Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 janvier 2011 7 16 /01 /janvier /2011 16:07

Nous reprenons l'extrait du journal du jour consacré à la disparition du Front national, agrémenté de nouveaux articles.

 

 

 

Dédiabolisation réussie

 

« [Cette élection] substitue une porteuse dun discours de haine à un porteur dun discours de haine »

 

Dominique Sopo, président de SOS Racisme.

 

 

 

Résultat du vote pour le président de l’ex-Front

 

       Selon diverses sources, Bruno Gollnisch obtiendrait 32 à 33%, contre 67 à 68% pour Marine Le Pen. Il s’agit d’un plutôt bon résultat pour le vice-président du Front national étant donné les suspicions portant sur la sincérité du scrutin et surtout sur la double machine de guerre à laquelle il faisait face : le front uni de la tribu régnante et, surtout, un système médiatique œuvrant pour la victoire de son adversaire. Sans doute pour la première fois dans l’histoire, le pouvoir médiatique, le ’’quatrième pouvoir’, a décidé et imposé un président à un important parti politique dans une démocratie, avec la complicité active d’une part importante de l’appareil de ce parti.

       Marine Le Pen a été officiellement proclamée ce matin. Symbole de la farce que fut cette élection, les résultats étaient connues depuis deux jours, malgré les affirmations répétées que le résultat ne serait proclamé que ce dimanche.

 

 

 

Résultat du vote pour le comité central de l’ex-Front

 

       Les résultats seraient bien moins tranchés au Comité central du Front national, organisme qui n’avait ni poids ni utilité hier et qui en aura encore moins dans un mouvement populiste-sioniste débarrassé de toute doctrine et voué au culte de l’(im)personnalité. Les partisans de Bruno Gollnisch obtiendraient 45% des sièges contre 55% à leurs adversaires.

 

 

 

Neutralisation des partisans (jeunes) de Bruno Gollnisch (I)

 

       Selon certaines sources, Marine Le Pen aurait promis aux jeunes partisans de Bruno Gollnisch d’éjecter David Rachline de la direction du Front national de la jeunesse (FNJ), mouvement pourtant laissé à l’abandon depuis des années par sa volonté et qui a de fait cesser d’exister. David Rachline pourrait soit être promu à de plus hautes destinées, soit plus probablement faire les frais de sa marginalité, notamment sur la question du sionisme. Proche d’Alain Soral puis de Christian Bouchet, il est sur la sellette depuis de nombreux mois ; la "promesse" ne serait que la réalisation d’un acte inscrit au calendrier depuis longtemps.

       Marine Le Pen espérerait ainsi voir rester dans son parti quelques cadres potentiels qui font cruellement défaut et surtout éviter une fuite massive et ordonnée de jeunes militants sincères et dévoués – qui, eux aussi, lui font cruellement défaut.

 

 

 

Neutralisation des partisans de Bruno Gollnisch (II)

 

      Marine Le Pen tente de neutraliser la constitution d’une véritable opposition au système en retenant les partisans de Bruno Gollnisch au sein du mouvement sioniste du système. Elle a déjà prétendu qu’elle attribuerait une « place significative » au bureau politique « car le Front national doit rester uni ». Proposer des places là où il est question de combat et d’éthique en dit long sur la fracture qui traverse l’ex-Front national.

 

 

 

Manifestation de lextrême gauche à Tours

 

      Environ 2 000 personnes ont manifesté à Tours hier contre la tenue du congrès du Front national, soit plus que le nombre de participants au congrès. À la fin du défilé, des violences ont été commises par des extrémistes, obligeant les forces de l’ordre à intervenir.

      Les autorités ont déployé plusieurs centaines de policiers et gendarmes pour assurer la protection du congrès.

 

       Nouvelle vidéo :

 

 

 

Vidéo diffusée ce matin :

 

 

 



 

Népotisme, modestie et UMP

 

« Il y a un côté génétique. Marine est née avec un tempérament de chef. »

 

« J’ai connu une certaine aisance… »

 

      Une alliance avec l’UMP est-elle possible ?

 

« Tout dépendra des circonstances. Cela pourrait être envisageable dans le cas où la France serait confrontée à une catastrophe telle qu’elle exigerait un gouvernement de salut public. Pour le reste, les récents sondages viennent encore de montrer qu’une large partie des sympathisants de l’UMP est sensible aux arguments du Front. » 

 

Jean-Marie Le Pen ce matin dans Le Parisien.

