Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2011 2 22 /02 /février /2011 16:04

http://img225.imageshack.us/img225/7799/images7484427.jpg      Voici une lettre du révisionniste Germar Rudolf, diffusé par l'agence de presse Bocage.
      L'Allemand Germar Rudolf, ingénieur chimiste de 46 ans, est l'auteur du célèbre Rapport Rudolf,  Rapport d'expertise sur la formation et le contrôle de la présence de composés cyanurés dans les 'chambres à gaz' d'Auschwitz" dont la diffusion à partir de 1992 a entraîné pour lui de nombreuses persécutions, condamnations et trois ans et huit mois d'incarcération en Allemagne.

 

 

      Quelque part au Mexique, le 21 février 2011

 

      Chers amis, chers supporters,

 

      Depuis que j'ai quitté l'Angleterre à la fin d'août de l'année dernière, j'ai pratiquement gardé un silence radio que vous voudrez bien comprendre et pardonner. Je vous dois ma reconnaissance pour le soutien moral permanent que vous m'avez apporté et dans certains cas aussi pour votre soutien financier généreux; ils sont très importants pour moi.

      Laissez-moi vous raconter ma dernière odyssée, qui vous permettra peut-être de comprendre pourquoi j'ai dû rompre tout contact pendant ces six derniers mois.

      Le 31 août, je me suis rendu en Amérique latine dans l'espoir que ma demande de résidence permanente légale aux Etats-Unis (ce qu'on appelle la "Green Card" = Carte verte), que j'avais déposée fin 2009, serait bientôt examinée de manière positive, afin que je puisse rejoindre ma femme et ma fille aux Etats-Unis.

      Pour rappel: quand j'ai été arrêté et expulsé des Etats-Unis en novembre 2005, j'ai fait l'objet d'une interdiction de séjour aux Etats-Unis pour une durée de cinq ans. La motion réclamant la levée rapide de cette interdiction, que j'avais déposée à l'été 2009 [rappelons que GR a été libéré le 5 juillet 2009], n'a toujours pas reçu de réponse à l'heure qu'il est. Bien que ma demande de "carte verte" ait été traitée par le consulat américain de Francfort, en Allemagne, en avril 2010, elle n'a toujours pas été examinée en raison de cette interdiction toujours en suspens. On m'a dit de prendre contact avec le consulat quand l'interdiction serait soit levée soit expirée. Etant donné que l'interdiction expirait à la mi-novembre 2010, je me suis rendu au nord-ouest du Mexique pour attendre la décision.

      Lorsque j'ai pris contact avec le consulat, ce dernier nous a informés, le 15 novembre 2010, qu'il leur faudrait cinq jours ouvrables pour examiner enfin ma demande, et qu'ils prendraient ensuite contact avec moi.

      N'ayant aucune nouvelle après huit jours ouvrables nous avons à nouveau posé la question. Début décembre 2010 on nous a dit qu'il y avait un retard imputable à un changement de personnel. Ils se sont excusés et ont promis de conclure l'affaire dans les 14 jours au plus tard.

      Deux semaines plus tard, nous n'avions toujours pas de nouvelles du consulat. Les demandes que nous faisions restaient sans réponse. En conséquence, Noël, pour la famille Rudolf, c'était raté. Je l'ai passé au Mexique, séparé de ma famille...


      Fin décembre 2010, le consulat a finalement repris contact avec nous et s'est excusé une fois encore pour le long retard, mais nous a expliqué cette fois que l'affaire était si compliquée qu'ils étaient dans l'impossibilité d'estimer le temps qu'elle prendrait pour être examinée. Une enquête formelle sur la situation, engagée peu après, a révélé au début de février que ma demande n'était plus traitée par le consulat de Francfort mais désormais par Washington où elle était l'objet de longs contrôles de sécurité.

