Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 février 2011 3 02 /02 /février /2011 13:13

       Le 21 janvier, le cortège des élus et des autorités d’Alès (à commencer par le sous-préfet Philippe Portal) et du Gard se réunissaient pour recevoir les vœux du président UMP du député-maire-président de la Communauté d’agglomération du grand Alès (CAGA) Max Roustan. Le "train des vœux" conduisait les élites locales de la République d’Alès à Anduze, petite village cévenole que les partisans du Grand Alès souhaitent annexer.

       Les familles du village se sont rassemblées pour stopper symboliquement le Train à vapeur des Cévennes (TVC) pour signifier leur refus de l’annexion.

 

       La manifestation était pacifique et familiale. Les gendarmes viennent serrer les mains des élus qui dirigent le mouvement. Le commandant Warion parle avec le maire de Saint-Sébastien-d'Aigrefeuille. Celui-ci lui précise :

 

 

« On va donner un peu de retard au train, mais on ne s’oppose pas à son départ. Quand ça suffit, vous venez me prendre le bras et on s’en ira ».

 

 

      Las... les élus et fonctionnaires de l’UMP que ne dérangent pas ordinairement les retards et l’insécurité dans les trains de France n’en peuvent plus. Le commandant Warion à qui il tardait d’en découdre avec la 'racaille', sous le regard médusé de ses gendarmes, dégaine sa goliath et asperge de gaz lacrymogène, femmes et hommes, personnes âgées et enfants, sans distinction. Avant que l’intervention ne tourne à la mini-émeute.

 

 

 

 

 

       Comme le dit le député-maire UMP Max Roustan : « Bonne et heureuse année à vous tous et à vous toutes ! »

 

http://img806.imageshack.us/img806/8877/maxroustanvoeux.jpg

 

       Les manifestants pacifiques ne le sont pas tous restés : quelques vitres du train ont fait les frais de l’agression de la gendarmerie "nationale"...

 

 

http://img69.imageshack.us/img69/8563/vitrecassee.jpg

 

 

      Nul doute que la gendarmerie mettra autant de vigueur à s'attaquer aux actes de vandalisme qui se multiplient à Anduze. Les tuiles de la fontaine-pagode ont été arrachées dans la nuit de samedi, alors que le maire dénonce  « les fleurs et les arbustes arrachés et détruits par centaines ». Dans un autre communiqué, le maire rappelait que  « des containers ont été incendiés dans la nuit de mercredi à jeudi, dans 5 points de la ville, occasionnant la destruction complète de 2 locaux de mise en discrétion, et des dégâts aux clôtures et plantations voisines ». Sans parler des vols et destructions au cimetière, les tags, les contenairs et voitures brûlées... La mairie précise : « une plainte a été déposée en gendarmerie. ».

 

 

(article édité le 2 février à 18h00).

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 16:36

http://img593.imageshack.us/img593/9562/cartierinside2.jpg      Le numéro de décembre de l’édition française de Vogue a fait polémique. La dernière pour Carine Roitfeld. Rédactrice en chef, cette "ukrainienne", a été priée de quitter les lieux après cette dernière provocation.

      Même au milieu d’une grande dépravation, les photos d’enfants – blanches – de 10 ans déguisées quasiment comme des prostituées n’est pas passée. Les photos n'étaient pas suffisament provocatrices ; la mention "cadeaux" a été soigneusement ajoutée sur la totalité des photos.

      Vogue s'était fait remarqué dans les années soixante en promouvant avant l'heure la suppuration ethnique. Edmonde Charles-Roux avait imposé en "Une" la photo d'une Africaine. Elle aussi avait du partir ; elle n'avait fait que devancer l'involution de la société.

 

 

http://img201.imageshack.us/img201/8709/196909.gif

 

 

      Rue89 écrit à propos de Carine Roitfeld :

 

« Pendant dix ans, elle y a cultivé une vision, provocante, à la limite de la vulgarité. Un monde où les filles sont trop maigres et exposent, sur de la fourrure, une sexualité sans-gêne. »

 

 

 

 

Quelques réactions après le départ de Carine Roitfeld dans un bien attrayant milieu :

 

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 16:16

http://img706.imageshack.us/img706/8522/logonice2018estrosimont.jpg      Nice organisera les Jeux Olympiques d’hiver de 2018. Le maire UMP de Nice Christian Estrosi l’assurait. Il en était tellement certain qu’il a dépensé à millions l’argent du contribuable. En pure perte. La facture des rêves de montagnes enneigées d’Estrosi était salée pour les Niçois et les Maralpins : plus de 11,7 millions de francs [808 975 euros pour la ville de Nice, 982 441 pour le conseil général à la botte d’Estrosi]. Cela justifiait bien la hausse des impôts comme celle de 18% pour la taxe d’habitation.

      Si l’argent a été pris des poches des citoyens, il n’a pas été jeté à la mer : le milliardaire Vincent Bolloré aura engrangé l’argent et pour la campagne de communication au résultat pour le moins décevant, via sa société Euro RSCG, et grâce à la complicité de 'Motodidacte' payant chèrement des encarts publicitaires dans le magazine Direct Nice, quasiment lancé pour l’occasion et détenu par... Vincent Bolloré. Les montagnes ne se rencontrent pas, dit-on. Les coquins, si. Et souvent.

 

      Scandale parmi ces scandales, Christian Estrosi et ses comparses avaient été pris en flagrant délit de falsification par le Canard Enchaîné. A coup de retouches informatiques, les services de com’ avaient tout simplement rajouté d’énormes montagnes enneigées derrière la ville, au ras de la mer. Pourquoi retoucher des photos quand Nice et son Comté comptent suffisamment d’atout ? Estrosi avait tenté de se justifier : « Nice bénéficie d’une situation exceptionnelle alliant mer et montagne (…) Le photomontage publié sur le site Internet de la ville n’était qu’une évocation graphique de cette proximité réelle ville-montagne ».

      Pas de quoi en faire des montagnes, en quelque sorte. "L’évocation graphique" comme justification à la falsification : il fallait y penser.

       Cela confirme qu’il n’y a bien que sur le papier que l’UMP peut faire bouger les choses...

 

http://img262.imageshack.us/img262/3875/nicetrucage.jpg




      Suivre ’Cricri’, c’est un peu se lancer sur les montagnes russes : des montées laborieuses et des chutes vertigineuses dans le vide. Sous ses airs de dernier de la classe, il faut se souvenir qu’Estrosi - que beaucoup n’appellent qu’Escrosi - n’est pas un novice en fraudes en tout genre ; des montagnes de dossiers se sont accumulées contre lui. L’ancien très proche de Sarközy a été condamné pour la faillite de la société « Speed 06 » avec triple condamnation (IS, TVA, TVTS) et a vu les sociétés « Nice Promo Sports » et « Golf de Nice » être liquidées. Il a également été condamné par le tribunal administratif pour une énorme fraude fiscale, sans compter sa mise en cause dans l’affaire du « Golf de Nice » qui, heureusement – pour lui – ne passera jamais devant un tribunal.

 

       La (fausse) montagne des JO, elle, accoucha d’une souris : malgré les millions et les trucages, la candidature estrosienne avait fait pschiiit, se classant loin derrière les candidatures (un peu plus) sérieuses de Grenoble et d’Annecy.

