Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2008 3 17 /12 /décembre /2008 23:15
La version originale de ce chant date de l'époque nationale-socialiste. Son auteur est le célèbre Herms Niel.
Ce chant devenu chant de tradition des troupes de montagne de l’armée allemande serait passé dans le répertoire français très rapidement via la Division Charlemagne (selon ce site) ou un peu plus tardivement selon d'autres sources, dans les années 50 avec les anciens soldats allemands intégrés à la Légion étrangère.
Il est logiquement interprété par les troupes de montagne.


Il ne s'agit pas d'une traduction mais d'une adaptation : les paroles originales font essentiellement référence à la femme aimée et la fleur edelweiss. La version française au contraire est essentiellement guerrière.
Il existe peu de variations dans les versions présentées. Le site http://www.troupesdemarine/ donne dans la dernière phrase du refrain « Vers un dernier assaut ». Parfois le dernier couplet n'apparaît pas et le refrain est bissé. Pour la Légion étrangère, le capitaine Selosse conseille de chanter « Oui, oui, oui » avant de commencer le refrain.



I. L’air pur de la montagne nous rend fiers et joyeux
Gravissant la rocaille nous grimpons jusqu’aux cieux
Il s’agit de savoir si l’ennemi dangereux
N’a pas bien avant nous déjà pris le point précieux

C’était un edelweiss
Un gentil edelweiss
Qui nous guidait là-haut
Pour un dernier assaut.

II. Grâce à notre courage nous sommes arrivés,
De l’ennemi plus de traces nous sommes victorieux,
Mais avant de partir ne serait-ce pas plus gai,
D’orner de ce joli bouquet nos lourds casques d’acier.

Refrain.

III. Dans la montagne immense ourlée de sapins verts
Est une tombe blanche d’un petit légionnaire,
Et sur sa tremblante croix plantée par ses frères d’armées,
Pousse, timide et blanche, brillante comme une larme.

Refrain.




Ecouter le chant ici :




ou ci-dessous :







Es war ein Edelweiß

I. Ganz einsam und verlassen
An einer Felsenwand,
Stolz unter blauem Himmel
Ein kleines Blümlein stand.
Ich konnt' nicht widerstehen,
Ich brach das Blümelein,
Und schenkte es dem schönsten,
Herzliebsten Mägdelein.
 
Es war ein Edelweiß,

   Ein kleines Edelweiß,
   Holla-hidi hollala,
   Hollahi diho.

II. Sie trägt es treu in Ehren
An ihrem Sonntagskleid.
Sie weiß, daß dieses Sternlein
Ein Männerherz erfreut.
Sie trägt es mir zuliebe,
Und ich bin stolz darauf,
Denn diese zarte Blume
Schloß einst zwei Herzen auf.

Refrain

III. So einsam und verlassen,
Wie dieses Blümlein stand,
So standen wir im Leben,
Bis Herz zu Herz sich fand.
Ein Leben voller Liebe
Und Glück und Sonnenschein
Hat uns gebracht das kleine,
Einsame Blümelein.

Refrain


Ecouter le chant ici :




ou ci-dessous :


       




Blason à l'eldeweiss, emblême de Terre et Peuple.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Club Acacia

Rédacteur en chef :
  -Eric Adelofz

Secrétaire de la rédaction :
  -Marie Mansard

Rédaction :
  -Brice Duqueyroux
  -Jérôme Deseille
  -Alexandre Janois

Chroniqueurs :
  -Philippe Régniez
  -Pieter Kierstens


Nous contacter, rejoindre la rédaction, proposer un article, participer aux relectures, faire part de vos idées, de vos suggestions :
  -clubacacia[at]gmail.com.

 

Nos articles sont librement reproductibles, sans possibilité de modification, avec mention de la source (voir la licence complète).

 

Syndication :

  -Flux RSS

  Free counter and web stats

(Droits : Club Acacia 2006-2010)