Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 14:14

            Le soutien extérieur du système à Marine Le Pen ne doit pas faire oublier comment ce qui fut le mouvement national a été noyauté de l’intérieur. À ce titre l’arrivée et l’accession à des postes majeurs de personnes telles que Jean-Richard Sulzer sont exemplaires.

 

            Né le 22 août 1947 à Besançon, Jean-Richard Sulzer habite à Neuilly-sur-Seine, l’une des communes les plus riches de France, très courue par la communauté israélite dont il est lui-même issu. C’est dans cette ville, fief des Sarközy-Sebaoun où il prit sa carte de l’UMP.

            Marié et père de deux enfants, il est professeur de gestion à l’Université Paris-Dauphine. Expert en finances d’entreprise et en finances publiques, il a publié divers ouvrages consacrés essentiellement à ce domaine de la finance.

            Homme du régime, il a été "honoré", entre autres, des titres de chevalier dans l’Ordre National du Mérite, chevalier des Palmes Académiques ; il a reçu la médaille d’Argent de la Ville de Paris (pour d’évidentes raisons) et la médaille de Bronze de la Jeunesse et des Sports. Bruno Gollnisch, universitaire d’un tout autre niveau, n’a jamais obtenu la moindre récompense du système...


            Au-delà d'un parcours politique d'apparence chaotique (des centristes au vote Mitterrand, de l'UMP de Chirac au néo-FN de Marine Le Pen), les grandes lignes d'un engagement apparaissent, celles de la défense d'une République maçonnique irrémédiablement ennemie de la France par l'alliance entre la droite libéraliste et conservatrice et l'extrême droite sionisée et débarrassée de tous ses éléments nationalistes.

 

 

 

Des convictions politiques au gré des vents dominants

 

            Jean-Richard Sulzer a rejoint tardivement le Front national après de nombreux revirements. Ses opinions politiques n’ont jamais été très affirmées : en 1988, il vote François Mitterrand au nom, c’est lui qui le dit, « de l'ouverture et de la "France Unie" »[1]. Propos surprenant dans la bouche d’un universitaire qui ajoute de surcroit, un an après la mort – et quatorze année de règne – du "Pharaon" : « homme de pouvoir, François Mitterrand restait encore un mystère pour la plupart de celles et ceux qui votèrent pour lui »[2].

            L’État déplorable de la France comme les multiples scandales ayant éclaboussé la longue vie et deux septennats de François Mitterrand ne laissaient subsister aucun "mystère". Avant de voter à gauche, le cœur de Sulzer a balancé à droite – mais pas beaucoup. Il évolua dans les cabinets de Jacques Duhamel et Edgar Faure[3] – le ministre de l'Education nationale qui s’inspira des revendications de Daniel Cohn-Bendit et des "juifs-rouges" pour en faire la loi de modernisation de l'Université après Mai 68. Il est par la suite l’un des collaborateurs de Jean-Pierre Soisson, centriste ultra-libéral[4][5].

 

            Centriste sous les centristes, mitterrandien sous Mitterrand, Jean-Richard Sulzer se tourne avec un un prodigieux sens de l’opportunité vers les libéraux-conservateurs après la victoire de Jacques Chirac. Est-ce le financier ou celui qui aspire à briller au firmament de la peopolitique qui, la quarantaine passée, se retrouve dans la sphère du concussionnaire Nicolas Miguet[6] ? Il participe avec le président du RCF à plusieurs numéros du Quotidien de Paris. Sur lun des sites boursiers de Nicolas Miguet), Sulzer écrit (sous la direction de Nicolas Miguet) la chronique dithyrambique d'un livre de... Nicolas Miguet[7]...

 

 

 

Au fondement de l’UMP

 

           Centriste, mitterrandiste, miguetiste, Richard Sulzer reste un libéral. Il devient membre de l’Association des amis de Jacques Chirac (présidée par un autre juif, Bernard Pons [8]) et figure parmi les membres-fondateurs de l’UEM (Union en mouvement). Ce parti chiraquien totalement oublié n’est autre que l’ancêtre de l’Union pour la majorité présidentielle, devenue l’Union pour un mouvement populaire, mieux connue sous l’acronyme UMP, mouvement né sous le "haut" patronage de Chirac et Sarközy.

