Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 01:01

      Depuis plusieurs années, des membres de la communauté juive s’agitent dans l’entourage de l’Elysée et dans les ministères pour imposer à ceux qui dirigent la France de ne pas être soumis à la loi commune. Les causes européennes et animales étaient pourtant bien parties : celui qui préside aux destinées du régime corrompu, Sarközy, écrivait à Brigitte Bardot (1) en 2006 :

 

« Je veux, maintenant, que les abattoirs halal s’engagent, concrètement et rapidement, dans la voie d’une généralisation de l’étourdissement préalable »

 

      Sans surprise, il "oubliait" de nommer l’abattage casher et la communauté juive dans sa lettre, tout aussi coupable pourtant de crime contre l’animalité. De nombreuses personnes n’avaient pas encore compris que le règne de Sarközy était et serait particulièrement celui du mensonge (les retraites, les SDF, la colonisation, la repentance, l’Europe, le respect du vote populaire, etc.).



http://img213.imageshack.us/img213/1721/sarkozyisraletlesjuifs.jpg
Sarközy et un rabbin (tous droits réservés).



      Totalement inféodés au lobby juif, ses successeurs se sont montrés bien moins sinueux. Aucun n’a fait de promesse aux défenseurs des droits des animaux mais, bien au contraire, tous se sont faits les porte-parole des plus extrémistes agitateurs de la la communauté juive.

      C’est Michèle Alliot-Marie la première qui montrait, en 2008 (2), toute sa soumission au Lobby :

 

« Je suis convaincue qu’une simple posture de neutralité passive ne peut suffire, ma conviction en matière de liberté religieuse c’est qu’il faut un engagement positif de l’État et de ses institutions pour garantir concrètement cet exercice. [...] l’État doit protéger les traditions cultuelles [sic] : je pense à l’abattage rituel que rien ne doit pouvoir remettre en question, même au nom de droits reconnus à la protection animale ».

 

      Elle prenait alors la parole devant ses maîtres, lors de la Conférence des rabbins européens [rigoureusement sic]. Il y a quelques jours seulement, durant une réunion de la branche "européenne" du plus puissant lobby juif au monde, le Congrès juif mondial, devenue ministre des Affaires étrangères, elle était sommée à nouveau d’écouter et d’accepter les revendications des militants sionistes en France. Ils exigeaient encore que la loi française, comme la loi européenne, ne soit pas appliquée (3) : comme pour l’avortement imposé aux Blancs par Simone Jacob (dite Veil), la dérogation est devenue la règle.

 

http://img706.imageshack.us/img706/7211/alliotok.jpg
Le rabbin, l'Alliot, Lellouche et l'inconnu (tous droits réservés).



      Le successeur d’Alliot-Marie, Brice Hortefeux, obéit aux mêmes Élus (4) :

 

« Je pense, enfin, aux avancées obtenues en matière d’abattage rituel. [...].

Comme vous le savez, nous avions obtenu ensemble, à l’automne 2009, la publication d’un nouveau règlement européen relatif à l’abattage rituel qui assurait une stabilité pour la shehita [sic] (5).

Aujourd’hui, alors qu’un vote au Parlement européen pourrait remettre ce travail en question en imposant un étiquetage discriminant pour l’abattage rituel, nous restons particulièrement vigilants. Vous pouvez compter sur ma mobilisation et celle des députés français au Parlement européen pour que le projet n’aboutisse pas. »

 

déclarait-il aux autorités juives qui l’avaient convoqué, adoptant une position insultant le choix de dizaines de millions de Français. Surtout, il livre au sort des barbares des animaux sans défense. Il ne s’agissait pour les eurodéputés que de permettre aux acheteurs de viande de savoir si les aliments qu’ils consomment ont été tués dans des conditions particulièrement cruelles et inhumaines. Ce n’était pas devant la Conférence des rabbins qu’Hortefeuxil s’exprimait, ni devant le Congrès juif mondial, mais à la Synagogue de la Victoire [sic],  dans le Paris occupé de 2010.




http://img146.imageshack.us/img146/95/hortefeuxjuif2bis.jpg
Le franc-maçon hortefeux, premier ministre condamné deux fois dans l'exercice de ses fonctions.
(tous droits
réservés).
La kippah bleue, grand succès de la saison automne-hiver 2010 dans les palais de la République.

 



      L’action d’une communauté étrangère contre les lois du pays qui les accueille est en soi insupportable.

      Cela devient ignominieux quand ce sont les animaux qui supportent les conséquences de l’allégeance des élus du système au Lobby.

 

 

      Surfant sur la vague islamophobe très en vogue dans les médiats notamment, des députés sarközystes avaient crû bon de s’attaquer à l’abattage rituel. Nicolas Duihcq déposait ainsi une proposition de loi le 18 novembre 2010. Elle était rapidement co-signée par plusieurs dizaines de députés, tout heureux de se refaire à droite une image de "durs" face à l’islam, à commencer par les "rebelles" Christian Vanneste et Lionnel Lucas (6) - l’homme qui défend courageusement les dissidents tibétains face à la lointaine Chine, mais pas Vincent Reynouard face la République ici.

