Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 14:14

Unabomber      Cette nouvelle a été écrite en 1999 par Théodore Kaczynski. Ce mathématicien américain est emprisonné depuis 15 ans, à la suite d’une campagne d’attentat – qui lui valut le surnom d’Unabomber – de 18 ans aux États-Unis. Trois personnes trouvèrent la mort, vingt-trois autres étant blessés. Il s’était attaqué à des acteurs de la société industrielle et technologique (le généticien Charles Epstein,  l’informaticien David Gerletner, le publicitaire Thomas Mosser, le lobbyiste de l ’industrie du bois Gilbert P. Murray, etc.) , qui l dénonça dans le célèbre manifeste La Société industrielle et son avenir dont la publication conduisit à son arrestation.
     
Sa révolte contre le monde moderne est celle d’un homme de Droite, militant écologiste favorable à la restauration de l’ordre naturel : la Nef des fous (Ship of Fools) est un conte métaphorique où transparaissent quelques-unes des conceptions du Dr. Ted Kaczynski sur l’état du monde et de la société américaine. Les revendications des protagonistes et l’aveuglement des "chefs"  rappellent étrangement l’état de la France, déchirée par les communautarismes aujourd’hui.
      Ted Kaczynski s’est inspiré du livre de Sébastien Brant Das Narrenschiff, dans lequel avait puisé Jérôme Bosch pour son tableau éponyme. Ils dénonçaient déjà l’inversion des valeurs qui éloignait l’homme de l’ordre naturel.

      Nous vous présentons ici le texte traduit par nos soins accompagné d’une animation vidéo de la Nef des fous réalisée par des Américains et sous-titrée par nos soins (adaptation et sous-titrage libres).

 

 

 

      Il était une fois le capitaine et les officiers d’un navire devenus si vaniteux de leur habileté à la manœuvre, si pleins d’hybris (1) et tellement orgueilleux, qu’ils devinrent fous. Ils mirent cap au nord et naviguèrent jusqu’aux premiers icebergs et dangereux morceaux de banquise, puis gardèrent la direction du nord, dans des eaux de plus en plus dangereuses, dans le seul but de s’offrir la possibilité d’un des plus brillants exploits maritimes.

      Comme le bateau franchissait des latitudes de plus en plus élevées, les passagers et l’équipage devenaient de plus en plus mal à l’aise. Ils commencèrent à se quereller et à se plaindre des conditions dans lesquelles ils vivaient.

      « Que le diable m’emporte, dit un matelot de deuxième classe, si ce n’est le pire voyage que j’aie jamais fait. Le pont est luisant de glace. Quand je suis en vigie, le vent transperce ma veste comme un couteau ; à chaque fois que j’arise une voile de misaine, mes doigts sont tout près de geler ; et tout ce que j’obtiens pour cela, ce sont cinq misérables shillings par mois ! »

      « Vous croyez que vous vous faites avoir ! dit une passagère. Moi, je ne peux fermer l’œil de la nuit à cause du froid. Les femmes, sur ce navire, n’ont pas autant de couvertures que les hommes. Ce n’est pas juste ! »

      Un marin mexicain leur fit écho :

      « Chingado (2) ! Je gagne seulement la moitié du salaire du marin britannique. Nous avons besoin d’une nourriture abondante pour nous réchauffer avec ce climat mais je n’en reçois pas assez ; les Européens en reçoivent plus. Et le pire de tout, c’est que les officiers me donnent toujours les ordres en anglais au lieu d’utiliser l’espagnol. »

      « J’ai plus de raisons de me plaindre que quiconque, dit un marin amérindien. Si les Visages Pâles n’avaient pas volé la terre de mes ancêtres, je ne serais même pas sur ce navire, au milieu des icebergs et des vents arctiques. Je voudrais simplement être en canoë, sur un joli lac paisible. Je mérite une réparation. À tout le moins, le capitaine devrait me laisser organiser des parties de dés afin que je puisse me faire un peu d’argent. »