           L’UEM a été créée par Jérôme Monod[9], avec pour président Renaud Dutreil[10]. On y retrouve Philippe Douste-Blazy[11], Dominique Perben – opposant de Bruno Gollnisch à Lyon – ou encore le corrompu François Léotard (entre autres).

 

      Partisan de l’union des droites libérales, sionistes et conservatrices jusqu’à au moins 2002, Sulzer se rapproche alors du Front national. On l’y retrouve dès 2004 ; à peine arrivé, il obtient une place sur la liste du Front national aux élections européennes [12] alors même qu’il n’est pas adhérent.

 

 

 

Ascension fulgurante au Front national

 

http://img96.imageshack.us/img96/365/afficheslepen1.jpg

 

 

            La première grande opération de Marine Le Pen, la campagne présidentielle de 2007, se traduit par le plus cinglant échec de l’histoire du Front national. Sans ligne doctrinale, sans cadres, sans programme, le parti perd un million d’électeur.

            Marine Le Pen, directrice de la désastreuse campagne de 2007[13] avait confié à Sulzer le soin de rédiger le programme économique pour les ultimes élections présidentielles de Jean-Marie Le Pen. Étonnant choix puisque Sulzer a adhéré au Front national... en 2007. Entre le nommé responsable du volet économique et sa chef, les couacs se multiplient sur fond d’incohérence programmatique et d’improvisation permanente.

            C’est même de la schizophrénie quand, dans le propre journal de Marine Le Pen, L’Aviso[14] [15], Sulzer affirme :

 

« Il serait désastreux que nous sortions de l’Europe du traité de Rome. En revanche, il serait temps de revenir à l’Europe telle qu’elle fut conçue par ses fondateurs. »[16]

 

quand Marine Le Pen déclare :

 

« L’Union européenne est un système vicié à la base. » [17]

 

http://img30.imageshack.us/img30/4186/sulzerdateadhesion2007.jpg

 

 

 

L’ombre de la maçonnerie

 

            Cet entretien de Jean-Richard Sulzer à L’Aviso révèle bien des surprises et recèle bien des "mystères". La fin de l’article mérite d’être cité en intégralité, notamment la partie où Sulzer fait mention aussi clairement que possible de son appartenance maçonnique. Il faut noter une fois encore la schizophrénie de la tribu Marine : que dire en effet des viles attaques de Marine Le Pen et de ses spadassins contre Bruno Gollnisch – déformants fielleusement les propos de ce dernier quant à l’UMP [18] – quand Jean-Richard Sulzer déclarait, lui, noir sur blanc dans le journal de Marine Le Pen, que la stratégie de cette dernière n’a d’autre but que l’alliance avec les conservateurs-libéraux ?

 

 

(Audrey Guibert pour l’Aviso :) Croyez-vous cependant que la courtoisie qui régit les relations entre le groupe UMP, présidée par Jean-Pierre Soisson, et celui du Front national, présidé par Pierre Jaboulet-Vercherre, puisse être exportée ?

 

Pour ce qui est des alliances, je vous rappelle qu’entre 1998 et 2004, le mode de scrutin a changé. Les élections régionales comportent deux tours, avec une prime majoritaire. S’il peut y avoir un accord UMP/FN [on notera l’ordre], il devra se faire clairement par fusion de liste entre les deux tours. [...] si les listes UMP ne fusionnent pas, de très nombreuses régions risquent de passer à gauche ou de le rester. Il faut que les deux formations politiques prennent des positions claires, sinon au soir du 28 mars 2004, la France sera rose. Je vous rappelle qu’une telle bérézina aux élections locales est souvent annonciatrice de graves revers au niveau national.

 

 

Question : Est-ce que la dédiabolisation du Front national constitue un préalable à un tel accord ? Et comment Marine Le Pen peut-elle y contribuer ?

 

On ne diabolise souvent que par opportunité [sic]. [...] Par sa personnalité, Marine le Pen peut contribuer à dédiaboliser le FN. Mais de toute façon, la gauche aura toujours intérêt à diaboliser le Front national. La vraie difficulté, et c’est à ce titre que l’exemple bourguignon est intéressant, est que la droite parlementaire et la droite nationale puisse trouver les bases d’un plan. Ceci ne devrait pas être sorcier si chacun veut bien y mettre du sien. Il n’est pas question d’aligner totalement les programmes. Un accord consisterait pour chaque région à définir les priorités de bon sens qui s’imposent. Il s’agit d’élections locales. Personne n’exigera que l’une des deux grandes formations politiques soit le clone de l’autre.

