Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juin 2008 4 26 /06 /juin /2008 18:11
Ce chant fut joué pour la première fois lors du 1er congrès du Parti populaire français (PPF), au mois de novembre 1936. C'est quelques mois plus tôt, le 26 juin 1936, que la naissance du PPF est annoncée par le Grand Jacques. France, libère-toi ! (ou Libère-toi, France libère-toi !) fut choisi pour hymne par le parti de Jacques Doriot ; il est l'oeuvre de deux militants dionysiens du parti : un ouvrier métallurgiste, A. Henry et A. Fontaine, employé de banque pour la musique. Pour Jean-Paul Brunet le biographe à charge de Jacques Doriot, les trois couplets « dont les rimes forment un assemblage encore plus pénible, sont d’un creux étonnant. » Pour son autre (très à charge) biographe Dieter Wolf, cet hymne est « une mauvaise copie de La Marseillaise présente ce mélange connu d’emphase, de passion et de sentimentalité qui remporte un infaillible succès dans toutes les grandes manifestations. »



(cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Effectivement, France, libère-toi ! aisément appris par les militants, fut chanté dans toutes les grandes réunions du parti parfois en ouverture quand l’ambiance était chaude, toujours en clôture avant La Marseillaise. Il y avait donc trois couplets ; Rémy Tryomphe n’en propose que deux et l’enregistrement d’époque que nous possédons n’est composé que de deux couplets lui-aussi. Il est probable que le second couplet ait disparu rapidement.
Rémi Tryomphe fait commencer ce chant par le couplet ; dans le second, il n’y a pas «
de France » après « enfant ».

   

Libère-toi France, libère-toi
Secoue le joug des luttes fratricides
Que l’étranger apporte sous ton toit
Sous le couvert de promesses perfides.
Que le Français soit maître de ses lois
Hors du pays les fauteurs de querelle
Nous ne subirons pas votre tutelle
Libère-toi France, libère-toi


I. La liberté que nos ancêtres
Ont payée du prix de leur Sang
Est menacée de disparaître
Lève-toi O peuple tout puissant
Déjà la rouge dictature
De faits sanglants, de combats inhumains
Se repaît de notre blessure
Debout Français, Saint-Denis te tend la main.

Refrain.

II. Méfiez-vous de ces émissaires,
Fossoyeurs de l'Humanité,
Parlant un langage de guerre,
Sous le signe de la Fraternité
Halte-là !... Nous sommes en France
Et vos espoirs guerriers seront vains
Notre ennemie, c'est la souffrance !
Malheur à ceux qui en sèment le grain !

Refrain.

III. Unissez-vous hommes de sciences
Ouvriers, humbles paysans
Joignez la force à l’expérience
En commun, soyez les artisans,
Les pionniers de la vie nouvelle
Et plus léger sera votre tribut
Ecoute Doriot qui t’appelle
Enfant de France vers le plus noble but.

Refrain.



Ecouter le chant ici :





Extrait d'un discours de Jacques Doriot (1941).









Jacques Doriot, bien avant Kennedy disait à ses hommes :
« Ne vous demandez pas ce que le parti peut faire pour vous,
mais demandez-vous ce que vous pouvez faire pour le parti !
».

Partager cet article

Repost 0
Published by MSR
commenter cet article

commentaires

Club Acacia

Rédacteur en chef :
  -Eric Adelofz

Secrétaire de la rédaction :
  -Marie Mansard

Rédaction :
  -Brice Duqueyroux
  -Jérôme Deseille
  -Alexandre Janois

Chroniqueurs :
  -Philippe Régniez
  -Pieter Kierstens


Nous contacter, rejoindre la rédaction, proposer un article, participer aux relectures, faire part de vos idées, de vos suggestions :
  -clubacacia[at]gmail.com.

 

Nos articles sont librement reproductibles, sans possibilité de modification, avec mention de la source (voir la licence complète).

 

Syndication :

  -Flux RSS

  Free counter and web stats

(Droits : Club Acacia 2006-2010)