      Devant la pression du lobby-qui-n’existe-pas, l’amendement a été retiré dès le 1er décembre (7). Au sénat, Nicolas About a lui maintenu sa proposition de loi (8).

 

      Il est très clair aujourd’hui que les résidus d’européanité qui subsistent dans les institutions de l’Union "européenne" rendent impossible la présence sur nos terres d’étrangers aux mœurs et aux pratiques barbares, opposées aux nôtres.

      La France comme l’Union "européenne" est soumise à la double pression de la loi d’un marché incontrôlé, sans éthique, sans garde-fou, sans limite et de lobbies religieux étrangers particulièrement puissants, double domination rendant illusoire la réalisation d’une société stable et viable pour tous, y compris pour les animaux, conformément aux mœurs et coutumes européennes.



      Si cette histoire mobilise tant une grande partie de l'univers judaïque, c'est qu'à-delà de reliquats de pratiques culturelles barbares et du droit des animaux, il s'agit d'une affaire de gros sous. Comme l'indique la note 8, la production de viande casher et hallal dépasse très largement les besoins de consommation de ces communautés. Mais ce sont bien entendu avant tout des communautaires non-Européens qui bénéficient de ce travail.  Or si l'étiquetage est enfin imposé comme il doit l'être non seulement en vertu du droit animal, mais encore du droit d'information du consommateur, les productions juives et islamiques vont s'effondrées, laissant aux Blancs le travail d'abattage pour les besoins de leur propre communauté et permettant ainsi un naturel rapatriement des fonds. La perspective d'immenses pertes d'argent est impensable pour les communautaristes juifs (9).



      Pour rappel, voici l'assassinat kosher d’un animal. La vidéo a été réalisé par l'association PETA, dans les locaux du plus grand abattoir casher du monde, celui d'AgriProcessors, dont les dirigeants s'étaient rendus coupables de très nombreux crimes et délits, pollutions, l'esclavage de travailleurs mineurs, travail clandestin, etc. Concernant le seul volet financier, Sholom Rubashkin, membre éminent de la maffia juive, religieux ultra-orthodoxe des loubavitch, avait été reconnu coupable de 86 chefs d'accusation (10).

 

 

 

 

      C’est plus que jamais à chacun d’écrire à son député ou à son sénateur et de relayer les campagnes des associations pro-animales contre l’occupation.


http://img253.imageshack.us/img253/5986/abattagerituelhalalcash.jpg


http://img828.imageshack.us/img828/9679/abattagerituelhalalcashz.jpg

 

 

 


 

1. Lettre de l’occupant de l'Elysée Sarközy à Brigitte Bardot, 22 décembre 2006 (Source : Fondation Brigitte Bardot).

 
2. Conférence des rabbins de européens [sic], 13 mai 2008 (source : AFP).

3. Divers pays européens interdisent les souffrances aux animaux, y compris commises par les communautés juive et musulmane (Autriche, Islande, Norvège, Suède et Suisse). Ces lois ne sont pas nouvelles : Adolf Hitler, l'un des hommes politiques les plus attachés aux droits de l'animal avait interdit dès 1933 ces pratiques barbares.
Les lois en vigueur dans les différents pays de l'Union "européenne" sont fondées sur la directive 93/119/CE. Elle interdit l'égorgement sans étourdissement pre-mortem. Mais, déjà sous la pression des occupants - réels ceux-là et pas d'une rue une fois par semaine, mais de l'Europe depuis 65 ans - avait été incluse une scandaleuse mesure de dérogation pour les cultes religieux barbares, au libre choix des Etats (la directive est ici).



4. Intervention de Brice Hortefeux lors de la fête étrangère dite de Tishri en non-français, à Paris, synagogue de la Victoire le 6 septembre 2010 (Source : ministère de l’Intérieur [sic]).
 
5. A noter l’appropriation lors d’un discours officiel d’un ministre de l’État français d’une langue étrangère, les Français étant de facto exclu de la compréhension du discours.