 

 

Question : Comment conciliez-vous ce souhait de voir la droite parlementaire nouer des accords avec la droite nationale [sic] avec votre engagement philosophique qui n’est un mystère pour personne ?

 

Parlons clair [rigoureusement sic] : je ne suis pas seul dans ce cas. Certains peuvent le révéler, d’autres non. Si je venais à trahir des secrets, ce que je ne ferai pas, vous seriez étonné. Je cultive effectivement une philosophie de la tolérance réciproque. Il faut écouter et savoir écouter l’autre, et percevoir les évolutions respectives. Il me semble que ni la droite nationale, ni les obédiences philosophiques ne prospéreraient grandement, et c’est un euphémisme, si les fondamentalismes islamiques venaient à prendre le contrôle de tout ou partie des leviers de commander du territoire français et européen, ou à gommer les acquis de notre [rigoureusement sic] civilisation.

 

 

            Qui sont donc ces mystérieux autres francs-maçons qui œuvrent pour l’unité de la droite libéraliste avec le Front national ? A quelles loges fait-il allusion ? Au sein du Front national, en bon frère maçon, Sulzer a sans doute tenté de mettre sur pied une loge pour y recruter du personnel comme Jean-Michel Dubois, Me Wallerand de Saint-Just ou Louis Aliot.

 

 

http://img51.imageshack.us/img51/6568/francmaconnerie2.png

 

            Alors qu’il n’est même pas membre du FN, Jean-Richard Sulzer acquiert une influence primordiale, signant même des communiqués au nom d’un parti dont il n’est pas encore membre selon sa biographie officielle.

 

 

 

Conseiller et proche de Marine Le Pen

 

            Comme Marine Le Pen, il ne dédaigne pas les sinécures électorales : Jean-Richard Sulzer, au mépris de ses (rares) électeurs parisiens, a été parachuté au conseil régional du Nord-Pas-de-Calais, alors même qu’en 2008 il était tête de liste à Paris. Il réussit l’exploit d’être secrétaire du groupe FN au conseil régional d’Ile-de-France et candidat à celui du Nord-Pas-de-Calais. La République des déracinés...

            Dans le Nord, il est désormais le fidèle paillasson de sa consœur en parachutage. Dans un passage télévisé, Jean-Richard Sulzer y déploie sa haute culture historique – qui n’a jamais entendu parler des célèbres déplacements sportif à Berlin en 1933 ? – et ses méthodes, directement héritées de son passage à l’UMP et dans la maçonnerie.

            Richard Sulzer et Marine Le Pen – faute de pouvoir imposer le respect – se servent du conseil régional comme d’un terrain de jeu : extrait d’un reportage réalisé par R. Cohen pour M6 et diffusé il y a quelques mois :

 

 

 

 

http://img832.imageshack.us/img832/2994/jeuxolympiquesberlin193.jpg

 

 

            Parachuté, Sulzer accumule en quelques années les fonctions : secrétaire général du FN au conseil général d'Ile-de-France, secrétaire de la IXe circonscription du Nord, rédacteur du programme économique, candidat à de multiples élections, etc. Ses parachutages ne sont pourtant pas des réussites. En pleine « vague » néo-frontiste et malgré le soutien des médiats, il se présente aux cantonales à Tourcoing Nord. Là où René Declercq avait totalisé 4 375 voix (18,5%) en 2004 pour le FN et se qualifiait pour le second tour, sept ans plus tard, Sulzer perd près de 500 voix (3 962 et 26,03%) malgré le soutien médiatique ; il ne peut même pas se maintenir au second tour qui était le maigre objectif qu’il s’était lui-même assigné.

 

 

 

Républicanisme, sionisme et laïcité

 

            Sauver la République maçonnique en manipulant la droite nationale, l’objectif est clairement établi. Pour le réaliser, le discours est clair : islamophobie, république, sionisme et laïcité. Jean-Richard Sulzer le distille au moyen d’une association, SOS Égalité.

