Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 décembre 2010 1 06 /12 /décembre /2010 21:49

http://img197.imageshack.us/img197/7826/joyeusesaintnicolas.jpg

Repost 0
Published by La rédaction - dans Club Acacia
commenter cet article
6 décembre 2010 1 06 /12 /décembre /2010 17:35

      Présentation du club oligarchique sectaire français "Le Siècle" sur Radio Courtoisie par Serge de Beketch & Emmanuel Ratier.

      Rappelons que chaque dernier mercredi du mois, les membres de ce club mondialiste se réunissent à l'Automobile Club de France à l'hôtel Crillon (place de la Concorde, VIIIe arrondissement de Paris). Chaque dernier mercredi du mois des militants se mobilisent pour dénoncer cet événement.


Première partie :


 



Seconde partie :






Troisième partie :

Repost 0
Published by La rédaction - dans Régime pourri
commenter cet article
6 décembre 2010 1 06 /12 /décembre /2010 17:17

      Voici un article de Xavier Rauffer publié dans Le Nouvel économiste le 2 décembre 2010, sur la manipulation américaine et médiatique du djihad et d’un islam radical agonisant.

      Il est particulièrement intéressant à l’heure ou le mouvement nationaliste et identitaire est manipulé par les éléments francs-maçons, sionistes ou républicains (Riposte Laïque, Bloc "Identitaire", UMP, etc.) faisant accepter à la France l’immigration, la présence des Juifs, le laïcisme et la République au nom de la lutte contre l'"islamisme". Islamisme totalement marginal comparé à la vague migratoire qui submerge l’Europe et aux terribles ravages du matérialisme, du marxisme, du laïcisme, du féminisme, de la République et du laïcisme en France et en Europe.

 

 

 

 

      Les faits démontrent l’immense écart entre l’affolement politico-médiatique et la débandade djihadiste. Le djihad planétaire n’existe plus, 95% de ce qu’on nomme ainsi relevant plutôt de la guérilla patriotique ou de la résistance à l’oppression - vouées pour l’essentiel à cesser quand ces occupants et oppresseurs partiront.

 

      Vers la fin d’une finale de championnat d’échecs, le connais­seur, jusqu’alors pétrifié par l’attention, se lève et murmure en par­tant : « Les noirs gagnent en cinq coups. »

      S’agissant de l’immense et sanglante aventure du courant salafiste-dji­hadiste, et alors que la première décennie du XXIe siècle tire à sa fin, nous en sommes là. Pour ce fanatisme droit issu des terribles trauma­tismes de l’an 1979 (révolution islamique en Iran, conquête par des fondamentalistes des lieux saints de La Mecque, invasion d’un pays musulman, l’Afghanistan,par l’Union soviétique), la partie est perdue. Cela, seules de régulières crises d’hystérie médiatique et un répétitif et abusif usage du principe de précaution par des puissances apeurées ou manipulatrices, nous interdisent de le réaliser pleinement.

 

      Car l’observation attentive des faits, la prise en compte pleine et en­tière de la réalité, révèlent vite l’insondable gouffre désormais béant entre l’affolement politico-médiatique et la manifeste débandade d’un courant djihadiste aujourd’hui plus proche du phénomène de persistance rétinienne que de la menace majeure. Ainsi, oublions les titres affolants (« Al Qaida menace Paris ! ») et exposons plutôt d’incontestables faits.

 

      Quelle est la seule activité palpable d’entités terroristes, sinon clandestines et pétries de secrets ? L’attentat, la bombe, l’embuscade, l’homicide. Tout le reste est hypothétique, peut être falsifié ou manipulé – seul l’attentat est indéniable. Mais à trois conditions : d’abord, être indubitablement islamiste ; ensuite, être signalé à la fois par de grandes agences de presse et des médias locaux ; enfin être grave (un mort minimum dès sa commission).

      Du 1er janvier à fin octobre 2010, à l’échelle mondiale, la base docu­mentaire de notre Département de recherches (www.drmcc.org) recense 1 045 de ces attentats graves. 522 en Irak, 174 au Pakistan, 165 en Afghanistan, 133 en Somalie, 36 au Yémen, 8 en Algérie, 6 en Thaïlande et 3 en Ouganda. Sur 1045,997 ont frappé les trois champs de bataille planétaires : Afghanistan/ Pakistan, Irak, Somalie/ Ouganda. Moins de 5% des attentats djihadistes ont été perpétrés ailleurs dans le monde, hors guerre civile ou résistance à l’occupation militaire. Dès lors et dans les faits, il est clair que le djihad planétaire n’existe plus. 95% de ce qu’on nomme ainsi relevant plutôt de la guérilla patrio­tique ou de la résistance à l’oppression – vouées pour l’essentiel à ces­ser quand ces occupants et oppresseurs partiront.

      Également, il n’est pas de mois sans qu’un grand nom de l’islamisme radical, prêcheur, docteur de la foi etc. ne renonce à la violence ar­mée. De La Mecque à Londres, les fatwas antiterroristes fleurissent, publiées par d’ex-complices ou admirateurs de Ben Laden, comme le palestinien-jordanien Abu Muhammad al-Maqdisi (de son nom Isam Mohammad Tahir al-Burqawi) ou Noman Benotman, chef du Groupe combattant islamique libyen, naguère étoile majeure de la galaxie al-Qaida. Même le plus grand "télévangéliste" musulman, Cheikh Yusuf al-Qardawi, proche des Frères musulmans et qui ap­prouvait naguère les attentats-suicides visant les civils irakiens, tonne désormais dans ses prêches contre « ceux qui tuent à l’aveu­glette et donnent à l’islam la pire des réputations ».

 

      Voilà pour le contexte. Voyons maintenant ce que, de nos jours, fait concrètement "al-Qaida". Pour pouvoir comparer, remontons un peu en arrière. Istanbul, novembre 2003 : 4 attentats, 63 morts, dont le consul britannique; Madrid, mars 2004 : 191 morts à la gare d’A­tocha ; Londres, juillet 2005 : 3 attentats visant des transports en commun, 52 morts, 700 blessés. Telle était, au début de notre dé­cennie, la terrible efficacité d jihadiste.

