Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 11:11

        On connaissait déjà la sympathie que le franc-maçon étranger Jean-Luc Mélenchon semblait éprouver pour la dictature cubaine. Il affirmait en effet, le 5 Janvier 2011, sur les ondes de France Inter que Cuba n’était pas une dictature, et quittait l’assemblée européenne quand le prix Sakharov y était attribué à un dissident cubain (Guilhermo Farinas, qui apparait par ailleurs comme un agent de l’impérialisme américain).

 

        En creusant un peu, nous nous sommes pourtant aperçu que le parti communiste des ouvriers de France (qui ne présente pas lui-même de candidats) avait soutenu le Front de Gauche, tant aux élections régionales de 2010  (1) qu’aux élections cantonales qui se déroulent actuellement (2)... Un soutien accepté par ces derniers, comme l’atteste l’image ci-dessous.

 

http://img232.imageshack.us/img232/4596/pcof.jpg

 

 

        Le PCOF, qui a maintenant plus de 31 ans d’existence, est l’héritier du Parti communiste marxiste-léniniste de France, qui se crée à la suite du XX ème congrès du Parti communiste de l’Union Soviétique qui entérine la déstalinisation, c’est à dire :

 

« Cette première trahison de fond, inscrite dans le programme du PCF à son congrès de 1956, [qui] fut, on le sait, sui- vie par beaucoup d'autres : abandon de la dictature du prolétariat, du rôle dirigeant de la classe ouvrière, du centralisme démocratique… » (3)



        Les fondateurs du PCMLF rompent alors les « révisionnistes » du Parti communiste français :

 

« Nous ne pouvons que saluer la clairvoyance et le courage de ceux qui, dès 1956, ont mené la lutte en son sein et qui, en 1964, ont pris la décision difficile de rompre avec un parti qui avait définitivement trahi son engagement révolutionnaire. Ce sont ces communistes qui fondèrent, en décembre 1967, le PCMLF (Parti communiste marxiste- léniniste de France). Les militants qui sont à l'origine du PCOF sont leurs enfants, comme ils sont aussi ceux de mai 68. C'est à l'occasion de ce grand mouvement qu'ils se sont liés au mouvement communiste et ouvrier international alors que celui-ci venait d'opérer une rupture capitale et salutaire d'avec le révisionnisme khrouchtchévien. » (3)




        Le PCMLF suit alors le mouvement similaire qu’adoptent les communistes chinois, et leurs alliés (en Albanie, et en Asie). Il fera partie de la branche « hoxhaiste » (4)  pro-albanaise du courant marxiste-léniniste (par opposition à sa branche « pro-chinoise »). Les Albanais, qui saluaient autrefois en Mao un « grand communiste », en font un « révisionniste » en 1979, profitant de la démaoïsation de la Chine pour assimiler Mao Zedong à Deng Xiaoping et Hua Gofeng, qui triomphent de la « bande des quatre » dont fait partie la veuve de Mao, et se rapprochent de l’Occident. Ils dénoncent alors la « théorie des trois mondes » :

« Cette manoeuvre allait bientôt être démasquée quand les dirigeants chinois accouchèrent de la "théorie des trois mondes" qu'ils tentèrent d'imposer aux partis marxistes-léninistes. Cette théorie, qui prônait l'alliance du tiers monde avec le second monde (les pays impérialistes d'Europe) contre les deux super-puissances, mais surtout contre le social-impérialisme (5) jugé par eux plus dangereux, fut combattue et rejetée pour ce qu'elle était, une théorie contre-révolutionnaire. En fait, cette trahison éhontée des intérêts de la classe ouvrière au profit de la grande puissance chinoise a permis de révéler des entorses plus anciennes à la théorie marxiste léniniste et sa déformation sur plusieurs questions fondamentales. » (6)


 

        Une lutte interne s’engage alors au sein du PCMLF contre son chef, Jacques Jurquet, accusé d’être un partisan de la théorie des trois mondes. Les camarades « menèrent la lutte dans ses rangs jusqu'à la rupture inévitable de 1976, création de l'ORPCF (Organisation pour la reconstruction du Parti communiste de France), puis le 18 mars 1979, du PCOF (Parti Communiste des Ouvriers de France). » (6)

 

http://img340.imageshack.us/img340/1356/pcofjpg2850138.jpg

 

        Le PCOF entend :

 

« [lutter] pour la destruction complète du système d'exploitation de l'homme par l'homme et l'instauration du communisme à l'échelle mondiale. Le système socialiste qui résoudra la contradiction entre les forces productives et les rapports de production créera les conditions pour parvenir à la société communiste, société sans classe où sera appliqué le principe de chacun selon ses besoins... » et être un « instrument aux mains du prolétariat pour se libérer de l'exploitation capitaliste, briser la machine d'Etat bourgeoise, établir sa dictature et édifier le socialisme ».