            La “laïcité” est le nouveau cheval de bataille de Marine Le Pen ; la “défense de la laïcité” est l’argument massue pour justifier ses prises de positions contre le seul islam radical au détriment d’attaques légitimes contre les politiques migratoires ou la République. Un autre exemple de ce nouveau discours – longtemps le concept même de laïcité était ignoré au Front – a eu lieu lors de l’émission télé “17 h politique”, dimanche 6 décembre 2010 sur I-télé. Marine Le Pen y a en effet déclaré, alors qu’elle condamnait “la discrimination positive”, “soutenir l’association SOS Egalité”. Soutien réaffirmé ensuite dans un communiqué de presse. Cette association est pourtant totalement inactive[19].

 

            Comme une association maçonnique, SOS Égalité défend « l’égalité en droits des citoyens français, conformément aux principes de la République française. Elle lutte pour cela contre le communautarisme et les actions qui visent à remettre en cause cette égalité. »  L’association a été créée en janvier 2010 ; à l’image de toutes les associations-fantômes qui font florès dans les milieux nationaux-sionistes ces dernières années elle n'est qu'une coquille vide. Elle développe les mêmes positions républicaines maçonniques que Marine Le Pen [20] : Assimilation, métissage, anti-communautarisme, maçonnisme : tout est résumé :

 

« Promouvoir l’égalité en droits des citoyens français; lutter contre le communautarisme et les politiques explicites ou implicites de promotion de la discrimination positive en France;faire connaître au plus grand nombre ces politiques et saisir la justice pour obtenir leur annulation;recueillir les témoignages des victimes de ces politiques : victimes directes (celles qui n’ont pas vu leur mérite reconnu en raison de leur appartenance à une catégorie de la population non privilégiée par ces programmes), et victimes indirectes (celles qui appartiennent à l’une de ces catégories privilégiées, qui ont pourtant utilisé les voies conventionnelles, mais qui souffrent de l’amalgame car présumées favorisées); porter assistance par tous moyens à ces victimes et œuvrer au rétablissement de leurs droits de citoyens français. »

 

            Défendant, le “mérite” plutôt que “la couleur de peau”, SOS Egalité se pique même de rendre hommage à une “École républicaine” à la dérive… La récupération des symboles de l’ennemi, en politique, n’a jamais fini que par une chose : l’intégration des idées de l’ennemi. Le cas d’un sioniste venu du RPR est évidemment bien différent puisqu’il est ennemi. Et lors de son discours fondateur, Marine Le Pen a en tout point été conforme aux aspirations de Jean-Richard Sulzer.

 

            L’attachement au système qui détruit la France est explicite : la bannière du site fait référence et à Marianne et à la Constitution de la Ve République – mots, images et écriture rappelant fortement celle du groupuscule d’Alain Soral.

 

http://img263.imageshack.us/img263/2318/sosegalitesulzermarinel.jpg

 

 

            Les liens entre les deux associations républicaines, laïcardes et assimilationnistes ne s’arrêtent pas là : dans le numéro de décembre [21] du journal dénommé Flash, le nom de Jean-Richard Sulzer voisine avec ceux d’autres opportunistes, de Philippe Randa à la famille Bouchet (Christian et Gauthier) et Alain Soral.

 

http://img192.imageshack.us/img192/1984/flashmagazine0052.jpg

 

 

 

 

Juif avant-tout

 

            Opportuniste, républicain et franc-maçon, Jean-Richard Sulzer est très attaché à sa judéité. C’est en qualité de juif qu’il participe en 2006 à une manifestation sioniste organisée en la mémoire d’un étranger assassiné par d’autres étrangers pour de l’argent. Sa sécurité sera organisée pour l’occasion par l’organisation terroriste juive LDJ [22] qui entretient d’importantes relations avec l’entourage de Marine Le Pen. Elle-même s’était félicitée de cette participation (« L'important, c'est qu'il y ait une participation symbolique du FN ») ; alors que le pourtant très sioniste Philippe De Villiers avait été conspué par les extrémistes juifs, l’agent d’Israël Sulzer avait été parfaitement bien traité, accueilli et protégé par le service d’ordre [23].