 

      Aujourd’hui et depuis deux ans déjà, al-Qaida accumule les échecs. Taux de réussite : zéro. Déjouées en amont, les tentatives d’atten­tats aériens échouent les unes après les autres (dont, fin 2009, celle de l’étudiant nigérian Umar Farouk Abdulmutallab). Par ailleurs, quelques déséquilibrés armés de couteaux de cuisine s’en pren­nent, de ci de là, à des dessinateurs ou à des cinéastes.

      Arabie Saoudite : matés par la police du prince Nayef ben Abdela­ziz,le ministre de l’Intérieur, les djihadistes ont fui au Yémen. Dans le monde malais (Indonésie, Malaisie, Philippines) les groupes is­lamistes sont traqués, parfois en déroute.

      En mai 2010, les djihadistes sont écrasés à Gaza par le Hamas. Le même mois, un primitif véhicule piégé, bricolé par un maladroit, fait long feu à New York. De loin en loin, de grossiers colis piégés sont expédiés de façon si inepte, qu’ils sont neutralisés avant d’exploser – ou de foirer. Le djihad mondial réduit à imiter « Unabomber » ! Pas vraiment de quoi pavoiser.

 

      Et la relève ? Les jeunes générations ? De France ou d’ailleurs en Europe, de rares fanatiques juvéniles font le pèlerinage afghan – la plupart étant repérés et arrêtés dès leur retour.

      Pire encore pour Ben Laden : par pans entiers, ses fidèles dégénè­rent et sombrent désormais ouvertement dans le crime organisé : en témoigne l’explosion des vols à main armée et des kidnappings en Irak, mais surtout, la situation au Sahel, où les moudjahidine d’ « al-Qaida au Maghreb islamique » Aqmi pratiquent toujours plus le commerce des otages, le mercenariat au profit des tribus locales – et même le trafic de stupéfiants ou de cigarettes. Au point d’être ainsi ironiquement décrits par un responsable de la sécurité en Al­gérie: « Abou Zaïd, c’est djihad le jour et Marlboro la nuit. »

 

      Ainsi donc, Ben Laden peut finalement se targuer d’une seule – mais importante – victoire : avoir obnubilé le gouvernement des États-Unis et de grands médias mondiaux, au point qu’une boîte en carton garnie de fils électriques et d’une pile de 3,5 volts suffit désormais à semer la panique et à quasiment paralyser le trafic aérien mondial. Pourquoi ? Comment expliquer cette obsession américaine et jour­nalistique du djihadisme ? Sans doute un effet médiatique du « pa­radoxe de Tocqueville », lequel remarquait dès le XIXe siècle que, socialement, plus un phénomène désagréable diminue, et plus ce qu’il en reste devient insupportable.

 

 

      Ouvrons cependant les yeux car, dit le philosophe Clément Rosset, « la réalité est insupportable, mais irrémédiable ». De­puis les années 70 du XXe siècle, le monde a connu trois grandes vagues terroristes. La première, celle des Orga­nisations communistes combattantes (Brigades rouges, etc.) est retombée avant même la chute du Mur de Berlin.

      La seconde vague, celle du terrorisme moyen-oriental (Abou Nidal, etc.) reflua peu après, lors de l’abolition de l’ordre mondial bipolaire. Vers 1980,la vague salafiste-djihadiste a commencé à enfler. Son apo­gée aura sans doute été le 11 septembre 2001. Depuis, elle tente sans cesse de revenir, mais s’affaiblit à mesure. Bien sûr des attentats dji­hadistes surviendront encore – le crocodile agonisant donne de ter­ribles coups de queue. Mais le temps approche où l’on pourra appliquer en confiance, au djihad de Ben Laden,la jolie formule de Heinrich Heine (dans Religion und Philosophie) : « Entendez-vous la cloche tinter ? A genoux ! On apporte les sacrements à un dieu aganisant. »

 

Xavier Raufer.

Repost 0
Published by La rédaction - dans Régime pourri
commenter cet article
6 décembre 2010 1 06 /12 /décembre /2010 02:30

 

Lundi 6 décembre 2010 : de nombreux prisonniers politiques affrontent en ce jour encore les conséquences de leurs actes courageux. Pensons notamment aux historiens emprisonnés pour avoir diffusé le fruit de leurs recherches historiques :

 

 

Vincent Reynouard, emprisonné depuis 150 jours (France occupée)

Horst Mahler, détenu depuis 649 jours (Allemagne occupée)

L’héroïque Sylvia Stolz, privée de sa liberté depuis 1057 jours (Allemagne occupée)

Wolfgang Fröhlich, enfermé depuis 1178 jours (Autriche occupée)

Gerd Honsik, prisonnier depuis 1201 jours (Autriche occupée)

 

 

 

http://img191.imageshack.us/img191/9199/librezvincentpowcouleur.jpg

 

 

 

OCCUPATION

 

Le pédophile israélite Polanski récompensé

 

       Accueilli par la République en France, le pédophile Polanski, condamné pour le viol dans des conditions particulièrement sordide d’une adolescente aux États-Unis, a obtenu le prix du meilleur film, du meilleur réalisateur et du meilleur scénario lors de la cérémonie des « Prix du cinéma européen [sic] ».

 

 

 

Ségolène Royal victime de l’immigration

 

       Deux mineurs étrangers, probablement gitans, ont été arrêtées et présentées à un juge pour le vol avec effraction de l'appartement de Ségolène Royal à Boulogne-Billancourt (Ile-de-France). Aucun des deux délinquants présumés – une fille et un garçon qui prétendent être âgés de moins de 16 ans – ne sait parler français. C’est la troisième fois que cet appartement est cambriolé en quatre ans.

 

 

 

Tentative de meurtre contre un policier à Sevran

 

       Un policier de la Brigade anti-criminalité (BAC) a été grièvement blessé jeudi à Sevran (Ile-de-France), dans le quartier occupé de la Cité Basse. Des dealers, tous feux éteints, ont délibérément foncé sur une patrouille de police en mission de sécurisation sur une zone piétonne. L’un des policiers a ouvert le feu à cinq reprises sur la voiture avant d’être renversé. La voiture, touchée par deux fois, a été abandonnée moins d’un kilomètre plus loin par les criminels. Les policiers ont retrouvé un sac contenant près d’un demi-kilos de drogue.

