Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 décembre 2007 7 23 /12 /décembre /2007 21:07
[Extraits de la Synthèse de doctrine de la Race par Julius Evola (Ed. de l'Homme Libre, 2002)]



        Les avantages se rapportent à la complète opposition à tout mythe égalitaire et évolutionniste, à la réfutation de l'idéologie démo-maçonnique et de la philosophie des lumières, relatives à l'identité et  l'égale dignité de tout ce qui a forme humaine. Selon la doctrine raciale, l'humanité, le genre humain est une fiction abstraite – ou la phase finale, concevable seulement comme limite, mais jamais entièrement réalisable, d'un processus d'involution, de désagrégation, d'écroulement. En règle générale, la nature humaine est au contraire différenciée, différenciation qui se reflète justement, entre autres, dans la diversité des sangs et des races. Cette différence représente l'élément principal. Elle est non seulement la condition naturelle des êtres, mais encore une valeur éthique, c'est-à-dire quelque chose de bien en soi et qu'il faut défendre et protéger. Sous certains aspects, tous les hommes montrent certainement quelque chose de commun. Mais ceci ne doit pas prêter à équivoque.
         Le racialisme, à cet égard, se présente comme une volonté – que l'on pourrait bien appeler classique – de "forme", de "limite" et d'inviduation. Il exhorte à ne pas considérer comme essentiel tout ce qui, représentant le général, l'informe, l'hybride, équivaut en réalité à un "moins", à un résidu de matière non encore formée. Comme on l'a indiqué, tout ce qui est commun ne vient au premier plan, n'apparait comme "valeur" et en qualité d'"immortels principes", que dans les périodes de régression et de décomposition ethnico-culturelle, où, justement, la "forme" retourne à l'informe. L'"universalisme" – compris, selon l'emploi assez abusif, mais malheureusement devenu courant, du terme, comme internationalisme et cosmopolitisme – il ne faut pas le considérer, à cet égard, comme une idée parmi d'autres, mais comme l'écho et presque l'indice barométrique d'un climat certain de chaos ethnique et de dénaturation des types. Il n'y a que dans un tel climat qu'il est "vrai" : en tant qu'image de la réalité.
         Que le racialisme renforce ici le nationalisme dans ses aspects positifs, c'est bien évident. L'un et l'autre représentent une réaction salutaire, aussi bien contre le mythe démocratique que contre le mythe collectiviste, celui de la masse prolétarienne sans patrie et sans visage ; ils représentent une victoire de la qualité sur la quantité, du "cosmos" sur le chaos, et, comme on vient de le dire, de la forme sur l'informe. Sous tous ses autres aspects positifs, que nous déterminerons, le racisme reflète toujours ces significations-là et, selon ces significations, c'est une doctrine et un "mythe" qu'il faut juger, du point de vue traditionnel, "en ordre". Du point de vue politique, d'autre part, le réveil du sentiment national et racial est une des conditions préliminaires indispensables à la réorganisation cohérente de toutes ces forces qui, à travers la crise du monde moderne, étaient sur le point de se disperser et de sombrer dans le bourbier d'une indifférenciation mécanico-collectiviste et internationaliste. Cette tâche est une question de vie ou de mort pour l'avenir de la civilisation européenne toute entière.

         Le racialisme est, en outre, anti-individualisme. Il continue le fascisme, car – de même que le fascisme et que toute conception politique normale – il se refuse à considérer l'individu en "soi" comme un atome qui devrait presque tirer du néant tout ce qui fait sa valeur ; au contraire, il considère l'homme comme membre d'une communauté – par rapport à l'espace – et – relativement au temps – comme une entité inséparablement liée à la continuité dans le passé et le futur, d'une lignée, d'une souche, d'un sang, d'une tradition. [...]
         Naturellement, si on n'a pas une connaissance exacte des principes, il est toujours possible de finir par se fourvoyer, et c'est ce qui arrive lorsque le coup porté à l'individu tend à impliquer cette chose bien différente qu'est la personnalité. La personnalité n'a rien à voir avec l'"individu", qui, dans sa prétention à être un atome autosuffisant, est une abstraction, une fiction. La personnalité est au contraire quelque chose d'organique ; ke sang, la souche et la tradition en sont les éléments constitutifs et indissociables, de sorte que le renforcement de ces valeurs – favorisés par le racialisme – ne peut que la renforcer et l'affermir. Il est vrai que le collectivisme, combattu dans l'internationalisme, le communisme, et les idéologies corruptrices du même acabit, cherche parfois à réapparaître sous une forme raciale, en affirmant que le dénominateur commun représenté par la nation-race et le sang constitue le point de référence suprême, au-delà de toutes les valeurs de la personnalité et de toutes les différenciations. Une conception cohérente, complète et traditionnelle de la race, comme nous le verrons, évite une semblable erreur et ne suit pas certaines tendances extrémistes du racialisme germanique. Il est certain, en tout cas, que les valeurs de la personnalité ne peuvent s'imposer qu'après avoir détrôné celles que l'"individu", contrefaçon, copie sans âme et mécanisée de la personnalité, s'était abusivement attribuées à l'époque du libéralisme et du rationalisme : c'est exactement en ce sens que l'idée raciale doit être amenée à agir.


Julius Evola                

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Club Acacia

Rédacteur en chef :
  -Eric Adelofz

Secrétaire de la rédaction :
  -Marie Mansard

Rédaction :
  -Brice Duqueyroux
  -Jérôme Deseille
  -Alexandre Janois

Chroniqueurs :
  -Philippe Régniez
  -Pieter Kierstens


Nous contacter, rejoindre la rédaction, proposer un article, participer aux relectures, faire part de vos idées, de vos suggestions :
  -clubacacia[at]gmail.com.

 

Nos articles sont librement reproductibles, sans possibilité de modification, avec mention de la source (voir la licence complète).

 

Syndication :

  -Flux RSS

  Free counter and web stats

(Droits : Club Acacia 2006-2010)