Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 octobre 2007 3 10 /10 /octobre /2007 21:44
* Bruno Gollnisch dans Présent

Présent : Après les déconvenues de la présidentielle et des législatives, quelles peuvent être véritablement les chances du FN ?

B. G. :  Le Front national demeure la formation la plus importante incarnant le courant national, c’est-à-dire le courant de défense de l’indépendance nationale, de l’identité française et européenne, des valeurs de la civilisation chrétienne, et du rejet du mondialisme. Ceci correspond en Europe, et même audelà, à une nécessité qui se vérifie chaque jour. J’en veux pour preuve la progression des mouvements nationaux un peu partout en Europe.
Paradoxalement, le FN a été victime du succès, au moins partiel, de son combat, en ce sens que Nicolas Sarkozy, contrairement à Jacques Chirac, a agité un certain nombre de thèmes que le FN a réussi à imposer dans le discours politique. […]

Présent :
On parle beaucoup de la succession de Jean-Marie Le Pen. Deux « prétendants » se sont déjà déclarés. Qu’en est-il de vous ?


B. G. : A partir du moment où Jean-Marie Le Pen a décidé d’être candidat, ne serait-ce, si j’analyse bien certaines de ses déclarations, que pour un mandat de transition, j’ai renoncé à me présenter moi-même au congrès de novembre 2007. Je pense que les annonces de candidature pour le congrès suivant sont prématurées. Bien sûr, chacun a le droit de soumettre sa candidature aux adhérents du FN. En ce qui me concerne, je n’ai pas fait acte de candidature ; c’est Jean-Marie Le Pen lui-même qui m’a évoqué favorablement à de très nombreuses reprises dans la presse comme étant le plus apte à lui succéder. Aucun d’entre nous n’est maître de l’avenir. Je ferai donc connaître ma position le moment venu.

[Source : Présent ; l’intégralité de l’entretien sur le site du FN Gironde]





* Carl Lang dans Rivarol

Dans Rivarol du 5 octobre, Carl Lang revient sur sa candidature à la tête du Front national :

Carl Lang : [...] j'ai souhaité prendre date et indiquer que l'avenir restait ouvert. Les militants doivent avoir le droit de pouvoir choisir entre des projets et des profils dissemblables, une conception différente de l'organisation du camp national.
Je souhaite par ailleurs que très rapidement, s'il le désire et s'il le peut, Bruno Gollnisch soit lui-même en situation de postuler à cette fonction de président du FN [...].

Jérôme Bourbon : Quelles sont à votre avis les raisons des revers électoraux du printemps dernier et sur quels fondements doit désormais reposer le projet de l'opposition nationale.


Carl Lang : Je ne souhaite pas refaire les batailles passées. Ce qui compte maintenant, c'est d'offrir à la famille nationale des perspectives politiques d'avenir. Ce qui suppose d'abord d'avoir une vision, de proposer un projet politique. Il faut ensuite disposer des instruments d'appareil qui seront en mesure de porter cette ambition.

S'agissant du projet, en tant que force nationale française et européenne, nous devons rappeler que nous avons une mission politique et historique essentielle qui consiste à défendre le droit des peuples d'Europe à rester eux-mêmes et à disposer d'eux-mêmes. C'est autour de ces deux notions d'identité nationale et européenne et de souveraineté nationale dans le cadre d'une Europe des nations et des patries que nous devons agir.
Je souhaite également que nous soyons en mesure de réaliser ce que j'appelle la synthèse identitaire. Plutôt que d'opposer l'Europe des régions à l'Europe des nations ou les régions aux Etats, cette synthèse doit démontrer notre capacité d'additionner nos héritages culturels et historiques, nos identités, qu’elles soient porovinciales, nationales ou européennes. Ces identités doivent s’ajouter les unes aux autres et non s’exclure. Nous devons être fier d’être Corse, Français et Européen, comme nous devons être fier d’être Breton, Français et Européen. Le siècle qui s’ouvre nous met, nous nations et peuples européens, dans un état de légitime défense culturelle et historique qui doit nous conduire à revendiquer non seulement le droit mais plus encore le devoir de préserver nos identités et nos valeurs de civilisation, notre héritage humaniste et chrétien.
Si nous voulons incarner le recours politique nécessaire à la sauvegarde des droits inaliénables de la nation française et du peuple français, nous devons réaffirmer nos différences avec le pouvoir et les politiques de Nicolas SarkÖzy, et pour cela, proposer un projet alternatif qui, comme je l’ai dit, doit reposer sur les deux piliers de l’identité et de la souveraineté et répondre, dans le cadre de cet enjeu de civilisation, aux défis du XXIe siècle. Les défis démographique, écologique, énergétique, culturel, économique et social face à la mondialisation, et le défi de la colonisation de l’Europe. En effet la défense de nos droits politiques, institutionnels, culturels et historiques exige des peuples européens qu’ils s’opposent énergiquement à la véritable colonisation de peuplement que nous subissons et face à laquelle le gouvernement  Sarközy-Fillon ne change rien. Avec Nicolas Sarközy, n,ous avons la colonisation choisie en plus de la colonisation subie.
Enfin, s’agissant de notre positionnement politico-stratégique, je préfère parler d’opposition nationale plutôt que de droite nationale car la vraie ligne de fracture aujourd’hui n’est pas entre une gauche cosmopolite et une droite mondialiste mais entre les internationalistes et les nationalistes.



La France face à la mondialisation :

Carl Lang : Dans ce monde qui se rétrécit et dont le mouvement s’accélère, l’Etat national doit retrouver toute sa place car il sera seul garant de la défense de nos droits. Cet Etat à vocation sociale, doit nécessairement être l’instrument de la défense de notre sécurité intérieure et extérieure, de la sécurité des biens et des personnes mais doit aussi et plus que jamais être l’instrument de la sécurité de l’emploi, de la sécurité économique et de la sécurité sociale. Il faut un Etat protecteur dans un monde livré à une mondialisation anarchique et sauvage. […]



Ce que doit être le Front :

Carl Lang : Je pense profondément que le Front doit recouvrer et réaffirmer sa mission de rassemblement des nationaux. Toutes les sensibilités du courant national doivent pouvoir y trouver leur place autour d’une plate-forme politique commune et d’un nécessaire compromis national […]




* Obsèques de Serge de Beketch


Les obsèques de Serge de Beketch auront lieu vendredi 12 octobre à 10h, en l'église Sainte Odile,
2 avenue Stéphane Mallarmé, 75017 Paris (M° Porte de Champerret)


_bug_fck

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Club Acacia

Rédacteur en chef :
  -Eric Adelofz

Secrétaire de la rédaction :
  -Marie Mansard

Rédaction :
  -Brice Duqueyroux
  -Jérôme Deseille
  -Alexandre Janois

Chroniqueurs :
  -Philippe Régniez
  -Pieter Kierstens


Nous contacter, rejoindre la rédaction, proposer un article, participer aux relectures, faire part de vos idées, de vos suggestions :
  -clubacacia[at]gmail.com.

 

Nos articles sont librement reproductibles, sans possibilité de modification, avec mention de la source (voir la licence complète).

 

Syndication :

  -Flux RSS

  Free counter and web stats

(Droits : Club Acacia 2006-2010)