 

 

       Dans un exercice de haute voltige, sinon de haute montagne, les services municipaux ont récidivé. Le démon des monts a encore frappé. Il n’y a pas que la foi qui déplace les montagnes : les lubbies estrosistes aussi. Si pour la cause olympienne, les hauts sommets enneigés ont été convoqués pour secourir Nice, une autre montagne a été, elle, révoquée. Cette montagne-là est plus modeste, c’est une colline : la Colline du Château.

       Modeste en hauteur, elle fait pourtant la fierté des Niçois : c’est dans ces lieux que Catherine Segurane fit face aux Turcs ; elle offre une vue magnifique sur la ville de Nice, le Vieux-Nice, la Promenade des Anglais et aud-delà, la Méditerranée, mais aussi – parce qu’il y en a, de bien réels, sur les massifs montagneux qui entourent Nice.

     

 

 

http://img217.imageshack.us/img217/133/nicemontagneok1petitave.jpg


La page de garde de la plaquette de la mairie de Nice "Nice Demain".

http://img138.imageshack.us/img138/1633/nicemontagne2oketsigle.jpg


La seconde page propose les vues de l'aménagement des terrasses des Ponchettes (en haut).
Comme le montre la photo historique du bas, ajoutée par nos soins, la Colline du Chateau a disparu.

 


       Certains génies civils ont visiblement pensé que la Colline du Chateau était de trop dans le décor de la Nice grise et plate dont ils rêvent. Ils l’ont donc purement et simplement éliminée des projets d’aménagement de la ville. Simple "évocation graphique" encore ? Volonté exterminnationiste ? Estrosi a-t-il si mal digéré l’affaire olympique qu’il ne peut plus voir les montagnes en peinture ?

 

 

http://img197.imageshack.us/img197/1066/monumentniceok.jpg
      A gauche, le monument aux Morts de la Ville de Nice, effacé des plaquettes de la mairie de Nice.
A droite, le 'monument' érigé par Escrosi qui défigure la Promenade des Anglais.


      La Nice fantasmée hier par Estrosi touchait les nuages. Désormais, débarassée de ces hauteurs elle est entraînée au fond des marais.

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 10:10

      Incapable d’assumer quelque réalité que ce soit, Sarközy a remis la lamentable gestion en France de l’affaire tunisienne sur le dos de l’ambassadeur de Tunisie Pierre Ménat. Il l’a limogé dans l’instant. L’affaire servira à l’Occupant à accentuer un peu plus son emprise sur l’appareil d’État puisque c’est l’un de ses proches qui a été nommé, Boris Boillon. Diverses sources ont révélé que les services secrets avaient averti le gouvernement de la gravité de la situation.

      La teneur des réactions du président de la République et de ses ministres des Affaires étrangères et de la Défense aurait suffit à discréditer pour toujours tout régime politique dans une société libre et saine :

 

« Je crois que ceci s'est décidé très rapidement. Je n'ai pas d'explication. [...] [J’ai] demandé ce qu'il en était à 13h00, y compris en téléphonant en Tunisie. On m'a parlé de ce qui s'était passé le matin. Il n'y avait aucune indication. J'ai eu l'indication au téléphone par un de mes amis qui était tunisien et qui était à Tunis et qui m'a appelé à 18h00 je crois et qui me dit : "Il y a des bruits, on nous dit que M. Ben Ali est parti" »

 

déclarait benoîtement Michèle Alliot-Marie sur LCI dont l’ami et étranger au monde politique. Elle avait déclaré le 17 janvier :

 

« Nous sommes restés tout le temps dans un brouillard total. Nous et l'Elysée n'avons rien vu arriver. Ce sont les Américains qui ont pris les choses en main. Ils étaient convaincus que le maintien par la force du régime ne pouvait que faire le lit, à terme, des islamistes. Les militaires américains ont parlé avec leurs homologues tunisiens, et Ben Ali a été prié de quitter, sans plus attendre, le territoire. Inutile de préciser que les Américains n'ont pas pris la peine de nous tenir au courant ».

 

      Alain Juppé ne craignait pas d’avoir l’air ridicule en annonçant de son côté :

 

« C'est quand même dingue d'apprendre par les radios et les télés ce qui se passe dans un des pays qui nous sont les plus proches. »

 

      Sarközy faisait preuve d’autant de désinvolture en reconnaissant en avoir « plus appris sur la crise tunisienne par l’épouse [immigrée tunisienne] d'Eric Besson et par Besson lui-même que par notre ambassadeur à Tunis » (1).

 

 

      L’ancien ambassadeur de France en Tunisie, en poste de 2002 à 2005, Yves Aubin de la Messuzière, a publié une tribune libre à dans Libération (2). Les élites d’un régime plus soucieuses des intérêts du peuple tunisien que du peuple français se livrent à des règlements de compte au nom d’idéaux humanistes dévoyés, économiques ou maçonniques, idéaux qui font des Français aujourd’hui, de tous les peuples de la terre, les plus pessimistes (3).

      Dans son texte, l’ancien ambassadeur, après un état des lieux des forces en présence de la révolution, revient sur ce que savait le gouvernement, et les compromission des sarközystes et de l’UMP avec le système Ben Ali.

 

 

Le renversement du régime de Ben Ali était-il prévisible? On évoque la perspicacité de la diplomatie américaine, dont les correspondances ont été révélées par WikiLeaks, pour mieux critiquer à l’excès une diplomatie française prise de court et inefficace. Aucune chancellerie n’avait inscrit dans ses prévisions le scénario qui a débouché sur la chute du régime Ben Ali. Au cours de la décennie passée, les analyses de notre ambassade à Tunis et celles du Quai d’Orsay soulignaient régulièrement la dégradation des libertés publiques et la répression qui touchait les associations et les organisations non gouvernementales telle que la Ligue tunisienne des droits de l’homme, la première dans le monde arabe. Les rapports diplomatiques mettaient aussi l’accent sur l’exaspération et le mal-être de la jeunesse tunisienne, liés certes au problème de l’emploi mais aussi à l’absence d’espace et d’expression politiques. Enfin, la prévarication et le développement d’un système de prédation du secteur privé de l’économie par le clan Trabelsi étaient perçus comme l’un des risques pesant sur la stabilité du pays. L’antienne de Ben Ali, présentant son régime comme un rempart contre la menace islamiste, relayée avec complaisance par nombre de politiques en France, était considérée dans les notes diplomatiques comme le fonds de commerce du régime et le prétexte pour s’abstenir de toute ouverture politique jugée déstabilisante. L’analyse diplomatique privilégiait le risque de mouvements sociaux à la menace islamiste.

 

Les autorités politiques françaises étaient donc parfaitement informées des dérives du système Ben Ali, qui rejetait toute référence à la question des droits de l’homme, notamment dans le cadre de la politique européenne de voisinage initiée en 2000. L’expertise du Quai d’Orsay,marginalisé depuis 2007, était négligée. Les propos du président de la République, au cours de sa visite à Tunis en 2008, se félicitant des progrès de l’espace des libertés publiques, avaient suscité l’incompréhension et l’indignation, qui marquent encore les esprits aujourd’hui. Les premières déclarations françaises, au lendemain de la chute de Ben Ali, n’ont pas été à la hauteur de la nouvelle situation puisqu’on s’est contenté dans un premier temps de « prendre acte de la transition démocratique ». Celles-ci sont à mettre en regard de la déclaration de Barak Obama saluant d’emblée le « courage et la dignité du peuple tunisien ». Il en reste la perception, probablement loin de la réalité, que Washington a favorisé la chute de Ben Ali.

