Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 janvier 2011 6 08 /01 /janvier /2011 08:08

      Dans un entretien à L'Est républicain, Marine Le Pen continue à ouvrir grandes les portes à l'UMP. De nombreux personnages sont déjà venus de l'UMP, du RPR ou de mouvements passerelles : Christian Bouchet, venu du CAR (Comité d'action républicaine) de Bruno Mégret lorsque ce dernier était membre du RPR ou Jean-Richard Sulzer vient directement de l'UMP pour n’en citer que deux. Ce dernier, importants cadres du FN, a souvent rappelé sa volonté d'une union entre l'UMP et le Front national.

 

      Marine Le Pen et plusieurs de ses partisans étaient tombés à bras raccourcis sur Bruno Gollnisch quand ce dernier avait réaffirmé qu'il ne voyait pas d'inconvénient à la venue éventuelle d'anciens membres de l'UMP au Front national, estimant la disparition du parti sarközyste inéluctable. Ses propos déformés et travestis cela était devenu pour certains un appel à l'union entre le FN et l'UMP.

      Marine Le Pen, dans un entretien à L'Est Républicain, ne s’embarrasse pas de détails : c'est un tiers de l'UMP qui devrait rejoindre le Front national, autrement dit, achever le mouvement national qui serait dissous et dominé par une structure plus forte, plus médiatique, plus implantée et beaucoup mieux financée que le Front national. Et, surtout, dont l’un des principaux objectifs et la destruction ou la neutralisation d’un grand mouvement anti-système.

      Marine Le Pen a appelé la Droite populaire, l'un des collectifs de conservateurs-libéraux et de sionistes (un tiers des membres font partie du groupe d’amitié France-Israël ; certains membres semblent a contrario de véritables patriotes) les plus malfaisants, à rejoindre le Front national. La quarantaine de députés de ce groupe « devraient rejoindre » le Front national :

 

« La Droite populaire porte des idées en contradiction totale avec celles du président de la République. S'ils étaient sincères, ses membres devraient rejoindre le seul parti [le FN] qui défende ces idées. »



      La démarche est réciproque : assurés du résultat de la victoire des républicains sionistes à la tête du FN la semaine prochaine, Jean-François Copé a finalement accepté que l'idée d'alliances avec le Front national soit débattue au sein de l'UMP..

 

      Dans un tout autre domaine, concluant plusieurs années de recherches incessantes auprès de la communauté juive et pour se doter d’une apparence de stature internationale Marine Le Pen a obtenu à nouveau un entretien au quotidien israélien Haaretz. Le symbole est très fort puisque la candidate n'a pas pu, n'a pas su ou n'a pas voulu être interrogée par aucun autre grand quotidien d'aucun autre pays dans le monde.

 

      Il faut considérer tout d’abord comment l’AFP à destination des médiats (qui le reprennent quasiment tous tel quel) et du lectorat français titre sa dépêche par rapport au choix du titre par Haaretz. Quand l’agence de presse officielle du régime titre « Marine Le Pen critique la politique d'Israël », Haaretz titre « The daughter as de-demonizer ».

 

 

      L’ensemble de l’intervention de Marine Le Pen est conforme aux positions qu’elle défend déjà : république, laïcité, islamophobie, refus de prendre la défense de son père quand il est attaqué vilement par Israël (Haaretz y revient à plusieurs reprises), assimilationnisme, acceptation du fait de la colonisation et de l’invasion, féminisme, défense des pédérastes, etc.

 

      Marine Le Pen dénonce cependant (faiblement) quelques travers de la politique israélienne. Rien contre l’apartheid en Israël, ni la politique criminelle dans les territoires occupés, ni sur le financement d’un État avec l’argent volé à l’Europe et aux Américains et qui ne survit que par la guerre et le chantage depuis 60 ans, qui détient illégalement des centaines de têtes nucléaires, qui accueille sur ses terres de multiples criminels condamnés en France qui ne sont pas extradés, mais quelques mots sur la situation des Arabes dans l’entité sioniste :

 

« Ces Arabes sont des Israéliens, n'est-ce pas ? Alors dans ce cas, il faut se comporter avec eux comme n'importe quel autre citoyen. C'est à l'État de décider qui obtient la citoyenneté, mais à partir du moment où quelqu'un devient citoyen du pays, il doit bénéficier des mêmes droits que les autres »

 

déclare-t-elle, à propos de rabbins refusant de louer des biens immobiliers à des non-Juifs, ou encore, sur la colonisation :

 

« Il s'agit d'une erreur politique [sic] du gouvernement israélien. Nous avons le droit de critiquer la politique de l'Etat d'Israël, comme celle de tout Etat souverain, sans être taxé d'antisémitisme. »

 

 

      Elle se rattrape aussitôt, en prétendant :

 

« Après tout, le Front national a toujours été sioniste et a toujours défendu le droit à l'existence d'Israël ».