 

 

 

Minable

 

      L’ancien leader poujadiste achéve sa carrière de la plus misérable des façons : après 40 années d’inutilité politique du Front national, Jean-Marie Le Pen à l’heure de la soupe hier, crache sur Bruno Gollnisch plutôt que d’oeuvre au relèvement de la France et à l’action politique radicale que l’heure exige. Le vice-président a été accusé d’avoir été le coupable du « désastre » des élections législatives de 2007, Le Pen oubliant son accablante culpabilité dans cette affaire ainsi que celle de sa fille, directrice de campagne des présidentielles (perte sèche de 1 million de voix), lui qui se trouvait les excuses les plus pitoyables (c’est la faute à Sarközy, le méchant qui nous vole des voix...).

 

 

 

Farid Smahi quitte l’Alliance sioniste

 

      Lors d’une conférence de presse cet-après, Farid Smahi a annoncé son départ du Front national, dénonçant son exclusion du nouveau Comité central.

      Ce militant depuis 15 au Front national se dit victime d’une exclusion du bureau politique en raison de sa confession musulmane et de son engagement pro-palestinien.

 

« C’est fini ! J’ai été trahi ! Marine montre qu’on ne veut pas de musulmans au FN ! »

 

Insulter par l’avocaillon Wallerand de Saint-Just qui lui intime l’ordre de « fermer sa gueule », Farid Smahi lui a rétorqué un énervé « sioniste ! » au milieu d’une joyeuse pagaille.

 

Un membre du comité central m’explique en aparté que Farid Smahi aurait changé de bord en rejoignant Bruno Gollnisch alors qu’il était mariniste. Gollnisch, du coup, ne l’aurait pas retenu pour le bureau politique.

 

Farid Smahi a rappelé que Marine Le Pen est « financée par les sionistes comme tous les autres mouvements d’extrême-droite. Il a ajouté que lorsque la fille de Jean-Marie Le Pen parle de colonisation de la France par les musulmans, elle ferait mieux de parler de la "véritable colonisation, (celle) des territoires occupés palestiniens". » rapporte le Bondy Blog.

 



 

Présidence du FN : qu'en penser ?

 

C'est avec intérêt ou curiosité que le camp national et identitaire a suivi l'élection du successeur de Jean-Marie Le Pen à la présidence du Front national.

L'élection de Marine Le Pen, avec les deux tiers des suffrages était évidemment une certitude, et le résultat obtenu par Bruno Gollnisch sanctionne un échec programmé.

Bruno Gollnisch est un homme éminemment sympathique, cultivé, intelligent et courageux. Courageux vis à vis de l'adversaire extérieur, mais incroyablement timoré face à Jean-Marie Le Pen, auquel il n'osa jamais s'opposer. Jean-Marie Le Pen l'humiliait, et l'humiliait encore. Il se taisait. Ses plus fidèles soutiens au sein du Mouvement quittèrent un à un le FN, ou en furent exclus. Il ne leva pas le petit doigt pour défendre son amie Marie-France Stirbois et pas davantage ses amis Jacques Bompard, Bernard Antony ou Carl Lang. Il se retrouva seul, ou presque. Ses fidèles, qui dirigeaient des fédérations du FN furent éliminés les uns après les autres. Il ne protesta pas. Marine Le Pen, à l'instar de son père, pensait que les immigrés étaient des branches de l' « arbre France ». Il se tut. Tout le monde savait que la campagne interne était déséquilibrée et déloyale. Gollnisch ne disposait pas des fichiers d'adhérents, son adversaire, si. Lors de la grande réunion de Villepreux, organisée par les partisans de Gollnisch, Le Pen exigea que la flamme du FN fût retirée des invitations. Il obtempéra sans protester, alors qu'il était tout de même le vice-président du Parti. Ses partisans, qui adhéraient au FN dans l'intention de le soutenir, furent interdits de voter. Silence. Lors de la récente présentation des voeux du FN à la presse, tenue en présence de Jean-Marie Le Pen et de sa fille, il affirma que l'élection se déroulait de façon loyale alors que chacun savait qu'il n'en était rien... et déclara par ailleurs qu'il respecterait les résultats du scrutin. Roger Holeindre, quant à lui, vient de claquer la porte. Un de plus...

Il s'agissait d'une guerre. L'une le savait, l'autre ne voulait pas le reconnaître. Bruno Gollnisch méritait-il vraiment de l'emporter ?