6. Les députés associés à ce lâche retrait sont : Mmes Véronique Besse, Marie-Louise Fort, Arlette Grosskost, Marguerite Lamour, Muriel Marland-Militello, Bérengère Poletti, Valérie Rosso-Debord, Isabelle Vasseur, Françoise Hostalier et MM. Jean Bardet, Claude Bodin, Jean-Claude Bouchet, Bruno Bourg-Broc, Xavier Breton, Patrice Calméjane, Jean-Louis Christ, Alain Cousin, Jean-Michel Couve, Jean-Pierre Decool, Michel Diefenbacher, Jean-Pierre Dupont, Jean-Michel Ferrand, Franck Gilard, François-Michel Gonnot, Michel Grall, Jean-Claude Guibal, Maryse Joissains-Masini, Jacques Lamblin, Charles de La Verpillière, Marc Le Fur, Michel Lezeau, Jean-Claude Mathis, Christian Ménard, Philippe Meunier, Jean-Claude Mignon, Jacques Myard, Jean-Pierre Nicolas, Yanick Paternotte, Didier Quentin, Jacques Remiller, Dominique Souchet, Daniel Spagnou, Guy Teissier, Michel Terrot, Yves Vandewalle, Patrice Verchère, Michel Voisin, Étienne Blanc, Roland Blum, Claude Gatignol, Francis Hillmeyer, Jean-Claude Lenoir et Franck Marlin, en plus de Lionnel Luca et Christian Vanneste déjà cités (source : Assemblée dite nationale).


7. Cf. le site de l'Assemblée nationale.


8. Voir ici la proposition de loi [pdf|118Ko|5p.] qui rappelle notamment qu’en 2008, les Français mangeaient, en grande majorité contre leur gré de la viande kosher ou hallal (12% des bovins et 49% selon la Direction générale de l'alimentation) (Source : Sénat).

9. Ils ne s'en cachent pas :

 

« Loin d’être anodine, cette mesure qui s’appuie sur le droit à l’information du consommateur risque de porter un coup fatal à l’économie des abattoirs. Jusqu’à présent, les morceaux qui ne satisfont pas aux critères de cacherout, sont en effet remis en vente dans le circuit de consommation général, ce qui permet d’amortir le coût de la production cachère. Dès lors, on imagine sans mal qu’un morceau de viande labélisé "abattage rituel" vendu dans les rayons des supermarchés sera associé à la souffrance animale et donc à la merci des opérations de boycott ».

« Rendez-vous compte que sur dix bêtes abattues par les cho’hatim, seules trois satisfont aux critères de cacherout. Et je ne parle même pas du glatt ! Sans compter que nous ne consommons pas les parties arrière de l’animal. Si demain, toute cette viande non cacher est invendable, la situation deviendra intenable, y compris pour les chevillards et les abattoirs qui ne voudront plus travailler avec nous », explique le grand rabbin Bruno Fiszon, qui est également vétérinaire.


S. Golan,  « Branle-bas de combat pour défendre l’abattage rituel » in Hamodia (magazine juif),.

10. Voir notre article "Agriprocessors entre viande casher, clandestins, pollution et drogue" et notre journal du 15 novembre 2009.

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie Mansard et Eric Adelofz - dans Occupation (1)
commenter cet article

commentaires

Gillos 11/07/2012 19:50


Est-ce que Hitler abattait les juifs à la façon Kasher ?

Juvénal 19/12/2010 12:45



Très bonne idée de s'intéresser à ces thématiques. Conseillez-vous de rejoindre une association défendant les animaux ? Laquelle vous parait la meilleure (ou plutôt la plus radicale) ?



Eric Adelofz 19/12/2010 15:08



Il y a beaucoup de gens dans nos milieux qui s'intéresse à la défense de la nature et du droit animal : c'est la moindre des choses pour ceux qui luttent pour le rétablissement d'un ordre
naturel. Il est vrai que malheureusement il y a peu d'information sur le sujet et peu de mobilisation du fait de la frilosité des partis politiques électoralistes sur le sujet.


Concernant les associations, oui je le conseille. Il y a divers facteurs pour faire choix : son lieu de résidence déjà. Ensuite je pencherai plutôt pour une association locale sur laquelle on
peut avoir un regard complet : personnes qui dirigent, actions entreprises, utilisation de l'argent, puisqu'il existe certains doutes sur les grandes associations.


Il n'y a pas à ma connaissance d'association radicale comme l'ALF -il devrait y avoir un article le 21 sur un sujet proche - en France. De toute façon s'agissant largement d'actions illégales,
l'adhésion n'est pas nécessaire.


Sinon comme association soft nationale dont il ne paraît y avoir aucune raison de se méfier, il y a la Fondation Brigitte Bardot.


Si d'autres personnes ont des corrections ou précisions à apporter...



Club Acacia

Rédacteur en chef :
  -Eric Adelofz

Secrétaire de la rédaction :
  -Marie Mansard

Rédaction :
  -Brice Duqueyroux
  -Jérôme Deseille
  -Alexandre Janois

Chroniqueurs :
  -Philippe Régniez
  -Pieter Kierstens


Nous contacter, rejoindre la rédaction, proposer un article, participer aux relectures, faire part de vos idées, de vos suggestions :
  -clubacacia[at]gmail.com.

 

Nos articles sont librement reproductibles, sans possibilité de modification, avec mention de la source (voir la licence complète).

 

Syndication :

  -Flux RSS

  Free counter and web stats

(Droits : Club Acacia 2006-2010)