        Le plus surprenant, ce n’est pas qu’un parti marxiste-léniniste intransigeant, né de réactions successives contre le « révisionnisme » de l’URSS et du PCF, puis de la Chine Populaire, soutienne aujourd’hui le Front de Gauche (né principalement de l’alliance du Parti de Gauche et du... PCF !). Quiconque s’est un jour plongé dans l’étude des tribulations grotesques des groupuscules marxistes sait qu’elles relèvent davantage de la psychiatrie que d’une quelconque ligne politique cohérente. Ce qui est étrange, c’est que Jean Luc Mélenchon, Pierre Laurent et les leurs aient accepté le soutien de ces huluberlus, alors qu’eux même ne cessent de pratiquer la reductio ad hitlerum contre les membres de la droite nationale et nationaliste. Ce qui est encore plus étrange, c’est que pas un journaliste n’ait cru bon de faire un article là-dessus, alors qu’en ce moment même, ils sont tous occupés à s’acharner sur Alexandre Gabriac, conseiller régional Rhône Alpes et plus jeune élu de France, victime d’un montage du ministère de l’Intérieur qu’il avait dénoncé dans un main courante dès avril 2010 (8). On appréciera, du reste, la réaction empreinte de lâcheté du Front national, qui se coucha devant le politiquement correct et suspendit immédiatement Gabriac, vociférant : « Il faut que chacun sache que le Front National n’admettra en son sein ce type de comportement inadmissible porteur d’une idéologie répugnante » (9)... Espérons que les électeurs isérois feront un pied-de-nez au nouveau Front national antiraciste, antifasciste et républicain en portant massivement leurs suffrages sur l’ancien frontiste...

 

 

 


 

 

1. Communiqué du PCOF : <http://www.pcof.net/fr/communiques/regionales_2010.htm>.
2. Communiqué du PCOF <http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/1/00/13/81/PCF/Cantonales/Position-PCOF-Cantonales-2011.pdf>.
3. Communiqué du PCPO : <http://www.pcof.net/fr/communiques/pcof_2008.htm>.
4. Nom dérivé d'Enver Hoxha, dictateur marxiste albnais (voir sa fiche wikipedia).
5. Définition du social-impérialisme sur wikipedia.
6. Communiqué du PCOf <http://www.pcof.net/fr/communiques/pcof_2008.htm>.
7. Status du PCOF : <http://www.pcof.net/fr/statuts.php>.
8. La photo de la plainte est disponible ici.
9. Communiqué du Front national : <http://www.frontnational.com/?p=6703>.

Partager cet article

Repost 0
Published by Lucien Relith - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Tietie007 14/12/2011 11:15


Bon, en même temps, le soutien d'un groupuscule qui fait des congrès dans une cabine téléphonique, ça n'a pas trop d'importance !


 


 

Lucien Relith 28/03/2011 14:19



Je me rend compte que j'ai fait une erreur : la rupture entre albanais et chinois est consommée en 1978 et non en 1979.

Mais elle commence dès le début des années 70. Selon les Hoxhaistes, c'est la visite de Nixon à Pékin (sa rencontre avec Mao lui même) en 1972 qui inaugure le rapprochement sino-américain.
Toujours selon les hoxhaistes, tant Xiaoping et Gofeng que la bande des quatres acceptèrent la théorie des trois mondes, initiée (selon eux) par Mao lui même. Par contre, selon les maoïstes,
c'est bien Hua Gofeng et Deng Xiaoping qui ont trahi les idéaux du Parti communiste chinois.

Je me permet de le préciser puisqu'en me relisant, je me rends compte que je n'ai pas été assez précis.



Flamurtari 28/07/2015 08:20

Oui, oui, je confirme bien: juillet 1978 très exactement, suite à la lettre fleuve du Parti du Travail d'Albanie au PC chinois. Il faudrait chercher le texte, traduit en français, de cette indigeste lettre auprès de la BNF, ou bien à la BDIC, Nanterre.

Club Acacia

Rédacteur en chef :
  -Eric Adelofz

Secrétaire de la rédaction :
  -Marie Mansard

Rédaction :
  -Brice Duqueyroux
  -Jérôme Deseille
  -Alexandre Janois

Chroniqueurs :
  -Philippe Régniez
  -Pieter Kierstens


Nous contacter, rejoindre la rédaction, proposer un article, participer aux relectures, faire part de vos idées, de vos suggestions :
  -clubacacia[at]gmail.com.

 

Nos articles sont librement reproductibles, sans possibilité de modification, avec mention de la source (voir la licence complète).

 

Syndication :

  -Flux RSS

  Free counter and web stats

(Droits : Club Acacia 2006-2010)