 

 

 


1. Cités par LCI et Le Canard enchaîné.

2. Libération du 26 janvier 2011 (édition papier).

3. « Les Francais champions du monde du pessimisme », Le Figaro, 3 janvier 2011. Le sondage montre que les sociétés libérales sont les plus pessimistes ; ce sont également celles qui font le moins d'enfants et où les taux de consommation de drogue sont parmi les plus élevés : des sociétés de mort.

 

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 15:15

      Il y a près d’un mois, interrogé sur les scandales de pédocriminalité, Hervé Villard évoquait son cas personnel : avant la révolution dans l’Église, la pédocriminalité était circonscrite notamment dans des cercles d’initiés touchant, sans hasard, le monde de la justice et de la politique, gangrénées par d’autres maux. Beaucoup de ces criminels ont réalisé de belles carrières.

      Un mois après les révélations d’Hervé Villard, les propos du chanteur n’ont suscité aucune réaction dans le monde politique, ni aucune enquête journalistique, ni aucune enquête de justice.



« Ça m’est arrivé en orphelinat. Nous avions des attouchements. Même nos juges. Les juges pour enfants dans les années 50 faisaient des attouchements sur les enfants à l’orphelinat Saint-Vincent de Paul. C'est connu. De grands politiques ont des dossiers. C'est pour cela qu'ils ont fait une belle carrière. [...] Vous connaissez des politiques qui n'ont pas de dossiers, vous ? [...] On se laissait un peu tripoter parce qu’on avait droit à des bonbons. C’est une image. »



-Ça ne vous a pas traumatisé ?

 

« Si, c’est pour ça que lorsque l’on en parle aujourd’hui ça me fait frémir. [...] Mais vous savez les orphelinats aujourd’hui c’est sordide. On croit que tout a évolué... ces histoires d’abandon, d’adoption [...] déjà le fait de disposer de la vie d’un enfant alors que ce n’est pas le votre c’est très sincèrement épouvantable. [...] »



-Mais tout à l’heure quand vous évoquiez certaines responsables politiques vous dites : « on le savait », c’est à dire vous saviez que certains responsables haut placés, étaient des tripoteurs et ont ensuite fait des carrières.

 

« Mais bien entendu... bien entendu. »

 

 

-Je n’ose pas vous demander de noms... mais qui sont devenues des personnalités hauts placées ?

 

« Mais le monde de la justice français en est plein. Quand on possède le pouvoir, une fois qu’on l’a en main, il y a des gens qui ne savent plus quoi en faire et qui dérivent. C’était valable dans les années 50 et aujourd’hui il y a dans certains orphelinats de France, certaines pensions qu’on le savez, qui sont devenus des personnalités haut placés, étaient des tripoteurs et ont ensuite fait des carrières ».

 

 

 

 

 

 

      Voilà les propos tenus par Hervé Villard le 31 décembre 2010 sur RMC. Lui-même victime de ce système, il en a été traumatisé à vie ; devenu homosexuel, il a gardé suffisamment de lucidité pour lutter contre l’adoption d’enfants par les invertis pour lesquels les enfants ne sont que des jouets et dénoncer un système qui se protège.

 

       Il y a quelques jours, Brice Hortefeux se félicitait d’une très légère baisse de la délinquance selon les statistiques truquées de ses services. De nombreux sujets ont été "oubliés", tels que l’invasion de notre terre, les trafics de drogue à l’échelle mondiale qui font vivre et prospérer des tribus mafieuses et des quartiers entiers ou les mafias étrangères qui pillent le territoire, telle la mafia juive et les milliards extorqués à la France comme dans l’affaire du Sentier II jugée à nouveau cette année. Pas un mot de tout cela, et pas un mot sur les réseaux pédocriminels non plus.

 

      Hortefeux, le franc-maçon adepte du secret est bien placé pour le savoir : les puissants savent se protéger.

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 11:11

      L’Observatoire national de la délinquance (désormais « et des réponses pénales – ONDRP) est l’organisme officiel chargé de l’étude de l’insécurité. Il est significatif que l’intitulé fasse référence à la délinquance et non à la criminalité alors que les crimes sont tout autant analysés par l’ONDRP que les délits. L’institut, a pour vocation de valider la politique de Sarközy et de masquer le plus possible la réalité. La naissance de l’OND sous le signe de la falsification ne tient pas à son seul nom : Sarközy a placé à sa tête l’israélite Alain Bauer, haut représentant de la franc-maçonnerie, et à la branche la plus anti-européenne de celle-ci, le Grand Orient de France. Le GODF a en effet impliqué dans de multiples scandales mafieux, financiers et politiques depuis de nombreuses décennies.

 

      Les chiffres de l’ONDRP sont fondés sur les pièces enregistrées et transmises par la police. L’observatoire a présenté plusieurs éléments clés qui caractérisent la délinquance et la criminalité en 2010. Le premier est une baisse des atteintes aux biens de 1,9% en un an (-43 189 faits constatés), et une hausse des atteintes volontaires à l’intégrité physique de 2,5% (+11 437 faits). Les chiffres des escroqueries et infractions économiques et financières reculent officiellement de 4,3% (-16 072 faits constatés) mais, sans qu’en soit informé l’OND, « les règles d’enregistrement d’une partie des infractions composant l’indicateur escroqueries et infractions économiques et financières ont été modifiées au cours du second semestre 2009. » Cette partie des statistiques ne reflètent pas la réalité des escroqueries qui, selon l’OND, ne présente en réalité aucune baisse.

 

http://img535.imageshack.us/img535/113/insecurite2.jpg

Après une période de relative forte baisse, les faits de délinquance et criminalité
semblent devoir se maintenir à plus de 2 millions par an.

 

 

       Sur la période 1996-2010, les atteintes aux biens ont baissé, mais les atteintes aux personnes atteignent leur plus haut niveau depuis 15 ans avec 7,4 faits pour mille habitants, le double de ce qu’il était en 1996. Ces chiffres montrent, au-delà des augmentations ou des baisses de 1% ou 2% le maintien à un niveau très élevé de la délinquance et de la criminalité, propre aux sociétés aux modernes en proie à l’irresponsabilité gouvernementale et l’immigration de masse. En 2010, plus de 1,8 millions de vols ont été constatés ainsi que 380 000 destructions ou dégradations ; les agressions contre les personnes ont dépassé les 450 000.



http://img256.imageshack.us/img256/4772/insecurite1.jpg


Vertigineux : en quinze ans les atteintes volontaires à l'intégrité physique ont doublé.



      Entre 2009 et 2010, les vols avec violences ont augmenté de 7,34%. C’est une tendance lourde de la société : entre 1996 et 2010, l’augmentation atteint 52% ; en 15 ans, les vols avec violence – c’est une terrible réalité – ont plus que doublé. Dans le même temps, le nombre total de vol a baissé de 21,5%, largement lié à la réduction des vols contre les voitures.

