Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2011 2 22 /02 /février /2011 11:11
         Le monde occidental pour le moins, observe comme un gigantesque troupeau de bovidés les événements qui se déroulent dans le bassin méditerranéen, et dans le monde musulman at large. Les journalistes et les politiques, si prompts à prendre la parole et à donner leur avis sur tout et n’importe quoi, comme le temps qu’il fait et qu’il fera, sont bien silencieux. Ils regardent… le spectacle serait-il un match de football, mais combien y a-t-il d’équipes sur le terrain, et d’arbitres ? On s’y perd, ou, comme le disait la célèbre chanson : « on nous cache tout, on nous dit rien ».


         Les populations concernées semblent prêtes à tout, à courir au sacrifice suprême, elles veulent renverser les pouvoirs en place… mais pour les remplacer par quoi ? Cela, on ne le dit pas… c’est le mystère contenu dans la boule de cristal. Des démocraties ? non, impossible de faire passer cette pilule après les échecs cuisants aujourd’hui démontrés. Un pouvoir militaire, transitoire ou non, qui jouerait les fusibles pour répondre aux besoins des princes de l’usure ? On ne rencontre pas tous les jours des « hommes de la situation », des Sadam Hussein, des grands dictateurs… Mais que veulent donc ces peuples exacerbés ?


         Un accès au mode de vie occidental, à la consommation effrénée, à la « liberté » chérie ? Ceux qui font partie des classes moyennes, et qui vivent des rêves qui leur sont propres, paraissent en grand nombre tenter de fuir les insurrections vers l’Europe. Alors quoi ?

         Eh bien, on peut gager raisonnablement qu’ils veulent un régime religieux, un régime basé sur les principes de leur foi, cela, tout cela, et rien d’autre.


         Et c’est bien cela qui fait la différence entre ces peuples perclus de foi au point d’en souffrir – nous ne discuterons pas ici de savoir si cette foi n’est qu’une idolâtrie – et les nôtres, laminés depuis plus de deux siècles par les tenants des lumières et les ennemis de la calotte. Nos peuples n’ont plus de foi, ils n’ont plus d’aspiration supérieure, plus de référence au surnaturel, au divin… ils ne sont prêts à mourir pour rien, et sont résignés à vivre un enfer matériel jusqu’à leur trépas. Voilà le constat, et voilà bien la situation à laquelle il faudra faire face lorsque ces régimes musulmans seront solidement établis, et que, disposant déjà de cinquièmes colonnes bien en place grâce au laxisme de nos gouvernants, ils commenceront à regarder autour d’eux pour chercher où s’étendre.

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe Régniez - dans Chroniques de Philippe Régniez
commenter cet article

commentaires

Arebours 22/02/2011 21:37



Bonsoir à toutes et tous,


J'eus souhaité marqué mon différend avec l'auteur de l'article qui idéalise un peu trop le monde musulman à mon goût; en effet, celui ci a un rêve européen de consommation au même titre que les
Européens eurent un rêve américain; dans les deux cas, c'est bien la quête de l'épaisseur du portefeuille qui est cherchée, cachée qu'elle est par des idéaux plus nobles comme la recherche de la
liberté, la religion ou le nationalisme qui ne sont proclamés que pour donner de la crédibilité au mouvement de contestation


 


Même en Egypte où les frères musulmans font recette, notamment chez les plus pauvres, cela est du à l'octroi de denrées nécessaires au quotidien comme les médicaments ou la nourriture: cela
n'implique nullement une adhésion au fondamentalisme islamique.


 


En revanche et puisqu'il y a tâche d'huile, si les pays arabes se démocratiseraient, fatalement sachant l'importance des problèmes, ils décevraient; on pourrait alors s'attendre à une forte
poussée voire une prise de pouvoir par les islamistes suite à la déception des électeurs.


 


Je partage en revanche avec l'auteur le fait qu'ici - en Europe - les particuliers ne sont réduits à n'être que des consommateurs, cela avec leur bénédiction, et que l'Europe qui est aujourd'hui
une structure éminament économique est spirituellement - à tous les sens du terme, morte.


 


Peut être faudrait-il espérer un séisme afin de revigorer l'ensemble et ainsi déclencher le nécessaire réarmement moral.



Club Acacia

Rédacteur en chef :
  -Eric Adelofz

Secrétaire de la rédaction :
  -Marie Mansard

Rédaction :
  -Brice Duqueyroux
  -Jérôme Deseille
  -Alexandre Janois

Chroniqueurs :
  -Philippe Régniez
  -Pieter Kierstens


Nous contacter, rejoindre la rédaction, proposer un article, participer aux relectures, faire part de vos idées, de vos suggestions :
  -clubacacia[at]gmail.com.

 

Nos articles sont librement reproductibles, sans possibilité de modification, avec mention de la source (voir la licence complète).

 

Syndication :

  -Flux RSS

  Free counter and web stats

(Droits : Club Acacia 2006-2010)