      Le maître d’équipage prit la parole :

      « Hier, le premier second m’a traité de pédale parce que je suce des bites. J’ai le droit de sucer des bites sans que l’on me donne des surnoms pour autant ! »

      « Ce ne sont pas seulement les humains qui sont maltraités sur ce navire, interrompit une amie des animaux, la voix tremblante d’indignation. La semaine dernière, j’ai vu le deuxième second donner des coups de pied au chien du navire à deux reprises ! »

      L’un des passagers était professeur d’université. Se tordant les mains, il s’écria :

      « Tout cela est simplement horrible ! C’est immoral ! C’est du racisme, du sexisme, du spécisme (3), de l’homophobie et de l’exploitation de la classe ouvrière ! C’est de la discrimination ! Nous devons obtenir la justice sociale : salaire égal pour le marin mexicain, salaires plus élevés pour tous les marins, réparation pour l’Indien, nombre égal de couvertures pour les femmes, reconnaissance du droit à sucer des bites et interdiction des coups de pied au chien ! »

      « Oui, oui ! crièrent les passagers. Oui, oui ! cria l’équipage. C’est de la discrimination ! Nous devons faire valoir nos droits ! »

 

      Le garçon de cabine se racla la gorge :

      « Hum... Vous avez tous de bonnes raisons de vous plaindre. Mais il me semble que ce que nous devons vraiment faire, c’est parvenir à faire virer de bord le navire et mettre cap au sud, car si nous continuons vers le nord, nous sommes sûrs de faire naufrage tôt ou tard, et alors, vos salaires, vos couvertures et votre droit à sucer des bites ne vous serviront à rien, car nous serons tous noyés. »

      Mais personne ne lui prêta attention : ce n’était que le garçon de cabine.

 

      Le capitaine et les officiers, de leur poste situé sur la dunette (4), avaient bien regardé et écouté. À présent, ils souriaient et se faisaient des clins d'œil, et, à un geste du capitaine, le troisième second descendit de la dunette, et se promena là où les passagers et l’équipage étaient rassemblés et se fraya un chemin parmi eux. Il prit un air très sérieux et parla ainsi :

      « Nous, les officiers, devons admettre que des choses vraiment inexcusables se sont passées sur ce navire. Nous n’avions pas réalisé à quel point la situation était mauvaise avant d’avoir entendu vos plaintes. Nous sommes des hommes de bonne volonté et nous voulons être bons avec vous. Mais – comment dire – le capitaine est plutôt conservateur et routinier, et doit être poussé un petit peu pour se décider à des modifications substantielles. Mon opinion personnelle est que si vous protestez avec force – mais toujours pacifiquement et sans violer aucune règle de la marine – vous sortiriez le capitaine de son inertie et vous le forceriez à résoudre les problèmes dont vous vous plaignez si justement. »

 

 

 

http://img835.imageshack.us/img835/6509/jeromeboschlanefdesfous.jpg

Jérôme Bosch, La Nef des fous

 



      À l’issue de ce discours, le troisième second retourna vers le château de poupe. Comme il repartait, les passagers et l’équipage crièrent après lui : « Modéré ! Réformiste ! Libéral hypocrite ! Valet du capitaine ! » Ils n’en firent pas moins ce qu’il avait dit. Ils se réunirent en masse devant la dunette, insultèrent les officiers et présentèrent leurs exigences : « Je veux un salaire supérieur et de meilleures conditions de travail »dit le matelot. « Autant de couvertures que les hommes ! »dit la passagère. « Je veux recevoir mes ordres en espagnol »dit le marin mexicain. « J’exige le droit d’organiser des parties de dés »dit le marin indien. « Je refuse d’être traité de tapette »dit le maître d’équipage. « Plus de coups de pied au chien » dit l’amie des animaux. « La révolution maintenant ! »s’écria le professeur.

