Dimanche 27 avril 7 27 /04 /Avr 18:20
- Par MSR
Après quatre année de la plus terrible des guerres, l'Europe est exsangue, mais la France fête la victoire. Lucien Boyer compose alors La Madelon de la Victoire (sur une musique de Charles Borel-Clerc ; certaines sources donnent pour compositeurs Charles Borel-Clerc et Charles Potier). Ce très prolifique compositeur (à qui l'on devra quelques années plus tard ce véritable « tube », Viva Mussolini) eut une vie peu ordinaire.
Natif de Gironde (en 1876), ce commis-voyageur exerça diverses profession avant de vivre de ses compositions. Garçon de bureau, journaliste, il connaît quelques petits succès. En 1902, il parvient à convaincre le directeur du Figaro Gaston Calmette – directeur du Figaro alors de droite qui sera assassiné par la femme du ministre radical-socialiste franc-maçon Joseph Caillaux (femme qui sera évidemment acquittée par la justice républicaine indépendante de l'époque – de le soutenir par quelques articles lors d'une tournée mondiale.
Il part alors pour 3 ans, accompagné d'un certain Numa Blès qui mourra fou d'avoir bu trop d'absinthe... Ils traversent l'Europe, puis l'Amérique, l'Asie, le Proche Orient... A son retour, il commence à composer et acquiert rapidement une grande notoriété, attirant les plus importants artistes de l'époque, Mistinguett Mayol, Fragson, Chevalier, etc.
Il est le père de Jean Boyer Jean Boyer, compositeur de chanson et réalisateur, à qui l'on doit notamment le film...
La Madelon, à laquelle Lucien Boyer rend évidemment hommage ici.
Voir aussi :
La victoire de la Madelon.




I. Après quatre ans d'espérance
Tous les peuples alliés
Avec les poilus de France
Font des moissons de lauriers
Et qui préside la fête ?
La joyeuse Madelon,
Dans la plus humble guinguette
On entend cette chanson:
Ohé Madelon !
A boire et du bon !

Madelon, emplis mon verre,
Et chante avec les poilus,
Nous avons gagné la guerre
Hein ! Crois tu, on les a eus !
Madelon, ah ! verse à boire
Et surtout n'y mets pas d'eau
C'est pour fêter la victoire
Joffre, Foch et Clemenceau !


II. Sur les marbres et dans l'histoire
Enfants vous verrez gravés
Les noms rayonnants de gloire
De ceux qui nous ont sauvés
Mais en parlant de vos frères
N'oubliez pas Madelon
Qui versa sur leur misère
La douleur d'une chanson
Chantons Madelon
La muse du front !

Refrain.

III. Madelon la gorge nue
Leur versait le vin nouveau
Lorsqu'elle vit toute émue
Qui ? le général Gouraud.
Elle voulut la pauvrette
Se cacher dans la maison
Mais Gouraud vit la fillette
Et lui cria sans façon:
Ohé, Madelon !
A boire et du bon !

Refrain.




Ecouter le chant ici









Publié dans : Chants de France - Communauté : Vu de droite - Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Syndication

  • Flux RSS des articles

Club Acacia

Rédacteur en chef :
  -Eric Adelofz

Secrétaire de la rédaction :
  -Marie Mansard

Rédaction :
  -Brice Duqueyroux
  -Jérôme Deseille
  -Alexandre Janois

Chroniqueurs :
  -Philippe Régniez
  -Pieter Kierstens


Nous contacter, rejoindre la rédaction, proposer un article, participer aux relectures, faire part de vos idées, de vos suggestions :
  -clubacacia[at]gmail.com.

 

Nos articles sont librement reproductibles, sans possibilité de modification, avec mention de la source (voir la licence complète).

 

Syndication :

  -Flux RSS

  Free counter and web stats

(Droits : Club Acacia 2006-2010)

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés