Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 23:23

 

À 70 ans de distance, il est stupéfiant de constater que les maux qui accablaient les nations d’Europe durant l’entre-deux-guerres n’ont pas changé. Tous les constats dressés en Roumanie en 1935 s’appliquent à la France de 2011 : notre terre livrée à l’étranger, notre industrie détruite par la mondialisation, les profiteurs et les spéculateurs s’engraissant pendant que le peuple souffre, la dissolution des consciences et la haine du drapeau français entretenues par l’étranger, le pays miné par de fausses divisions politiques...

L’histoire a montré alors que seul les combattants nationalistes, conduits par une éthique implacable, prêt à tous les sacrifices et conduit par l’amour de la Patrie et de la Vérité pouvaient changer le cours événements, tous les défenseurs du système "extrémistes" de droite, de gauche ou centristes ne représentant que les différentes faces du même visage, défendant les mêmes valeurs de la modernité destructrices des civilisations.

C’est ce qu’évoque Codreanu, l’une des plus hautes figures du nationalisme en Europe, dans ce texte diffusé ici pour la première fois sur Internet. Dans le cadre d’une campagne électorale, il s’adresse aux hommes de la Légion de l’Archange Michel (la Garde de Fer).

 

 

 

 

Légionnaires

            Les orateurs des vieux partis parcourent de nouveau les villages, en vous demandant votre concours pour pouvoir se refaire. Sous leur domination, le Roumain de partout s’est appauvri et agenouillé devant l’étranger. Les grands intérêts de la Patrie sont abandonnés. Notre monde politisé ne voit plus rien d’autre que les intérêts du parti, pour la victoire duquel il sacrifie, chaque jour et chaque heure, notre avenir même de peuple.

            Les forêts des montagnes tombées dans les mains des étrangers s’effondrent.

            Le cœur gémit chez les Motzes et les Maramourechois oubliés par tout le monde.

            Les ouvriers roumains délaissés grossissent les rangs des communistes juifs.

            Le commerce roumain dépourvu de protection est humilié en une lutte inégale avec l’étranger.

            Le germe dissolvant et corrupteur de consciences pénètre toujours plus haut et plus profondément, dans les cadres de notre glorieuse armée.

            Et des heures difficiles sont à prévoir. Si jamais nous étions appelés au grand examen international, qui défendrait encore notre sol et la gloire de notre pays, et la gloire de notre Drapeau ?

            Le paysan roumain vend ses produits à un prix inférieur au prix de production. Les intermédiaires se sont multipliés et nous inondent.

            Les cafés regorgent de courtiers et d’usuriers qui s’enrichissent aux dépens de ceux qui travaillent. Le peuple est spolié, le Roumain accablé de dettes est devenu l’esclave contemporain du banquier juif.

            Le pays, partagé en partis qui s’entre-déchirent se détruit sous nos yeux.

            Les dirigeants des vieux partis n’ont pas de poigne et pas la moindre perspective nationaliste, ne soutenant et n’encourageant en rien le Roumain qui porte le pays entier sur ses épaules.

 

 

Légionnaires,

            Face à une telle situation et avant que l’esprit politicard n’ait pu se refaire, j’ai brandi l’épée et j’ai déployé le nouvel étendard du temps.

            On sent dans l’air, de plus en plus fort, le besoin d’autres principes de vie politique et morale. Dépolitiser le pays est une nécessité du temps.

            A la place des vieux partis on sent qu’un renouveau s’impose. À la place des partis dévoués à l’étranger, il faut une politique d’indépendance et d’encouragement au roumanisme.

            Dites à tous ceux qui viennent de nouveau vous prendre la main que leur temps est révolu. Tous ces orateurs peuvent périr.

            Dorénavant, vous ne devrez obéir qu’à une seule voix, mystérieuse et impénétrable comme Dieu lui-même, l’appel de la Patrie. Que tout votre être entende cette voix, que vous vous soumettiez à elle d’une seule âme.

 

Roumains,

            La Roumanie ressuscitera lorsque votre voix et votre volonté proclameront la victoire. Nos enfants y resplendiront comme des fleurs, l’étranger la respectera, l’ennemi la craindra.

            Soldats de la Légion de Saint-Michel Archange !

            Alors que vous êtes destinés par Dieu à forger cette Roumanie nouvelle, alors que la Nation du Dniester à la Tisza vous attend pour vous acclamer sans fin sur la scène de l’histoire, que de vos poitrines d’acier retentisse notre cri de combat et de victoire :

            Vive la Roumanie roumaine ! Vive la Légion !

 

Corneliu Zelea Codreanu,

Chef de la Légion.

 

http://img802.imageshack.us/img802/5937/41786314913077364453103.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Eric Adelofz - dans Politique
commenter cet article

commentaires

odorica ion 25/11/2011 20:37


Foarte interesant ! Salutari din Ploiest,i Romania ! Odorica

Club Acacia

Rédacteur en chef :
  -Eric Adelofz

Secrétaire de la rédaction :
  -Marie Mansard

Rédaction :
  -Brice Duqueyroux
  -Jérôme Deseille
  -Alexandre Janois

Chroniqueurs :
  -Philippe Régniez
  -Pieter Kierstens


Nous contacter, rejoindre la rédaction, proposer un article, participer aux relectures, faire part de vos idées, de vos suggestions :
  -clubacacia[at]gmail.com.

 

Nos articles sont librement reproductibles, sans possibilité de modification, avec mention de la source (voir la licence complète).

 

Syndication :

  -Flux RSS

  Free counter and web stats

(Droits : Club Acacia 2006-2010)