      Le capitaine et les officiers se réunirent et conférèrent pendant quelques minutes, échangeant tout le temps clins d’œil, signes de tête et sourires. Puis le capitaine rejoignit l’avant de la dunette et, à grand renfort de démonstration de bienveillance, annonça que le salaire du deuxième classe serait porté à six shillings par mois, le salaire du Mexicain à deux-tiers d’un marin anglo-saxon et qu’on lui donnerait en espagnol l’ordre de prendre un ris à la voile de misaine, que les passagères recevraient une couverture supplémentaire, que le marin indien serait autorisé à organiser des parties de dès les samedis soirs, que le maître d’équipage ne serait plus traité de pédale aussi longtemps qu’il ferait ses pipes dans la plus stricte intimité, et que le chien ne serait plus frappé, sauf s’il faisait quelque-chose de vraiment vilain, comme voler de la nourriture dans la cuisine.

 

      Les passagers et l’équipage célébrèrent ces concessions comme une grande victoire, mais le lendemain matin ils étaient de nouveau mécontents.

      « Six shillings par mois, c’est un salaire de misère, et je me gèle toujours les doigts quand j’arise la voile de misaine ! » grogne le deuxième classe. « Je n’ai toujours pas le même salaire que les Anglo-Saxons ni assez à manger pour ce climat », dit le marin mexicain. « Nous, les femmes, n’avons toujours pas assez de couvertures pour nous tenir au chaud », dénonce la passagère. Les autres membres d’équipage et les passagers, poussés par le professeur, exprimèrent des plaintes semblables.

 

      Quand ils eurent terminé, le garçon de cabine prit la parole – cette fois plus fort pour que personne ne puisse l’ignorer aussi facilement que la première fois.

      « C’est vraiment terrible que le chien soit frappé parce qu’il a volé un morceau de pain dans la cuisine et que les femmes n’aient pas autant de couvertures que les hommes, et que le matelot se gèle les doigts, et je ne vois pas pourquoi le maître d’équipage ne pourrait pas sucer des bites s’il en a envie. Mais regardez l’épaisseur des icebergs maintenant et comme le vent souffle de plus en plus fort. Nous devons virer de bord et mettre le cap au sud, car si nous continuons vers le nord nous allons faire naufrage et nous noyer. »

 

      « Oh oui, dit le maître d’équipage. C’est vraiment affreux que nous poursuivions vers le nord. Mais pourquoi devrais-je me contenter des toilettes pour sucer des bites ? Pourquoi devrais-je être traité de tapette ? Ne suis-je pas aussi bien que n’importe qui ? »

      « Naviguer vers le nord est terrible, dit la passagère. Mais ne voyez-vous pas que c’est exactement pour cela que les femmes ont besoin de davantage de couvertures pour avoir chaud ? Je demande le même nombre de couverture pour les femmes, immédiatement ! »

      « Il est tout à fait exact, dit le professeur, que voguer vers le nord crée de grands problèmes à tous. Mais changer de cap pour aller au sud serait irréaliste. Vous ne pouvez pas revenir en arrière. Nous devons trouver un moyen raisonnable de gérer la situation. »

 

      « Écoutez, dit le garçon de cabine. Si nous laissons les quatre fous de la dunette agir à leur guise, nous finirons tous noyés. Si nous parvenons à mettre le navire hors de danger, alors nous pourrons nous soucier des conditions de travail, des couvertures pour les femmes et du droit à sucer des bites. Mais avant tout, nous devons obtenir de virer de bord. Si quelques-uns d’entre nous se réunissent, élaborent un plan et agissent avec courage, nous pourrons nous sauver. Nous n’avons pas besoin d’être nombreux : six ou huit suffiraient. Nous pourrions prendre d’assaut la dunette, balancer ces fous par-dessus bord et tourner le navire vers le sud. »

      Le professeur leva le nez et dit sévèrement : « Je ne crois pas à la violence, c’est immoral. »

      « Il n’est jamais éthique d’utiliser la violence » dit le maître d’équipage.

