Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 04:04

Lundi 17 janvier 2011 : aujourd’hui en Europe sont toujours détenus de nombreux prisonniers politiques. En particulier, pensons aux historiens emprisonnés :

 

Pedro Varela, incarcéré depuis 39 jours (Espagne occupée)

Vincent Reynouard, emprisonné depuis 192 jours (France occupée)

Horst Mahler, détenu depuis 691 jours (Allemagne occupée)

L’héroïque Sylvia Stolz, privée de sa liberté depuis 1099 jours (Allemagne occupée)

Wolfgang Fröhlich, enfermé depuis 1220 jours (Autriche occupée)

Gerd Honsik, prisonnier depuis 1243 jours (Autriche occupée)

 

http://img839.imageshack.us/img839/6236/libertevincentreynouard.png

 

 

 

SOCIÉTÉ

 

Faits divers

 

      -Les pompiers sont intervenus à Mougins (Provence) sur ce qu’ils pensaient être un feu de broussaille. Ils ont trouvé le corps d’un homme entièrement brûlé.

      -A Chenôve, près de Dijon, une dizaine de voitures ont été détruites dans des incendies criminels.

 

 

 

Une église profanée et incendiée en Normandie

 

      L’église Saint-François d’Hérouville-Saint-Clair, près de Caen, a été profanée puis incendiée tôt hier. Des inconnus ont détruit une grande croix notamment puis mis le feu à une crèche de la nativité. D’importants dégâts ont été constatés, même si l’incendie ne s’est pas propagé au bâtiment principal de l’église.

 

 

 

Chronique de l'invasion à Roquemaure

 

      Roger Queyranne, maire sans étiquette a lancé un appel contre les attaques répétées des occupants envers les habitants de Roquemaure mais a dispersé la réunion dés l'apparition du Front National. Pourtant l'usage d'euphémismes comme 'incivilités', 'phénomène insécuritaire' s'épuisent même dans le Midi Libre qui ne peut éviter des réalités telles que : « Les présences du curé de la paroisse et de l'imam, hommes de paix, pourraient permettre de rapprocher les deux camps...un dialogue très difficile voire impossible...ainsi que le témoignage d’une élue : "Ils ont un mini-stade à disposition de l'autre côté de la route, ils préfèrent jouer sur la place de la mairie. Ils ont également le stade" ; "On leur avait donné une salle, ils l'ont rendu dans un état pas possible, on l'a nettoyé nous-mêmes", intervient une autre élue. "On leur a proposé de venir nous rencontrer, ils ne sont pas venus".

 

 

 

Quatre ans pour un multirécidiviste immigré qui a tenté de tuer un policier

 

      Un tribunal de Dijon a condamné très légèrement Y*** O***, pourtant déjà condamné à six reprises – mais toujours pas expulsé définitivement du territoire lui et sa famille. Le onze décembre, alors que des policiers le contrôlait au volant d’une voiture volée, il avait fait marche arrière à trois reprises alors qu’un policier était bloqué par la portière. Le policier a été très grièvement blessé (sternum fracturé). Il n'a écopé que de quatre ans de prison ferme et sera donc probablement en liberté d'ici quelques mois.

 

 

 

Anars et islamophobes ?

 

      Tout commence par un banal appel de délation vendredi : un jeune homme serait en train d’écrire des slogans insuffisamment tolérants à l’égard de cultes étrangers sur une voiture. Si Sarközy n’est pas immédiatement prévenu, une patrouille de police arrive rapidement sur les lieux et un suspect est contrôlé. Pas de chance pour les forces de l’ordre, le contrôle se déroule près d’un foyer d’agitation gauchiste, le Centre ‘culturel’ libertaire. Alors qu’il est quatre heures du matin, un concert de rap est donné dans les lieux. Sans savoir qu’ils prennent la défense d’un présumé immonde raciste, les gauchistes attaque les policiers, l'un d'eux est frappé, mis à terre et blessé. Il ne fera pas usage de son arme et est secouru dans un premier temps par son collègue puis par d’importants renforts. Pas moins de 53 anarchistes ont été arrêtés et deux seront jugés pour l’agression du policier.