       Le policier a été hospitalisé, victime d’une fracture à la mâchoire et de blessures aux jambes.

 

       Les occupants de la voiture ont réussi à prendre la fuite. Leur 206 –marquée par deux impacts de balle- a été retrouvée 700 mètres plus loin, moteur tournant. Les policiers y ont découvert un sac contenant 400 grammes de cannabis. «Tous les moyens ont été mis en place pour retrouver les fuyards», a déclaré Christian Lambert, préfet du département, précisant que le policier blessé avait fait usage de son arme par «légitime défense». Perquisitionné, le véhicule n’aurait pas été volé. Le propriétaire serait activement recherché par les services de police. D’après RTL, un vaste coup de filet était en cours vendredi matin dans ce quartier sensible de Sevran, réputé pour son trafic de drogue.

       Une racaille présumée a été arrêtée dimanche.

 

 

 

Un policier tabassé dans un quartier occupé de Grenoble

 

       Un adjoint de sécurité de Grenoble a été blessé avoir été roué de coups par une quinzaine de racailles selon les médiats sur le parking du centre commercial Grand-Place, près du quartier sensible de La Villeneuve. C’est ce quartier qui avait été le théatre de plusieurs jours d’émeutes cet été. Plusieurs semaines après, Sarközy était venu prononcer un nouveau discours mensonger.

 

 

 

Un hôtel de police incendié (pour la 3e fois) à Béziers

 

       Pour la troisième fois en moins de trois semaines, une ou des racailles ont incendié volontairement le futur commissariat de police en construction dans le quartier occupé de La Devèze, touché la même nuit par plusieurs autres incendies.

       Jeudi soir, les incendiaires ont forcé la porte d’entrée de l’immeuble et y ont jeté une poubelle enflammée. Ils avaient procédé de la même manière le 19 novembre. 3 jours plus tôt, c’est à l’aide d’une voiture que les racailles avaient procédé.

       L’incendie a fait d’importants dégâts.

 

 

 

Dix délinquants clandestins libérés à Marseille

 

       Au prétexte d’une concentration "anormale" de légionelles, les autorités ont remis en liberté dix clandestins détenus au centre de rétention administrative du Canet à Marseille. Douze autres ont été transférés dans d'autres centres.

 

 

 

Une voleuse sachant voler doit savoir...

 

       Dans le cadre du démantèlement d’un réseau de voleuses gitanes dit « Hamidovic », le procureur a révélé que l’objectif des voleuses était de voler 2 000 francs par jours [300 euros]. « Il s'agit sans doute du plus gros réseau et du plus structuré » selon lui.

       Le chef du réseau, Fehmi Hamidovic, arrivait de Bosnie-Herzégovine. Il infligeait à ses "employées" de lourdes sanctions lorsqu’elles n’atteignaient pas les chiffres.

 

« Les jeunes filles exploitées sont avant tout des victimes, sous la coupe d'une organisation de type patriarcal, a assuré M. Marin. Cette structure clanique fonctionnait avec une tête et une sorte de contremaîtres [...] Nous sommes sur une base d'une collecte de 12.000 euros par jour [...] et sur un montant annuel de 4 millions d'euros rien annuel que pour le groupe opérant en région parisienne ».



 

Le dealer Jamal Dati condamné et... libre

 

       Le propre (?) frère de Rachida Dati a écopé de cinq mois de prison ferme et trois mois avec sursis en Belgique. Il était à nouveau jugé pour une affaire de trafic de drogue.

       Bien qu’il s’agisse d’un étranger, la police l’a laissé en liberté.

       Il ne purgera sans doute jamais sa peine.

 

« J'ai prouvé ma bonne volonté en me présentant à l'audience. Ma famille est désormais rassemblée autour de moi et me soutient. Je vais désormais devoir repartir de zéro car la voiture que j'avais achetée à crédit et avec laquelle je pouvais travailler a été saisie. Mais j'assume aussi ma condamnation car ce qui est arrivé est entièrement de ma faute ».

 

a déclaré le criminel.

 

« La prison n'est pas la seule arme pour lutter contre la délinquance »

 

déclarait cette fin de semaine Rachida Dati, pensant sans doute aux divers criminels, dealers et pédophiles de son entourage.

 

 

 

 

 

SOCIÉTÉ

 

Faits divers

 

       -Le corps d’un adolescent, tué d’un coup de couteau à la gorge, a été retrouvé à Belfort. Le motif du meurtre n’est pas connu.

       -Un clochard de 39 ans, originaire d’Ukraine, est décédé en fin de semaine dernière à Savigny-sur-Orge (Ile-de-France). Le corps de l’homme, mort de froid, a été retrouvé sur un chantier.

       -Une jeune fille a été retrouvée très grièvement blessée à Aubervilliers (Ile-de-France). Un témoin, qui s’est enfui avant l’arrivée des secours, a affirmé avoir vu une voiture s’enfuir vers la cité de la Maladrerie et trouvé la jeune fille, le crâne défoncé.

       -Deux jeunes racailles de 14 et 15 ans ont été arrêtés à Paris. Échappés d’un Centre éducatif renforcé, ils avaient volé une voiture et forcé un barrage de police. Ils avaient violemment agressé une conductrice pour lui voler sa voiture.

       -Un homme âgé d'une trentaine d'années a été tué par balles à Biguglia (Corse). Plusieurs hommes l’attendaient et ont ouvert le feu sur le véhicule qu’il conduisait, alors même que ses deux enfants en bas âge se trouvaient à l’intérieur de la voiture. La victime était le neveu de deux hommes fichés au grand banditisme.

       -Un médecin de 63 ans a été abattu en Corse, à Sartène, à proximité de son cabinet. Il avait été condamné dans le passé pour des faits financiers.