      Considérant que j'ai été un livre ouvert pour les autorités américaines dès l'année 2000 où j'avais déposé ma demande d'asile, rien ne justifie ces longs "contrôles de sécurité". Après mûre réflexion et des consultations intensives, nous avons donc décidé de retourner devant les tribunaux. Le 31 janvier 2011, nous avons déposé un "writ of mandamus" [plus ou moins: une plainte pour inaction] contre le gouvernement américain, dans lequel nous demandions à la Cour fédérale d'obliger le gouvernement à prendre une décision. Le gouvernement a 60 jours pour répondre à cette requête, après quoi la cour pourra soit rejeter le cas en se déclarant incompétente soit statuer assez rapidement (en supposant que l'eau ne coule pas vers l'amont...). Fin avril/début mai nous espérons en savoir plus sur notre avenir. Mais tout ce que peut faire la cour, c'est obliger le gouvernement américain à prendre une décision d'une manière ou d'une autre. Si c'est le cas, nous nous attendons maintenant à ce qu'ils déboutent ma demande pour une raison bidon.


      Comme mon visa de touriste pour le Mexique expire à fin février, il faut que je quitte ce pays. Je vais aller vivre provisoirement chez des amis en Amérique centrale. S'il n'y a pas de lueur d'espoir à l'horizon d'ici la fin avril/début mai, je retournerai en Europe. Puisqu'on m'interdit d'être un époux pour ma femme et un père pour ma fille, en retournant en Allemagne je serai au moins un père pour les enfants que j'ai eus de mon premier mariage.

      En attendant, ma femme se prépare moralement à quitter les États-Unis définitivement l'été prochain. Elle ne supporte plus le stress d'une carrière, la difficulté d'élever notre fille en tant que mère célibataire et de tenir une maison sans le moindre soutien. Nous nous installerons probablement en Angleterre de manière permanente, à condition que ma femme obtienne la permission d'immigrer. Pour cela, le droit britannique m'oblige à apporter la preuve que je suis capable de nourrir ma famille - ce que je ne peux pas faire actuellement puisque je suis officiellement sans abri et sans travail.


      Le bonheur matrimonial et familial sont apparemment réservés aux gens riches en Angleterre... Voilà maintenant plus d'un an et demi que je suis sorti de prison, mais je suis toujours séparé de ma femme et de mon enfant, et je n'en vois pas la fin. C'est comme si j'étais encore un prisonnier. (Sans parler que la facture de mon avocat pour janvier seul s'élève à 7.701 dollars tout nets.)

      Vous imaginez dans quel état je suis.

      Comme je vais probablement voyager pendant les trois mois à venir, le courrier électronique est le seul moyen réaliste de me contacter.

      Si vous voulez apporter un soutien financier à ma famille et à moi-même, vous trouverez les détails ci-dessous qui vous expliqueront comment procéder.

      Avec mes meilleures salutations.

 

      Germar Rudolf

 

 

http://img121.imageshack.us/img121/8617/012raedkhalilsyriaz4775.jpg
Visuel réalisé par Raed Khalil

 

 

      Le paiement par carte de crédit est actuellement impossible. Pour les transferts bancaires :

 

Titulaire du compte: Germar Rudolf

Nom de la banque: HSBC Bank

IBAN*: GB57MIDL40200571299948

BIC°: MIDLGB2129U

Adresse de la banque: 94 Terminus Road, Eastbourne, BN21 3ND, Grande-Bretagne.

 


* IBAN = International Bank Account Number (Numéro de compte bancaire

international)

° BIC = Branch Identification Code (Code d'identification de la banque)

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie Mansard - dans Dissidence
commenter cet article

commentaires

EisenKreuz 22/02/2011 18:51



La guerre perpétuelle contre le national-socialisme:


http://www.youtube.com/watch?v=8altlDoAR0E



Club Acacia

Rédacteur en chef :
  -Eric Adelofz

Secrétaire de la rédaction :
  -Marie Mansard

Rédaction :
  -Brice Duqueyroux
  -Jérôme Deseille
  -Alexandre Janois

Chroniqueurs :
  -Philippe Régniez
  -Pieter Kierstens


Nous contacter, rejoindre la rédaction, proposer un article, participer aux relectures, faire part de vos idées, de vos suggestions :
  -clubacacia[at]gmail.com.

 

Nos articles sont librement reproductibles, sans possibilité de modification, avec mention de la source (voir la licence complète).

 

Syndication :

  -Flux RSS

  Free counter and web stats

(Droits : Club Acacia 2006-2010)