Beaucoup ont prétendu que les médias et Sarkozy avaient décidé de soutenir Marine Le Pen, considérant qu'elle serait moins dangereuse pour le Système que Bruno Gollnisch. A vrai dire, je ne partage pas complètement cette analyse. Les médias ne s'intéressent guère au fond, mais essentiellement à la forme, en quoi Marine Le Pen supplante son adversaire, et donc « fait vendre ». Quant à Sarkozy, son intérêt n'est absolument pas d'avoir comme adversaire une candidate créditée de sondages flatteurs à l'élection présidentielle et qui pourrait le placer largement derrière le candidat socialiste, ce qui constituerait un lourd handicap pour le second tour. Il n'en demeure pas moins que Marine Le Pen cherche à intégrer le Système et que le Front national ne peut plus être considéré, à partir d'aujourd'hui, comme un mouvement nationaliste et identitaire, mais comme l'équivalent du mouvement que Gianfranco Fini avait créé en Italie, trahissant son idéal, trahissant la mémoire de Giorgio Almirante. Cela avait valu à Fini d'entrer au gouvernement avant d'être mis sur la touche par Berlusconi. Il se traîne aujourd'hui à 3% dans les sondages.

 

L'avenir du FN et du mouvement nationaliste

 

Le FN ne disposera plus d'élus régionaux prochainement. Et quasiment d'aucun candidat présent au second tour des élections cantonales. La faute à un énième tripatouillage des modes de scrutin. Ce mouvement, qui aurait pu être le fanal de la résistance, a été incapable, par la volonté de Le Pen, de constituer une véritable école de cadres disposant d'une structure idéologique solide, et d'un enracinement local, gage de pérennité. Or, sans cadres formés, totalement habités par les enjeux du combat, insensibles au découragement, il est impossible de résister aux épreuves qui s'annoncent et aux tentations de rallier totalement le Système. Après tout, pourquoi ceux qui sont tentés par la collaboration ne le feraient-ils qu'à moitié ?

L'avenir du mouvement nationaliste ne passe plus par le Front national, mais par le rassemblement de toutes les forces de la résistance nationale et européenne, après une nécessaire clarification comportementale et idéologique. Au travail.

 

Comuniqué de Robert Spieler, Délégué général de la Nouvelle Droite Populaire.

 

 

 

Bruno Gollnisch refuse la vice-présidence

 

      Bruno Gollnisch ne sera pas le premier vice-président du Front national comme le lui proposait Marine Le Pen. Il affirme vouloir laisser les « coudées franches » à la nouvelle équipe pour qu’elle « fasse ses preuves ».

 



Le nouveau Bureau Politique du FN

 

Sans surprise, le nouveau bureau politique du Front national est livré sous le signe d’Israël. Symboliquement, les deux premiers membres de la liste sont les deux vice-présidents : un judéen et une sioniste soutenue notamment par la Ligue de défense juive, organisation terroriste coupable de nombreuses agressions contre les nationalistes, et d’autres officines étrangers.

Le reste du bureau politique intègre 24 soutiens de Marine Le Pen (en gras ; en italique personnes ayant une double appartenance), 10 partisans de Bruno Gollnisch intégrés comme faire-valoir (en rouge)  8 qui n’avaient pas fait savoir de préférence.

 

ALIOT Louis(Vice-président chargé du projet)

ARNAUTU Marie-Christine(Vice-présidente chargée des affaires sociales)

BAY Nicolas

BILDE Bruno

BINDER Patrick

BOUDOT Christophe

BOUTONNET Marie-Christine

BRIOIS Steeve (Secrétaire Général)

COLOMBIER Jacques

DE LACOSTE LAREYMONDIE Jean-Marc

DE LA TOCNAYE Thibault

DE SAINT JUST Wallerand(Trésorier national)

DUBOIS Jean-Michel

ERRE Pascal

FATNA Huguette

FERRAND Edouard

GOLLNISCH Bruno

GOURLOT Thierry

GROLET Françoise

GUINIOT Michel

JALKH Jean-François (Délégué Général)

JAMET Alain (1er Vice-président)

JAMET France

LE PEN Jean-Marie(Président d’honneur)

LE PEN Marine(Présidente)

LEROY Sandrine

LOISEAU Philippe

OZON Laurent

MARTIN Dominique

MASCRET David

MELIN Joëlle

MONTEL Sophie

NEVEUX Brigitte

PERROT Charles

PIGEOT Nathalie

RAVIER Stéphane

SALAGNAC Catherine

SCHENARDI Lydia

SUBTIL Bruno

SULZER Jean-Richard

VIZIER Alain

VOUZELLAUD Guillaume

 

 

 

Le Nouveau Comité central :

 

Membres de droit

Jean-Marie LE PEN

Marine LE PEN

Bruno GOLLNISCH

 

Membres élus

Louis ALIOT

Roger HOLEINDRE

Thibaut DE LA TOCNAYE

Steeve BRIOIS

Wallerand DE SAINT-JUST

Marie-Christine ARNAUTU

France JAMET

Bruno BILDE

Alain JAMET

Huguette FATNA

Rémy BOURSOT

Lydia SCHENARDI!

