Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 10:10

Ce poème, écrit le jour de l'exécution de Jean-Marie Bastien Thiry, sera le dernier de Jean de Brem. L'officier parachutiste sera assassiné quelques jours plus tard par les barbouzes gaullistes, en plein Paris, alors que la guerre est - officiellement - terminée. Sans autre justification que la folie criminelle d'un dictateur tout puissant.




Tu n’étais pas un baroudeur, mon colonel
Tu n’étais pas une figure légendaire
Ni un brillant stratège de la guérilla
Ni un seigneur du djebel.
Tu n’étais pas un fasciste
Ni un chouan pétri de traditions
Ni un automate sorti des camps viets
Ni un officier perdu d’orgueil.
Tu n’étais pas un para
Tu n’avais pas l’amour des combats impossibles
Ni le culte du Désespoir
Ni la vanité des soldats d’élite.
Tu n’étais pas un révolutionnaire
Tu ne voulais la place de personne
Tu n’étais pas amer
La haine ne couvait pas dans ton cœur
Ni le dégoût dans ton regard
Ni l’insulte dans ta bouche.
Non.
Tu n’étais qu’un homme paisible
Calme, honnête, responsable
Un chrétien réfléchi et pur
Un officier consciencieux
Un jeune savant, technicien appliqué
Qui menait la vie de tout le monde
Entre sa femme et ses filles…
Mais un jour,
Un jour a cessé la paix civile.
Car l’Orgueil est entré dans la Cité
Pour étrangler la Patrie au nom de la Patrie
Pour lacérer les drapeaux au son des fanfares
Pour décapiter l’armée qui était la Force de la Nation
Pour épurer la Fonction qui était l’Elite de la Nation
Pour soudoyer l’Eglise qui était la Conscience de la Nation
Pour tromper les masses qui étaient la Nation même
Pour appeler chaque défaite un triomphe
Chaque crime un miracle
Chaque lâcheté un fait d’armes
Pour appeler la Comédie Droiture
L’Impuissance, Fermeté
L’Abandon, Succès
La Haine, Modération
L’Indifférence, Lucidité
Et les Plébiscites Référendums…
Toi, on t’avait appris
Qu’une parole ne se reprend pas
Que la France est une et indivisible
Que la loi est la même pour tous
Que la télévision est à tout le monde
Et bien d’autres choses encore.
Tu as vu tous les grands
Tu as vu tous les responsables
Tu as vu tous les dignitaires
Protester mollement, d’abord
Et puis se taire bien vite
Dès qu’ils ont senti le bâton.
Et tu n’as pas compris qu’ils étaient lâches
Car tu ne t’étais jamais parjuré
Car tu n’avais jamais hésité ni menti
Ta vie était droite comme l’Horizon des mers
Et tu regardais le soleil en face.
Les généraux pouvaient empêcher la France de mourir
Et aussi les fonctionnaires
Et aussi les évêques
Et aussi les professeurs
Les députés
Les magistrats
Et aussi les grands bourgeois
Les financiers
Les journalistes.
Mais ils ont préféré la servitude
Ils ont vendu leur liberté trente talents
Ils ont acheté trente talents le droit
De survivre à leur Patrie
Pour continuer à ramper comme des vers
A grouiller comme des cloportes dans les ruines d’un monde en flammes.
Alors toi, mon colonel,
Un citoyen inconnu, un patriote inconnu
Tu as senti ton heure venue
Tu es devenu le glaive
Tu as frappé devant Dieu et les hommes.
On t’a traîné devant les juges
Pour une parodie de procès
Où des robots vêtus d’hermine,
Petits fonctionnaires des abattoirs
Choisis sur mesure par le prince
Au nom du peuple français,
Ont ri de tes paroles
Bouché leurs oreilles à tes explications
Et t’ont condamné de leur voix mécanique
A quitter la comédie humaine,
Tu les gênais, toi qui ne jouais pas
Tu les salissais, toi qui étais pur
Et ta voix nette et claire
Témoignage de l’Histoire Eternelle
Il fallait l’étouffer pour qu’on cessât de voir
Les fronts rouges et les âmes sales
Des courtisans chamarrés
Affolés par ton audace d’homme libre,
Adieu, Brutus.
Tu es mort, un chapelet tressé dans les doigts
Sans haine et sans colère comme un héros paisible
Il s’est trouvé des soldats pour t’abattre.
Ils t’ont couché dans l’herbe du fort
Et ils ont basculé ton corps dans une fosse
Sous la pluie fine de l’aurore
Ils ont joué aux dés ta tunique bleue d’aviateur
Déchiré ton ruban rouge
Et dispersé tes galons d’argent et d’or au vent de l’histoire.
Et ils ont cru, les déments
Que ta mémoire piétinée
Ton souvenir effacé par décret,
Se tairait à jamais la voix d’un homme,
Alors que ta mort tranquille
Nous rendait un dernier service…
Regarde-nous, mon colonel
Du haut du paradis des croyants
Situé à l’ombre des épées :
Regarde-nous.
Tu as maintenant dix-mille fidèles
Que ton martyre d’officier
A rendu à la lumière
Qui jurent devant Dieu
De faire éclater nos chaînes,
Et de révérer ton image,
Un jour au soleil d’été
Dans l’avenue qui portera ton nom
Des milliers d’hommes aux yeux fiers
Défileront d’un même pas
Guidés par les clairons de la postérité
Et d’un seul geste, au commandement,
Croiseront le regard de ton effigie
A jamais sanctifiée par les hommes.
Dors maintenant, mon colonel,
Tu es entré dans la paix…
Mais qu’ici-bas sur la terre
La malédiction demeure !
Que ton sang retombe sur les têtes
Des Pilates et des Judas
Qui poursuivent leurs vies d’insectes
Au prix d’un forfait si grand !
Et que nos larmes brûlantes
De douleur et de colère
Fassent jaillir, de la terre grasse d’Europe et d’Afrique,
La race nouvelle d’Occident…
Merci pour tout, mon colonel :
D’avoir vécu en Français
Et d’être mort en officier.
Car le moment est venu
Où après un tel exemple
Tu vas nous obliger à vaincre…