 

      Il s’agit évidemment d’un mensonge historique, la seule présence de François Duprat dans les instances dirigeants du Front ou la courageuse défense de l’Irak libre face à Israël par Jean-Marie Le Pen suffisent à le prouver.

 

 

      Beaucoup plus intéressant, Haaretz revient sur les espoirs fondés par une large partie de la communauté juive en France sur Marine Le Pen, communauté qui, pendant 40 ans, a été le cœur du combat contre le Front national et sans laquelle le FN serait probablement aujourd'hui au pouvoir.

 

« Si le philosophe [sic] juif Alain Finkielkraut a dit dans le passé que, bien qu'il n’ait "pas une once de sympathie pour l'extrême droite en France", ce qui le préoccupe désormais, c’est "l'extrême gauche", où se recrutent désormais les nouveaux antisémites. Le philosophe, auteur du livre sur l'antisémitisme Au nom de l'Autre, fait également observer que"l'antisémitisme de l'extrême droite est terminé. Le Pen [Jean-Marie] est antisémite, mais sa fille ne l’est certainement pas." »

 

 

      Deux anciens dirigeants du CRIJF, associations anti-françaises qui joue un rôle prépondérant dans les rouages de l’exécutif gouvernemental, se positionnent sur la même ligne. Ils n’hésitent pas à puiser dans l’ancien testament pour adouber la fille – « qui ne porte par la marque de Caïn » – dans un propos abominable et indigne qui montre à quel point les maîtres de la France sont sûrs d'eux-mêmes et dominateurs, et dénoncer le père, les israélites accusant Jean-Marie Le Pen de tortures durant la guerre d’Algérie, dénonçant l’Algérie française ou la collaboration avec Vichy.

      Théo Klein va le plus loin, lui qui affirme la nécessité de « faire le chemin vers elle, et examiner la possibilité de mener un dialogue avec elle ».

 

 

      Si les liens sont nombreux entre Marine Le Pen et sa tribu, Haaretz rappelle d’autres liens moins souvent évoqués :

 

« En fait, [Marine] Le Pen a déjà réussi à tisser des liens avec les kahanistes en France, les membres de la Ligue de Défense Juive, qui considèrent les dirigeants de la communauté [juive] comme des "traîtres qui méritent la mort." »

 

 

      Pour mémoire, la Ligue de défense juive est une organisation terroriste, responsable, elle et ses épigones, de nombreuses attaques contre les patriotes français. Cette organisation raciste est interdite dans de nombreux pays au monde, à commencer par Israël et les États-Unis.

Partager cet article

Repost 0
Published by Eric Adelofz - dans Occupation (1)
commenter cet article

commentaires

Lessive Droitière 13/03/2011 21:37



Lessive droitière : pour être plus blanc que blanc décolorer NKM la rose rouge et repeindre (remplacer) Coppé à l'UMP


 


Diffuser largement le slogan suivant :


 


Virer KOSCIUSKO, la socialo qui fait du tord à la Droite Française et dégager JFC déjà engagé dans sa propre compagne



Club Acacia

Rédacteur en chef :
  -Eric Adelofz

Secrétaire de la rédaction :
  -Marie Mansard

Rédaction :
  -Brice Duqueyroux
  -Jérôme Deseille
  -Alexandre Janois

Chroniqueurs :
  -Philippe Régniez
  -Pieter Kierstens


Nous contacter, rejoindre la rédaction, proposer un article, participer aux relectures, faire part de vos idées, de vos suggestions :
  -clubacacia[at]gmail.com.

 

Nos articles sont librement reproductibles, sans possibilité de modification, avec mention de la source (voir la licence complète).

 

Syndication :

  -Flux RSS

  Free counter and web stats

(Droits : Club Acacia 2006-2010)