       -Un détenu de 37 ans a été blessé lors d’une bagarre entre détenus à la centrale de Poissy (Ile-de-France). Le prisonnier a été touché d'un coup de couteau à l'abdomen.

 

 

 

« Hausse raisonnable »

 

       Le sous-ministre aux transports, qui n’a jamais vécu – mais très bien – que de la politique, s’est prononcé pour « une augmentation tout à fait raisonnable » des billets de la SNCF; déjà très élevés et dissuadant largement les Français de prendre ce moyen de transport.

 

 

 

Les révisionnistes en prison, les dealers en liberté

 

       La cour d'appel de Paris a confirmé la libération d’un trafiquant de drogue présumé. La police avait trouvé chez lui d'importantes quantités de drogue, mais également une arme de guerre et de fortes sommes d’argent. Chômeur sans ressource, il est l’heureux possesseur d’une voiture de luxe.

 

 

 

Scandaleuse condamnation d’un plaisantin à Valence

 

       Alors que la justice relâche d’importants trafiquants de drogue – mais pas ceux de la famille Dati qui, eux, ne vont même pas en prison – un homme de de 39 ans a été condamné à une amende de plusieurs centaines de francs pour quelques courriers électroniques envoyés à Rachida Dati.

       Reconnaissant le caractère grivois et irrespectueux de ces courriers, il était défendu par sept avocats dont l’un s’est étonné : « il y a une justice à deux vitesses. [...] On est dans la démesure la plus totale [...] Je ne sais pas juridiquement sur quoi mon client est jugé ».

Pour ce terrible "crime", il avait été interpellé chez lui et gardé à vue durant 48 heures, avant d’être placé sous un contraignant contrôle judiciaire.

 

 

 

Far-Est

 

       Deux malfaiteurs, cagoulés et armés, ont attaqué un camion rempli de courrier et de colis de la Poste a été attaqué près de Bourg-lès-Valence. Les criminels ont attaqué le camion, venu de la poste d’Annonay, en utilisant une voiture muni d’un gyrophare. Le chauffeur a été pris en otage et libéré après plusieurs dizaines de minutes.

 

 

 

 

 

BASSE POLITIQUE

 

Les sénateurs UMP au secours des clandestins

 

       L’annonce de la mesure avait fait grand bruit : l’UMP allait mettre un (tout petit) au scandale de l’AME, couverture médicale payée par les citoyens français à ceux qui les envahissent, les délinquants immigrés clandestins. L’effet d’annonce obtenu par le gouvernement, les sénateurs UMP ont supprimé le droit d'entrée de 200 francs [30 euros] par an pour en bénéficier.

       Ce n’est pas la seule mesure favorable à l’immigration clandestine votée par les sénateurs puisque cette mesure limitait les ayants droit bénéficiant.

       Pire encore, les sénateurs ont supprimé une mesure qui excluait de l’AME les actes médicaux de confort tels que les cures thermales.

       Les sénateurs se placent ainsi clairement hors de la loi : favoriser le séjour illégal d’un étranger est interdit et c’est bien favoriser ce séjour que promettre à tous les miséreux du monde qu’ils seront soignés gratuitement, eux et leurs familles, en France.

       L’AME coûte chaque année plusieurs milliards de francs au contribuable français.

 

 

 

Les sénateurs UMP au secours de Tapie

 

       Les clandestins ne sont pas les seuls à bénéficier de la mansuétude du Sénat. Bernard Tapie, corrompu condamné et ami de Sarközy, verra les milliards que le gouvernement lui a accordé scandaleusement échapper totalement à l’impôt.

       C’est Thierry Mariani, celui qui veut faire payer les Français plus cher leurs billets de train, qui a proposé cet amendent. L’amendement proposait de taxer les indemnités réparant un préjudice moral dépassant plus de 6,5 millions de francs [un million d'euros].

 

 

 

Suicide

 

« Je bénéficie de son crédit et du poids de [la parole d’Arlette Laguiller] auprès des travailleurs (...) Je travaille avec elle et je n'ai pas l'impression de sauter du 10e étage »

 

       Nathalie Arthaud, porte-parole de Lutte ouvrière, désignée candidate de ce parti trotzkyste à la présidentielle de 2012.

 

 

 

Strauss-Kahn, meilleur chef de gouvernement de la France : une grossièreté

 

« Je pense qu'il faut éviter dans la vie politique de dire des choses qui paraissent gentilles mais qui sont en fait des grossièretés. C'est une grossièreté que de parler ainsi de Dominique Strauss-Kahn. Il est aujourd'hui directeur général du FMI. Personne n'a à instrumentaliser son rôle, quelles que soient par ailleurs ses qualités »

 

déclarait sans crainte hier Michel Sapin à Radio J[udaïque].

 

 

 

Recentrage communautaire pour Cohn-Bendit

 

« Dominique Strauss-Kahn est un peu furieux contre moi parce que j'avais soutenu Ségolène Royal. Je me suis trompé, ça peut arriver à tout le monde. [...] Et puis j'ai découvert une Ségolène Royal qui mélange un peu tout, qui mélange le nationalisme [sic] et qui mélange une idée de l'ouverture et donc je ne m'y retrouve plus idéologiquement. [...] Je crois qu'aujourd'hui je ne suis pas contre Martine Aubry, je ne suis pas contre Ségolène Royal, mais je crois que le débat le plus intéressant serait Dominique Strauss-Kahn contre Sarközy, et surtout le débat le plus intéressant pour nous les écologistes ça serait un débat avec DSK »

 

affirmait hier le "Juif allemand" Daniel Cohn-Bendit, citant comme plus intéressants deux politiciens partageant les mêmes origines ethnico-religieuses que lui. Bien qu’officiellement membre d’un nouveau parti manipulant l’écologie, il a laissé éclaté tout son soutien à son coreligionnaire :

 

« Je crois qu'il faut faire attention, DSK occupe une position centrale avec ce qu'il défend en France. Il faut savoir ce qu'on veut, est-ce-qu'on veut être de gauche et perdre ou est-ce qu'on veut battre Nicolas Sarkozy ? Je crois que Dominique Strauss-Kahn est intellectuellement aujourd'hui le plus apte à trouver des compromis dans la gauche et avec les possibles partenaires de la gauche pour nous faire avancer. Il a une position très claire sur l'Europe et sur la mondialisation qu'il faut réguler ».

