Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 14:14

« En France, on n’a jamais aimé le Juif qui vit, non de son travail, mais de l’exploitation du travail des autres. »

 

disait Henri Rochefort.

      Né Henri de Rochefort-Luçay, le 30 janvier 1831, il fut l’un des plus célèbres journalistes et polémistes du XIXe siècle. Journaliste et auteur de vaudevilles à ses débuts, il se tourne peu à peu vers la politique. Cet admirateur de Victor Hugo ne pouvait que s’élever contre l’empire. Il écrit des articles de plus en plus virulents, dans le Figaro ou le Soleil. Le régime le sanctionne et Rochefort se retrouve pour la première  fois emprisonné.
      A sa sortie de prison, il fonde, en 1868, La Lanterne , son propre journal qui connaît rapidement un énorme succès.

 

« La lanterne peut servir à la fois à éclairer les honnêtes gens et à pendre les malfaiteurs. »

 

rappelle-t-il...

 

http://img257.imageshack.us/img257/7720/augusterodinhenrirochef.jpg      Malgré la libéralisation du régime, Henri Rochefort [buste ci-contre réalisé par Auguste Rodin (source : Wikipedia)] est l’objet de persécutions judiciaires qui l’obligent à l’exil et poursuit La Lanterne clandestinement et est élu l’année suivante député. Il  fonde un nouveau journal, La Marseillaise et connaît rapidement la prison.

      Dès la chute de l’Empire, il rejoint le gouvernement provisoire où il représente l’extrême gauche. Il démissionne et, dans son nouveau journal, Le Mot d'ordre se montre critique autant vis-à-vis des conservateurs que des ultras ; s’il soutient la Commune à ses débuts, ses préventions demeurent.

      Arrêté, il est livré aux Versaillais et écope d’une peine extrêmement lourde : la déportation à vie. Expédié à Nouméa, il s’en évade en 1874 mais doit attendre l’amnistie, en 1880, pour rentrer en France.

      Il lance alors L’Intransigeant ; bien que son succès lui permette d’embaucher nombre d’anciens communards, ses amis l’accusent de diverses choses. Comme tant d’autres avant lui, il rejoint les rangs de la vraie résistance et s’engage auprès du général Boulanger et surtout contre Dreyfus et les traîtres lors de "l’Affaire". Il suit Boulanger dans son exil et écope d’une nouvelle condamnation à la déportation. Avec l’Affaire Dreyfus, sa plume de polémiste trouve une nouvelle jeunesse.

 

 

http://img529.imageshack.us/img529/7268/henrirochefortparlouism.jpg

Henri Rochefort par Louis Mercier

 

 

      Il meurt le 30 juin 1913. Signe de son immense popularité, des milliers de Parisiens assistent malheureux à ses funérailles, où se presse une foule de personnalités, à commencer par son ennemi d’hier, Edouard Drumont, avec lequel il s’est finalement retrouvé dans l’amour du peuple et de la France contre l’ennemi commun.

 

http://img203.imageshack.us/img203/476/henrirochefort6juillet1.jpg

 

 

      Éric Vatré lui a consacré une biographie en 1984, Henri Rochefort ou la comédie politique au XIXe siècle (éditions Lattès)

Partager cet article

Repost 0
Published by Jérôme Deseille - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

Club Acacia

Rédacteur en chef :
  -Eric Adelofz

Secrétaire de la rédaction :
  -Marie Mansard

Rédaction :
  -Brice Duqueyroux
  -Jérôme Deseille
  -Alexandre Janois

Chroniqueurs :
  -Philippe Régniez
  -Pieter Kierstens


Nous contacter, rejoindre la rédaction, proposer un article, participer aux relectures, faire part de vos idées, de vos suggestions :
  -clubacacia[at]gmail.com.

 

Nos articles sont librement reproductibles, sans possibilité de modification, avec mention de la source (voir la licence complète).

 

Syndication :

  -Flux RSS

  Free counter and web stats

(Droits : Club Acacia 2006-2010)