 

 

http://img707.imageshack.us/img707/6569/communiquesulzer.jpg

 

            En mars 2011,il faut publier un nouveau communiqué [24], écrit en qualité de Juif, qui se termine ainsi :

 

« Les organisations juives de France méritent une meilleure image ; et tout ce remue-ménage ne peut que nuire à l’image de tous nos coreligionnaires.

Quelques agitateurs et agités irresponsables viennent de nuire gravement à l’image de nos coreligionnaires au sein de la Nation française.

Jean Richard Sulzer, Juif ! »

 

            Le même qui affirme – sans apporter la moindre précision – avoir « perdu une partie de ma famille lors des persécutions antisémites et dans les "camps de la mort" de cette terrible période » n'hésitent pas à recourir, en bon agent du système, un spécialiste de la reductio ad hitlerum :

 

« Si le programme de Marine Le Pen ne ressemble évidemment en rien au programme d’Hitler, en revanche ce tissu d’âneries relève lui bel et bien des procédés hérités de la propagande de Goebbels ! »

 

            Jean-Richard Sulzer prétend combattre le communautarisme musulman et l’intégration. Cela ne pose aucun problème de conscience à cet étranger de dénoncer le hallal mais de se réjouir que ses propres ancêtres, refusant de s’intégrer, se soient fait tenancier d’un restaurant utilisant les monstrueuses méthodes d’abattage rituel juif "casher" [25]...

 

 

 


1Jean-Richard Sulzer, « Le grand fourbe », <www.bourse.fr>, s.d.

2Ibid.

3Edgar Faure se fit remarquer, après son mariage avec une juive, Lucie Meier, en passant sa lune de miel en URSS aux pires heures du stalinisme, pendant que des milliers de Russes étaient assassinés. Après avoir fuit la France, il revient dans les fourgons de l’occupant l’israélo-américain en 1945. Après les Russes, c’est les Allemands qu’il contribue à persécuter : cet ami de Mendès-France (sic) est nommé par ses puissants amis procureur adjoint à Nuremberg. Liquidateur du Maroc et de la Tunisie, il s’en remet à De Gaulle pour liquider l’Algérie. Le Traître le récompense en l’envoyant comme envoyé spécial auprès des dictateurs communistes chinois. C’est lui qui, comme ministre de l’Éducation nationale, reprendra les revendications des gauchistes de Mai-68 pour les intégrer à la loi – votée comme un seul homme par la gauche. Il rejoint Simone Veil en 1978 pour favoriser le fédéralisme européen.

4Proche d’Edgar Faure, tantôt travaillant pour les socialistes, tantôt pour les conservateurs, on le retrouve au Parti républicain, à l’UDF, au Mouvement des réformateurs, à Démocratie libérale puis à l’UMP.

5Florent Steinling, « Jean-Richard Sulzer l’invité surprise » http://www.nordeclair.fr/Locales/Halluin/2011/03/15/jean-richard-sulzer-l-invite-surprise-de.shtml , Nord Eclair, 15 mars 2011.

6Nicolas Miguet, jeune giscardien créera son propre parti en 1999, le Rassemblement du contribuable français et se lance sans succès dans la campagne des présidentielles de 2007. Parmi ses condamnations : 12 mois de prison dont un ferme pour abus de biens, vol et escroquerie en 1999, 8 mois de prison pour banqueroute, escroquerie et faux en écriture en 1999 (avec interdiction de gérer une entreprise pour cinq ans pour fraude fiscale et faillites douteuses), -6 mois et trois ans de mise à l'épreuve et 15 000 euros d'amende pour avoir volé 151 165 d'euros à l'État et dernièrement une amende de 500 000 euros infligée par l'Autorité des Marchés Financiers suite à une énorme plus-value réalisée dans des conditions anormales sur le dos de ses clients.

7« Nicolas Miguet, [...] à la plume décapante et très "politiquement incorrecte", vous livre dans cet ouvrage la véritable biographie de François Mitterrand. Ses révélations exclusives, preuves à l'appui, donnent un éclairage nouveau sur notre histoire récente, si complexe, pleine de tabous et de "non-dits". Ce document est à lire d'urgence pour celles et ceux qui veulent enfin [sic] savoir. ». Pour l’anecdote Sulzer tirait à boulet rouge sur le corrompu Roland Dumas (peut-être pour une histoire de loge). Aujourd’hui le même Sulzer est au Bureau politique du FN sous les ordres de son coreligionnaire Louis Aliot, proche de Roland Dumas auquel il doit beaucoup...