Farid SMAHI

Patrick BINDER

Julien SANCHEZ

Jacques COLOMBIER

Louis DE CONDE

Joëlle MELIN

Anne-Christine ROYAL

Marie-Claude AUCOUTURIER

Bruno SUBTIL

Stéphanie KOCA

Martine BINDER

Philippe LOISEAU

Olivier WYSSA

Mireille D’ORNANO

Sylvie GODDYN

Miguel DE PEYRECAVE

Tony CARDI

Hugues PETIT

Jean-Marc DE LACOSTE LAREYMONDIE

Guillaume VOUZELLAUD

Dominique MARTIN

Brigitte NEVEUX

Yvan BENEDETTI

Alexandre GABRIAC

Jean-Pierre REVEAU

Eliane DE LA BROSSE

Valérie COLOMBIER

Nathalie BETEGNIES

Matthieu COLOMBIER

Gabriel DE PEYRECAVE

Stéphane RAVIER

Monica DE CONDE

Marie-Christine BOUTONNET

Emmanuelle PUJOL

Françoise GROLET

Catherine SALAGNAC

Jean-Michel DUBOIS

Laura LUSSAUD

Elisabeth BASTON

David RACHLINE

Erwan LE GOUELLEC

Cédric ABDILLA

Frédéric BOCCALETTI

Oriane BORJA

Jean-Romée CHARBONNEAU

Charles PERROT

Valérie LAUPIES

Franck BRIFFAUT

Thierry GOURLOT

Jean-Louis BOUGUEREAU

Jean-Richard SULZER

Blanche SIGRIST-CHAUSSAT

Pierre CHEYNET

Marie-Anne HAAS

Bernard MARANDAT

Alexandre SIMONNOT

Louis-Armand DE BEJARRY

Serge LAROZE

Agnès HENRY

Eric AUDEBERT

Robert MORIO

Eric DOMARD

François BONNIEUX

Gérald GERIN

Ludovic DE DANNE

Christophe BOUDOT

Alain VIZIER

Marie-Thérèse FESENBECK

Marie-Christine CARDOSO

Frédéric CABROLIER

Evelyne RUTY

Eric DILLIES

Jacques HENRIOT

Danièle VOUZELLAUD

Thierry VIALLON

Mylène TROSZCZYNSKI

Lucien RUTY

Jean-Luc MANOURY

Edouard FERRAND

Laurent COMAS

Edouard FESENBECK

Nathalie PIGEOT

Paul LE MORVAN

Amaury NAVARRANNE

Eric SAMYN

Philippe ARBONA

Freddy BAUDRIN

Rémi CARILLON

 

Membres cooptés

Jean-François Jalkh

Sandrine Leroy

Christian Maréchal

Philippe Chevrier

Guillaume Lhuillier

Robert Heyraud

Annie Philippon

Eliane Coolzaet

Erik Faurot

Magguy Lussaud

Lionel Stieffel

Maxime Labesse

Chantal Luze Renoud

Patrick Hays

Willy Boye

Thérèse Brochard

Jean Paul Felix

Richard Jacob

Laurent Brice

Emile Cavasino

Partager cet article

Repost 0
Published by La rédaction - dans Régime pourri
commenter cet article

commentaires

G. 17/01/2011 00:53



http://j14pdf.over-blog.fr/article-declaration-de-militants-du-front-national-de-la-jeunesse-du-calvados-65105766.html



Club Acacia

Rédacteur en chef :
  -Eric Adelofz

Secrétaire de la rédaction :
  -Marie Mansard

Rédaction :
  -Brice Duqueyroux
  -Jérôme Deseille
  -Alexandre Janois

Chroniqueurs :
  -Philippe Régniez
  -Pieter Kierstens


Nous contacter, rejoindre la rédaction, proposer un article, participer aux relectures, faire part de vos idées, de vos suggestions :
  -clubacacia[at]gmail.com.

 

Nos articles sont librement reproductibles, sans possibilité de modification, avec mention de la source (voir la licence complète).

 

Syndication :

  -Flux RSS

  Free counter and web stats

(Droits : Club Acacia 2006-2010)