      « La violence me terrifie » dit la passagère.

 

      Le capitaine et les officiers avaient regardé et écouté tout le temps. Au signal du capitaine, le troisième second rejoignit sur le pont. Il alla parmi les passagers et l’équipage en disant qu’il restait de nombreux problèmes sur le navire.

      « Nous avons fait beaucoup de progrès, dit-il, mais il reste beaucoup à faire. Les conditions de travail du deuxième classe restent difficiles, le Mexicain n’a toujours pas le même salaire que les Européens, les femmes n’ont toujours pas autant de couvertures que les hommes, les parties de dés du samedi soir de l’Indien sont un dédommagement dérisoire considérant ses terres perdues, il est injuste que le maître d’équipage doive rester dans les toilettes pour sucer des bites et que le chien reçoive encore parfois des coups de pied. »

      « Je pense que le capitaine a besoin d’être poussé encore. Il faudrait que vous organisiez tous une autre manifestation – pourvu qu’elle reste non-violente. »

      Comme le troisième second retournait vers l’arrière, les passager et l’équipage l’insultèrent, mais firent néanmoins ce qu’il avait dit et se réunirent devant la dunette pour une autre manifestation. Ils fulminèrent, s’emportèrent, brandissant le poing et ils lancèrent même un œuf pourri sur le capitaine (qui l’esquiva habilement).

      Après avoir écouté leurs plaintes, le capitaine et les officiers se réunirent pour une conférence, durant laquelle ils se firent des clins d’œil et de larges sourires.

      Puis le capitaine alla à l’avant de la dunette et annonça que le matelot recevrait des gants pour qu’il ait les doigts au chaud, que le marin mexicain recevrait un salaire égal aux trois-quarts du salaire d’un Anglo-Saxon, que les femmes allaient recevoir une nouvelle couverture, que le marin indien pourrait organiser des parties de dés tous les samedi et dimanche soirs, que le maître d’équipage serait autorisé à sucer des bites en public la nuit et que personne ne pourrait frapper le chien sans une permission spéciale du capitaine.

 

      Les passagers et l’équipage s’extasièrent devant cette grande victoire révolutionnaire, mais le lendemain matin, ils étaient de nouveau mécontents et recommencèrent à se plaindre des mêmes difficultés.

 

      Cette fois le garçon de cabine se mit en colère :

      « Bande d’idiots ! cria-t-il. Ne voyez-vous pas ce que le capitaine et les officiers sont en train de faire ? Ils vous occupent l’esprit avec vos réclamations dérisoires sur les couvertures, les salaires, les coups de pied au chien, de sorte que vous ne pensiez pas à ce qui est vraiment problématique sur ce bateau – nous sommes toujours plus loin vers le nord et nous allons tous être noyés. Si quelques-uns d’entre nous reviennent à la raison, se réunissent et attaquent la dunette, nous pourrons virer de bord et sauver nos vies. Mais vous ne faites que vous lamenter sur vos petits problèmes insignifiants, comme les conditions de travail, les jeux de dés et le droit de sucer des bites. »

 

      Les passagers et l’équipage furent outrés de ces propos.

      « Insignifiant !! s’exclama le Mexicain.Vous trouvez normal que je ne reçoive que les trois-quarts du salaire d’un marin anglais ? Cela est insignifiant ? »

      « Comment pouvez-vous qualifier mes griefs d’insignifiant ? s’écria le maître d’équipage.Ignorez-vous combien il est humiliant d’être traité de tapette ? »

      « Donner des coups de pied au chien n’est pas un "petit problème insignifiant" ! hurla l’amie des animaux, c’est un acte insensible, cruel et brutal ! »

 

      « Bon, d’accord, répondit le garçon de cabine, ces problèmes ne sont ni insignifiants, ni dérisoires. Donner des coups de pied au chien est cruel et brutal et il est humiliant de se faire traiter de tapette. Mais par rapport à notre vrai problème – par rapport au fait que le navire se dirige toujours vers le nord – vos réclamations sont mineures et mesquines, parce que si nous n’obtenons pas que ce navire change de cap, nous allons tous nous noyer. »

 

      « Fasciste ! » dit le professeur.