 

 

 

 

 

BASSE POLITIQUE

 

Népotisme et corruption : Dugouin Clément remplace Dugouin-Clément à Mennecy

 

      Le corrompu UMP Xavier Dugoin-Clément a abdiqué en faveur de son fils Jean-Philippe comme maire de Mennecy en Ile-de-France. Tel un Jean-Marie Le Pen, il a précisé qu’il continuerait en politique. Les contribuables sont prévenus : le fils a annoncé qu’il poursuivrait l’"œuvre" de son père : « si le capitaine change, le cap ne change pas ». Xavier Dugoin avait été condamné dans plusieurs affaires de concussion ; malgré cela, le parti de corrompu UMP avait continué à l’accepter dans ses rangs, acceptant même qu’il devienne maire de Mennecy. Il avait pourtant été exclu du RPR, parti des corrompus s'il en est, après une énième affaire.

 

 

 

Les "Français" parlent au "Français"

 

      Le mouvement israélo-socialite a lancé hier une vaste offensive en faveur de Dominique Strauss-Kahn. Pierre Moscovici a vanté la candidature du violeur fou sur les ondes télévisées. Laurent Fabius a privilégié lui les ondes occupées radiophonioques. Lui qui n’a été mis en cause que dans l’affaire du sang contaminé, rendait visite à ses coreligionnaires de Radio J[uive].

 

« Mon sentiment personnel est que Dominique souhaitera être candidat et que s'il est désigné, il a de bonne chance d'être élu. [...] Nous avons deux candidats qui se détachent, c'est DSK et Martine Aubry qui ont des qualités tout à fait complémentaires. »

 

a-t-il déclaré, snobant volontairement Ségolène Royal. Cette dernière l’avait pourtant justement emporté face à deux représentant d’Israël en 2007.

 

 

 

Quand Sarközy fait espionner les généraux

 

      Le Canard enchaîné a révélé que les services secrets ont mis sous surveillance le général Vincent Desportes, qui dirigeait l’École de guerre. Il était de plus soupçonné d’appartenir au réseau Surcouf, qui avait signé en 2008 un texte, publié dans Le Figaro, très virulent contre le Livre blanc de la défense. Le gouvernement Sarközy a alors fait réaliser des écoutes illégales contre l’officier.

      La suspicion à son encontre s’était aggravée quand il avait publiquement dénoncé en 2010 l’engagement français en Afghanistan. Il rappelait que cette guerre d’invasion était « une guerre américaine », précisant qu’il faudrait « bien revoir la stratégie […]. L’armée américaine doute des directives de ses chefs. Tout se passe comme si le président Obama n’était pas très sûr de ses choix », alors que la France ne participe en rien aux grandes décisions. Ces vérités n'avaient pu que déplaire à Sarközy malgré la retraite de l'officier.

 

 

 

Quelques statistiques de l’Alliance nationale de Marine Le Pen

 

      Le Bureau politique de l'ex-Front national connaît une extraordinaire enflure (passant de 29 à 42 personnes ; à l’image des gouvernements "resserrés" de Sarközy il augmente de 44%). Le nombre de femmes y est presque doublé, passant de 7 à 13 et atteignant presque le tiers de la représentation, contre 24% dans le BP sortant. Phénomène inverse au Comité central où le nombre de femmes baisse légèrement de 34 à 31%, pour atteindre le même niveau qu’au BP.

 

 

 

Résultats définitifs

 

      Les résultats définitifs ont été annoncés. Bien loin des 30 000 adhérents fantasmés par les marinistes, il n'y avait finalement que 22 403 inscrits ; seuls 17 127 ont voté. L’abstention est donc très forte, puisque près d’un adhérent sur quatre n’a pas voté (23,6%). Sur les 17 068 suffrages exprimés, Bruno Gollnisch en a obtenu 5 522 (32,35%) et Marine Le Pen 11 546 (67,65%). Marine Le Pen obtient de justesse l’assentiment d’une majorité d’adhérents : seuls 51,5% des adhérents ont en effet voté Marine Le Pen (24,7% votant pour Bruno Gollnisch), très loin de la "réalité" rapportée par les médiats d'une adhésion massive, malgré l'intense propagande audiovisuelle et le scandaleux soutien de son père. C’est bien un parti ruiné par des années d'agitation mariniste et de manipulation qui tente de survivre.

