Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 avril 2007 2 24 /04 /avril /2007 18:06
Le 24 avril 1916, l'insurrection éclate en Irlande, révoltée contre l'oppression anglaise.

Les nationalistes irlandais se préparent depuis des années ; la Première Guerre mondiale leur fournit l'opportunité qu'ils attendent. Durant ses années, les membres de l'IRB (Irish Republican Brotherhood - Fraternité républicaine irlandaise) ont méthodiquement infiltré les Volontaires irlandais (Irish Volunteers), plus modérés, dont le chef tente de monnayer la participation irlandaise à la guerre aux côtés des Britanniques.

Au début de l'année 1916, le conseil suprême de l’IRB se décide pour un coup d'Etat. La situation politique est bloquée : l'Angleterre, qui avait promis de nouvelles lois, a profité de la guerre pour stopper tout processus. Les très catholiques irlandais choisissent la date de Pâques. Elle doit coïncider avec l'arrivage d'armes venues d'Allemagne.


Les chefs de l'IRB, Patrick Pearse (photo à droite), Michael Collins, James Connolly, Tom Clarke, Sean MacDiarmada, Eamon de Valera et Joseph Plunkett, sont divisés. Patrick Pearse s'impose : malgré l'arraisonnement par les Anglais du navire qui transporte les armes, il maintient l'insurrection.

Elle est déclenchée le lundi de Pâques 24 avril 1916. 120 membres de l’Irish Citizen Army (ICA) et 700 de l’Irish Volunteers Force défilent à Dublin. Le plan d'insurrection prévoit l'occupation des principaux bâtiments de la ville : la Poste centrale, Palais de Justice, la gare... Le plan fonctionne correctement et les insurgés s'organisent ; mais la population de Dublin reste neutre et parfois hostile. Hors de Dublin, l'insurrection remporte peu d'échos ; les Anglais restent maîtres des communications téléphoniques.


Ce premier jour de révolte, Patrick Pearse proclame la naissance de la République irlandaise.

Les nationalistes tiennent la rue et repoussent les attaques de l’armée britannique ; ils parviennent à neutraliser les pillards qui profitent de l'occasion. Grâce au téléphone, les renforts britanniques font rapidement mouvement vers Dublin ; les nationalistes sont rapidement submergés. Ils résistent jusqu'au 29 avril, date à laquelle le président du gouvernement provisoire, Patrick Pearse, décide l'arrêt des combats. Moins d'une centaine de nationalistes sont morts, mais on déplore le décès de plus de 300 civils. Les blessés se comptent par milliers.

C'est un terrible échec pour les nationalistes. Il sera aggravé par la répression aveugle et sanglante de l'Angleterre. Après des procès expéditifs, les 15 principaux dirigeants sont exécutés.
Patrick Pearse est fusillé le 3 mai 1916. James Connolly, grièvement blessé au cours de l'insurrection, est porté amené sur une chaise devant le peloton d'exécution, le 12 mai 1916. Des centaines de nationalistes sont déportés en Angleterre ou au Pays de Galles. Parmi eux figurent Michael Collins...


 
Statue rendant hommage à Michael Collins
assassiné en 1922






De cet échec, naîtra cinq ans plus tard l'Etat irlandais, grâce à la tenacité des nationalistes et grâce à la solidarité qui naît dans l'opinion internationale en retour à la répression.



La proclamation lue par Patrick Pearse à Dublin, le 24 avril 1916




PROCLAMATION DE LA REPUBLIQUE

POBLACHT NA hElREANN

Le Gouvernement Provisoire de la République Irlandaise au peuple d'Irlande

IRLANDAIS ET IRLANDAISES:

Au nom de Dieu et des générations disparues dont elle reçoit son antique tradition de nationalité, l'Irlande, par nos voix, appelle ses enfants autour de son drapeau pour conquérir sa liberté.

Ayant organisé et entraîné ses hommes au moyen de son organisation révolutionnaire secrète, l'lrish Republican Brotherhood, et de ses organisations militaires publiques, les Irish Volunteers et la Irish Citizen Army ayant patiemment perfectionné sa discipline, ayant résolument attendu le moment propice pour se manifester, elle saisit maintenant ce moment, et, aidée par ses enfants exilés en Amérique et par ses braves alliés d'Europe, mais comptant d'abord sur sa propre force, elle marche pleine de confiance dans la victoire.

Nous déclarons souverain et imprescriptible le droit du peuple d'Irlande à la propriété de l'Irlande, et à la libre direction des destinées irlandaises. La longue usurpation de ce droit par un peuple et un gouvernement étrangers n'a pas détruit ce droit qui ne peut jamais être détruit que par la destruction même du peuple irlandais. Toutes les générations du peuple irlandais ont affirmé leur droit à la liberté et à la souveraineté nationales: six fois au cours des 300 dernières années, elles l'ont affirmé par les armes. Se basant sur ce droit fondamental et l'affirmant encore par les armes à la face du monde, nous proclamons ici la République Irlandaise Etat indépendant et souverain, et nous vouons nos vies et celles de nos compagnons d'armes à la cause de sa liberté, de sa prospérité, et de son élévation parmi les nations.

La République irlandaise a droit à l'obéissance-qu'elle réclame par la présente proclamation-de tout Irlandais et Irlandaise. La République garantit la liberté civile et religieuse, des droits égaux et un traitement égal à tous ses citoyens et affirme sa volonté de travailler au bonheur et à la prospérité de la nation entière et de toutes ses parties, ayant un égal soin de tous les enfants de la nation, et oubliant les différences soigneusement entretenues par un gouvernement étranger qui ont dans le passé séparé une minorité de la majorité.

Jusqu'à ce que nous ayons par nos armes atteint le moment opportun pour l'établissement d'un Gouvernement National permanent représentatif de la totalité du peuple d'Irlande et élu par les suffrages de tous les hommes et de toutes les femmes, le Gouvernement Provisoire, ici constitué, administrera les affaires civiles et militaires de la République comme un dépôt confié par le peuple.

Nous mettons la cause de la République Irlandaise sous la protection du Très-Haut, dont nous appelons la bénédiction sur nos armes et nous prions pour que nul serviteur de cette cause ne la déshonore par lâcheté, inhumanité ou rapine. A cette heure suprême la nation irlandaise doit, par sa valeur et sa discipline, et par l'empressement de ses enfants à se sacrifier pour le bien commun, se montrer digne de l'auguste destinée à laquelle elle est appelée.

Signé au nom du Gouvernement Provisoire,
Thomas J. CLARKE,
Sean MACDIARMADA, Thomas MAGDONAGH,
P.H. PEARSE, Eamonn CEANNT,
James CONNOLLY, Joseph PLUNKETT.



Partager cet article

Repost 0
Published by MSR - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

troublemakers43 15/07/2009 18:38

Excellent article. Bravo !

Club Acacia

Rédacteur en chef :
  -Eric Adelofz

Secrétaire de la rédaction :
  -Marie Mansard

Rédaction :
  -Brice Duqueyroux
  -Jérôme Deseille
  -Alexandre Janois

Chroniqueurs :
  -Philippe Régniez
  -Pieter Kierstens


Nous contacter, rejoindre la rédaction, proposer un article, participer aux relectures, faire part de vos idées, de vos suggestions :
  -clubacacia[at]gmail.com.

 

Nos articles sont librement reproductibles, sans possibilité de modification, avec mention de la source (voir la licence complète).

 

Syndication :

  -Flux RSS

  Free counter and web stats

(Droits : Club Acacia 2006-2010)