 

http://img843.imageshack.us/img843/7780/insecurite3.jpg

Evolution du nombre de faits constatés pour les vols d'automobiles,
vols simples de particuliers et cambriolages de locaux pour 1 000 habitants.



       Ces chiffres sont sujets à caution. C’est d’abord la lassitude des Français qui ne portent pas plainte quand les plaintes précédentes n’ont jamais donné lieu à la moindre suite. Il y a les refus de plaintes de certains fonctionnaires de police ; problème inévitable quand ceux qui enregistrent les plaintes sont ceux qui mènent les enquêtes, qui sont poussés à faire du chiffre et qui transmettent ces chiffres. De nombreux intervenants ont rappelé que les chiffres étaient falsifiés :

 

« Les chiffres qui arrivent [à l’ONDRP] sont tronqués. Ils viennent de la police et de la gendarmerie. Et des consignes sont données aux départements, de faire en sorte que les chiffres qui remontent soient favorables. [...] Des directeurs départementaux de la sécurité publique m’ont dit qu’ils avaient parfois arrêté les chiffres au 20 du mois. C’est un contexte : mi-décembre, le ministre a parlé aux préfets et il a été extrêmement insistant sur les chiffres. Il a aussi annoncé qu’il convoquerait les préfets qui n’ont pas de bons chiffres et il a tenu en janvier quatre réunions avec des préfets. »

 

précise ainsi le député du Finistère Jean-Claude Urvoas.

 

 

       Il faut rappeler tout ce que ces chiffres n’évoquent pas : le sentiment d’insécurité, les agressions quotidiennes et la dégradation des relations interpersonnelles. Les petits vols, les petites agressions, les crachats, les insultes, les accidents de la route, qui ne font jamais l’objet d’une plainte. Plus grave, ces chiffres masquent la réalité des pratiques maffieuses qui gangrènent le pays, les quartiers de cités envahies tenues par les caïds, le commerce des armes, de la drogue, le travail au noir, la corruption généralisée de pans entiers de la société, l’immigration clandestine et ses réseaux, la délinquance en col blanc si rarement traquée et sanctionnée.

 

      Malgré la nouvelle pratique de l’UMP de cacher les chiffres, officiellement 43 701 véhicules ont été détruits par le feu en France en 2010, légèrement moins qu’en 2009, et à un niveau dix fois supérieur à ce qu’il était il y a quinze ans. L’immense majorité de ces actes a été commis dans le cadre de geste antisociaux, émeutes urbaines ou criminalité.

 

« Tous les incendies de voitures ne sont pas, loin de là, la conséquence de violences urbaines »

 

déclare pourtant Hortefeux, le ministre franc-maçon de Sarközy. Il n’avance aucune explication à ce phénomène qui n’existait quasiment pas il y a trente ans.

 

      C’est une guerre totale qu’il faut mener, là où Sarközy et Hortefeux ne proposent rien, rien que des mots et de l’auto-satisfaction pour des chiffres auxquels ils font dire ce qu’ils veulent. Et si les vols avec violence ont doublé en 15 ans, ce n’est pas grave : c’est simplement que les racailles volent des portables dans les transports en commun, et seulement sur 10% du territoire : tel est l'odieux discours de Brice Hortefeux. Il ne tient qu’aux honnêtes citoyens de se cacher, de ne pas téléphoner, de ne pas écouter de musique ou de donner leur appareils aux voyous qui les agressent. Hortefeux ne parle pas innocemment de pourcentage de territoire. La France est désormais un territoire essentiellement urbain. En 2006, les pôles urbains occupaient 8% du territoire français, mais abritaient plus de 60% de la population. L’augmentation des agressions contre les personnes, dans les lieux qui concernent donc plus de 60% (probablement au moins 65%) de la population, n’est donc pas signifiant pour Brice Hortefeux .

 

      Sarközy n’avait pas hésité à mentir en affirmant que « pour la huitième année consécutive, la délinquance générale a reculé de près de 3% ». Avec 2,1%, nous sommes bien plus près de 2% et presque aussi près de 1% que de 3%... Ces données, mises en avant tant par Sarközy que par Hortefeux, n’existent pourtant même pas pour l’ONDRP qui considère qu’ils n’ont aucune valeur.

      Il est à noter que ce chiffre intègre les infractions à la législation sur les étrangers mais aussi sur les stupéfiants. Non seulement ces faits ne font pas l’objet de plaintes, mais la France n’a jamais été aussi envahie qu’aujourd’hui et jamais les drogues de toutes sortes n’y ont fait autant de ravages. La tromperie est à deux niveaux : tout d'abord, ces données font baisser les chiffres globaux de la délinquance. D’autre part, incluses et cachées dans des statistiques tout à fait différentes, elles évitent à Hortefeux d’avoir à s’expliquer sur l’évidente absence de volonté politique de lutter contre l’invasion et contre la drogue, deux fléaux majeurs. La baisse de ces chiffres prouve clairement que les forces de l’ordre sont affectées à d’autres missions que la lutte contre la drogue et l’immigration clandestine.

 

http://img412.imageshack.us/img412/4770/convoiracaille.jpg      Cela n’est pas près de s’arrêter : en 2011, près de 2 000 postes de fonctionnaires de police seront supprimés ainsi que 900 emplois de gendarmes (2 882 emplois au total). Deux compagnies de CRS seraient supprimées, celles du Lot et de Meurthe-et-Moselle. La sécurité de Sarközy et de sa tribu continuera à être assurée ; les "forces de l’ordre" continueront à traquer les automobilistes sur les bords des routes, mais pour les autres ?

       Il est révélateur qu’après la mort d’une jeune femme dans le métro, d’un jeune Blanc à Montpellier, après l’enlèvement, le viol et probablement l’assassinat d’une Bretonne par un multirécidiviste, aucune voix ne s’élève pour exiger le rétablissement de la peine de mort et la réintroduction de peines dissuasives, la nécessité que les criminels purgent au moins les peines auxquelles ils sont condamnés, qu'ils payent les amendent qu'ils doivent.

 

       Les crimes et délits ne sont pas la réalité quotidienne supportée par les Français, mais de simples statistiques qui occupent le devant de la scène médiatique trois jours durant, le temps que les faux fausses opposants du système fassent semblant de s’affronter et se montrent avant que tout ne soit oublié. Et que 6 000 Français soient aujourd'hui victimes de crimes et de délits...

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2011 7 16 /01 /janvier /2011 16:07

Nous reprenons l'extrait du journal du jour consacré à la disparition du Front national, agrémenté de nouveaux articles.

 

 

 

Dédiabolisation réussie

 

« [Cette élection] substitue une porteuse dun discours de haine à un porteur dun discours de haine »

 

Dominique Sopo, président de SOS Racisme.