      Les résultats détaillés du vote au Comité central n’ont pas été communiqués ; les partisans de Bruno Gollnisch obtiennent aux alentours de 45%.

 

 

 

Minorités

 

      Le parti de Marine Le Pen, longtemps présenté comme d’extrême droite, ne devrait plus longtemps jouir de cette réputation : dirigé par une sioniste, il a désormais comme secrétaire général un inverti, et son vice-président « chargé du projet », Louis Aliot, par ailleurs compagnon de Marine Le Pen, est d’origine juive. L’autre vice-présidente n’est autre que Marie-Christine Arnautu, une très active militante sioniste. Le trio est complété notamment par la présence de l'inculte historique anti-nazi Richard Sulzer au bureau politique qui, en plus des mêmes origines ethnico-religieuses, est affilié à une secte maçonnique.

 

 

 

Mariage chez les nationaux-sionistes ? Marine intronise un "identitaire" au bureau politique

 

      Inconnu des membres comme des cadres du Front national, Laurent Ozon fait son entrée au parti sans passer par la case militantisme, sans passer par la case élection : il entre directement au bureau politique de l’Alliance nationale mariniste. Alors que les partisans de Bruno Gollnisch sont quasiment totalement évincés, à  commencer par Hugues Petit, Laurent Ozon est imposé. Il avait notamment participé à la réunion, à Orange, sur les terres du "traître" Bompard, qui avait vu la transformation du Bloc prétendument "identitaire" en parti politique islamophobe et populiste, à l’exacte image de l’évolution de Marine Le Pen.

 

 

 

Hugues Petit, président du Conseil scientifique du FN disparaît du Bureau politique

 

      L’actif président du Conseil scientifique du Front national, ancien rapporteur général du budget de la région Rhône-Alpes, universitaire, maitre de conférences en Histoire du droit, paye son soutien à Bruno Gollnisch. Huguers Petit fait partie des épurés et disparaît du bureau politique du FN, bien que celui-ci soit quasiment doublé.
      Loin des rêves de voyage en Israël  de Marine Le Pen et du soutien aux envois d'enfants français à Auschwitz, ce courageux universitaire avait signé la pétition pour la libération de Vincent Reynouard et l'abrogation de la loi Gayssot, quasiment seul parmi les cadres du Front national.

 

http://img199.imageshack.us/img199/808/huguespetitfn.jpg

 




 

ÉTRANGER

 

Colonisation : Israël ou la provocation permanente

 

      La radio militaire israélienne a annoncé la prochaine validation d’un important chantier portant sur la construction de 1 400 logements dans les quartiers arabes de Jérusalem-Est (quartier de Gilo). L’entité sioniste entend par cet acte démontrer aux Palestiniens comme à la "communauté internationale" qu’elle fait ce qu’elle veut et que le processus de paix n’a aucune importance à ses yeux. En pleine négociation avec le gouvernement étasunien, les dirigeants juifs l'avaient ouvertement provoqué en annonçant la création de 1 600 logements à Ramat Shlomo, près de là, lors d'une visite d'un officiel américain l'année dernière.

 

 

 

Israël et sa colonie américaine ont créé le virus Stuxnet

 

       Le New York Times a révélé que ce sont bien les services de renseignement israéliens et américains qui ont créé le virus informatique Stuxnet. Ce dernier avait infecté un nombre important d’ordinateurs dans le monde liés aux centrales électriques ou nucléaires, ou encore au plateformes pétrolières, utilisant un programme informatique de Siemens. Tout particulièrement, c’est l’Iran qui avait été touché : ce pays était la cible visée. La Grande-Bretagne et l’Allemagne ont pris part à ce projet, mais pas nécessairement de manière volontaire selon le journal.