      « Contre-révolutionnaire ! » s’écria la passagère.

      Et tous les passagers et l’équipage renchérirent les uns après les autres, traitant le garçon de cabine de fasciste et de contre-révolutionnaire. Ils le repoussèrent et se remirent à grogner à propos des salaires, et à propos des couvertures à donner aux femmes, et à propos du droit de sucer des bites et à propos de la manière dont le chien devait être traité. Le navire poursuivit vers le nord, avant, au bout d’un moment, de finir broyé entre deux icebergs et tout le monde se noya.





 

      Ship of Fools (La Nef des fous) (animation vidéo avec sous-titres en français) :

 

 

 

 

Ouvrages de Ted Kaczynski au format pdf :

 

      -La société industrielle et son avenir [pdf|341 ko]

      -Ship of fools [pdf|73 ko]

      -La nef des fous [pdf|104 ko]

 

 

 

 


 

 1. L’hybris ou l’hubris est une notion du mal chez les Grecs exprimant la démesure, propre à ceux qui refusent ce que leur accorde le destin. « Démesure, il faut l’éteindre plus encore qu’incendie » dit Héraclite. Hérodote évoque l’hybris en d’autres termes : « Regarde les animaux qui sont d’une taille exceptionnelle : le ciel les foudroie et ne les laisse pas jouir de leur supériorité ; mais les petits n’excitent point sa jalousie. Regarde les maisons les plus hautes, et les arbres aussi : sur eux descend la foudre, car le ciel rabaisse toujours ce qui dépasse la mesure ».

 

2. Interjection mexicaine exprimant la colère, le dépit, qui pourrait être traduite ici par « Putain ! » ou « Merde ! »

 

3. Le spécisme est une théorie inventée par les antispécistes. Le spécisme considère  l’homme comme une espèce animale supérieure aux autres espèces. L’homme a donc le droit de disposer des autres espèces comme il l’entend.

 

4. La dunette ou château de poupe est la superstructure s'étendant sur toute la largeur et l'arrière d'un navire, accueillant les logements officiers. C’est également la plate-forme supérieure où se trouve la barre et le gaillard d'arrière.

Partager cet article

Repost 0
Published by Eric Adelofz - dans Doctrines politiques
commenter cet article

commentaires

Eric 08/03/2011 08:59


Ted n'est pas de droite , ni de gauche il est conservateur, mais il est aussi révoluationnnaire marxiste, et son anthithèse anarchiste Biensur qu'il critique la gauche et le marxisme, et la
collectivisme mais il met dans le meme accabat l'entier systeme comme pour tout anarchiste la liberté comme la vie c'est celle de l'individu, pas une liberté après la mort ou a la retraite tout ce
qui va a l'encontre de ceci détruit l'individu et au final il ne reste plus rien d'humain


Club Acacia

Rédacteur en chef :
  -Eric Adelofz

Secrétaire de la rédaction :
  -Marie Mansard

Rédaction :
  -Brice Duqueyroux
  -Jérôme Deseille
  -Alexandre Janois

Chroniqueurs :
  -Philippe Régniez
  -Pieter Kierstens


Nous contacter, rejoindre la rédaction, proposer un article, participer aux relectures, faire part de vos idées, de vos suggestions :
  -clubacacia[at]gmail.com.

 

Nos articles sont librement reproductibles, sans possibilité de modification, avec mention de la source (voir la licence complète).

 

Syndication :

  -Flux RSS

  Free counter and web stats

(Droits : Club Acacia 2006-2010)