 

 

 

Résultat du vote pour le président de l’ex-Front

 

       Selon diverses sources, Bruno Gollnisch obtiendrait 32 à 33%, contre 67 à 68% pour Marine Le Pen. Il s’agit d’un plutôt bon résultat pour le vice-président du Front national étant donné les suspicions portant sur la sincérité du scrutin et surtout sur la double machine de guerre à laquelle il faisait face : le front uni de la tribu régnante et, surtout, un système médiatique œuvrant pour la victoire de son adversaire. Sans doute pour la première fois dans l’histoire, le pouvoir médiatique, le ’’quatrième pouvoir’, a décidé et imposé un président à un important parti politique dans une démocratie, avec la complicité active d’une part importante de l’appareil de ce parti.

       Marine Le Pen a été officiellement proclamée ce matin. Symbole de la farce que fut cette élection, les résultats étaient connues depuis deux jours, malgré les affirmations répétées que le résultat ne serait proclamé que ce dimanche.

 

 

 

Résultat du vote pour le comité central de l’ex-Front

 

       Les résultats seraient bien moins tranchés au Comité central du Front national, organisme qui n’avait ni poids ni utilité hier et qui en aura encore moins dans un mouvement populiste-sioniste débarrassé de toute doctrine et voué au culte de l’(im)personnalité. Les partisans de Bruno Gollnisch obtiendraient 45% des sièges contre 55% à leurs adversaires.

 

 

 

Neutralisation des partisans (jeunes) de Bruno Gollnisch (I)

 

       Selon certaines sources, Marine Le Pen aurait promis aux jeunes partisans de Bruno Gollnisch d’éjecter David Rachline de la direction du Front national de la jeunesse (FNJ), mouvement pourtant laissé à l’abandon depuis des années par sa volonté et qui a de fait cesser d’exister. David Rachline pourrait soit être promu à de plus hautes destinées, soit plus probablement faire les frais de sa marginalité, notamment sur la question du sionisme. Proche d’Alain Soral puis de Christian Bouchet, il est sur la sellette depuis de nombreux mois ; la "promesse" ne serait que la réalisation d’un acte inscrit au calendrier depuis longtemps.

       Marine Le Pen espérerait ainsi voir rester dans son parti quelques cadres potentiels qui font cruellement défaut et surtout éviter une fuite massive et ordonnée de jeunes militants sincères et dévoués – qui, eux aussi, lui font cruellement défaut.

 

 

 

Neutralisation des partisans de Bruno Gollnisch (II)

 

      Marine Le Pen tente de neutraliser la constitution d’une véritable opposition au système en retenant les partisans de Bruno Gollnisch au sein du mouvement sioniste du système. Elle a déjà prétendu qu’elle attribuerait une « place significative » au bureau politique « car le Front national doit rester uni ». Proposer des places là où il est question de combat et d’éthique en dit long sur la fracture qui traverse l’ex-Front national.

 

 

 

Manifestation de lextrême gauche à Tours

 

      Environ 2 000 personnes ont manifesté à Tours hier contre la tenue du congrès du Front national, soit plus que le nombre de participants au congrès. À la fin du défilé, des violences ont été commises par des extrémistes, obligeant les forces de l’ordre à intervenir.

      Les autorités ont déployé plusieurs centaines de policiers et gendarmes pour assurer la protection du congrès.

 

       Nouvelle vidéo :

 

 

 

Vidéo diffusée ce matin :

 

 

 



 

Népotisme, modestie et UMP

 

« Il y a un côté génétique. Marine est née avec un tempérament de chef. »

 

« J’ai connu une certaine aisance… »

 

      Une alliance avec l’UMP est-elle possible ?

 

« Tout dépendra des circonstances. Cela pourrait être envisageable dans le cas où la France serait confrontée à une catastrophe telle qu’elle exigerait un gouvernement de salut public. Pour le reste, les récents sondages viennent encore de montrer qu’une large partie des sympathisants de l’UMP est sensible aux arguments du Front. » 

 

Jean-Marie Le Pen ce matin dans Le Parisien.

 

 

 

Minable

 

      L’ancien leader poujadiste achéve sa carrière de la plus misérable des façons : après 40 années d’inutilité politique du Front national, Jean-Marie Le Pen à l’heure de la soupe hier, crache sur Bruno Gollnisch plutôt que d’oeuvre au relèvement de la France et à l’action politique radicale que l’heure exige. Le vice-président a été accusé d’avoir été le coupable du « désastre » des élections législatives de 2007, Le Pen oubliant son accablante culpabilité dans cette affaire ainsi que celle de sa fille, directrice de campagne des présidentielles (perte sèche de 1 million de voix), lui qui se trouvait les excuses les plus pitoyables (c’est la faute à Sarközy, le méchant qui nous vole des voix...).

 

 

 

Farid Smahi quitte l’Alliance sioniste

 

      Lors d’une conférence de presse cet-après, Farid Smahi a annoncé son départ du Front national, dénonçant son exclusion du nouveau Comité central.

      Ce militant depuis 15 au Front national se dit victime d’une exclusion du bureau politique en raison de sa confession musulmane et de son engagement pro-palestinien.

 

« C’est fini ! J’ai été trahi ! Marine montre qu’on ne veut pas de musulmans au FN ! »

 

Insulter par l’avocaillon Wallerand de Saint-Just qui lui intime l’ordre de « fermer sa gueule », Farid Smahi lui a rétorqué un énervé « sioniste ! » au milieu d’une joyeuse pagaille.

 

Un membre du comité central m’explique en aparté que Farid Smahi aurait changé de bord en rejoignant Bruno Gollnisch alors qu’il était mariniste. Gollnisch, du coup, ne l’aurait pas retenu pour le bureau politique.

 

Farid Smahi a rappelé que Marine Le Pen est « financée par les sionistes comme tous les autres mouvements d’extrême-droite. Il a ajouté que lorsque la fille de Jean-Marie Le Pen parle de colonisation de la France par les musulmans, elle ferait mieux de parler de la "véritable colonisation, (celle) des territoires occupés palestiniens". » rapporte le Bondy Blog.

 



 

Présidence du FN : qu'en penser ?

 

C'est avec intérêt ou curiosité que le camp national et identitaire a suivi l'élection du successeur de Jean-Marie Le Pen à la présidence du Front national.

L'élection de Marine Le Pen, avec les deux tiers des suffrages était évidemment une certitude, et le résultat obtenu par Bruno Gollnisch sanctionne un échec programmé.

Bruno Gollnisch est un homme éminemment sympathique, cultivé, intelligent et courageux. Courageux vis à vis de l'adversaire extérieur, mais incroyablement timoré face à Jean-Marie Le Pen, auquel il n'osa jamais s'opposer. Jean-Marie Le Pen l'humiliait, et l'humiliait encore. Il se taisait. Ses plus fidèles soutiens au sein du Mouvement quittèrent un à un le FN, ou en furent exclus. Il ne leva pas le petit doigt pour défendre son amie Marie-France Stirbois et pas davantage ses amis Jacques Bompard, Bernard Antony ou Carl Lang. Il se retrouva seul, ou presque. Ses fidèles, qui dirigeaient des fédérations du FN furent éliminés les uns après les autres. Il ne protesta pas. Marine Le Pen, à l'instar de son père, pensait que les immigrés étaient des branches de l' « arbre France ». Il se tut. Tout le monde savait que la campagne interne était déséquilibrée et déloyale. Gollnisch ne disposait pas des fichiers d'adhérents, son adversaire, si. Lors de la grande réunion de Villepreux, organisée par les partisans de Gollnisch, Le Pen exigea que la flamme du FN fût retirée des invitations. Il obtempéra sans protester, alors qu'il était tout de même le vice-président du Parti. Ses partisans, qui adhéraient au FN dans l'intention de le soutenir, furent interdits de voter. Silence. Lors de la récente présentation des voeux du FN à la presse, tenue en présence de Jean-Marie Le Pen et de sa fille, il affirma que l'élection se déroulait de façon loyale alors que chacun savait qu'il n'en était rien... et déclara par ailleurs qu'il respecterait les résultats du scrutin. Roger Holeindre, quant à lui, vient de claquer la porte. Un de plus...