 

 

 

Scandale de l’AEF : Ockrent au cœur du scandale de l’AEF

 

       Marianne, fondé par Jean-François Kahn et Maurice Szafran, a publié une longue enquête sur l’affaire d’espionnage au sein de l’l'Audiovisuel extérieur de la France (AEF). Maurice Szafran, désormais directeur, n’a pas craint de s’attaquer à sa coreligionnaire Ockrent, directrice de l’AEF et épouse de Dominique Strauss-Kahn (sans liens de parenté direct avec Jean-François Kahn) :

 

« Nous avons évidemment demandé à Christine Ockrent de réagir à notre enquête, pièces à l'appui. Elle a refusé. Nous attendons le procès avec beaucoup de sérénité. Ce n'est évidemment pas une surprise pour nous que Christine Ockrent porte plainte, vu l'importance du dossier ainsi que la nature des accusations et des soupçons qui pèsent sur elle. C'est une enquête extrêmement solide, de plusieurs mois, où apparaissent très nettement mis en cause deux très proches collaborateurs de Christine Ockrent. Et on ne voit absolument pas pourquoi ces deux collaborateurs auraient agi seuls. C'est incompréhensible pour quiconque se penche sur le dossier. Cela relève pour le moins de mœurs extrêmement troubles dans l'audiovisuel public ».

 

       Aucun élément français n’a réagi dans cette affaire.

 

 

 

Le Dr Dickès, sa femme et le Dr Dor interdits d'adhésion au FN

 

Selon nos informations, le Dr Dor a vu son adhésion au FN rejetée. "Ils m'ont renvoyé mon chèque de 50 euros, justifiant leur refus par ma présence sur la Liste chrétienne d'Axel de Boer aux dernières élections régionales" nous indique-t-il. "Ils font le ménage" constate le président de SOS Tout-Petits, "ça ressemble à la méthode soviétique". Le Dr Dor a également été déçu par la réaction de Bruno Gollnisch à cette mésaventure. Le vice-président du Front national et candidat à la succession de Jean-Marie Le Pen est resté très évasif lorsqu'il lui en a parlé au rassemblement de Villepreux. "Il est trop discret, c'est dommage".

Le Dr Dickès (président de l'Association catholique des Infirmières et Médecins) et son épouse ont eux aussi été interdits d'adhésion, mais pour une autre raison : avoir osé critiquer publiquement les propos de Jean-Marie Le Pen, jugeant en mars 2010 qu’il n’y avait "aucune raison de ne pas se réjouir" de l'entrée de Simone Veil à l'Académie française. Il aurait sans doute fallu applaudir..."

 

(e-Deo)

 

 

 

 

 

ÉTRANGER

 

Maffia juive

 

       La police ukrainienne a mis fin à un réseau international de trafic d’organes. Trois criminels médecins criminels ont été arrêtés. Ce sont eux qui recrutaient les victimes et assuraient leur transport vers l'Azerbaïdjan où se déroulaient les interventions.

 

« Les bénéficiaires des greffes étaient pour "la plupart" des Israéliens qui payaient entre 100.000 et 200.000 dollars. »

 

rapporte l’AFP.

       Les criminels se sont abattus sur la Russie après l’effondrement du communisme, pillant l’économie comme la population slave.

 

 

 

Récidive 0%

 

       Les autorités iraniennes ont procédé à l’exécution par pendaison de quatre trafiquants de drogue. Les dealers ont été pendus à Ispahan, dans le centre du pays.

 

 

 

Le monde en guerre

 

       -Un attentat dans le sud-est de l’Afghanistan a fait quatre morts hier, deux soldats de l'OTAN et deux soldats afghans.

       -Un soldat des forces d’occupation de l'OTAN est mort lors d’une attaque des insurgés dans le sud de l’Afghanistan dimanche.

       -Deux soldats de l’OTAN sont mort mercredi et jeudi en Afghanistan dans des attentats.

       -Une opération policière contre des rebelles tchétchènes a fait plusieurs morts hier au Daguestan. Un policier et de trois à cinq rebelles ont perdu la vie.

       -Deux Palestiniens ont été abattus en Palestine occupé par des soldats juifs. Les Palestiniens tentaient de se rendre dans une localité israélienne ; les soldats israélites ont ouvert le feu alors qu’ils s’approchaient de la clôture de sécurité qui sépare l’entité sioniste de la bande de Gaza. Les services israéliens ont affirmé qu’il s’agissait de terroristes.

       -Une fusillade a fait trois morts et plusieurs blessés au Nigéria. L’affrontement a opposé des soldats à des membres présumés d'une secte. Toutes les victimes étaient étrangers à la fusillade.

       -Des combats enter rebelles et militaires ont fait 71 morts en Centrafrique en milieu de semaine dernière.

       -Un attentat attribué aux FARC a fait quatre morts (trois policiers et un civil) dans le sud de la Colombie mardi dernier.

       -Les violences se poursuivent en Haïti : au moins cinq personnes sont mortes dans un bidonville, le quartier de Grand-Ravine, à Port-au-Prince ces derniers jours., a indiqué dimanche à l'AFP un inspecteur de la police haïtienne. Dans le département de la Grand'Anse, un bilan faisait état il y a quelques jours du lynchage d’au moins 12 personnes. Elles étaient accusées d’avoir importé le choléra.

 

 

 

 

 

INFORMATIONS NATIONALISTES

 

16 décembre 2010, Lyon : Grande réunion publique de Bruno Gollnisch

 

       Jeudi 16 décembre à 20h00 (Salle Victor Hugo, 33 rue Bossuet, 69006 Lyon - Métro Foch ou Masséna), Bruno Gollnisch réunira les adhérents et militants du Front national. La participation aux frais est fixée à 5 €. Un vin chaud sera offerT.

