Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 11:11

      L’Observatoire national de la délinquance (désormais « et des réponses pénales – ONDRP) est l’organisme officiel chargé de l’étude de l’insécurité. Il est significatif que l’intitulé fasse référence à la délinquance et non à la criminalité alors que les crimes sont tout autant analysés par l’ONDRP que les délits. L’institut, a pour vocation de valider la politique de Sarközy et de masquer le plus possible la réalité. La naissance de l’OND sous le signe de la falsification ne tient pas à son seul nom : Sarközy a placé à sa tête l’israélite Alain Bauer, haut représentant de la franc-maçonnerie, et à la branche la plus anti-européenne de celle-ci, le Grand Orient de France. Le GODF a en effet impliqué dans de multiples scandales mafieux, financiers et politiques depuis de nombreuses décennies.

 

      Les chiffres de l’ONDRP sont fondés sur les pièces enregistrées et transmises par la police. L’observatoire a présenté plusieurs éléments clés qui caractérisent la délinquance et la criminalité en 2010. Le premier est une baisse des atteintes aux biens de 1,9% en un an (-43 189 faits constatés), et une hausse des atteintes volontaires à l’intégrité physique de 2,5% (+11 437 faits). Les chiffres des escroqueries et infractions économiques et financières reculent officiellement de 4,3% (-16 072 faits constatés) mais, sans qu’en soit informé l’OND, « les règles d’enregistrement d’une partie des infractions composant l’indicateur escroqueries et infractions économiques et financières ont été modifiées au cours du second semestre 2009. » Cette partie des statistiques ne reflètent pas la réalité des escroqueries qui, selon l’OND, ne présente en réalité aucune baisse.

 

http://img535.imageshack.us/img535/113/insecurite2.jpg

Après une période de relative forte baisse, les faits de délinquance et criminalité
semblent devoir se maintenir à plus de 2 millions par an.

 

 

       Sur la période 1996-2010, les atteintes aux biens ont baissé, mais les atteintes aux personnes atteignent leur plus haut niveau depuis 15 ans avec 7,4 faits pour mille habitants, le double de ce qu’il était en 1996. Ces chiffres montrent, au-delà des augmentations ou des baisses de 1% ou 2% le maintien à un niveau très élevé de la délinquance et de la criminalité, propre aux sociétés aux modernes en proie à l’irresponsabilité gouvernementale et l’immigration de masse. En 2010, plus de 1,8 millions de vols ont été constatés ainsi que 380 000 destructions ou dégradations ; les agressions contre les personnes ont dépassé les 450 000.



http://img256.imageshack.us/img256/4772/insecurite1.jpg


Vertigineux : en quinze ans les atteintes volontaires à l'intégrité physique ont doublé.



      Entre 2009 et 2010, les vols avec violences ont augmenté de 7,34%. C’est une tendance lourde de la société : entre 1996 et 2010, l’augmentation atteint 52% ; en 15 ans, les vols avec violence – c’est une terrible réalité – ont plus que doublé. Dans le même temps, le nombre total de vol a baissé de 21,5%, largement lié à la réduction des vols contre les voitures.

 

http://img843.imageshack.us/img843/7780/insecurite3.jpg

Evolution du nombre de faits constatés pour les vols d'automobiles,
vols simples de particuliers et cambriolages de locaux pour 1 000 habitants.



       Ces chiffres sont sujets à caution. C’est d’abord la lassitude des Français qui ne portent pas plainte quand les plaintes précédentes n’ont jamais donné lieu à la moindre suite. Il y a les refus de plaintes de certains fonctionnaires de police ; problème inévitable quand ceux qui enregistrent les plaintes sont ceux qui mènent les enquêtes, qui sont poussés à faire du chiffre et qui transmettent ces chiffres. De nombreux intervenants ont rappelé que les chiffres étaient falsifiés :

 

« Les chiffres qui arrivent [à l’ONDRP] sont tronqués. Ils viennent de la police et de la gendarmerie. Et des consignes sont données aux départements, de faire en sorte que les chiffres qui remontent soient favorables. [...] Des directeurs départementaux de la sécurité publique m’ont dit qu’ils avaient parfois arrêté les chiffres au 20 du mois. C’est un contexte : mi-décembre, le ministre a parlé aux préfets et il a été extrêmement insistant sur les chiffres. Il a aussi annoncé qu’il convoquerait les préfets qui n’ont pas de bons chiffres et il a tenu en janvier quatre réunions avec des préfets. »

 

précise ainsi le député du Finistère Jean-Claude Urvoas.

 

 

       Il faut rappeler tout ce que ces chiffres n’évoquent pas : le sentiment d’insécurité, les agressions quotidiennes et la dégradation des relations interpersonnelles. Les petits vols, les petites agressions, les crachats, les insultes, les accidents de la route, qui ne font jamais l’objet d’une plainte. Plus grave, ces chiffres masquent la réalité des pratiques maffieuses qui gangrènent le pays, les quartiers de cités envahies tenues par les caïds, le commerce des armes, de la drogue, le travail au noir, la corruption généralisée de pans entiers de la société, l’immigration clandestine et ses réseaux, la délinquance en col blanc si rarement traquée et sanctionnée.

 

      Malgré la nouvelle pratique de l’UMP de cacher les chiffres, officiellement 43 701 véhicules ont été détruits par le feu en France en 2010, légèrement moins qu’en 2009, et à un niveau dix fois supérieur à ce qu’il était il y a quinze ans. L’immense majorité de ces actes a été commis dans le cadre de geste antisociaux, émeutes urbaines ou criminalité.

 

« Tous les incendies de voitures ne sont pas, loin de là, la conséquence de violences urbaines »

 

déclare pourtant Hortefeux, le ministre franc-maçon de Sarközy. Il n’avance aucune explication à ce phénomène qui n’existait quasiment pas il y a trente ans.