Il s'agissait d'une guerre. L'une le savait, l'autre ne voulait pas le reconnaître. Bruno Gollnisch méritait-il vraiment de l'emporter ?

Beaucoup ont prétendu que les médias et Sarkozy avaient décidé de soutenir Marine Le Pen, considérant qu'elle serait moins dangereuse pour le Système que Bruno Gollnisch. A vrai dire, je ne partage pas complètement cette analyse. Les médias ne s'intéressent guère au fond, mais essentiellement à la forme, en quoi Marine Le Pen supplante son adversaire, et donc « fait vendre ». Quant à Sarkozy, son intérêt n'est absolument pas d'avoir comme adversaire une candidate créditée de sondages flatteurs à l'élection présidentielle et qui pourrait le placer largement derrière le candidat socialiste, ce qui constituerait un lourd handicap pour le second tour. Il n'en demeure pas moins que Marine Le Pen cherche à intégrer le Système et que le Front national ne peut plus être considéré, à partir d'aujourd'hui, comme un mouvement nationaliste et identitaire, mais comme l'équivalent du mouvement que Gianfranco Fini avait créé en Italie, trahissant son idéal, trahissant la mémoire de Giorgio Almirante. Cela avait valu à Fini d'entrer au gouvernement avant d'être mis sur la touche par Berlusconi. Il se traîne aujourd'hui à 3% dans les sondages.

 

L'avenir du FN et du mouvement nationaliste

 

Le FN ne disposera plus d'élus régionaux prochainement. Et quasiment d'aucun candidat présent au second tour des élections cantonales. La faute à un énième tripatouillage des modes de scrutin. Ce mouvement, qui aurait pu être le fanal de la résistance, a été incapable, par la volonté de Le Pen, de constituer une véritable école de cadres disposant d'une structure idéologique solide, et d'un enracinement local, gage de pérennité. Or, sans cadres formés, totalement habités par les enjeux du combat, insensibles au découragement, il est impossible de résister aux épreuves qui s'annoncent et aux tentations de rallier totalement le Système. Après tout, pourquoi ceux qui sont tentés par la collaboration ne le feraient-ils qu'à moitié ?

L'avenir du mouvement nationaliste ne passe plus par le Front national, mais par le rassemblement de toutes les forces de la résistance nationale et européenne, après une nécessaire clarification comportementale et idéologique. Au travail.

 

Comuniqué de Robert Spieler, Délégué général de la Nouvelle Droite Populaire.

 

 

 

Bruno Gollnisch refuse la vice-présidence

 

      Bruno Gollnisch ne sera pas le premier vice-président du Front national comme le lui proposait Marine Le Pen. Il affirme vouloir laisser les « coudées franches » à la nouvelle équipe pour qu’elle « fasse ses preuves ».

 



Le nouveau Bureau Politique du FN

 

Sans surprise, le nouveau bureau politique du Front national est livré sous le signe d’Israël. Symboliquement, les deux premiers membres de la liste sont les deux vice-présidents : un judéen et une sioniste soutenue notamment par la Ligue de défense juive, organisation terroriste coupable de nombreuses agressions contre les nationalistes, et d’autres officines étrangers.

Le reste du bureau politique intègre 24 soutiens de Marine Le Pen (en gras ; en italique personnes ayant une double appartenance), 10 partisans de Bruno Gollnisch intégrés comme faire-valoir (en rouge)  8 qui n’avaient pas fait savoir de préférence.

 

ALIOT Louis(Vice-président chargé du projet)

ARNAUTU Marie-Christine(Vice-présidente chargée des affaires sociales)

BAY Nicolas

BILDE Bruno

BINDER Patrick

BOUDOT Christophe

BOUTONNET Marie-Christine

BRIOIS Steeve (Secrétaire Général)

COLOMBIER Jacques

DE LACOSTE LAREYMONDIE Jean-Marc

DE LA TOCNAYE Thibault

DE SAINT JUST Wallerand(Trésorier national)

DUBOIS Jean-Michel

ERRE Pascal

FATNA Huguette

FERRAND Edouard

GOLLNISCH Bruno

GOURLOT Thierry

GROLET Françoise

GUINIOT Michel

JALKH Jean-François (Délégué Général)

JAMET Alain (1er Vice-président)

JAMET France

LE PEN Jean-Marie(Président d’honneur)

LE PEN Marine(Présidente)

LEROY Sandrine

LOISEAU Philippe

OZON Laurent

MARTIN Dominique

MASCRET David

MELIN Joëlle

MONTEL Sophie

NEVEUX Brigitte

PERROT Charles

PIGEOT Nathalie

RAVIER Stéphane

SALAGNAC Catherine

SCHENARDI Lydia

SUBTIL Bruno

SULZER Jean-Richard

VIZIER Alain

VOUZELLAUD Guillaume

 

 

 

Le Nouveau Comité central :

 

Membres de droit

Jean-Marie LE PEN

Marine LE PEN

Bruno GOLLNISCH

 

Membres élus

Louis ALIOT

Roger HOLEINDRE

Thibaut DE LA TOCNAYE

Steeve BRIOIS

Wallerand DE SAINT-JUST

Marie-Christine ARNAUTU

France JAMET

Bruno BILDE

Alain JAMET

Huguette FATNA

Rémy BOURSOT

Lydia SCHENARDI!