 

Renseignements 04 72 77 5000 / 06 42 45 60 69 frontnational69@wanadoo.fr

Repost 0
Published by La rédaction - dans Infos du jour
commenter cet article
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 23:23

      Ce dimanche 5 décembre, cela fait 1200 jours que le révisionniste Gerd Honsik est emprisonné dans les géôles autrichiennes.

      N'hésitez pas à lui écrire un mot à l'approche de ces fêtes de Noël : les courriers que reçoivent nos prisonniers politiques leurs sont d'un grand réconfort.


     Ce poète apprécié avait été poursuivi en 1992, il ya bientôt 20 ans, pour un livre intitulé Freispruch für Hitler? (Acquittement pour Hitler ?). On lui reprochait des positions insuffisament insultantes contre le national-socialisme et contestant ce que les occupants appellent la "shoah". Condamné à 18 mois de prison, il s’était exilé en Espagne durant 15 ans avant d'être arrêté par les policiers espagnols, le 23 août 2007.

      C'est depuis cette date qu'il est incarcéré, condamné ensuite pour de nombreux autres délits d'opinion.

 

 

Gerd HONSIK

Justizanstalt Wien Simmering

Bruhlgasse 2

1110 WIEN

AUTRICHE

 

 

http://img142.imageshack.us/img142/2654/gerdhonsik2ev0.jpg

Repost 0
Published by Marie Mansard - dans Dissidence
commenter cet article
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 16:16

 

 



      « Comme dit Hérodote, ceux qui florissaient autrefois sont aujourd'hui réduits à rien, ceux qui se mettent à fleurir étaient autrefois peu de chose. S'il y a quelques exception, la règle demeure ; le carnage des uns fait la nourriture des autres dans ce mouvement d'anthropologie naturelle qui, de siècle en siècle, varie si peu ! »


 

Charles Maurras.



http://img294.imageshack.us/img294/5761/lucalbertmoreauverdun19tc2.jpg

 

Verdun - Luc-Albert Moreau (1925)

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Jérôme Deseille - dans Citation
commenter cet article
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 11:15
         Les princes de l’usure n’arrêtent jamais. Aujourd’hui c’est l’hétaïre du gnome qui déclare publiquement remercier le Pape pour son avancée sur le préservatif, alors qu’il n’y a d’avancée sur le préservatif que dans la tête de ceux qui la recherchent. Il dit blanc, et elle dit merci d’avoir dit noir. Ainsi avancent-ils, eux, dans la folie où ils veulent continuer d’entraîner le monde.

         Aujourd’hui encore c’est le drôle d’échassier que nous avons comme ministre de l’économie qui sans aucune honte avoue que si 20 millions de gens retiraient en même temps leur argent le système s’écroulerait. Sans honte, la vérité toute nue, l’usure sans habits, montrant ainsi comment tout un chacun est tenu.

         La tchatche, toujours la tchatche, et ça marche. On les retrouve partout où il y a de l’argent à faire, à inventer, à créer à partir de rien, du temps qui passe, car il faut qu’ils souillent tout, avec le vent de la tchatche qui sort de leur bouche : avocats, politiciens, journalistes, vedettes, médecins, etc., la tchatche qui étourdit, et qui ne s’arrête jamais pour maintenir l’illusion que vraiment du peuple goye on ne se fout pas.

Repost 0
Published by Philippe Régniez - dans Chroniques de Philippe Régniez
commenter cet article
4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 14:14

      Le point de vue que j'exprime est celui d'un théoricien à la fois libéral et socialiste. Les deux notions sont indissociables dans mon esprit, car leur opposition m'ap­paraît fausse, artificielle. L'idéal socialiste consiste à s'intéresser à l'équité de la redistribution des richesses, tandis que les libéraux véritables se préoccupent de l'efficacité de la production de cette même richesse. Ils constituent à mes yeux deux aspects complémentaires d'une même doctrine. Et c'est précisément à ce titre de libéral que je m'autorise à critiquer les positions répétées des grandes instances internationales en faveur d'un libre-échangisme appliqué aveuglément.

 

 

Le fondement de la crise : l’organisation du commerce mondial

 

      La récente réunion du G20 a de nouveau proclamé sa dénoncia­tion du « protectionnisme », dénonciation absurde à chaque fois qu'elle se voit exprimée sans nuance, comme cela vient d'être le cas. Nous sommes confrontés à ce que j'ai par le passé nommé « des tabous indiscutés dont les effets pervers se sont multipliés et renforcés au cours des années» (1). Car tout libéraliser, on vient de le vérifier, amène les pires désordres. Inversement, parmi les multiples vérités qui ne sont pas abordées se trouve le fondement réel de l'actuelle crise : l'organisation du commerce mondial, qu'il faut réformer profondément, et prioritairement à l'autre grande réforme également indispensable que sera celle du système bancaire.

      Les grands dirigeants de la planète montrent une nouvelle fois leur ignorance de l'économie qui les conduit à confondre deux sortes de protectionnisme : il en existe certains de néfastes, tandis que d'autres sont entièrement justifiés. Dans la première catégorie se trouve le protectionnisme entre pays à salaires comparables, qui n'est pas souhaitable en général, Par contre, le protectionnisme entre pays de niveaux de vie très différents est non seulement justi­fié, mais absolument nécessaire, C'est en particulier le cas à propos de la Chine, avec laquelle il est fou d'avoir supprimé les protections douanières aux frontières. Mais c est aussi vrai avec des pays plus proches, y compris au sein même de l'Europe. Il suffit au lecteur de s'interroger sur la manière éventuelle de lutter contre des coûts de fabrication huit ou dix fois moindres – si ce n'est des écarts plus importants encore – pour constater que la concurrence n'est pas viable dans la grande majorité des cas. Particulièrement face à des concurrents indiens ou surtout chinois qui, outre leur très faible prix de main-d'œuvre, sont extrêmement compétents et entreprenants.

 

 

Il faut délocaliser Pascal Lamy !