 

      C’est une guerre totale qu’il faut mener, là où Sarközy et Hortefeux ne proposent rien, rien que des mots et de l’auto-satisfaction pour des chiffres auxquels ils font dire ce qu’ils veulent. Et si les vols avec violence ont doublé en 15 ans, ce n’est pas grave : c’est simplement que les racailles volent des portables dans les transports en commun, et seulement sur 10% du territoire : tel est l'odieux discours de Brice Hortefeux. Il ne tient qu’aux honnêtes citoyens de se cacher, de ne pas téléphoner, de ne pas écouter de musique ou de donner leur appareils aux voyous qui les agressent. Hortefeux ne parle pas innocemment de pourcentage de territoire. La France est désormais un territoire essentiellement urbain. En 2006, les pôles urbains occupaient 8% du territoire français, mais abritaient plus de 60% de la population. L’augmentation des agressions contre les personnes, dans les lieux qui concernent donc plus de 60% (probablement au moins 65%) de la population, n’est donc pas signifiant pour Brice Hortefeux .

 

      Sarközy n’avait pas hésité à mentir en affirmant que « pour la huitième année consécutive, la délinquance générale a reculé de près de 3% ». Avec 2,1%, nous sommes bien plus près de 2% et presque aussi près de 1% que de 3%... Ces données, mises en avant tant par Sarközy que par Hortefeux, n’existent pourtant même pas pour l’ONDRP qui considère qu’ils n’ont aucune valeur.

      Il est à noter que ce chiffre intègre les infractions à la législation sur les étrangers mais aussi sur les stupéfiants. Non seulement ces faits ne font pas l’objet de plaintes, mais la France n’a jamais été aussi envahie qu’aujourd’hui et jamais les drogues de toutes sortes n’y ont fait autant de ravages. La tromperie est à deux niveaux : tout d'abord, ces données font baisser les chiffres globaux de la délinquance. D’autre part, incluses et cachées dans des statistiques tout à fait différentes, elles évitent à Hortefeux d’avoir à s’expliquer sur l’évidente absence de volonté politique de lutter contre l’invasion et contre la drogue, deux fléaux majeurs. La baisse de ces chiffres prouve clairement que les forces de l’ordre sont affectées à d’autres missions que la lutte contre la drogue et l’immigration clandestine.

 

http://img412.imageshack.us/img412/4770/convoiracaille.jpg      Cela n’est pas près de s’arrêter : en 2011, près de 2 000 postes de fonctionnaires de police seront supprimés ainsi que 900 emplois de gendarmes (2 882 emplois au total). Deux compagnies de CRS seraient supprimées, celles du Lot et de Meurthe-et-Moselle. La sécurité de Sarközy et de sa tribu continuera à être assurée ; les "forces de l’ordre" continueront à traquer les automobilistes sur les bords des routes, mais pour les autres ?

       Il est révélateur qu’après la mort d’une jeune femme dans le métro, d’un jeune Blanc à Montpellier, après l’enlèvement, le viol et probablement l’assassinat d’une Bretonne par un multirécidiviste, aucune voix ne s’élève pour exiger le rétablissement de la peine de mort et la réintroduction de peines dissuasives, la nécessité que les criminels purgent au moins les peines auxquelles ils sont condamnés, qu'ils payent les amendent qu'ils doivent.

 

       Les crimes et délits ne sont pas la réalité quotidienne supportée par les Français, mais de simples statistiques qui occupent le devant de la scène médiatique trois jours durant, le temps que les faux fausses opposants du système fassent semblant de s’affronter et se montrent avant que tout ne soit oublié. Et que 6 000 Français soient aujourd'hui victimes de crimes et de délits...

Partager cet article

Repost 0
Published by Eric Adelofz - dans Régime pourri
commenter cet article

commentaires

AHAE 24/01/2011 16:25



Il est vrai que la diminution des postes de policiers et gendarmes n'est pas une bonne chose actuellement. Mais le problème est ailleurs. L'Ajustice. Il ne sert en rien en effet d'augmenter même
de façon exponentielle les effectifs Police/Gendarmerie si les condamnations déjà légères sont de fait à la finale divisées par moitié. En fait il s'avère que la plupart des délinquants (et
criminels) soient toujours les mêmes et l'incurie de la justice les remet continuellement dans le circuit. 


A revoir la récidive et ses peines plancher à l'appréciation malheureusement des juges ainsi que la notion de non cumul des peines (elles sont confondues) sauf apparemment pour les faits de
révisionnisme où le vice est d'après ce que j'ai compris consiste à "lever" une "nouvelle" affaire à un moment  calculé  afin qu'un nouveau jugement ne permette pas à la personne de
sortir de prison.


Et si les amendes vont dans les caisses de l'état, l'Ajustice ne se soucie absolument pas du paiement aux victimes des dommages et intérêts. Il en est encore de leur poche lorsqu'ils doivent
saisir un huissier de justice pour tenter de récupérer leur dû. Ah elle est belle la justice française ! 



Club Acacia

Rédacteur en chef :
  -Eric Adelofz

Secrétaire de la rédaction :
  -Marie Mansard

Rédaction :
  -Brice Duqueyroux
  -Jérôme Deseille
  -Alexandre Janois

Chroniqueurs :
  -Philippe Régniez
  -Pieter Kierstens


Nous contacter, rejoindre la rédaction, proposer un article, participer aux relectures, faire part de vos idées, de vos suggestions :
  -clubacacia[at]gmail.com.

 

Nos articles sont librement reproductibles, sans possibilité de modification, avec mention de la source (voir la licence complète).

 

Syndication :

  -Flux RSS

  Free counter and web stats

(Droits : Club Acacia 2006-2010)