mauvaise habitude que tout cela, l'esprit de
délation n'est pas loin, et cela rappelle les heures les plus sombres de notre histoire.



La rédaction 05/03/2011 09:58



S'il n'était pas cyrard avant, il le sera peut-être après. Je serais Sarközy, je ferais bénéficier cette chance pour la France de la discrimination positive. Un spécialiste de la guerre urbaine
comme ça...



Arebours 04/03/2011 22:25



Bonsoir à toutes et tous,


 


J'ai remarqué que le suspect qui aurait agressé un crs a les cheveux très courts sur les côtés et plus développés sur le dessus: il existe donc une probablité statistique pour qu'il s'agisse d'un Saint Cyrien ou plus simplement d'un fana mili.


 


Rien ne m'insupporte plus que cette mode reprise par la canaille depuis une vingtaine d'année que de se coiffer ainsi puisqu'il s'agit là d'un des creusets de nos traditions franco-françaises.


Voilà qui nous ramène au colonel Erulin ou, à un degré moindre, au général Bigeard dont le (dernier ?) livre s'intitulait à juste titre "Adieu ma France".


 


Je tiens à remercier tous les commentateurs qui signent leur commentaire par leur vrai nom: assumer un choix idéel c'est très exactement cela.


 


Philippe Delbauvre.



Club Acacia

Rédacteur en chef :
  -Eric Adelofz

Secrétaire de la rédaction :
  -Marie Mansard

Rédaction :
  -Brice Duqueyroux
  -Jérôme Deseille
  -Alexandre Janois

Chroniqueurs :
  -Philippe Régniez
  -Pieter Kierstens


Nous contacter, rejoindre la rédaction, proposer un article, participer aux relectures, faire part de vos idées, de vos suggestions :
  -clubacacia[at]gmail.com.

 

Nos articles sont librement reproductibles, sans possibilité de modification, avec mention de la source (voir la licence complète).

 

Syndication :

  -Flux RSS

  Free counter and web stats

(Droits : Club Acacia 2006-2010)