Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2007 6 28 /07 /juillet /2007 18:02
De cette chasse, les canus lupus n’avaient rien à craindre : les « loups » de la chanson étaient de bien plus sanguinaires animaux. Fils de la Révolution, ils avaient fondus sur la Vendée pour l’écraser. Ce qu’ils firent malgré la résistance des Chouans. Le nom de « chouan » vient de Jean Cottereau (portrait ci-contre) (né le 30 octobre 1757 à Saint-Berthevin et assassiné le 28 juillet 1797, il y a 210 ans, à Olivet), qui fut l’un des chefs de l'insurrection contre-révolutionnaire de Vendée. Son père était surnommé « Chouan » relativement à son aptitude à imiter le cri du chat-huant (la chouette hulotte). Jean Cottereau devint la figure anonyme du soldat vendéen : « Jean Chouan ».

Son action personnelle est surtout remarquable a partir d’octobre 1793 : il rejoint l’armée des Vendéens à Laval (voir article sur chanson Monsieur Henri) ; son intervention est décisive à la bataille de Croix-Bataille. On le retrouve lors de la « virée de Galerne » et aux combats du Mans en décembre 1793.
Il poursuit la guérilla dans la forêt de Misedon et sauve de nombreux prêtres ; mais sa tentative pour sauver le prince de Talmont, entre Vitré et Laval, échoue. Ses deux sœurs sont arrêtées et guillotinées par les républicains ; son frère est grièvement blessé suite à un coup de fusil.
En juillet 1794, pour permettre à sa belle-sœur enceinte de s’échapper, il attire à lui les soldats républicains. Il reçoit une balle et meurt le 28 juillet 1794. Son frère blessé meurt ; son autre frère est bientôt guillotiné. La premier acte de la république s’achève, dans le sang des Français.




I. - Guêtres aux pieds, pennbaz en main
Où donc vas-tu de si bon matin
Où donc vas-tu mon Corentin ?
- Tous nos gars ont pris rendez-vous
Tiou-ou
Pour aller à la chasse aux loups
Tiou-ou…

II. - Pourquoi donc n’as-tu pas aux pieds
Tes lourds sabots de châtaigniers
Mais tes fins et légers souliers ?
- Nous aurons à forcer des loups
Tiou-ou
Chaussés de bons souliers à clous
Tiou-ou…

III. - Souperez-vous donc dans les bois
Au’ à ta boutonnière je vois
Ta vieille cuillère de bois ?
- Après avoir chasser les loups
Tiou-ou
Nous mangerons la soupe aux choux
Tiou-ou…

IV. - Mais pourquoi donc as-tu cousus
Sur ton cœur le cœur de Jésus
Mis ton chapelet par dessus ?
- C’est qu’avant de traquer les loups
Tiou-ou
Il fait bon se mettre à genoux
Tiou-ou…

V. - Mais pourquoi donc vas-tu chasser ainsi
Avec le couteau que voici
Sans emporter ton vieux fusil ?
- Ne sais-tu donc plus que chez nous
Tiou-ou
C’est au couteau qu’on sert les loups ?
Tiou-ou…

VI. - Adieu donc mon bon Corentin
Va t’embusquer dans un ravin
Au fond du hallier vendéen.
Quand la nuit hurleront les loups
Tiou-ou
Fais ta prière et pense à nous
Tiou-ou…



Ecouter le chant ICI

ou ci-dessous :





La closerie des poiriers, maison de Jean Cottereau

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Club Acacia

Rédacteur en chef :
  -Eric Adelofz

Secrétaire de la rédaction :
  -Marie Mansard

Rédaction :
  -Brice Duqueyroux
  -Jérôme Deseille
  -Alexandre Janois

Chroniqueurs :
  -Philippe Régniez
  -Pieter Kierstens


Nous contacter, rejoindre la rédaction, proposer un article, participer aux relectures, faire part de vos idées, de vos suggestions :
  -clubacacia[at]gmail.com.

 

Nos articles sont librement reproductibles, sans possibilité de modification, avec mention de la source (voir la licence complète).

 

Syndication :

  -Flux RSS

  Free counter and web stats

(Droits : Club Acacia 2006-2010)