Farid SMAHI

Patrick BINDER

Julien SANCHEZ

Jacques COLOMBIER

Louis DE CONDE

Joëlle MELIN

Anne-Christine ROYAL

Marie-Claude AUCOUTURIER

Bruno SUBTIL

Stéphanie KOCA

Martine BINDER

Philippe LOISEAU

Olivier WYSSA

Mireille D’ORNANO

Sylvie GODDYN

Miguel DE PEYRECAVE

Tony CARDI

Hugues PETIT

Jean-Marc DE LACOSTE LAREYMONDIE

Guillaume VOUZELLAUD

Dominique MARTIN

Brigitte NEVEUX

Yvan BENEDETTI

Alexandre GABRIAC

Jean-Pierre REVEAU

Eliane DE LA BROSSE

Valérie COLOMBIER

Nathalie BETEGNIES

Matthieu COLOMBIER

Gabriel DE PEYRECAVE

Stéphane RAVIER

Monica DE CONDE

Marie-Christine BOUTONNET

Emmanuelle PUJOL

Françoise GROLET

Catherine SALAGNAC

Jean-Michel DUBOIS

Laura LUSSAUD

Elisabeth BASTON

David RACHLINE

Erwan LE GOUELLEC

Cédric ABDILLA

Frédéric BOCCALETTI

Oriane BORJA

Jean-Romée CHARBONNEAU

Charles PERROT

Valérie LAUPIES

Franck BRIFFAUT

Thierry GOURLOT

Jean-Louis BOUGUEREAU

Jean-Richard SULZER

Blanche SIGRIST-CHAUSSAT

Pierre CHEYNET

Marie-Anne HAAS

Bernard MARANDAT

Alexandre SIMONNOT

Louis-Armand DE BEJARRY

Serge LAROZE

Agnès HENRY

Eric AUDEBERT

Robert MORIO

Eric DOMARD

François BONNIEUX

Gérald GERIN

Ludovic DE DANNE

Christophe BOUDOT

Alain VIZIER

Marie-Thérèse FESENBECK

Marie-Christine CARDOSO

Frédéric CABROLIER

Evelyne RUTY

Eric DILLIES

Jacques HENRIOT

Danièle VOUZELLAUD

Thierry VIALLON

Mylène TROSZCZYNSKI

Lucien RUTY

Jean-Luc MANOURY

Edouard FERRAND

Laurent COMAS

Edouard FESENBECK

Nathalie PIGEOT

Paul LE MORVAN

Amaury NAVARRANNE

Eric SAMYN

Philippe ARBONA

Freddy BAUDRIN

Rémi CARILLON

 

Membres cooptés

Jean-François Jalkh

Sandrine Leroy

Christian Maréchal

Philippe Chevrier

Guillaume Lhuillier

Robert Heyraud

Annie Philippon

Eliane Coolzaet

Erik Faurot

Magguy Lussaud

Lionel Stieffel

Maxime Labesse

Chantal Luze Renoud

Patrick Hays

Willy Boye

Thérèse Brochard

Jean Paul Felix

Richard Jacob

Laurent Brice

Emile Cavasino

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 16:16

      Les adoptions d'enfants étrangers par des familles françaises ont très fortement augmenté en 2010 en un an, passant de 3 017 à 3 504 (+16%). La hausse est en partie expliquée par le vol d’enfants Haïtiens dérobés à leur culture et à leur peuple : 992 enfants sont arrivés de ce pays en 2010, contre 653 en 2009 (+51,9%). Ce n’est pas la seule explication, puisque l’adoption d’enfants Vietnamiens a augmenté dans une proportion identique (469 enfants contre 308, soit une augmentation de 52% également).
      369 Colombiens ont été adoptés (contre 241 en 2009), 352 Éthiopiens (contre 445), 301 Russes (contre 288). Il y a eu également 100 Chinois, 75 Ivoiriens, 70 Maliens, 59 Congolais (dont 41 de RDC), 59 Ukrainiens, 52 Djiboutiens, 47 Lettons, 46
Kazakhs, 37 Malgaches, 34 Tunisiens, 30 Thaïlandais, 26 Polonais, 23 Nigériens, 21 Indiens, 19 Népalais, 15 Togolais, 15 Béninois, autant d’Arméniens, 14 Laotiens, 14 Philippins, 13 Brésiliens, 12 Centrafricains, etc.

 

      Pourtant, en France, il y aurait entre 8 000 et 10 000 enfants adoptables, comme le rappelait il y a quelques mois la représentante de l'association Enfance et famille d'adoption Geneviève Miral :

 

« On est incapable aujourd’hui en France de chiffrer avec exactitude le nombre d’enfants sous tutelle ! Ils seraient entre 8 000 et 10 000 dans des situations diverses: bébés nés sous x, pupilles de l’Etat ou enfants sous délégation d’autorité parentale. L’adoption en France est gérée au niveau départemental. On demande depuis des années la mise en place d’un service national en mesure de recenser les pupilles de l’Etat. En pratique, il suffirait de quelques personnes détachées et d’un petit budget à hauteur de 200 000 euros. Cela ne demande pas un gros effort mais encore faut-il une volonté politique. »

 


      La volonté politique est claire : privilégier l’adoption d’enfants étrangers au détriment et de ces enfants et de la Nation, et des enfants français non adoptés. Il y plusieurs dizaines de milliers de familles en attente d’adoption ; mais plusieurs milliers d’enfants Français ne sont pas adoptés et, chaque année, 200 000 enfants sont assassinés par l’avortement.

 

 

ADOPTION-ok.jpg

 

Enfants étrangers adoptés en France en 2010 (nombre par dizaine de milliers d’habitants et par région).



      La légitime volonté d’adopter un enfant pour des familles qui le méritent est malheureusement masquée et par la volonté du gouvernement et par une partie des adoptants, qui ne réagissent qu’e n consommateur égoistes, détachés de toute réalité ethnique et charnelle. La majorité des adoptés sont des Africains ; beaucoup viennent de pays corrompus ou en guerre - sans même évoquer le cas de la France.  Pour ces pays, le commerce des enfants devient une entrée de devise, au même titre que le tourisme ou l’agriculture.
      Acculturation, consumérisme, immigration-intégration, idéalisme et sentimentalisme, politiques volontaires anti-nationales : comme nombre de sujets, l’adoption est symptomatique des maux du temps.

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 15:15

      Le discours de François Fillon lors de ses vœux à la presse avait une teneur très nationale : il a prononcé le mot « France » 8 fois alors que le « monde », qui semble pas le préoccuper, n'apparaît qu’à deux reprises ; même si l(es)’étranger(s) figure 3 fois dans le texte et de nombreux pays sont cités, l’immense majorité africains et musulmans : l’actualité impose le Niger (4 fois) aux côtés duquel nous trouvons l’Afghanistan (2), la Somalie (1) et le Mali (1) ; le seul pays européen cité est l’Allemagne (1). La politique étrangère est pourtant habituellement le domaine réservé du Président de la République...

 

      Dans le même ordre d’idée, le terme « français/e » sort 16 fois mais la « République » pas une seule fois en tant que telle (la notion transparaît une fois dans l’« unité républicaine »). Si François Fillon désigne son chef à 7 reprises, il n’est nommément appelé « Nicols Sarkozy » qu’une seule fois ; les 6 autres fois, François Fillon ne mentionne pas le nom Sarközy et parle du « président de la République », fonction somme toute intemporelle, contrairement au locataire actuel de l’Elysée...

       Les élections sont d’ailleurs présentes à six reprises dans le discours de François Fillon, tout comme le mot « utile » : le Premier ministre reprend ici le terme à Sarközy qui a décrété l’année 2011 année « utile ». Ce vœu pieu est probablement censé nous faire oublier dix ans d’inutilité... En terme d’année, François Fillon regarde peu dans le rétroviseur : 2009 n’est nommée qu’une fois, 2010 3 fois, contre 12 mentions pour 2011, l’année qui commence : François Fillon s’ancre dans le présent. Il prépare aussi l'avenir : 2012,  la date de l’année présidentielle revient quand même à 4 reprises dans son discours....

 

 

      L’emploi (6 occurrences) bât largement le chômage qui, timidement, n’apparaît qu’une fois... Une victoire historique qui, malheureusement, restera dans les discours.

