Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 octobre 2010 1 18 /10 /octobre /2010 16:16

      Seul Français à avoir reçu le prix Nobel d’économie (en 1988), Maurice Allais a été non seulement un grand économiste (proche de l’école néoclassique, il a été distingué pour ses contributions de pionnier à la théorie des marchés efficients dans l’utilisation des ressources) mais également un intellectuel courageux et lucide, luttant jusqu’à ses derniers jours pour les idées politiques et économiques qui lui tenaient à cœur. Comme le note Wikipédia, il est l’un des premiers grands intellectuels français à avoir dénoncé dès mai 1962 dans le journal Combat, puis dans son ouvrage L’Algérie d’Evian, les accords d’Évian de mars 1962, qu’il considérait comme un « crime d’État » commis par le général De Gaulle envers les Français et les musulmans pro-français d’ Algérie. En 1999, dans la 2e édition de son livre, il présente celui-ci comme « l’histoire d’un crime, d’un véritable génocide commis au nom de la France à l’égard de la minorité française et musulmane pro-française d’Algérie » et décrit l’abandon des harkis comme l’« une des plus grandes ignominies, l’une des plus grandes hontes de toute l’Histoire de France ». De Gaulle avait été furieux de ce réquisitoire contre sa politique en 1962 et, tout à sa folie épuratrice, avait même songé à le faire embastiller.

 

      Libéral de formation et européen de cœur, ce penseur anticonformiste a très vite compris et dénoncé les ravages du libre-échangisme et de la mondialisation. Ayant consacré plusieurs ouvrages à la question européenne qui le passionnait, il a ainsi pris position publiquement contre le traité de Maastricht en 1992 puis contre le traité constitutionnel européen en 2005. A partir du début des années 1990, il a publié dans Le Figaro de longs articles (qui ont fait l’objet d’un livre, Combats pour l’Europe 1992-1994) où il dénonçait avec force arguments la politique de libre-échange, une politique "mondialiste" approuvée par l’« Organisation de Bruxelles », en faisant apparaitre sur les statistiques du chômage, du taux de croissance et du PIE par habitant, une nette cassure à partir de l’année 1974 au regard de l’évolution observée de 1950 à 1974. Cette politique en faveur du libre-échange était pour lui la cause de l’accroissement du chômage en France et plus généralement en Europe. Cette thèse est développée dans son dernier ouvrage publié en juin 2007 : La Mondialisation, la destruction des emplois et de la croissance. Pour Allais, il fallait mettre en place une politique de « préférence communautaire ». Ce libéral non-dogmatique s’était en effet converti aux vertus du protectionnisme et avait prédit la crise financière de 2008. En 2009, il soutint des propositions de réforme du système financier proches de celles mise en avant par Lyndon Larouche et dénonça une nouvelle fois ce qu’il appelait « l’aveuglement de la logique néolibérale et de la libéralisation totale du commerce international » en plaidant pour un « protectionnisme éclairé ». Il était également opposé à la politique d’immigration massive qu’il qualifiait régulièrement de « folle et criminelle ».

 

      C’est dire qu’il était proche des positions politiques de la droite nationale. Dans un communiqué rédigé le 9 octobre à l’annonce de sa disparition – que les [médiats] ont annoncée avec beaucoup de discrétion, contrairement à la mort survenue dix jours plus tôt de Georges Charpak qui n’était pourtant pas le seul Français à avoir reçu dans sa vie un Prix Nobel de physique – Bruno Gollnisch qualifie Maurice Allais d’ « homme de bien, toujours préoccupé par le service de la nation, et par la volonté d’améliorer le sort des hommes ». « Le Front national s’honore d’être le seul mouvement politique qui a combattu pour l’application des théories économiques de Maurice Allais. Nous saluons la mémoire du seul prix Nobel d’économie français, le cou- rage de l’homme qui a dénoncé le mondialisme et l’ultra-libéralisme, qui a milité pour la réforme d’un système financier mondial irresponsable et qui rappelait la nécessité d’un protectionnisme moderne pour sauve- garder notre agriculture et notre industrie. Il avait pour l’Europe de Bruxelles la même aversion que nous, notamment contre le traité constitutionnel européen. Je n’oublie pas non plus que Maurice Allais s’était à l’époque opposé à ce "crime d’État" qu’avaient été les accords d’Évian, l’abandon de nos compatriotes d’Algérie de toutes confessions » conclut Bruno Gollnisch.

 

      Fabienne Ballarin.

 

 

      Les obsèques de Maurice Allais ont été célébrées samedi aux Invalides, décédé le 9 octobre à 99 ans.

 



      En première page de son ouvrage, La Mondialisation, la destruction des emplois et de la croissance. L'évidence empirique, le lecteur peut trouver cette dédicace :

 

 

CE LIVRE EST DÉDIÉ

AUX INNOMBRABLES VICTIMES

DANS LE MONDE ENTIER

DE L'IDÉOLOGIE LIBRE-ÉCHANGISTE MONDIALISTE,

IDÉOLOGIE AUSSI FUNESTE QU'ERRONÉE,

ET A TOUS CEUX QUE N'AVEUGLE PAS

QUELQUE PASSION PARTISANE

Partager cet article

Repost 0
Published by La rédaction - dans Camarades européens
commenter cet article

commentaires

Sonja Poissonnier 20/10/2010 19:22



Maurice ALLAIS était le parrain de l'Association PRO EUROPAE UNITATE dont vous pouvez lire le contenu du blog sur 20minutes.fr.


Il en appréciait la démarche faite pour éclairer les futurs européens car à ce jour il n'y a pas de CITOYENS EUROPEENS seulement des gens promis, quoi qu'ils fassent à devenir les rouages
économiques d'un mondialisme inhumain au service des banquiers et des technocrates.


Merci de bien vouloir prendre connaissance du blog de PRO EUROPAE UNITATE, en tant que présidente de cette Association je ne peux que mesurer la lourde perte que nous subissons avec le décès de
Maurice ALLAIS, il aurait dû être conseiller de la Présidence de la République... il est vrai que les réelles valeurs sont aujourd'hui mises de coté au bénéfice de la populace (je ne dis pas du
Peuple, hélas !)


Cordialement.



Club Acacia

Rédacteur en chef :
  -Eric Adelofz

Secrétaire de la rédaction :
  -Marie Mansard

Rédaction :
  -Brice Duqueyroux
  -Jérôme Deseille
  -Alexandre Janois

Chroniqueurs :
  -Philippe Régniez
  -Pieter Kierstens


Nous contacter, rejoindre la rédaction, proposer un article, participer aux relectures, faire part de vos idées, de vos suggestions :
  -clubacacia[at]gmail.com.

 

Nos articles sont librement reproductibles, sans possibilité de modification, avec mention de la source (voir la licence complète).

 

Syndication :

  -Flux RSS

  Free counter and web stats

(Droits : Club Acacia 2006-2010)