 

      Mon analyse étant que le chômage actuel est dû à une libéra­lisation totale du commerce, la voie prise par le G20 m'apparaît par conséquent nuisible. Elle va se révéler un facteur d'aggrava­tion de la situation sociale. A ce titre, elle constitue une sottise majeure, à partir d'un contresens incroyable. Tout comme le fait d'attribuer la crise de 1929 à des causes protectionnis­tes constitue un contresens historique. Sa véritable origine se trouvait déjà dans le développement inconsidéré du crédit durant les années qui l'ont précédée. Au contraire, les mesures protectionnistes qui ont été prises, mais après l'arrivée de la crise, ont certainement pu contribuer à mieux la contrôler. Comme je l'ai précédemment indiqué, nous faisons face à une ignorance criminelle. Que le directeur général de l'Or­ganisation mondiale du commerce, Pascal Lamy, ait déclaré : « Aujourd'hui, les leaders du G20 ont clairement indiqué ce qu'ils attendent du cycle de Doha : une conclusion en 2010 », et qu'il ait demandé une accélération de ce processus de libéralisation m'apparaît une méprise monumentale. Je la qualifierais même de monstrueuse. Les échanges, contrairement à ce que pense Pascal Lamy, ne doivent pas être considérés comme un objectif en soi, ils ne sont qu'un moyen. Cet homme, qui était en poste à Bruxelles auparavant, commissaire européen au Commerce, ne comprend rien, rien, hélas ! Face à de tels entêtements suicidaires, ma pro­position est la suivante : il faut de toute urgence délocaliser Pascal Lamy, un des facteurs majeurs de chômage !

 

      Plus concrètement, les règles à dégager sont d'une simplicité folle : du chômage résultent des délocalisations elles- mêmes dues aux trop grandes différences de salaires... A partir de ce constat, ce qu'il faut entreprendre en devient tellement évi­dent ! Il est indispensable de rétablir une légitime protection, Depuis plus de dix ans, j'ai proposé de recréer des ensembles régionaux plus homogènes, unissant plusieurs pays lorsque ceux-ci présen­tent de mêmes conditions de revenus, et de mêmes conditions sociales. Chacune de ces « organisations régionales » serait autorisée à se protéger de manière raisonnable contre les écarts de coûts de production assurant des avantages indus à certains pays concurrents, tout en maintenant simultanément en interne, au sein de sa zone, les conditions d'une saine et réelle concurrence entre ses membres associés.

 

 

Un protectionnisme raisonné et raisonnable

 

      Ma position et le système que je préconise ne constitueraient pas une atteinte aux pays en développement. Actuellement, les grandes entreprises les utilisent pour leurs bas coûts, mais elles partiraient si les salaires y augmentaient trop. Ces pays ont intérêt à adopter mon principe et à s'unir à leurs voisins dotés de niveaux de vie semblables, pour développer à leur tour ensemble un marché interne suffisamment vaste pour soutenir leur production, mais suffisamment équilibré aussi pour que la concurrence interne ne repose pas uniquement sur le maintien de salaires bas. Cela pourrait concerner par exem­ple plusieurs pays de l'est de l'Union européenne, qui ont été intégrés sans réflexion ni délais préalables suffisants, mais aussi ceux d'Afrique ou d'Amérique latine. L'absence d'une telle pro­tection apportera la destruction de toute l'activité de chaque pays ayant des revenus plus élevés, c'est-à-dire de toutes les industries de l'Europe de l'Ouest et celles des pays développés. Car il est évident qu'avec le point de vue doctrinaire du G20, toute l'industrie française finira par partir à l'extérieur. Il m'apparaît scandaleux que des entreprises ferment des sites rentables en France ou licencient, tandis qu'elles en ouvrent dans les zones à moindres coûts, comme cela a été le cas dans le secteur des pneumatiques pour automobiles, avec les annonces faites depuis le printemps par Continental et par Michelin. Si aucune limite n'est posée, ce qui va arriver peut d'ores et déjà être annoncé aux Français: une augmentation de la destruction d'emplois, une croissance dramatique du chômage non seulement dans l'industrie, mais tout autant dans l'agriculture et les services.

 

      De ce point de vue, il est vrai que je ne fais pas partie des économistes qui emploient le mot « bulle ». Qu'il y ait des mouvements qui se généralisent, j'en suis d'accord, mais ce terme de « bulle» me semble inapproprié pour décrire le chômage qui résulte des délocalisations. En effet, sa progression revêt un caractère permanent et régulier, depuis maintenant plus de trente ans. L'essentiel du chômage que nous subissons ­tout au moins du chômage tel qu'il s'est présenté jusqu'en 2008 – résulte précisément de cette libération inconsidérée du commerce à l'échelle mondiale sans se préoccuper des niveaux de vie. Ce qui se produit est donc autre chose qu'une bulle, mais un phénomène de fond, tout comme l'est la libéralisation des échanges, et la position de Pascal Lamy constitue bien une position sur le fond.

 

 

Crise et mondialisation sont liées

 

      Les grands dirigeants mondiaux préfèrent, quant à eux, tout ramener à la monnaie, or elle ne représente qu'une partie des causes du problème. Crise et mondialisation : les deux sont liées. Régler seulement le problème monétaire ne suffirait pas, ne réglerait pas le point essentiel qu'est la libéralisation nocive des échanges internationaux. Le gouvernement attribue les conséquences sociales des délocalisations à des causes moné­taires, c'est une erreur folle.

      Pour ma part, j'ai combattu les délocalisa­tions dans mes dernières publications (2). On connaît donc un peu mon message. Alors que les fondateurs du marché commun européen à six avaient prévu des délais de plusieurs années avant de libéraliser les échanges avec les nou­veaux membres accueillis en 1986, nous avons, ensuite, ouvert l'Europe sans aucune précaution et sans laisser de protection extérieure face à la concurrence de pays dotés de coûts salariaux si faibles que s'en défendre devenait illusoire. Certains de nos dirigeants, après cela, viennent s'étonner des conséquences !

      Si le lecteur voulait bien reprendre mes ana­lyses du chômage, telles que je les ai publiées dans les deux dernières décennies, il constaterait que les évé­nements que nous vivons y ont été non seulement annoncés mais décrits en détail. Pourtant, ils n'ont bénéficié que d'un écho de plus en plus limité dans la grande presse. Ce silence conduit à s'interroger.