      Le social intéresse beaucoup le Premier ministre qui le met à toutes les sauces : il est énoncé en 9 occasions : « cohésion sociale », « bilan social », « modèle économique et social », « plan social », « partenaires sociaux », « pacte social » (2 fois), « réintégration économique fiscale et sociale de l'Europe » ; 8 fois sur 9 il s’agit d’une mention positive.

 

      Sur le plan politique, Fillon nomme deux adversaires : le Front national, cité une fois, tout comme les socialistes ; il ignore superbement les autres : rien ni à gauche, ni au centre, ni à droite, ni chez les écologistes. Et s’il donne des gages aux extrêmes, il en donne tout autant au centre : la radicalité (3 mentions) est exactement neutralisée par la souplesse (3 mentions)... A l’inverse le « grand » (3 occurrences), l’emporte sans difficulté sur le « petit » (aucune mention).

 

      Si François Fillon n’hésite plus à se mettre en avant pour s'imposer (43 fois « je »), il n’oublie pas de parler au nom des Français, au nom du gouvernement, au nom de l’exécutif... : au nom de tout le monde en fait : le « nous » apparaît 52 fois. Il est l'homme du rassemblement.

      Il y a également 8 « on », petit mot bien utile qui sert aussi bien à faire parler les mauvaises langues : « onne pourra plus dire... » que mettre sur le dos d’autres des réformes impopulaires :

 

« on ne pourra pas éternellement avancer dans l’intégration économique, fiscale et sociale de l’Europe et maintenir en même temps entre nos Etats des écarts flagrants en matière d’organisation du travail. Toute réflexion sur la durée légale du travail doit donc s’inscrire dans le cadre d’une analyse plus globale sur la convergence européenne »

 

      Je, tu, il, nous, vous : au fond : qu’importe le pronom : le fédéralisme destructeur des peuples et des nations est en marche et les beaux discours des politiciens ne sont là que pour nous distraire...

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 14:17

      La "démocratie" fêtait ces derniers jours l’anniversaire de la mort de François Mitterrand ; voici un petit rappel du meilleur de cet homme qui a renié la France pour une carrière politique.

      François Mitterrand nait à Jarnac (Charente), en 1916, dans une famille aisée, conservatrice et catholique pratiquante. Dès son plus jeune âge, il milite au sein d’organisations nationalistes, traditionalistes ou révolutionnaires : Action Catholique, Croix de Feu, Cagoule... A cette époque il est ouvertement raciste :

 

« Désormais, le quartier Latin est ce complexe de couleurs et de sons si désaccordés qu’on a l’impression de retrouver cette tour de Babel à laquelle nous ne voulions pas croire. »

 

http://img718.imageshack.us/img718/9711/mitterrandfranoisrivref.png       Durant la drôle de guerre, il est sergent dans l’armée française, puis prisonnier en Allemagne il s’évade et revient en France. Réfugié, caché (?) à Saint-Tropez chez les Lévy-Déplat, « Amis de la famille » (je croyais ces gens-là traqués...), il est contacté par son milieu, le régime de Vichy. Il collabore de façon exemplaire et le maréchal Pétain lui remet la Francisque, haute distinction de la Révolution nationale. Après cela, sentant le vent tourner, son nationalisme prend une tournure anti-allemande et Mitterrand se rapproche des résistants. Après la "libération", il participe à de nombreux échecs du parti de Daladier pour finir élu à Château-Chinon où il n’a jamais résidé, mais qu’il présentera toute sa vie comme son fief. Entretemps, il épouse une laïque (juive ?), Danielle Gouze-Rénal. Pendant la guerre d’Algérie, membre du gouvernement Mendès France [sic], il s’’oppose à De Gaulle. Ses prises de position le font tomber dans l’oubli politique. Afin de relancer sa carrière. Il organise un faux attentat dirigé contre lui-même, d’immondes fascistes lui tirant dessus dans la rue : il devient un héros. La supercherie est découverte mais l’affaire est oubliée. Son opération a réussi : on reparle de lui. Nécrosant toutes les branches de gauche et battant Michel Rocard, son ennemi de toujours, il réussit à prendre la tête du jeune Parti socialiste. Après un premier échec contre Giscard d’Estaing, il finit par conquérir la présidence de la république en 1981.

       Quel souvenir de Mitterrand reste ? Celui d’un homme sans honneur, prêt à tout renier pour cette place qui doit être si bonne à prendre... Mitterrand ce fut :

 

-le financement occulte du PS

-les milliers d’écoutes téléphoniques

-le scandale Mazarine

-ses maîtresses de tous bords parfois nommées à des postes importants

-son copain Bernard "Merki" Tapie

-les nombreuses morts par crises cardiaques ou par suicide de "ses amis"

-ses mensonges sur sa santé

-le placement de plusieurs membres de sa famille à des postes clés

-des lois le protégeant sur les donations-partage à ses enfants

-son action politique fondées sur les prédictions d’astrologues qu’il consultait régulièrement

-la montée du chômage, de l’insécurité,

-les messages subliminaux lors de la campagne présidentielle de 1988 sur les télévisions publiques

-l’explosion du Rainbow Warrior

-le sang contaminé

-ses mensonges lors d’un face à face télévisé avec Chirac en 1988

-l’affaire de la Société Générale

-...

 

http://img138.imageshack.us/img138/1694/rivh.png

 

      François Mitterrand détient le record de longévité (14 ans) à la présidence de la République française, record qui, à moins d’une révision constitutionnelle, ne pourra être battu. C’est sous son règne que sont déroulés également :

 

-l’Abolition de la peine de mort, défendue par Robert Badinter.

-la Première Fête de la musique, créée par Jack Lang, ministre de la Culture.

-la régularisation des immigrés clandestins qui exercent un travail et peuvent le prouver.

-La création de l’impôt sur les grandes fortunes (supprimé en 1987, rétabli en 1988 sous le nom d’ISF, Impôt de solidarité sur la fortune).

-La création des zones d’éducation prioritaire (ZEP).

-La création de la Haute Autorité pour la communication audiovisuelle (ancêtre de l’actuel CSA).

-L’abrogation du délit d’homosexualité

-La première visite d’un chef d’État français en Israël. Discours de la Knesset dans lequel François Mitterrand déclare que « L’irréductible droit de vivre » appartient à Israël et appelle au respect des droits des Palestiniens de Gaza et de Cisjordanie.

-L’opération Manta en août 1983 renforçant l’intervention française au Tchad.

-L’attentat du Drakkar le 23 octobre 1983 à Beyrouth : cinquante-huit soldats français sont tués. François Mitterrand largement responsable de ce crime, se rend au Liban dès le lendemain.

 

Partager cet article
Repost0

Club Acacia

Rédacteur en chef :
  -Eric Adelofz

Secrétaire de la rédaction :
  -Marie Mansard

Rédaction :
  -Brice Duqueyroux
  -Jérôme Deseille
  -Alexandre Janois

Chroniqueurs :
  -Philippe Régniez
  -Pieter Kierstens


Nous contacter, rejoindre la rédaction, proposer un article, participer aux relectures, faire part de vos idées, de vos suggestions :
  -clubacacia[at]gmail.com.

 

Nos articles sont librement reproductibles, sans possibilité de modification, avec mention de la source (voir la licence complète).

 

Syndication :

  -Flux RSS

  Free counter and web stats

(Droits : Club Acacia 2006-2010)