 

 

 

Tunisie (I) : le pays au bord de la guerre civile selon Bernard Lugan

 

Les graves évènements de Tunisie m’inspirent les réflexions suivantes :

 

1) Certes le président Ben Ali n’était pas l’illustration de la démocratie telle que la connaissent une trentaine de pays sur les 192 représentés à l’ONU, certes encore, de fortes disparités sociales existaient en Tunisie, mais, en vingt ans, il avait réussi à transformer un État du tiers monde en un pays moderne attirant capitaux et industries, en un pôle de stabilité et de tolérance dans un univers musulman souvent chaotique. Des centaines de milliers de touristes venaient rechercher en Tunisie un exotisme tempéré par une grande modernité, des milliers de patients s’y faisaient opérer à des coûts inférieurs et pour une même qualité de soins qu’en Europe, la jeunesse était scolarisée à 100%, les femmes étaient libres et les filles ne portaient pas le voile.

 

2) Aujourd’hui, tout cela est détruit. Le capital image que la Tunisie avait eu tant de mal à constituer est parti en fumée, les touristes attendent d’être évacués et le pays a sombré dans le chaos. Les journalistes français, encore émoustillés à la seule évocation de la « révolution des jasmins » cachent aux robots qui les lisent ou qui les écoutent que le pays est en quasi guerre civile, que les pillages y sont systématiques, que des voyous défoncent les portes des maisons pour piller et violer, que les honnêtes citoyens vivent dans la terreur et qu’ils doivent se former en milices pour défendre leurs biens et assurer la sécurité de leurs familles. Les mêmes nous disent doctement que le danger islamiste n’existe pas. De fait, les seuls leaders politiques qui s’expriment dans les médias français semblent être les responsables du parti communiste tunisien. Nous voilà donc rassurés…

 

3) La cécité du monde journalistique français laisse pantois. Comment peuvent-ils oublier, ces perroquets incultes, ces lecteurs de prompteurs formatés, que les mêmes trémolos de joie indécente furent poussés par leurs aînés lors du départ du Shah en Iran et quand ils annonçaient alors sérieusement que la relève démocratique allait contenir les mollahs ?

 

4) Le prochain pays qui basculera sera l’Egypte et les conséquences seront alors incalculables. Le scénario est connu d’avance tant il est immuable : un président vieillissant, des émeutes populaires inévitables en raison de l’augmentation du prix des denrées alimentaires et de la suicidaire démographie, une forte réaction policière montée en épingle par les éternels donneurs de leçons et enfin le harcèlement du pouvoir par une campagne de la presse occidentale dirigée contre la famille Moubarak accusée d’enrichissement. Et la route sera ouverte pour une république islamique de plus ; tout cela au nom de l’impératif démocratique…

 

5) Ces tragiques évènements m’inspirent enfin un mépris renouvelé pour la « classe politique » française. Ceux qui, il y a encore quelques semaines, regardaient le président Ben Ali avec les « yeux de Chimène », sont en effet les premiers à l’accabler aujourd’hui. Nos décideurs en sont tombés jusqu’à expulser de France les dignitaires de l’ancien régime tunisien qu’ils recevaient hier en leur déroulant le tapis rouge. La France a donc une nouvelle fois montré qu’elle ne soutient ses « amis » que quand ils sont forts. L’on peut être certain que la leçon sera retenue, tant au Maghreb qu’au sud du Sahara… A l’occasion de ces évènements, nous avons appris que 600 000 Tunisiens vivaient en France, certains médias avançant même le chiffre de 1 million. L’explication de l’attitude française réside peut-être dans ces chiffres. Pour mémoire, en 1955, un an avant la fin du protectorat français sur la Tunisie, 250 000 Européens, essentiellement Français et Italiens y étaient installés, ce qui était considéré comme insupportable par les anti-colonialistes.

 

<http://bernardlugan.blogspot.com>

 

 

 

Tunisie (II)

 

      Les violences se poursuivent en Tunisie après le départ du président Ben Ali. D’importantes fusillades ont été constatées dans divers lieux et les exactions recensées  se multiplient ; des journalistes ont également rapporté la mort de plusieurs personnes. Les pillages se poursuivent en même temps que l’épuration : Imed Trabelsi, neveu de l'épouse de l’ancien président, a été tué à coups de couteau. Il avait des intérêts dans la société Conforama.

      Des informations contradictoires ont circulé à propos d'un photographe, français de papier, grièvement blessé il y a quelques jours. Sa mort a été annoncée avant que l’ambassade française en Tunisie ne démente en fin de soirée hier.