 

Jean de Brem.

 

 

 


Il y a quarante-huit ans ce jour était fusillé au fort de Montrouge le colonel Jean-Marie Bastien Thiry.
Assassiné pour être demeuré dans la voie de l'honneur et de la fidélité.

Le tribunal d'exception de la République l'avait condamné une semaine plus tôt.

Partager cet article

Repost 0
Published by Brice Duqueyroux - dans Camarades disparus
commenter cet article

commentaires

Le déla$ioniste 12/03/2011 13:56



Le soldat américain Bradley Manning, inculpé et détenu pour avoir transmis à WikiLeaks des milliers de documents secrets américains, a détaillé, cette semaine, dans une note de 11 pages, les
mauvais traitements dont il se dit victime. Ce document que l’AFP a pu consulter a été adressé, jeudi 10 mars 2011, aux autorités militaires, dans le cadre de la plainte déposée par le soldat
détenu sur la base de Quantico, en Virginie.



AFP, 12 mars 2011



Etats-Unis : Bradley Manning dénonce ses conditions de détention



 







Bradley Manning




Le soldat américain Bradley Manning, inculpé et détenu pour avoir transmis à WikiLeaks des milliers de documents secrets américains, a détaillé, cette semaine, dans une note de 11 pages, les
mauvais traitements dont il se dit victime. Ce document que l’AFP a pu consulter a été adressé, jeudi 10 mars 2011, aux autorités militaires, dans le cadre de la plainte déposée par le soldat
détenu sur la base de Quantico, en Virginie.


 






Etats-Unis





 


Âgé de 23 ans, Bradley Manning, un ancien analyste de renseignement en Irak, est enfermé depuis juillet 2010. Il est soupçonné d’avoir fourni à WikiLeaks, qui les a ensuite rendu publics, des
documents militaires américains sur les guerres en Irak et en Afghanistan, et des milliers de câbles diplomatiques du département d’État. Il risque la prison à vie. Dans sa note, le plaignant
affirme que les autorités militaires chargées de son cas ont abusé de leur autorité en le classant comme détenu à risque, susceptible d’attenter à son intégrité physique et en demandant des
conditions de « sécurité maximale ». Il a ajouté que son dossier montrait un comportement exemplaire de sa part en détention et que des psychiatres avaient recommandé à plusieurs
reprises qu’il ne soit plus placé sous haute surveillance. « Avec les restrictions actuelles, en plus d’être mis à nu le soir, je suis maintenu à l’isolement », écrit M. Manning.
Selon le document, depuis le 2 mars, le soldat doit remettre aux gardiens la totalité de ses vêtements, y compris son caleçon, ce qui n’était pas le cas auparavant. « Vingt-trois heures par
jour, je suis seul dans ma cellule. Les gardes m’observent toutes les cinq minutes pendant la journée et me demandent si ça va. On me demande de répondre par l’affirmative », ajoute le
soldat. « La nuit, si les gardes ne peuvent me voir distinctement, à cause d’une couverture que j’ai sur la tête ou si je suis tourné vers le mur, ils me réveillent pour s’assurer que ça
va », précise encore M. Manning. Il indique également qu’on lui a interdit d’avoir avec lui dans sa cellule des effets personnels, qu’il peut seulement lire un seul livre ou magazine à
la fois qu’il doit rendre à la fin de la journée, et qu’il n’est pas autorisé à faire de l’exercice dans sa cellule. « Si j’essaye de faire des pompes, des abdominaux ou toute autre forme
d’exercice, les gardes m’obligent à m’arrêter. Je n’ai droit en fait, qu’à une heure d’exercice par jour en dehors de ma cellule », explique-t-il en précisant que l’exercice consiste à
marcher dans une pièce vide.


Agence France Presse






Bradley Manning en détention




Club Acacia

Rédacteur en chef :
  -Eric Adelofz

Secrétaire de la rédaction :
  -Marie Mansard

Rédaction :
  -Brice Duqueyroux
  -Jérôme Deseille
  -Alexandre Janois

Chroniqueurs :
  -Philippe Régniez
  -Pieter Kierstens


Nous contacter, rejoindre la rédaction, proposer un article, participer aux relectures, faire part de vos idées, de vos suggestions :
  -clubacacia[at]gmail.com.

 

Nos articles sont librement reproductibles, sans possibilité de modification, avec mention de la source (voir la licence complète).

 

Syndication :

  -Flux RSS

  Free counter and web stats

(Droits : Club Acacia 2006-2010)