8Bernard Pons, étranger né en Pologne, ultra sioniste, fut un ardent défenseur de la loi génocidaire Veil. C’est lui qui « géra » l’affaire de la grotte d’Ouvéa – bilan : 6 militaires français tués et la perte à terme de ce territoire.

9L’un des plus grand représentant des dynasties de la très haute bourgeoisie protestante, qui fit ces armes dans les cabinets du petit-fils de rabbin Michel Debré puis de Maurice Schumann de même confession, haut représentant de la maçonnerie.

10Énarque qui s’était fait remarquer par un brillant discours sur la fonction publique :

 

« Les retraités de la fonction publique ne rendent plus de services à la nation. Ces gens-là sont inutiles, mais continuent de peser très lourdement. La pension d’un retraité, c’est presque 75% du coût d’un fonctionnaire présent. Il faudra résoudre ce problème. [...] À l’heure actuelle, nous sommes un peu méchants avec les fonctionnaires. Leur pouvoir d’achat a perdu 4,5% depuis 2000. [...] Le problème que nous avons en France, c’est que les gens sont contents des services publics. L’hôpital fonctionne bien, l’école fonctionne bien, la police fonctionne bien. »

 

Il a abandonné la politique en 2008 pour rejoindre une multinationale à New-York : les contacts de sa femme au sein du MEDEF l’auront aidé. En conclusion d’un article, un journal rappelle : « L’ancien ministre et son épouse Christine Dutreil, directrice de communication du groupe Wendel, sont parvenus au terme d’une opération relativement complexe mais légale, à transformer leurs 419 712 euros d’actions dans une filiale du groupe, en 8 047 490 euros sans rien devoir au fisc. Cette opération devant beaucoup, pour se réaliser, à une loi de 2003 sur l’ISF appelée "loi Dutreil" ».

 

C’est le même Dutreil qui déclarait :

 

« Il faut que les Français comprennent que nous, on n’est pas là pour faire l’apologie, la défense du capitalisme dans ses excès, dans ses dérives, dans tout ce qu’il a d’injuste et de provocateur. En revanche, on est là pour soutenir ceux qui travaillent 50 heures par semaine, qui créent de la richesse, qui prennent des risques ».

11Soupçonné d’être le "ministre-pédophile" dénoncé par Luc Ferry. C'est dans sa ville que sera lancé l'Union en mouvement, lors d'un rassemblement qui coûta officiellement près de 400 000 euros.

12S’il figure à la place d’honneur, nous retrouvons aux trois premières places Marine Le Pen, Jean-Michel Dubois et Christine Arnautu : dès 2004, les zélotes du marinisme verrouillent le Front national.

13Jean-Marie Le Pen candidat, Marine Le Pen directrice de campagne, un cocktail explosif : le Front en cinq passe de plus de 16,8% à moins de 10,5%.

14L’Aviso qui ne doit pas être confondu avec la WISO, Women International Zionist Organisation - Organisation internationale de Femmes Sionistes. Pendant que Bruno Gollnisch et les autres militants et adhérents du Front national serraient les rangs derrière J.-M. Le Pen, de longue date, sa fille préparait sa prise en main de l’appareil.

15Aviso, n°3.

16Maurice Schuman et Jeane Monnet. Ce dernier avait réussit à ne pas combattre durant la Première Guerre mondiale préféra se réfugier à Londres durant la Seconde. Mondialiste, il fut partisan de la fusion des États français et britanniques. Robert Schuman, lui, tout comme Monnet et de nombreux autres "européens", était directement financé par les États-Unis (voir à ce sujet Historia).

17Le Point, 3 juin 2009,

18« Si Marine Le Pen refuse l’idée d’une alliance avec l’UMP, Bruno Gollnisch, quant à lui, n’y est pas opposé ! » titrait le pigiste d’un journal stalinien, article relayé sur le site de Marine Le Pen.

19Sur le blogue de l’association ont été publiés cinq articles : 4 entre mi-décembre 2009 et mi-janvier 2010 et le dernier en avril 2010.