 

 

Un prix Nobel ... téléspectateur

 

      Les commentateurs économiques que je vois s'exprimer régu­lièrement à la télévision pour analyser les causes de l'actuelle crise sont fréquemment les mêmes qui y venaient auparavant pour analyser la bonne conjoncture avec une parfaite sérénité. Ils n'avaient pas annoncé l'arrivée de la crise, et ils ne proposent pour la plupart d'entre eux rien de sérieux pour en sortir. Mais on les invite encore. Pour ma part, je n'étais pas convié sur les plateaux de télévision quand j'annonçais, et j'écrivais, il y a plus de dix ans, qu'une crise majeure accompagnée d'un chômage incontrôlé allait bientôt se produire. Je fais partie de ceux qui n'ont pas été admis à expliquer aux Français ce que sont les origines réelles de la crise alors qu'ils ont été dépossédés de tout pouvoir réel sur leur propre monnaie, au profit des banquiers. Par le passé, j'ai fait transmet­tre à certaines émissions économiques auxquelles j'assistais en téléspectateur le message que j'étais disposé à venir parler de ce que sont progressivement devenues les banques actuelles, le rôle véritablement dangereux des traders, et pourquoi certaines vérités ne sont pas dites à leur sujet. Aucune réponse, même négative, n'est venue d'aucune chaîne de télévision et ce durant des années.

 

      Cette attitude répétée soulève un problème concernant les grands médias en France : certains experts y sont autorisés et d'autres, interdits. Bien que je sois un expert internatio­nalement reconnu sur les crises économiques, notamment celles de 1929 ou de 1987, ma situation présente peut donc se résumer de la manière suivante : je suis un téléspectateur. Un prix Nobel... téléspectateur. Je me retrouve face à ce qu'affir­ment les spécialistes régulièrement invités, quant à eux, sur les plateaux de télévision, tels que certains universitaires ou des analystes financiers qui garantissent bien comprendre ce qui se passe et savoir ce qu'il faut faire. Alors qu'en réalité ils ne comprennent rien. Leur situation rejoint celle que j'avais consta­tée lorsque je m'étais rendu en 1933 aux États-Unis, avec l'objectif d'étudier la crise qui y sévis­sait, son chômage et ses sans-abri : il y régnait une incompréhension intellectuelle totale. Aujourd'hui également, ces experts se trompent dans leurs explications. Certains se trompent doublement en ignorant leur ignorance, mais d'autres, qui la connaissent et pourtant la dissi­mulent, trompent ainsi les Français.

 

      Cette ignorance et surtout la volonté de la cacher grâce à certains médias dénotent un pour­rissement du débat et de l'intelligence, par le fait d'intérêts particuliers souvent liés à l'argent. Des intérêts qui souhaitent que l'ordre économique actuel, qui fonctionne à leur avantage, perdure tel qu'il est. Parmi eux se trouvent en particulier les multinationales qui sont les principales béné­ficiaires, avec les milieux boursiers et bancaires, d'un méca­nisme économique qui les enrichit, tandis qu'il appauvrit ]a majorité de la population française mais aussi mondiale.

 

 

      Question clé : quelle est la liberté véritable des grands médias ? Je parle de leur liberté par rapport au monde de la finance tout autant qu'aux sphères de la politique.

 

      Deuxième question: qui détient de la sorte le pouvoir de décider qu'un expert est ou non autorisé à exprimer un libre commentaire dans la presse ?

 

      Dernière question : pourquoi les causes de la crise telles qu'elles sont présentées aux Français par ces per­sonnalités invitées sont-elles souvent le signe d'une profonde incompréhension de la réalité éco­nomique ? S'agit-il seulement de leur part d'ignorance ? C'est possible pour un certain nombre d'entre eux, mais pas pour tous. Ceux qui détiennent ce pouvoir de décision nous laissent le choix entre écouter des ignorants ou des trompeurs.

 

Maurice Allais




[Vous trouverez ici [pdf|143 Ko] un autre texte, un peu plus long, de Maurice Allais, présentant son livre La crise mondiale aujourd'hui, "c’est de l’économie politique, à usage citoyen"...]



(1) L'Europe en crise. Que faire ?, éditions Clément Juglar, Paris, 2005.

(2) Notamment : La Crise mondiale aujourd'hui, éditions Clément Juglar, 1999, et La Mondialisation, la destruction des emplois et de la croissance : l'évidence empirique, Ed. Clément Juglar, 1999.

Repost 0
Published by La rédaction - dans Economie
commenter cet article
3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 14:14

Voici un dessin de Korbo, caricaturiste et dessinateur flamand, communiqué par Pieter Kerstens que nous remercions ainsi que l'auteur.


http://img14.imageshack.us/img14/1584/korbook.jpg

Repost 0
3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 11:11

      Grand meeting de Bruno Gollnisch le mardi 7 décembre 2010 à 19h30 à la discothèque Le Back Up, (18 rue de la Croix-Nivert, Paris XVe - Métro Cambronne).

      Le vice-président du Front national évoquera l'Avenir de la droite nationale en France et en Europe dans le cadre de l'organisation du XIVe congrès du Front national.

      Renseignements et inscriptions : 01 45 22 25 91.


http://img829.imageshack.us/img829/7172/brunogollnischmeetingpa.jpg

Repost 0

Club Acacia

Rédacteur en chef :
  -Eric Adelofz

Secrétaire de la rédaction :
  -Marie Mansard

Rédaction :
  -Brice Duqueyroux
  -Jérôme Deseille
  -Alexandre Janois

Chroniqueurs :
  -Philippe Régniez
  -Pieter Kierstens


Nous contacter, rejoindre la rédaction, proposer un article, participer aux relectures, faire part de vos idées, de vos suggestions :
  -clubacacia[at]gmail.com.

 

Nos articles sont librement reproductibles, sans possibilité de modification, avec mention de la source (voir la licence complète).

 

Syndication :

  -Flux RSS

  Free counter and web stats

(Droits : Club Acacia 2006-2010)