 

 

 

Le monde arabo-musulman verra-t-il dans la Tunisie un modèle

 

      -Selon l’AFP, « un millier d'étudiants yéménites ont manifesté aujourd'hui à Sanaa, appelant les peuples arabes à se soulever contre leurs dirigeants ». Les étudiants accompagnés par des militants des droits de l’homme scandaient des slogans appelant ouvertement à la destruction du pouvoir en place alors que le pays est en proie à deux violentes insurrections armées : islamiste d'une part et indépendantiste dans le sud du pays.

      -Jeudi en Algérie, un chômeur s’est immolé par le feu devant un bâtiment administratif de Tebessa. Avec une vingtaine d’autres personnes, il venait rencontrer le maire de la ville auquel il demandait un logement et un emploi. Père d’un enfant, il est mort des suites de ses blessures. L’Algérie est le théâtre de violentes émeutes régulières ces dernières années ; elles se sont intensifiées ces derniers temps, faisant régulièrement des morts. Trois autres algériens ont déjà tenté de s’immoler ces derniers jours en divers lieux du pays.

      -En Jordanie, plusieurs centaines de syndicalistes, de membres des partis de gauches, d’association de défense des droits de l’homme mais aussi des islamistes ont manifesté devant le Parlement. Ils dénoncent la vie chère, et ne se cachent pas de vouloir lancer un mouvement comme en Tunisie : « En Jordanie, nous souffrons des mêmes maux qui ont affecté la Tunisie, et nous devons mettre fin à l'oppression, ainsi qu'aux entraves aux libertés et à la volonté du peuple » a déclaré le leader du mouvement islamiste des Frères musulmans.

 

 

 

Camp des saints : près de 250 clandestins en perdition en mer Égée

 

      La Grèce a annoncé avoir récupéré 241 clandestins qui dérivaient sur un bateau, alors qu’ils tentaient de rejoindre l’Italie. Une vingtaine d’immigrés sont portés disparus.

      Ces faits interviennent au lendemain d’affrontements sur la question justement de l’invasion de la Grèce par des centaines de milliers de clandestins.

 

 

[lien-vidéo de secours]

 

 

 

Le monde en guerre

 

       -Un attentat à la bombe a fait six morts et plusieurs blessés hier sur une de la province du Helmand en Irak. Un autre attentat dans la province de Bachlan a fait neuf morts sur une route, parmi des familles qui se rendaient à un mariage.

      -Un Égyptien, accusé d’avoir tué six chrétiens coptes et un policier musulman le 6 janvier 2010 à la sortie d'une église à Nagaa Hamadi vient d’être condamné à la peine de mort. Le jugement intervient  alors que le pays subi à nouveau depuis plusieurs semaines d’importantes tensions entre musulmans et cooptes.

      -Un Palestinien a été blessé hier par des soldats Juifs en Palestine occupée. L’homme venait chercher des matériau de construction.

      -Des affrontements entre des séparatistes et l’armée ont fait douze blessés hier dans le sud du Yémen. L’armée a tiré des obus contre des manifestants réclamant l'indépendance.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by La rédaction - dans Infos du jour
commenter cet article

commentaires

AHAE 17/01/2011 12:07



Il est évident que le Front National, dès lors qu'il a été  infiltré par sionistes et francs-maçons (pléonasme) ne peut être que "dédiabolisé" car maintenant sous contrôle.



Club Acacia

Rédacteur en chef :
  -Eric Adelofz

Secrétaire de la rédaction :
  -Marie Mansard

Rédaction :
  -Brice Duqueyroux
  -Jérôme Deseille
  -Alexandre Janois

Chroniqueurs :
  -Philippe Régniez
  -Pieter Kierstens


Nous contacter, rejoindre la rédaction, proposer un article, participer aux relectures, faire part de vos idées, de vos suggestions :
  -clubacacia[at]gmail.com.

 

Nos articles sont librement reproductibles, sans possibilité de modification, avec mention de la source (voir la licence complète).

 

Syndication :

  -Flux RSS

  Free counter and web stats

(Droits : Club Acacia 2006-2010)