Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 octobre 2010 7 17 /10 /octobre /2010 11:11

      Robert Badinter était l’invité de Nicolas Poincaré sur France Info le jeudi 14 octobre 2010, à l’occasion des 13e Rendez-vous de l’histoire à Blois ce dimanche, manifestation présidée par l’ancien ministre de la Justice.

      Interrogé par Nicolas Poincaré qui s’affirme « s’intéresser beaucoup » à la question de la loi Gayssot, Robert Badinter se prononce contre les « lois compassionnelles » et affirme que ces lois sont anticonstitutionnelles.

 

 

N. Poincaré :

      Juste un mot sur une question qui m’intéresse moi, et dont vous ne parlerez peut-être pas dimanche à Blois mais qui m’intéresse beaucoup, c’est lorsque la loi essaye de faire l’histoire je pense aux lois mémorielles ou à la loi Gayssot qui punit le révisionnisme ?



R. Badinter :

     
C’est un aspect très intéressant de l’époque récente. Ma position est très claire, très claire : le Parlement n’a pas à dire l’histoire. Le parlement fait l’histoire, il n’a pas à la dire, ni à la fixer. Les lois mémorielles, que j’appelle des lois compassionnelles, qui sont faites pour panser des blessures, apaiser des douleurs - et je comprends ça parfaitement - mais elles n’ont pas leur place dans l’arsenal législatif. La loi est une norme. La loi a pour fonction de règlementer une société de prévoir son avenir. Elle n’a pas à prendre parti dans une querelle historique ou tout simplement à affirmer un fait historique même indiscutable. J’ajoute, il faut bien le prendre en compte : la Constitution ne le permet pas. Je le dis clairement, elle ne le permet pas.
      La loi en France n'est pas comme en Angleterre, le Parlement ne peut pas tout dire. Le Parlement a une compétence d’attribution, et rien ne permet au regard de la constitution au législateur de s’ériger en tribunal de l’histoire. Rien.
      Par conséquent je comprends très bien les passions et le désir des élus de panser les blessures et de faire des lois compassionnelles : ça n’est pas la finalité du Parlement et constitutionnellement c’est hors de la compétence du Parlement.




[lien vidéo si celle-ci n'apparaît pas]



      Vincent Reynouard est actuellement incarcéré pour un an de prison à cause d'une loi qui anticonstitutionnelle. L'ingénieur chimiste est donc détenu illégalement, depuis 100 jours aujourd'hui, dans les prisons de la République.


      Cette position n'est certes pas celle de tous les hommes de droit. Certains jusqu'au-boutistes exterminationnistes ou partisan de la censure prétendent en effet que la Loi Fabius-Gayssot est constitutionnelle (1). Mais avec l'appui de Robert Badinter, plus personne ne devrait pouvoir être condamné en vertu de la loi Gayssot : le prochain justiciable pourra porter une question prioritaire de constitutionnalité devant le Conseil constitutionnel - si jamais la juridiction concernée fais preuve de courage et d'honnêteté. (2) Ce dernier ne pourra que dénoncer cette loi anticonstitutionnelle qui viole clairement les droits et libertés que la Constitution garantit avec l'appui des déclarations sans ambiguïtés de Robert Badinter, docteur en droit et ancien président du Conseil constitutionnel.



(1) C'est le cas du objectif site PHDN (Pratique de l'Histoire et dévoilements négationnistes [sic])  qui présente deux textes sur la question. L'objectivité de ce site ne pouvant être mise en cause, ils devraient très prochainement les retirer où les nuancer par les propos de l'ancien président du Conseil constitutionnel d'une portée autrement importante.

(2) Au début de l’année, une cour de cassation a refusé de transmettre une question de constitutionnalité au Conseil constitutionnel dans un arrêt aberrant, la cour, présidée par M. Lamanda, estimant que « la question posée ne présente pas un caractère sérieux dans la mesure où l'incrimination critiquée se réfère à des textes régulièrement introduits en droit interne, définissant de façon claire et précise l'infraction de contestation de l'existence d'un ou plusieurs crimes contre l'humanité [...] infraction dont la répression, dès lors, ne porte pas atteinte aux principes constitutionnels de liberté d'expression et d'opinion ».

Partager cet article
Repost0

commentaires

AlaiN GUIONNET 18/10/2010 02:00



Ce n'est pas compliqué, l'ultragauche précède l'ultradroite, dont l'existence date officiellement en France de 2000. D'où la conclusion : les ultradroitises sont blancs-becs par rapport aux
ultragauchistes, qui ont joué rôle capital dans le combat rériso. Exception française disent des commentateurs étrangers ; mais des boches s'inspirent du modèle françois. Selon moi, le boche
est plus con que le François à peu de chose près. Hé oui ! le racisme d'ultragauche existe. Ses partisans adorent le livre de Carl-Eugène Dühring sur la nuisance de la race juive. C'est leur
choix. L'ultragauche est formée pour l'insurrection ; ses gars agissent, ils réfléchissent ensuite.



Eric Adelofz 19/10/2010 17:37



Nous sommes en ces matières plus influencés par Céline, Duprat et Bardèche ; déformation radicale de droite oblige. Quand à l'insurrection qui vient... Bah nous verrons quand elle sera
là.


Mais nous sommes globalement des gens ouverts nous prenons le bien où il est.



AlaiN GUIONNET 17/10/2010 23:50



Je vous ai fait réclame récemment. Vous vous lancez dans le révisionnisme, bien, mais sachez que l'affaire est compliquée. Pour la découvrir, il faudrait que vous vous penchassiez sur les arcanes
de l'ultragauche françoise, qui sont complexes, au point qu'une chatte n'y retrouve pas ses petits. Aussi misez sur cette fraction d'ultragauche, qui a des principes et qui est solide. Sans
union, impossible d'exterminer la coterie juive.



Eric Adelofz 18/10/2010 00:33



Merci beaucoup ! Nous relayons ici (et produisons à l'occasion) de l'information sur le révisionnisme plus que nous ne "lançons" dans le révisionnisme, aucun des membres de la rédaction n'étant
"spécialiste de la question" comme dirait l'autre... (il y a, disons, un certain nombre d'amateurs éclairés).


Si elle n'est pas une alliée, l'ultra-gauche n'est pas une cible prioritaire pour nous. Et nous savons saluer quand ils le méritent les bons coups contre le système venus "d'en face" (?) (à-côté
?) (de l'autre côté ?)... Il est probable que nous soyons plus proche d'eux qu'ils ne le pensent. C'est parfois juste une certaine difficulté à l'exprimer...



Club Acacia

Rédacteur en chef :
  -Eric Adelofz

Secrétaire de la rédaction :
  -Marie Mansard

Rédaction :
  -Brice Duqueyroux
  -Jérôme Deseille
  -Alexandre Janois

Chroniqueurs :
  -Philippe Régniez
  -Pieter Kierstens


Nous contacter, rejoindre la rédaction, proposer un article, participer aux relectures, faire part de vos idées, de vos suggestions :
  -clubacacia[at]gmail.com.

 

Nos articles sont librement reproductibles, sans possibilité de modification, avec mention de la source (voir la licence complète).

 

Syndication :

  -Flux RSS

  Free counter and web stats

(Droits : Club Acacia 2006-2010)