Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 octobre 2009 4 22 /10 /octobre /2009 18:18
Comme chaque année, le 22 octobre est une journée d'hommage au milicien inconnu.
En ces temps de trahisons et de reniements, souvenons-nous de ceux qui gardèrent jusqu'au bout leur honneur et leur fidélité.


Et pour ce souvenir du sacrifice de Bassompierre, ce témoignage de R. L. Bruckberger,  religieux engagé dans les rangs de la résistance, et défenseur des miliciens...


J'ai donc vu mourir Darnand. L'exécution capitale est horrible. Mais celle-ci avait une majesté sacrificielle qui la marquait d'une espèce de légitimité. J'ai vu mourir Bassompierre. Cela ressemblait à un mauvais coup. Quand au tout petit jour, nous sommes entrés dans cette cellule, le procureur n'a rien dit. Bassompierre avait compris. Il était debout et habillé. Il attendait. Il eut un rire d'une insolence féroce.

 

-Vous êtes bien matinaux, messieurs. Vous arrivez comme des voleurs, ah oui, comme des voleurs. Comme des voleurs...

 

Il fallait faire vite, vite. Comme des voleurs. Pas de messe, vite, vite.  Bassompierre va à la fenêtre et d'une voix basse et distincte :

 

-Pierre, Jean, Marcel, François, ici Bassom ! Au revoir les amis ! Bon courage !

 

Les policiers se précipitent :

 

-Chut ! Chut ! Taisez-vous !

 

-N'ayez pas peur, dit  Bassompierre.

 

Vite, vite ! On s'en va, on entraîne  Bassompierre à travers les immenses corridors. Toutes les cellules superposées sont fermées à clefs. Les interminables galeries sont vides. Alors derrière chaque porte de cachot, cinq ou six paires de poings rageusement à cogner. Des centaines de voix crient :

 

-Assassins !

 

-Salauds !

 

-Bassompierre, on te vengera !

 

Vite, vite ! Tout le monde courbe le dos. La petite troupe s'enfuit, entrainant sa victime enchaînée. Vite, vite ! Le fourgon, le poteau, la salve, le cimetière. Ah, oui ! Comme des voleurs !

C'est ça votre justice ? Elle n'ose même plus regarder ses victimes en face. Quel est celui de ces bons papas républicains qui aura l'estomac de dire et de faire comme Charles IX :

-Tuez-le ! Mais tuez-les tous ! Qu'il n'en reste pas un qui puisse venir me le reprocher.

 


R. L. Bruckberger, Nous n'irons plus au bois.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Lucien Rouvère 12/08/2012 12:28


Combien d'entre-nous auront ce regard-là le moment venu?

François 31/03/2011 17:40



Le jeune homme sur la photo n'est pas inconnu, il s'appelait Fernand Bouvery de la Mays. Fusillé à Grenoble en sept.44.



franc-sparte 23/10/2009 00:28


Il me semble que le jeune milicien sur la photo n'est pas inconnu, j'avais vu sa photo et son nom (à particule je crois) dans un tres vieux numero d'Historia - ou un Historia special.

Je vais voir si je le retrouve.


MSR 23/10/2009 18:28


Oui c'est de là que j'ai tiré la photo, mais il n'y avait pas le nom à ma connaissance ;-)


Club Acacia

Rédacteur en chef :
  -Eric Adelofz

Secrétaire de la rédaction :
  -Marie Mansard

Rédaction :
  -Brice Duqueyroux
  -Jérôme Deseille
  -Alexandre Janois

Chroniqueurs :
  -Philippe Régniez
  -Pieter Kierstens


Nous contacter, rejoindre la rédaction, proposer un article, participer aux relectures, faire part de vos idées, de vos suggestions :
  -clubacacia[at]gmail.com.

 

Nos articles sont librement reproductibles, sans possibilité de modification, avec mention de la source (voir la licence complète).

 

Syndication :

  -Flux RSS

  Free counter and web stats

(Droits : Club Acacia 2006-2010)