Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2006 2 30 /05 /mai /2006 14:49

       Il n'y a pas de militantisme politque sans chant. C'est particulièrement vrai pour nous, nationalistes. Aussi souvent que possible je présenterais ici les chants que tout nationalistes doit connaître, et bien d'autres. J'ajouterais pour chaque chant un historique ; car l'histoire des chants se confond souvent avec l'Histoire et nous y plonge... en musique ! Pour commencer doucement, pour ne pas heurter les âmes sensibles, voici Contre les Viets.

       Ce chant était le chant de tradition du 1er Bataillon étranger de parachutistes, créé en 1948. Dès ses premiers engagements il remporte des succès stupéfiants qui le font rapidement entrer dans la légende de la Légion. Anéanti une première fois dans les sanglants combats de la R.C. 4, il est reconstitué en mars 1951 et est détruit une deuxième fois à Dien-Bien-Phu. Il terminera la bataille avec seulement une centaine d’hommes. L’air de ce chant est emprunté au chant allemand Die Dunkle Nacht ist nun vorbei dont la musique a été composée par Georg Blumensaat. Il a été intégré à la légion par l'intermédiaire des soldats français engagés sur le front de l’est (LVF, Division Charlemagne) qui ont créé les paroles d'alors : Contre les rouges. L'adaptation fut peu difficile, tant  les combattants européens avaient choisi le bon combat contre le bolchevisme. Le titre est parfois Dans les combats.

       Comme pour la plupart des chants il en existe de nombreuses variantes. Remplacement de "rêve" par "raid" l. 3, couplet 2 par exemple. Le site des troupes de marine inverse également l’ordre 1, 3 et 2 et avec seule variation "nos âmes" dans le couplet.
       Dans la version enregistrée au Fort de Montrouge par les officiers de la Légion emprisonnés pour avoir respecté la parole donnée, il n’y a pas le dernier couplet.
      Dans la version parachutiste,  "
Oh ! legionnaire le combat qui commence" est remplacé par " archutiste le combat qui commence
". (Merci à Pépé X.)


 

I. Contre les Viets, contre l’ennemi,
Partout où le devoir fait signe,
Soldats de France, soldats du pays
Nous remonterons vers les lignes.

O légionnaires, le combat qui commence
Met dans nos âmes, enthousiasme et vaillance
{Peuvent pleuvoir, grenades et gravats,
Notre victoire en aura plus d’éclat (bis)


II. Et si la mort, nous frappe en chemin,
Si nos doigts sanglants se crispent au sol,
Un dernier rêve, adieu et demain,
Nous souhaiterons faire école.

Refrain.

III. Malgré le vent, malgré les obus,
Sous les rafales ou sous les bombes,
Nous avançons vers le même but,
Dédaignant l’appel de la tombe.

Refrain.


Version avec les variantes :

I. Contre les Viets, contre l’ennemi,
Partout où le combat {devoir} fait signe [rage],
Soldats de France, soldats du pays
Nous remronterons vers les lignes.

O légionnaires [commando], le combat qui commence [s’avance]
Met dans nos cœurs {[âmes]}, enthousiasme et vaillance
{Peuvent pleuvoir, grenades et gravats,
Notre victoire en aura plus d’éclat (bis)


II. Et si la mort, nous frappe en chemin,
Si nos doigts sanglants se crispent au sol,
Un dernier rêve, adieu et demain,
Nous souhaiterons faire école.

Refrain.

3. Malgré les balles {le vent}, malgré les obus,
Sous les rafales et {ou} sous les bombes,
Nous avançons vers le même but,
Dédaignant l’appel de la tombe.

Refrain.

 


Ecoutez Contre les viets ICI.

 

  ou ci-dessous :

 


où là :





 

 

 


Version originale Contre les rouges (parfois indiquée comme O Camarade (incomplète ; si vous avez l'intégralité du chant, n'hésitez pas) :

I. Malgré le froid, malgré les obus,
Sous les rafales et sous les bombes,
Nous avançons vers le même but,
Dédaignant l’appel de la tombe.

 

O Camarades, le combat qui commence
Est dans nos âmes, symbole d'espèrance
{Peuvent pleuvoir, grenades et gravats,
Notre victoire en aura plus d’éclat (bis)


II. Contre les rouges, contre l'ennemi,
Partout où le devoir fait signe,
Soldats de France, soldat du pays,
Nous remonterons vers les lignes.

Refrain.


III. Et si le fer nous fauche en chemin,
Si nos doigts se crispent au sol,
Un dernier rêve adieu et demain,
Nous souhaiterons faire école.

Refrain.



Ecoutez Contre les rouges ICI.


ou ci-dessous :


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Club Acacia

Rédacteur en chef :
  -Eric Adelofz

Secrétaire de la rédaction :
  -Marie Mansard

Rédaction :
  -Brice Duqueyroux
  -Jérôme Deseille
  -Alexandre Janois

Chroniqueurs :
  -Philippe Régniez
  -Pieter Kierstens


Nous contacter, rejoindre la rédaction, proposer un article, participer aux relectures, faire part de vos idées, de vos suggestions :
  -clubacacia[at]gmail.com.

 

Nos articles sont librement reproductibles, sans possibilité de modification, avec mention de la source (voir la licence complète).

 

Syndication :

  -Flux RSS

  Free counter and web stats

(Droits : Club Acacia 2006-2010)