20« Ce pseudo respect des cultures, régionales ou étrangères, a interdit de facto, on le voit bien, l'assimilation des populations immigrés, cela au prétexte qu'elle serait une violence faite à l'individu » déclarait Marine Le Pen dans A contre flots.

21« Quand la France rêve du Grand soir… ». Le communautariste juif franc-maçon Sulzer y signe un article avec l’auto-proclamé anti-communautariste et pourfendeur du Nouvel ordre mondial Soral. Autres participants à ce numéro Jean-Marie Le Pen, Pierre Le Vigan, Christian Bouchet, etc.

22Selon l’organe antifasciste Reflexes. Jean-Richard Sulzer était accompagné par la fine fleur des sionistes de la garde personnelle de Marine Le Pen, Sonia Arrouas et Marie-Christine Arnautu.

23Rallié au communautarisme (pour la défense des Juifs sinon pour les blancs ou les autres), le secrétariat général du FN dans un communiqué affirmait avoir déploré et annoncé « depuis des années que la communauté juive sera victime de l'immigration incontrôlée »

24Communiqué du 10 mars 2011.

25Florent Steinling, « Jean-Richard Sulzer l’invité surprise », op. cit.

Partager cet article

Repost 0
Published by Eric Adelofz - dans Ennemi de l'intérieur
commenter cet article

commentaires

logic 25/12/2011 10:11


 


Merci pour toutes ces précisions . En effet il y a quelques temps que je me pose la question
: le FN ne serait-il pas lui aussi noyauté par les fra-macs, qui savent trés adroitement ou plutôt , hypocritement s'immiscer, dans toutes les sphères de notre République : Intérieur
Justice médias Finances Santé Social Education Grandes Ecoles ...et même l'Eglise Catho de France (cf Lustiger que j'appelle volontiers Lustifer) . Je me pose la même question au sujet de Maître
Collard .


On ne peut pas être sioniste et juif (de religion) voir la video "le judaïsme juge le sionisme" ; de
la même façon on ne peut pas être chrétien et fra-mac ,cf l'encyclique "humanum genus" de Léon XIII et une lettre écrite par JPII cosignée du Cardinal Ratzinger, trés claire sur le sujet.


   Il est interessant aussi de lire sur le net
« Franc-maçonnerie mensonges et histoire » et « armes silencieuses pour guerres secrètes. Comme les FM ont compris qu’attaquer de face le FN est contreproductif  ils vont mettre le ver dans le fruit pour le pourrir et le discréditer définitivement .


   Il serait très intéressant de connaître les origines
le parcours et le CV de tous ces gens qui veulent nous expliquer ou qui ont la solution alors qu’ils sont en place ou ont des responsabilités depuis plus de 30ans !  


 

ptos 11/09/2011 02:12



C'est une analyse redoutable que vous avez faite là.


Un travail de fourmi, détaillé, précis, efficace qui se pose là, c'est sûr. Nos esprits ne sont pas assez méfiants pour suivre ces petites subtilités qui en disent long, en réalité.


Un vrai et beau travail qui n'a rien à envier à celui des journalistes d'investigation.


Ainsi la faiblesse du FN lui a coûté son âme. Et il a été "racheté" à peu de frais moyennant Faust.


Tout cela laisse fortement découragé. Je vais continuer à faire comme si.


A ce stade, il ne reste rien.


 


 


 



Arebours 08/09/2011 16:05



Je pensais que la loi anti-cumul avait été votée... Il collectionne pourtant les tares !



Club Acacia

Rédacteur en chef :
  -Eric Adelofz

Secrétaire de la rédaction :
  -Marie Mansard

Rédaction :
  -Brice Duqueyroux
  -Jérôme Deseille
  -Alexandre Janois

Chroniqueurs :
  -Philippe Régniez
  -Pieter Kierstens


Nous contacter, rejoindre la rédaction, proposer un article, participer aux relectures, faire part de vos idées, de vos suggestions :
  -clubacacia[at]gmail.com.

 

Nos articles sont librement reproductibles, sans possibilité de modification, avec mention de la source (voir la licence complète).

 

Syndication :

  -Flux RSS

  Free counter and web stats

(Droits : Club Acacia 2006-2010)